Longwood après la mort de Napoléon

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2316
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Travaux de jardinage : une colère passagère de l'empereur

Message par Joker »

Il y a 200 ans, Napoléon continuait de diriger ses travaux de jardinage à Longwood...

Un de ses serviteurs, Saint-Denis dit "Ali" se souvient : "l'Empereur, voyant des vaches qui paissaient l'herbe dans un des endroits qu'il avait fait entourer de petits murs de gazon, envoya me demander des fusils pour les chasser.
Il était fort mécontent de ce qu'on laissât pénétrer ces animaux dans un lieu qui lui était réservé et où ils gâtaient tout.
J'allai le trouver, et lui dire que je ne lui apportais pas ses fusils, parce que, venant de les nettoyer à fond, je ne les avais pas encore remontés.
Il se mit en colère et, dans la réplique précipitée que je lui fis, m'étant servi du pronom Vous, au lieu de l'expression usitée : Votre Majesté, il me lança un coup de pied, pour me punir de mon manque de respect ou de mon impertinence, en m'apostrophant par des qualifications les plus dures et les plus humiliantes que peut suggérer un vif mécontentement.
J'étais loin, bien loin, d'avoir mérité un tel traitement, car je n'avais eu aucunement la pensée de l'offenser ; je lui étais trop dévoué et trop attaché pour qu'il en fût ainsi ; c'était tout au plus un moment d'oubli des convenances.
Je me retirai de sa présence, la tristesse dans l'âme.
Il fit dire à Noverraz d'avoir soin de ses armes.
La mauvaise humeur chez l'Empereur n'était jamais durable."

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2316
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Travaux de jardinage

Message par Joker »

Il y a 200 ans, à six heures, Bonaparte et le comte Montholon travaillaient fort et ferme, l'ex-Empereur levant les mottes de gazon, et le comte les fixant avec un maillet.

Photographie des jardins Noverraz vues de la grotte.

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2316
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Alerte infectieuse à Sainte-Hélène

Message par Joker »

Il y a 200 ans, on informe les Français exilés qu'une grande inquiétude règne au Cap, en raison des troubles à l'île Maurice, et Sir Rufane Donkin, assurant que le choléra et la dysenterie, qui ont prévalu dans différentes parties de l'Inde, peuvent également être de nature infectieuse, a publié une proclamation, ordonnant que tous les navires venant de n'importe quel port vers l'Est soient mis en quarantaine, dès leur première arrivée.

Les mots du Gouverneur furent : "A great alarm prevails at the Cape, on account of the disorder at the Mauritius, and Sir Rufane Donkin, assuring that the Cholera morbus and Dysentery, which has prevailed in different parts of India, may also be of an infectious nature, has issued a Proclamation, directing that all Vessels coming from any Port whatever to the Eastward, shall be put into quarantine, on their first arrival."

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2316
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Travaux de terrassement à Longwood

Message par Joker »

Le mardi 21 mars 1820, les travaux aux jardins de Longwood conduits par Napoléon battent leur plein.

Saint-Denis, dit Ali se souviendra de ces journées de labeur plusieurs années plus tard :
"Tous les travaux de terrassement que nous fit faire l'Empereur furent extrêmement pénibles, à nous, qui n'avions jamais manié la pioche, la pelle, la bêche, ni roulé la brouette.
Quand nous rentrions du travail, le pantalon, les bas, la chemise, la veste, tout était mouillé à tordre, nos figures étaient couvertes de sueur et de terre. Plusieurs fois, il nous est arrivé de dire que l'Empereur nous tuerait s'il lui venait à l'idée de faire faire de nouveaux jardins.
Quand il était présent, on travaillait à qui mieux mieux, on ne s'épargnait pas, on y allait de corps et d'âme, il n'y avait pas de paresseux ; depuis cinq ou six heures du matin, on n'arrêtait pas.
Mais, dès le moment que l'Empereur avait donné le signal de la retraite, chacun s'empressait d'aller se laver la figure et les mains et d'aller se mettre à table.
Comme tous nous étions gens de bon appétit, nous mettions autant d’activité à mastiquer nos aliments que nous en avions mis à remuer la terre. C'était après avoir bien réparé nos forces que nous allions faire une toilette complète, dont, les uns et les autres, nous avions le plus grand besoin."

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2316
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Travaux de terrassement à Longwood

Message par Joker »

Le mercredi 22 mars 1820, encore une journée de travail dans les jardins de Longwood... Ali continue de se souvenir :

" Jamais Longwood n’avait été aussi animé qu’il le fut pendant ces travaux de jardin ; l’activité semblait nous avoir fait revivre. Avant, nous avions vécu dans une espèce d’engourdissement.
L’Empereur, depuis qu’il était à Sainte-Hélène, ne s’était pas mieux trouvé ; aussi était-il toujours de bonne humeur. Il se levait sur les cinq heures, cinq heures et demie, et attendait très impatiemment que les factionnaires fussent retirés pour aller au jardin. Il faisait ouvrir les fenêtres de ses appartements et allait se promener dans le bosquet, en causant avec le valet de chambre de service.
Aussitôt que le soleil se montrait à l’horizon, il envoyait éveiller tout son inonde. Lorsque je n’étais pas de service, il m’appelait en jetant quelques petites mottes de terre dans les vitres de la fenêtre de ma chambre qui donnait sur le bosquet : « Ali ! Ali ! Tu dors ! » Et en chantant : « Tu dormiras plus à ton aise, - Quand tu seras rentré chez toi, » il continuait l’ariette. Au même moment, j’ouvrais la fenêtre. « Allons donc, paresseux, criait-il en m’apercevant, ne vois-tu pas le soleil ? » Une autre fois, il disait plus simplement : « Ali ! Ali ! Ah ! Ah ! Allah ! Il fait jour. » Marchand avait son tour, mais moins souvent parce que le côté où il logeait était moins fréquenté par l’Empereur. « Marchand ! Mamzelle Marchand, disait-il en l’appelant, il fait jour, levez-vous. » Quand Marchand était arrivé, il le regardait en riant et lui disait : « Avez-vous assez dormi cette nuit ? Votre sommeil a-t-il été interrompu ? Vous allez être malade toute la journée de vous être levé si matin, » et, prenant le ton ordinaire : « Allons, prends cette pioche, cette bêche, fais-moi un trou pour mettre tel arbre. » Pendant que Marchand faisait le trou, l’Empereur allait plus loin et voyant un arbre nouvellement planté : « Marchand, apporte ici un peu d’eau arrose-moi cet arbre, » et, un moment après : « Va me chercher mon pied, ma toise ; » à un autre, près duquel il arrivait : « Va dire à Archambault qu’il apporte du fumier, et aux Chinois qu’ils coupent du gazon ; on n’en a plus, etc. etc. »
Puis, passant à moi qui tenais une pelle pour charger de terre une brouette : « Comment ! Tu n’as pas encore fini d’ôter cette terre ?
— Non, Sire ; cependant je ne me suis pas amusé.
— A propos, coquin, as-tu fait le chapitre que je t’ai donné hier ? — Non, Sire.
— Tu as mieux aimé dormir, n’est-ce pas ? — Mais, Sire, Votre Majesté ne me l’a donné qu’hier soir — Tâche de le finir aujourd’hui ; j’en ai un autre à te donner. »
L’Empereur passant à Pierron, qui plaçait un gazon : « Comment ! Tu n’as pas encore terminé ce mur ?… As-tu assez de gazons pour le finir ? — Oui, Sire. »
Puis, revenant de mon côté : « Quelle heure était-il, lorsque je t’ai éveillé cette nuit ? — Sire, il était deux heures. — Ah ! » et peu après, il me demandait : « Montholon est-il éveillé ? — Je n’en sais rien, Sire. — Va voir. Surtout ne le réveille pas ; laisse-le dormir. »

Sur la photographie, à droite les jardins dits "d'Ali" et à gauche ceux dits "de Noverraz"

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2316
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Longwood après la mort de Napoléon

Message par Joker »

Après la mort de Napoléon en 1821, Longwood retourna à son destin de ferme et le salon où il rendit son dernier soupir fut transformé en moulin à flax (Lin).
Patiemment restauré à partir de 1858 par les conservateurs successifs et remeublé de son mobilier original dont une grande partie était resté sur place, le Salon a retrouvé aujourd’hui son aspect de 1821.
Interprété souvent comme un manque de respect ou de vengeance posthume du « geôlier », ce n’est qu’une marque du pragmatisme de l’île où tout est réutilisé, les ressources étant rares.
C’est d’ailleurs en partie grâce à des souverains britanniques que le lieu fut conservé, la Reine Victoria pour la vente à la France en 1858 et la Reine (mère) Elisabeth qui après sa visite en 1947, choquée de l’état, convoqua l’ambassadeur de France à Londres pour lui demander de mener des restaurations.




« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • la bibliothèque de Napoléon à Longwood
    par Joker » 31 mars 2020, 19:50 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    384 Vues
    Dernier message par Joker
    31 mars 2020, 19:50
  • Restauration 1950-1955 des appartements de Napoléon à Longwood
    par Joker » 08 avr. 2019, 20:19 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    127 Vues
    Dernier message par Joker
    08 avr. 2019, 20:19
  • La mort de Napoléon
    par Jean-Baptiste » 28 juin 2018, 23:04 » dans Espace visiteurs
    259 Réponses
    17621 Vues
    Dernier message par William Staps
    11 août 2019, 11:22
  • Voyage du Bicentenaire de la mort de Napoléon
    par Joker » 26 mars 2019, 19:27 » dans L'actualité napoléonienne
    5 Réponses
    1004 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    28 mars 2019, 12:47
  • La mort de Napoléon Bonaparte à Sainte-Hélène : un si grand mystère ?
    par Joker » 14 déc. 2019, 18:58 » dans Livres - Revues - Magazines
    0 Réponses
    123 Vues
    Dernier message par Joker
    14 déc. 2019, 18:58