RUSSIE 1812 : "Napoléon en 1812.Souvenirs." Roman Soltyk)

Donnez un avis critique sur les ouvrages napoléoniens, les articles.
Prière d'indiquer le titre de l'ouvrage et le nom de l'auteur dans l’intitulé du message.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 1760
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Russie 1812 : froid et souffrances. Témoignages…

Message par C-J de Beauvau » 08 déc. 2017, 12:13

Peyrusse a écrit :
08 déc. 2017, 00:22
Il est vrai que l'on peut se demander de quelle façon les "acteurs" de la campagne de Russie ont eu une idée de la température exacte qu'il faisait. :roll:
-----------
-30 °réaumur donnent - 37, 5°celsius.
Donc en effet la question reste en suspens ! Certes il reste le ressenti , car un grand froid sec est plus supportable , qu'un petit froid très humide! Surtout avant les tissus de type Gore-Tex , qui laisse sortir l'humidité du corps sans laisser entrer celle du dehors ! Personnellement j'ai eu plus froid en Irlande par moins 5 °c très humide, que par moins 20°c sec en lorraine!
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1426
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Russie 1812 : froid et souffrances. Témoignages…

Message par Bernard » 08 déc. 2017, 13:05

Prenez par exemple le 29e Bulletin de la Grande Armée,où il est écrit : "Le froid, qui avait commencé le 7 [novembre], s'accrut subitement, et, du 14 au 15 et au 16, le thermomètre marqua 16 et 18 degrés au-dessous de glace”. Comment écrire cela sans disposer d'instruments de mesure ? Et pourquoi n'en auraient-ils pas eus ? N'oubliez pas qu'il y avait des ingénieurs-géographes au sein de la Grande Armée, notamment Eugène Labaume dont on connaît bien la relation ou Giuseppe Bagetti, ou encore leur chef à tous Louis Albert Guislain Bacler d'Albe, chef du bureau topographique. Sans compter les médecins...

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1426
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Russie 1812 : froid et souffrances. Témoignages…

Message par Bernard » 08 déc. 2017, 13:10

Voici ce qu'écrit à ce propos Antoine Caillot dans Le thermomètre, ou chaud et froid, 1814 : "En 1812, l'esprit-de-vin du thermomètre français gela en Russie. On le remplaça par du sang humain qui gela aussi. Dès lors, plus de moyen de calculer le chaud et le froid : mais, ô phénomène inouï ! les thermomètres russes marquèrent une chaleur de 28 degrés sous le même climat. Fiez-vous aux physiciens."

Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3050
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Russie 1812 : froid et souffrances. Témoignages…

Message par Cyril Drouet » 08 déc. 2017, 13:13

Larrey possédait un thermomètre.
Quelques mesures rapportées dans ses Mémoires :
"Depuis notre départ de Smolensk, où le mercure était déjà descendu, dans le thermomètre de Réaumur, à 19 et 20 degrés, le froid se maintint jusqu'à Kowno entre 19 et 28 degrés. A notre arrivée à Ohsmiana, le mercure était descendu à 22 degrés, et pendant la nuit à 23 ; le lendemain il descendit à 24 et 25; et au bivouac de Miedneski , où nous passâmes la nuit du 8 au 9 décembre à 26, 27 et 28. Le froid varia ensuite de 24 à 18."

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1426
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Russie 1812 : froid et souffrances. Témoignages…

Message par Bernard » 08 déc. 2017, 13:53

Intéressant parce qu'il évoque le mercure... on sait que le thermomètre à alcool existe depuis 1702, celui à mercure depuis 1717, celui à esprit de vin (éthanol) depuis 1730 ! Mais rien n'était précis sur les instruments utilisés dans les relations de la campagne de 1812. Voilà qui clôt la discussion : il y avait bien des thermomètres au sein de la Grande Armée !

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 1760
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Russie 1812 : froid et souffrances. Témoignages…

Message par C-J de Beauvau » 08 déc. 2017, 15:08

Bernard a écrit :
08 déc. 2017, 13:53
Intéressant parce qu'il évoque le mercure... on sait que le thermomètre à alcool existe depuis 1702, celui à mercure depuis 1717, celui à esprit de vin (éthanol) depuis 1730 ! Mais rien n'était précis sur les instruments utilisés dans les relations de la campagne de 1812. Voilà qui clôt la discussion : il y avait bien des thermomètres au sein de la Grande Armée !
Les thermomètres existaient, donc il y en avait ! Ceci n'explique pas le fait du nombre important de témoignages donnant des relevés de températures aussi précis !
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 1760
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Russie 1812 : froid et souffrances. Témoignages…

Message par C-J de Beauvau » 08 déc. 2017, 15:31

Cyril Drouet a écrit :
08 déc. 2017, 13:13
Larrey possédait un thermomètre.
Quelques mesures rapportées dans ses Mémoires :
"Depuis notre départ de Smolensk, où le mercure était déjà descendu, dans le thermomètre de Réaumur, à 19 et 20 degrés, le froid se maintint jusqu'à Kowno entre 19 et 28 degrés. A notre arrivée à Ohsmiana, le mercure était descendu à 22 degrés, et pendant la nuit à 23 ; le lendemain il descendit à 24 et 25; et au bivouac de Miedneski , où nous passâmes la nuit du 8 au 9 décembre à 26, 27 et 28. Le froid varia ensuite de 24 à 18."
Merci, je pense, en effet que quelques personnes possédaient des thermomètres, et que les relevés de ces personnes comme Larrey ont permis par la suite de donner de la "matière" pour les témoignages écrits plus tard!
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1426
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Russie 1812 : froid et souffrances. Témoignages…

Message par Bernard » 08 déc. 2017, 15:41

La citation rapportée par Cyrill Drouet et les miennes prouvent qu'il y avait bien des thermomètres dans la Grande Armée.

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 1760
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Russie 1812 : froid et souffrances. Témoignages…

Message par C-J de Beauvau » 08 déc. 2017, 16:09

Bernard a écrit :
08 déc. 2017, 15:41
De mon point de vue, oui, puisque la citation rapportée par Cyrill Drouet et les miennes prouvent qu'il y avait bien des thermomètres dans la Grande Armée.
Qu'il y avait des thermomètres à cette époque est une évidence , je le mentionne même dans mon premier billet !mais certainement pas dans chaque paquetage,ni en nombre important et ils (" presque tous") avaient autre chose à faire que prendre des températures ! Donc mon avis, qui est écrit dans mon billet précédent, est qu' Ils ont pour la plupart certainement utilisé des données faites par un petit nombre de personnes comme Larrey ou autres ,pour ensuite les ajouter dans leurs écrits!
Modifié en dernier par C-J de Beauvau le 08 déc. 2017, 17:04, modifié 1 fois.
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

Peyrusse

Re: Russie 1812 : froid et souffrances. Témoignages…

Message par Peyrusse » 08 déc. 2017, 16:26

« Nous marchâmes avec beaucoup de peine à cause du verglas qui couvrait la route par suite de la forte gelée, survenue dans la nuit du 28 [novembre] au 29, après le dégel qui avait eu lieu ; nous glissions à tout instant : plusieurs hommes, tombant sans avoir les forces de se relever, étaient condamnés à périr de froid. Je ferai remarquer que depuis le 18 au 22 il y eu un dégel, et la boue rendait notre marche très difficile ; du 22 au 24 il gela de nouveau ; le 25 il dégela, et le 28 la gelée reprit fortement et continua sans interruption jusqu’à la fin du mois de janvier. Le 1er décembre, le froid prit une telle intensité que le thermomètre descendit jusqu’à vingt-quatre degrés au-dessous de glace. Ce temps atroce jeta le reste de nos troupes dans l’état le plus déplorable et le plus effrayant ; nous ne ressemblions plus à des militaires, mais à des mendiants abrutis, nous offrions l’aspect d’une bande de spectres. Dans cet état, nous nous dirigeâmes sur Vilna. L’espoir de toucher au terme de nos misères nous encourageait dans les pénibles efforts qu’il fallait faire pour nous retaper. Le froid qui nous affligeait si cruellement frappait, à tout moment, de nouvelles victimes ; il nous tuait par milliers d’hommes dans l’espace de quelques jours : la route étaient jonchés de morts. Heureusement, lorsque nous eûmes tant à souffrir de la rigueur de la saison, nous fûmes moins tourmentés par la faim, nous traversâmes des contrées où nous trouvions quelques vivres et du bois pour nous chauffer, et l’ennemi nous inquiétait moins, toutefois sans cesser de nous poursuivre ; car il attaquait tous les jours notre arrière-garde… »
----------------
Joseph de KERCKHOVE, « Mémoires sur les campagnes de Russie et d’Allemagne (1812-1813) ». L’auteur était à cette époque médecin attaché au quartier-général du 3ème corps (Maréchal Ney).

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • [1812] Smorgoni, 5 décembre 1812.
    par Peyrusse » 05 déc. 2017, 12:01 » dans Salon Ier Empire
    65 Réponses
    1685 Vues
    Dernier message par Peyrusse
    31 déc. 2017, 00:11
  • 5 choses qui ont déconcerté Napoléon en 1812
    par L'âne » 25 févr. 2018, 06:59 » dans L'actualité napoléonienne
    7 Réponses
    156 Vues
    Dernier message par Bernard
    25 févr. 2018, 15:55
  • Un aspect méconnu de Napoléon durant la campagne de 1812...
    par Peyrusse » 20 nov. 2017, 23:41 » dans Salon Ier Empire
    6 Réponses
    537 Vues
    Dernier message par Bernard
    03 sept. 2018, 07:43
  • 1812 au piano
    par Maria Kel » 11 oct. 2016, 21:49 » dans Napoléon à travers les Arts
    7 Réponses
    921 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    12 oct. 2016, 19:00
  • Batailles : Mojaïsk, 7 septembre 1812
    par Christophe » 07 sept. 2016, 16:31 » dans Salon Ier Empire
    7 Réponses
    729 Vues
    Dernier message par la remonte
    08 sept. 2016, 10:59