Faut-il déboulonner nos grands hommes ?

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2734
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: Faut-il déboulonner nos grands hommes ?

Message par Cyril Drouet » 18 déc. 2017, 18:56

Autre monument commémoratif italien vandalisé par les Autrichiens en 1814 : l'obélisque d'Arcole.
On lui arracha à l'occasion ses ornements de bronze :
Image


L'obélisque fut finalement restauré par le Souvenir français en 1992 :
Image
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2734
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: Faut-il déboulonner nos grands hommes ?

Message par Cyril Drouet » 23 déc. 2017, 14:27

J’ai parlé plus haut du monument commémorant la bataille de Lodi, inauguré en 1809 et finalement détruit en 1814 par les Autrichiens.
Des fragments sont conservés Muséo Civico où on peut lire ces mots :
« Le 10 mai 1796, sous le commandement de Napoléon, les Français, après avoir franchi les Alpes, défirent les Autrichiens au pont de l’Adda.
Par le courage et la sagesse de Napoléon, l’Italie, après dix siècles d’inertie et d’oppression, se releva vigoureuse et armée.
L’Italie confie sa destinée et ses espérances au génie, à l’amitié de Napoléon.
Par ce monument, que l’Italie dedie aux guerriers français conduits par Napoléon le Grand, vainqueur des Autrichiens au pont de l’Adda, la ville de Lodi témoigne sa joie et sa reconnaissance. »


Le monument en question avant 1814 :
Sans titre 2.jpg
Les mêmes lieux aujourd'hui :
Sans titre 3.jpg
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2689
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Faut-il déboulonner nos grands hommes ?

Message par L'âne » 23 déc. 2017, 14:50

Il serait bon qu'un jour des psychologues, des historiens, des hommes politiques, etc...Se penchent sur la portée des monuments liés aux guerres, fussent-ils au nom de la reconnaissance des soldats morts au combat, pour savoir s'ils sont de nature à contribuer à la Paix, créer de nobles vocations...
C'est ce qui est important.
On est en droit de se demander si des monuments et autres statues honorablement placées dans le paysage des citoyens ne contribueraient pas davantage à la Paix, tout simplement.
Ainsi :
Christiaan BARNARD (à cheval ou non) [1ère greffe du coeur]
medium.jpg
medium.jpg (11.58 Kio) Vu 238 fois
Coluche (sur une moto pourquoi pas...)[Restos du coeur obligent !]
010.JPG
009.JPG
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2217
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Faut-il déboulonner nos grands hommes ?

Message par Demi-solde » 09 juil. 2018, 11:25

Une lecture montréalaise intéressante du sujet initial, le déboulonnage que d'aucuns réclament de la statue de Nelson...

http://plus.lapresse.ca/screens/ac1c01a ... C___0.html


A noter qu'une colonne Nelson se dresse à Montréal comme à Londres :

Image
Image

Image

Image


Cordialement

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2217
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Faut-il déboulonner nos grands hommes ?

Message par Demi-solde » 09 juil. 2018, 18:23

Dublin également posséda une colonne Nelson, érigée en 1809.

Image

Image


Elle n'existe plus aujourd'hui. Point de déboulonnage ici, mais un dynamitage en règle ; quelques dissidents de l'IRA la firent sauter dans la nuit du 7 au 8 mars 1966 :

Image


La tête de Nelson orne désormais une salle de lecture des archives de Dublin :

Image

Image


Cordialement

Avatar du membre
Général Colbert
- Sous-lieutenant Lancier Gde -
- Sous-lieutenant Lancier Gde -
Messages : 1175
Enregistré le : 26 août 2017, 13:24

Re: Faut-il déboulonner nos grands hommes ?

Message par Général Colbert » 09 juil. 2018, 21:59

Précision : quand on dit dans le lien donné que Nelson este devenu capitaine à 20 ans, il s'agit de grade de la Marine : il est devenu capitaine de vaisseau ("captain" = rang de colonel, et non capitaine : "captain" aussi.. de l'armée de terre. On ne joue pas dans la même catégorie....

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2217
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Faut-il déboulonner nos grands hommes ?

Message par Demi-solde » 10 juil. 2018, 00:03

Demi-solde a écrit :
09 juil. 2018, 18:23
Elle n'existe plus aujourd'hui. Point de déboulonnage ici, mais un dynamitage en règle ; quelques dissidents de l'IRA la firent sauter dans la nuit du 7 au 8 mars 1966 :

Image
En 1871, on n'utilisa aucun explosif pour mettre à terre la colonne Vendôme ; la méthode employée resta on ne peut plus artisanale...

Image


... mais chacun put constater son efficacité :

Image


Cordialement

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
Messages : 1648
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Faut-il déboulonner nos grands hommes ?

Message par C-J de Beauvau » 10 juil. 2018, 12:22

par Demi-solde » 10 juil. 2018, 00:03
En 1871, on n'utilisa aucun explosif pour mettre à terre la colonne Vendôme ; la méthode employée resta on ne peut plus artisanale...
... mais chacun put constater son efficacité :
Et Gustave Courbet le coût de sa reconstruction !!Le président de la République, le maréchal de Mac-Mahon, décide en mai 1873, de faire reconstruire la Colonne Vendôme aux frais de Gustave Courbet (soit 323 091,68 francs selon le devis établi). Gustave Courbet obtient de payer près de 10 000 francs par an pendant 33 ans, mais il mourra le 31 décembre 1877, la veille de recevoir la première traite à payer.
Voici sa lettre au ministre Jules Simon
À Monsieur le ministre J. Simon.
Mes intentions à propos de la colonne Vendôme

Comme je l’ai déjà dit, c’est influencé par le vœu populaire qui attribuait au monument commémoratif de nos succès guerriers cette seconde invasion, et aux guerres qu’elle éternisait, tous les désastres de la France ; et c’est après en avoir référé aux artistes dans une assemblée générale où il fut décidé que les idées de ce temps et la morale actuelle répudiaient les guerres et les victoires de ce genre ; d’autre part, que ce monument était une affreuse copie de la colonne Trajane et sans valeur d’art qui lui appartienne, que j’adressai au gouvernement, dit de la Défense nationale, la proposition par laquelle j’émettais le vœu que cette colonne soit déboulonnée et transportée pour être disposée en musée dans la cour des Invalides. La Chambre ne donna pas cours à cette proposition. Là finit mon action vis-à-vis de cette colonne, il n’en fut plus reparlé, je n’y tenais pas davantage.
Plus tard, Monsieur J. Simon, ministre de l’Instruction, proposa de descendre la statue de Napoléon qui couronne cet édifice, pour fondre avec ce bronze la statue de la ville de Strasbourg. Comme Président des arts, je fis remarquer à M. J. Simon, par la voie des journaux, que je ne demanderais pas mieux que cette statue fut enlevée de la colonne ; mais que la statue de la ville de Strasbourg (comme elle existe aujourd’hui) n’avait pas qualité artistique suffisante pour comporter le bronze ; et que, du reste, comme toutes les villes de France allaient faire leur devoir, nous trouverions à la fin de cette guerre la Place de la Concorde transformée en magasin de Barbedienne.
M. J. Simon, il faut le croire, se rendit à cette idée, car on n’en reparla plus, et à partir de ce jour il ne fut plus question de cette colonne. […]
Lorsque plus tard la Commune se décida à mettre son décret en exécution, le marché fut passé, à mon insu, par le comité exécutif, mais lorsque j’appris qu’on la faisait tomber en bloc, je m’y opposais à la Chambre et je fis même une démarque chez l’entrepreneur pour l’en détourner ; qui me répondit qu’il n’avait rien à faire à moi ; qu’il exécuterait son marché. – Mon idée était toujours de la faire transporter aux Invalides sans rien briser pour qu’il soit loisible à la population de la relever au milieu de l’esplanade des Invalides, sa vraie place, parages consacrés dans Paris aux arts et aux monuments de ce genre, tel que le Champs-de-Mars, l’École militaire, l’État-Major, les arsenaux, le ministère de la Guerre, etc., etc. Du reste, cette colonne placée où je dis aurait une reculée en proportion de sa hauteur pour pouvoir être embrassée par l’œil, et remplirait par le fait cet espace immense qui est si vide.
Je considérais d’autre part qu’elle était une antithèse malheureuse dans la place qu’elle occupe actuellement, jurant avec les mœurs et les habitudes d’un monde élégant tout à fait en dehors de ces idées-là, disproportionnée par sa hauteur à celle des maisons, invisible par le peu d’espace qui l’entoure, et comme effet moral, produisant l’effet d’un ruisseau de sang dans un jardin d’agrément. Mes deux propositions, sous le 4 septembre et sous le 18 mars, restèrent sans approbation.
Plus tard, le [Comité de] de salut public me demanda les moulages de cette colonne, qui se trouvaient, prétendait-il dans les caves du Louvre ; je ne donnai pas de réponse à cette demande, je ne sais s’ils existent réellement, mais je ne m’en occupai pas. Non seulement je ne voulais pas la détruire, mais je m’en serais plutôt mis marchand, j’en aurais livré des exemplaires à l’Angleterre, à l’Amérique, et à la Prusse surtout, puisque ces nations semblaient vouloir l’acheter.Je suis par ma nature entièrement opposé à la destruction. Rien ne me gêne, j’ai une liberté d’esprit qui domine toute chose, ça provient des attaques et des souffrances qu’on m’a fait éprouver continuellement dans ma vie. Je voudrais que la terre soit encombrée d’art qu’on n’y puisse pas passer.

Il est impossible de dire ce que cette proposition que j’eus le malheur de vous faire m’a déjà rapporté d’ennuis. J’ai reçu des lettres innombrables d’admirateurs et de détracteurs, des vers à n’en plus finir, et pourtant ça n’était pas neuf : en 1814, en 1848 en 1870, chacun s’exprimait à cet égard.
Non, je ne mérite ni tant d’honneur ni tant d’indignité ; je remercie beaucoup tous ces écrivains et je n’ai nul besoin de cette célébrité, qui serait la dernière que j’envierais, et je décline ma compétence dans la chute de cette colonne, car je ne tiens qu’à l’honneur et la célébrité que peut me rapporter mon art. Comme on sait que je professe beaucoup d’indépendance, les journaux ont l’habitude de faire penser beaucoup plus que je ne pense moi-même. Je les remercie beaucoup aussi de leurs bonnes intentions, tout en désirant qu’ils prennent plus souvent la responsabilité de leur esprit.
En proposant le déplacement de ce symbole, ce n’était pas pour l’abolir, c’était au contraire pour lui en opposer un autre (que j’ai exprimé dans ma lettre aux Allemands). Je proposais de le remplacer par le dernier canon acculé sur un piédestal sur trois boulets, gueule en l’air, surmonté d’un bonnet phrygien, signe de l’alliance des peuples, et la déesse de la Liberté entourant ce canon de guirlandes de fleurs. Là je devenais classique, voilà ce que c’est que la politique. Mais non, laissons ces emblèmes, car je préférerais encore que cette rue se nomme rue de la Paix dans toute sa longueur et qu’au milieu de la place de la Paix se trouve une corbeille de fleurs avec de l’eau et au milieu une grue colossale dormant sur une patte. Ça représenterait la placidité de la nature.
Chaque citoyen a le droit d’émettre son idée sur lesquels il habite ; il ne s’ensuit pas qu’on doive les suivre. – Par exemple, Victor Hugo est républicain, socialiste ; et pourtant deux fois il éprouva le besoin de faire des vers sur cette colonne. Je suis républicain, socialiste, je pense autrement. Le père de Victor Hugo était général de l’Empire ; mon oncle le général Oudot était aussi général de l’Empire (une rue de Paris porte son nom), il était napoléonien fanatique, les alliés étaient à Paris depuis un jour qu’il n’y pouvait pas croire, il mourut inutilement le lendemain à Pantin (son fils était le professeur Oudot à la Faculté de droit de Paris).
Quant à moi, vis-à-vis des Napoléon de toutes sortes, je suis l’antidote de mon oncle. Je suis d’avis qu’on respecte toutes les idées et que chacun en prenne ce qu’il veut. Je crois que c’est la liberté.
Depuis mon jeune âge, je suis l’ennemi juré de la guerre (pour ce qu’elle rapporte je crois que j’ai raison). Je suis aussi l’ennemi juré de la peine de mort sous quelque forme que ce soit. Je ne puis empêcher ces choses, mais j’ai le droit de les blâmer.

Recevez, Monsieur le ministre, toutes mes salutations.

Gustave Courbet

Quelque peu pathétique ! Non ?
:salut:
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
Messages : 1648
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Faut-il déboulonner nos grands hommes ?

Message par C-J de Beauvau » 10 juil. 2018, 12:29

Toutes ces colonnes de Nelson semblent prendre pour exemple la colonne Pompée à Alexendrie

Image
Par vivant Denon 1802

:salut:
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2217
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Faut-il déboulonner nos grands hommes ?

Message par Demi-solde » 10 juil. 2018, 14:41

Ces trois colonnes Nelson ainsi que la colonne de la Grande Armée à Wimille, la colonne de Juillet ou bien sûr la colonne Vendôme trouvent leur inspiration dans les colonnes triomphales romaines, dont la colonne Pompée à Alexandrie est un bel exemple, comme la colonne Marc-Aurèle ou la colonne Phocas à Rome. La plus célèbre de ces colonnes triomphales est bien évidemment la colonne Trajane...

Image

Image

Image


... qui servit bien sûr de modèle pour la création de la colonne Vendôme :

Image

Image


Cordialement

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Conférence Tulard : faut il réhabiliter Talleyrand
    par Cyril » 01 juin 2018, 18:34 » dans L'actualité napoléonienne
    5 Réponses
    284 Vues
    Dernier message par L'âne
    03 juin 2018, 02:00
  • Les hommes en subsistance
    par camille » 04 déc. 2016, 11:17 » dans Salon Ier Empire
    26 Réponses
    2838 Vues
    Dernier message par camille
    13 oct. 2017, 11:09
  • Pertes d’hommes en France de 1792 à 1815 et 1914 à 1918
    par la remonte » 24 juil. 2015, 09:01 » dans Salon Ier Empire
    5 Réponses
    1610 Vues
    Dernier message par philibert
    25 juil. 2015, 22:38
  • Les 5 grands principes du Code Civil
    par Joker » 04 sept. 2019, 20:13 » dans Salon Ier Empire
    0 Réponses
    25 Vues
    Dernier message par Joker
    04 sept. 2019, 20:13
  • [ORDRES & DECORATIONS] GRANDS CORDONS
    par dups » 14 mai 2015, 21:22 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    6 Réponses
    238 Vues
    Dernier message par Patton
    19 mai 2015, 23:15