Les hommes en subsistance

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

lutzen 1813

Message par lutzen 1813 » 06 déc. 2016, 22:16

Camille :
" De bonnes pratiques qui officialisent le nouveau service militaire d'isolés ou de bandes d'isolés."

- " Isolés " voulait simplement dire des hommes déjà militaires
mais qui n'étaient pas à leurs régimentS pour une raison ou pour une autre. Il n'y avait pas de "bandes" (ce mot aujourd'hui a une connotation péjorative) des groupes d'isolés éventuellement oui. :salut:

camille

Les hommes en subsistance

Message par camille » 10 déc. 2016, 09:59

Maria Kel a écrit :
Existaient-ils avant 1814 ?
Ils existaient bel et bien avant 1814 :

" Faites lui ( général Lemarois ) connaître qu'il lui arrive d'Erfurt 3000 convalescents qu'il doit habiller et bien armer ; qu'il aura en outre bientôt 3000 convalescents sortant des hôpitaux de Magdebourg, qu'il doit mettre 300 de ces hommes en subsistance dans chacun des neuf bataillons français, ce qui lui fera une augmentation de 2700 hommes, et qu'il doit organiser avec le reste deux ou trois bataillons de marche pour tenir garnison à Magdebourg jusqu'à nouvel ordre, en ayant soin de les faire bien habiller, bien armer et bien exercer. " ( lettre de l'Empereur à Berthier, Dresde, 7 août 1813 )

Le fait d'être éloigné de son corps d'origine ne dispense pas le soldat de poursuivre la lutte armée contre l'ennemi dans un corps étranger.

Les hommes en subsistance ont un motif valable d'absence auprès de leur corps d'origine. :salut:

Camille

http://ayhsm.over-blog.com/

mrphilou

Message par mrphilou » 10 déc. 2016, 10:07

Il est bien fait état de bataillon de marche, mais avec des hommes en subsistance. Donc il s'agissait de choses bien distinctes.
Merci pour l'info.

Il faudrait d'ailleurs étudier ces "bataillons de marche", celà pourrait être intéressant.

camille

Les hommes en subsistance

Message par camille » 10 déc. 2016, 10:40

lutzen 1813 a écrit :
Il n'y avait pas de "bandes" (ce mot aujourd'hui a une connotation péjorative) des groupes d'isolés éventuellement oui.
Le phénomène des bandes existaient déjà en 1814.

Le général Rivaud de la Raffinière écrit, le 7 février 1814, au ministre de la Guerre :

" J'ai l'honneur de rendre compte à votre Excellence que les canonniers gardes-côtes des 58e, 59e, 60e et 61e compagnies de gardes-côtes qui occupent la côte de la Vendée, et qui devaient faire partie des compagnies de canonniers provisoires que votre Excellence a ordonné de former par sa lettre du 20 janvier ( Bureau de l'artillerie ) et d'envoyer à Vincennes, se sont refusés de se rendre à la Rochelle et à Nantes où je fais l'organisation de ces compagnies, malgré les ordres de leurs officiers qui les avaient réunis sur la côte pour désigner les partants, et qui leur ont intimé plusieurs fois l'ordre de départ, ces hommes ont fini par se débander et se séparer. "

Plus loin, le général précise :

" Cette résistance tient à l'esprit d'insurrection qui se montre dans la Vendée et les départements voisins, où de nombreuses bandes armées parcourent les campagnes, inspirent la terreur aux fonctionnaires et gens paisibles, et excitent à la désobéissance les hommes qui sont appelés aux armées. "

Dans le rapport fait au ministre de la Guerre le 13 février 1814, il est écrit :

" Il est à craindre que si l'on veut prendre des mesures de rigueur, ces canonniers n'aillent grossir les bandes des rebelles. "

Le 19 février 1814, l'Empereur prend la décision de renoncer à organiser la 31ème compagnie du 7ème régiment d'artillerie à pied.

Camille

camille

Les hommes en subsistance

Message par camille » 10 déc. 2016, 10:49

mrphilou a écrit :
Il faudrait d'ailleurs étudier ces "bataillons de marche", celà pourrait être intéressant.
Tout à fait d'accord. :salut:

Pour abonder dans le même sens, il faudrait aussi étudier les régiments de marche formés en 1814.

Camille

lutzen 1813

Message par lutzen 1813 » 10 déc. 2016, 10:55

Les "bataillons de marche" étaient simplement des regroupements d'hommes formés le temps de leur déplacement, venant généralement des 5ème bataillon, bataillon de dépôt à partir de 1808, de plusieurs régiments. Il étaient destinés au renfort de leurs unités là où elles se trouvaient. Ces bataillons de marche étaient alors dissous. Précisons que ces hommes restaient toujours enregistrés à leurs régiments. :salut:

Maria Kel

Message par Maria Kel » 10 déc. 2016, 16:39

Je confirme :salut:

lutzen 1813

Message par lutzen 1813 » 10 déc. 2016, 18:58

Camille.
Oui, en effet, le terme "bandes" avaient aussi un sens péjoratif à l'époque. Je ne voulais parler que des isolés. :salut:

camille

Les hommes en subsistance

Message par camille » 11 déc. 2016, 18:24

lutzen 1813 a écrit :
Je ne voulais parler que des isolés
Les hommes isolés constituent, en 1814, une véritable réserve militaire à la disposition des cadres de bataillon.

Dans une lettre du 16 mars 1814, le général HULIN, commandant la 1re division militaire et gouverneur de Paris, écrit au ministre de la Guerre :

" A l'égard du cadre du 3ème bataillon du 40ème Régiment compris dans votre lettre précitée. j'ai l'honneur d'observer à Votre Excellence que d'après l'ordre qu'elle m'a transmis le 11 du courant, ce cadre est parti de Paris le 12 pour se rendre à Laferté sous Jouarre ( La Ferté-sous-Jouarre en Seine-et-Marne ) & y être à la disposition de l'adjudant commandant Michal qui doit placer dans ce cadre tous les hommes isolés qui se présentent individuellement ou par bandes à Laferté sous Jouarre. "

A l'époque du 22 mars 1814, l'escorte du convoi de munitions, parti de Meaux ( Seine-et-Marne ) le 19 mars sous les ordres de l'adjudant commandant NOIZET ( http://ayhsm.over-blog.com/2016/04/la-m ... oizet.html ), compte, dans ses rangs, 196 conscrits du 3ème bataillon du 40ème régiment de ligne.

Camille

http://ayhsm.over-blog.com/

lutzen 1813

Message par lutzen 1813 » 13 déc. 2016, 10:08

Camille,
" Les hommes isolés constituent, en 1814, une véritable réserve militaire à la disposition des cadres de bataillon.



- " Les hommes isolés constituent en 1814, une véritable réserve militaire..." L'on ne peut pas le formuler ainsi, une réserve est établie, organisée, une ressource sur laquelle on peut compter. Ici il s'agit de gérer un désordre, le terme qu'emploie le généra Hulin, "... ou par bandes..." est symptomatique. L'on rassemble des hommes d'unités diverses et on les remet dans le rang comme l'on peut, rapidement, sans chercher à les diriger sur leurs régiments. Tout va très vite et en mars 1814 il n'y a plus de temps à perdre. Ces isolés étaient le fait de raisons diverses, des détachements égarés, des hommes restés en arrière n'ayant pu suivre, etc. :salut:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Faut-il déboulonner nos grands hommes ?
    par L'ARCHEONAUTE » 27 août 2017, 19:55 » dans Salon Ier Empire
    201 Réponses
    11890 Vues
    Dernier message par la remonte
    08 nov. 2019, 14:09
  • Lévées et pertes d'hommes "stats 1936"de 1792 à 1815
    par C-J de Beauvau » 01 déc. 2017, 19:50 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    13 Réponses
    2466 Vues
    Dernier message par philibert
    25 juil. 2015, 22:38
  • Napoléon, son génie des hommes et l'emprise des Bonaparte
    par L'âne » 05 nov. 2018, 08:32 » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    205 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
    05 nov. 2018, 16:37