Les Demi-solde

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 1968
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Les Demi-solde

Message par C-J de Beauvau »

Une contribution à l'hlstolre de la société militaire. -

« Le beau tableau qu'il y aurait à faire d'une des vies " collectives " de groupe dans le cadre d'une vie collective de cité », écrivait il y a quelque temps M. Lucien Febvre en évoquant la vie d'une ville de garnison française aux diverses époques•
C'est précisément à l'étude d'une catégorie sociale» que s'est livré M. Jean Vidalenc• Il nous procure des statistiques départementales d'après les dossiers de la Commission d'Examen (instituée en 1816) des officiers de l'ex¬armée impériale, et d'après l'état général des demi-solde imprimé l'année suivante. Les préfets avaient dû fournir des renseignements à la commission en question. Quelle foi leur accorder P on reste un tantinet sceptique après avoir lu jadis ces lignes préfectorales adressées au secrétaire de ladite commission : « Il est difficile d'apprécier au juste le mérite de 800 officiers environ dont la plupart sont peu connus » La législation qui leur fut appliquée, leurs effectifs sont indiqués dans une première partie : de 20 000 vers 1815 les demi-solde n'étaient plus guère qu'environ 3 000 à la fin de la Restauration ; leur répartition était évidemment fort inégale ; ils étaient particulièrement nombreux dans le Nord-Est (si on en compte un millier dans la Seine, le département du Bas-Rhin vient ensuite avec 793) ; ils avaient tendance à se concentrer dans les villes de garnison •

M. Vidalenc conclut surtout à leur rapide reclassement social et professionnel - ce qui peut paraître excessif.
Dans une deuxième partie de son livre, il envisage, en effet, les conditions d'existence : la moitié des anciens officiers d'origine rurale seraient redevenus paysans, comme petits propriétaires. Furent-ils si peu nombreux, ceux qui trouvèrent de l'emploi dans l'industrie et le commerce, tel ce Baudin, ex-capitaine de frégate, fils du Conventionnel, qui devint chef d'une maison d'armement et de courtage au Havre ? On trouve un certain nombre de cabaretiers, également des voyageurs de commerce, des agents de compagnies d'assurances, toutes récentes alors, comme le Phénix. Quant à leurs opinions, objet de la troisième et dernière partie du livre, M. Vidalenc semble aussi minimiser le pourcentage des libéraux parmi les demi-solde.

Sur 13 000 appréciations politiques qu'il a diligemment relevées, il n'a compté que 2 000 qualificatifs «mauvais» et 658 « très mauvais» quant aux opinions politiques . Royalistes à coup sûr étaient demeurés certains vétérans des guerres de l'ancien régime. On sait aussi que les ralliements ne furent pas rares - que les députés libéraux avaient, comme il le note fort justement, dans le problème et la défense des anciens combattants un excellent prétexte pour critiquer le gouvernement . Il a montré par ailleurs le rôle à cet égard du général Foy, orateur traditionnel de l'opposition à cet égard .
Dans un chapitre fort réduit, limité à deux pages hélas ! M. Georges Pradalié a fait allusion au « drame du démobilisé», étudié par Balzac• Ce ne sont certes pas les rapports préfectoraux qui nous en peuvent donner l'idée.
Pour notre auteur, « le demi-solde classique naquit peut-être avec les gravures» et l'imagerie d'Épinal.
N'empêche que les témoignages littéraires ne sont pas à prohiber tout à fait. On a précisé que l'auteur de La Rabouilleuse avait minutieusement décrit le cadre géographique, historique, social, moral de l'action qu'il place à Issoudun en 1823•
Il y eut parmi les demi-solde toute une « bohème militaire» selon l'excellente expression de M. Vidalenc: on y trouve des émigrés, des réfugiés politiques, des aventuriers même. C'est Balzac encore qui a stigmatisé, à propos du Champ d'Asile , « ceux qui sans scrupules ont exploité la naïveté populaire par les souscriptions patriotiques du Champ d' Asile et autres tromperies politiques qui devaient être de grands, de nobles drames et ne furent que des vaudevilles de police• correctionnelle»; n'est-ce pas l'ex-colonel Philippe Brideau lui¬même qui fut ainsi dupe'?

Par ailleurs, comme l'a bien noté M. M. Bouteron, la visite du commis voyageur figurait en bonne place parmi les distractions provinciales• Or parmi les agents du Phénix on trouve « le sieur Briot», cité sans plus par M. Vidalenc - qui, en 1822, selon un rapport du préfet de Police (en 1825), « avait fait des commis voyageurs du Phénix autant d'agents d'insurrection ... •

M. Vidalenc tire encore argument du fait de la promotion au grade de sous-lieutenant de trois sous-officiers et de la réintégration d'une demi¬solde de Belfort non moins royaliste après la conspiration de cette ville, prouvant qu'il était plus efficace et moins risqué de demeurer fidèle au roi .
Ce qui n'empêche pas que des sous-officiers d'active avaient été précisément gagnés aux conspirateurs par des promesses d'avancement; ils se saluaient d'avance des titres de «lieutenants» et de «capitaines» et un adjudant s'écriait : « Nous aurons demain beaucoup d'épaulettes» Lors de la machination qui aboutit à quelques mois de là, pendant le procès de la conspiration précédente, à la tragique affaire Caron, un sergent avait été aussi promu sous-lieutenant pour s'y être complaisamment prêté : il fut si mal accueilli dans son nouveau corps qu'il fut muté dans la gendarmerie; ajoutons que c'était le propre frère de Thiers. Par trop négative aussi nous apparaît la thèse de l'auteur suivant laquelle « la fidélité à l'empereur semble avoir été un sentiment plutôt rare chez les demi-solde» . Pareil juge¬ment appelle sans doute des retouches et des nuances. Mais M. Vidalenc a néanmoins réuni commodément une documentation abondante et fort utile • - PAUL LEUILLIOT.
Crises économiques et mouvements sociaux.
- Le principal mérite de l' étude de M. JEAN-PIERRE AGUET est de retracer l'évolution parallèle de l'économie et du mouvement ouvrier. D'où sa distinction de grèves défensives en périodes de crises, et de grèves offensives en périodes calmes ; les premières, spontanées, courtes mais violentes ; les secondes, pacifiques mais concertées ; les unes affectant surtout les nouvelles entreprises textiles et les chantiers de grands travaux publics, les terrassiers occupés aux chemins de fer, aux canaux, aux routes, aux fortifications ; les autres, l'artisanat et le bâtiment.

Sur 382 grèves de 1830 à 1847, on en compte 139 à Paris, 24 à Lyon - 30 chez les tailleurs d'habit, dont les mots d'ordre et d'organisation se propagèrent de Paris en province ,et particulièrement dans la France de l'Ouest), 24 parmi les charpentiers, 17 parmi les maçons - 130 enfin éclatèrent en 1840, qu'on a pu qualifier d'« année charnière dans l'histoire sociale de la France». M. Aguet a bien montré et l'extrême variété de la condition ouvrière, égale¬ment l'isolement, les divisions des ouvriers, leur très insuffisante organisation'•
L'intérêt principal de cette étude minutieuse est d'attirer l'attention sur les biens extérieurs en quelque sorte à une source documentaire unique. On en donnerait facilement la preuve à d'autres époques: c'est le cas encore de la noblesse napoléonienne.
Citons seulement le maréchal Lefèbvre, acquéreur de biens d'émigrés en Brie• Par delà les propriétaires nobles du xvIII siècle, comme il serait suggestif de savoir l'ultérieure destinée de ces biens nobles, après les vicissitudes de la Révolution, de l'Empire et de la Restauration l - PAUL LEUILLIOT.

Extraits du livre : Jean Vidalenc, et [compte-rendu] Paul Leuillot Les Demi-solde Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 11ᵉ année, N. 2, 1956.
81t1h7zuPHL.jpg
:salut:

Avatar du membre
Charles Jean
Soldat
Soldat
Messages : 21
Enregistré le : 19 nov. 2019, 22:17

Re: Les Demi-solde

Message par Charles Jean »

Bonjour,

Très intéressant, merci!
Vous évoquez un "'état général des demi-solde imprimé l'année suivante", savez vous si il a survécu, et si il est consultable?

Bien cordialement,

Charles-Jean :salut:

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 1968
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Les Demi-solde

Message par C-J de Beauvau »

Charles Jean a écrit :
22 janv. 2020, 15:02
Vous évoquez un "'état général des demi-solde imprimé l'année suivante", savez vous si il a survécu, et si il est consultable?
Bonjour
Non désolé je ne le sais pas
Cordialement
:salut:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Cannes de demi-solde
    par Demi-solde » 01 déc. 2018, 19:04 » dans Objets napoléoniens
    14 Réponses
    1128 Vues
    Dernier message par Espagne
    11 janv. 2020, 15:40
  • Drapeaux demi-brigade
    par Kiyomori » 12 avr. 2019, 09:16 » dans Espace visiteurs
    2 Réponses
    171 Vues
    Dernier message par Bernard
    12 avr. 2019, 11:50