FUSILS

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 1995
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: FUSILS

Message par C-J de Beauvau »

Cyril Drouet a écrit :
28 janv. 2019, 22:29
C-J de Beauvau a écrit :
28 janv. 2019, 22:12
Savez vous si des fusils de ce genre ont été utilisés durant le premier empire ?
On les utilisait oui.
Très bien merci . Pourriez vous développer ?
:salut:
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3682
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: FUSILS

Message par Cyril Drouet »

Napoléon les évoque dans sa correspondance dans le matériel de défense de certaines places.
Avatar du membre
C-J de Beauvau
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 1995
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: FUSILS

Message par C-J de Beauvau »

Cyril Drouet a écrit :
28 janv. 2019, 23:04
Napoléon les évoque dans sa correspondance dans le matériel de défense de certaines places.
Ok cool ;)
J'y vais de ce pas la lire ("sa correspondance dans ou "sur" le matériel de défense de certaines places") ! :D THX

:salut:
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3682
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: FUSILS

Message par Cyril Drouet »

Bonne lecture...
Avatar du membre
C-J de Beauvau
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 1995
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: FUSILS

Message par C-J de Beauvau »

Donc pour ceux que cela intéresse, un détail ; Le calibre du fusil de soldat était de 18 balles à la livre, celui du fusil de rempart de 16 balles à la livre, soit environ 19 mm au lieu de 18 mm.
De plus, la quasi-totalité des fusils existants en arsenal ou dans les régiments d'un système antérieur à 1763 (soit 1717, 1728, 1746 et 1754) ont été détruits sous la Restauration en 1825 sur l'ordre du président du conseil de Louis XVIII, Jean-Baptiste Villèle.
Les 1717 complets existants à nos jours sont de l'ordre de 5 ou 6 seulement au monde !
Un peu plus du double pour les 1728, et quelques dizaines des autres modèles.
Selon ces amateurs éclairés sur ce forum
http://www.lesherosoublies.com/t10635-l ... de-rempart
Pour ce qui était de son utilité voir mon billet plus haut !
Voir les photos

Il faudra attendre le modèle 1828 modifié 1831 avec le fusil de rempart de 21,8 mm. Utilisé lors de l’expédition d’Alger en 1830 pendant l’attaque du fort l’Empereur. Le fusil 1828/31 fut utilisé dans l’attaque de la citadelle d’Anvers, en 1832 et pendant le siège de Constantine, en 1837.CARACTÉRISTIQUES :

Longueur de l’arme : 1,690 m.
Calibre : 21,8 m/m.
Portée : 600 m ; à 100 m la balle traverse 10 planches de sapin, à 600 m elle en traverse 2.
Poids total : 10 kg.
PARTICULARITÉS :
Canon rayé, 12 rayures pas progressif.
Chargement par la culasse.
http://armesfrancaises.free.fr/fusil%20 ... 01831.html

:salut:
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3682
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: FUSILS

Message par Cyril Drouet »

Pour en revenir à l'Empire, on lit parfois que Napoléon aurait été blessé à Ratisbonne par un fusil de rempart. Cette information m'inspire le doute.
Y aurait-il des sources primaires sur ce point précis ?
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3682
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: FUSILS

Message par Cyril Drouet »

Cyril Drouet a écrit :
29 janv. 2019, 13:33
Pour en revenir à l'Empire, on lit parfois que Napoléon aurait été blessé à Ratisbonne par un fusil de rempart. Cette information m'inspire le doute.
Y aurait-il des sources primaires sur ce point précis ?


Dans «Itinéraire de Napoléon au jour le jour: 1769-1821», de Tulard et Garros on peut en effet lire ceci :
« A 14 h, il veut juger de l'effet du tir de l'artillerie, pousse son cheval jusqu'à dix pas d'une batterie, est blessé d'une balle au pied. D'autres disent qu'il était à pied, à côté de Lannes.
Il appelait Berthier lorsqu'une balle, tirée de la muraille avec un fusil de rempart, vint l'atteindre au gros orteil du pied droit. »


Le problème, et pas des moindres, est que ce passage semble largement inspiré d'un auteur des plus suspects, Emile Marco de Saint-Hilaire (Mémoires et révélations d'un page de la cour impériale de 1802 à 1815) :
«Impatient d'entrer dans cette place, il se levait de dessus le manteau sur lequel il était étendu, pour ordonner l'attaque; il était à pied à côté du maréchal Lannes et appelait le prince de Neufchâtel, lorsqu'une balle tirée de la muraille avec un fusil de rempart vint le frapper au gros orteil du pied gauche ; elle ne perça point la botte, mais elle lui fit une blessure fort douloureuse, en ce qu'elle frappa sur le nerf, et qu'il avait déjà les pieds enflés par la chaleur de ses bottes qu'il n'avait pas quittées depuis trois jours.»

L'écrivain en question semble ici s'être fortement inspiré des Mémoires de Savary publiés deux ans plus tôt :
« L'Empereur était impatient d'entrer dans Ratisbonne ; il se leva de dessus le manteau sur lequel il était étendu, pour ordonner l'attaque; il était à pied à côté du maréchal Lannes. Il appelait le prince de Neuchâtel, lorsqu'une balle tirée de la muraille de la ville vint lui frapper au gros orteil du pied gauche; elle ne perça point sa botte, mais malgré cela lui fit une blessure fort douloureuse, en ce qu'elle était sur le nerf, qui était enflé par la chaleur de ses bottes, qu'il n'avait pas quittées depuis plusieurs jours. »


C'est quasiment du copier-coller (les repompeurs du Net n'ont rien inventé… :lol: ), sauf que Marco Saint-Hilaire ajoute ici la précision sur l'arme utilisée : « un fusil de rempart ».



Outre divers documents peu précis, on peut à ce sujet également citer Constant (Mémoires) et Pelet (Mémoires sur la guerre de 1809) qui optent pour la carabine :

« Nous étions à peu près à douze cents pas de Ratisbonne, l'empereur voyant fuir les Autrichiens de toutes parts, croyait l'affaire terminée. On avait apprêté son déjeuner à la cantine, au lieu que l'empereur avait désigné. Il se dirigeait à pied vers cet endroit , lorsque se tournant vers le maréchal Berthier, il s'écria : « Je suis blessé. » Le coup avait été si fort que l'empereur était tombé assis; il venait en effet de recevoir une balle qui l'avait frappé au talon. Au calibre de cette balle, on reconnut qu'elle avait été lancée par un carabinier tyrolien, dont l'arme porte ordinairement à la distance où nous étions de la ville. »


" Une balle de carabine vint le frapper, comme pour nous avertir tous, de l'instabilité des choses humaines. Que de destinées cette balle pouvait bouleverser! Napoléon s'était arrêté sur un plateau découvert, en face des maisons de Kirchhof; il venait de déjeuner gaîment, et avait invité ceux qui l'environnaient. Se trouvant dans le moment seul avec le maréchal Lannes, il se sentit touché au pied droit."
(Pelet, Mémoires sur la guerre de 1809)
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3682
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: FUSILS

Message par Cyril Drouet »

Merci Général Colbert ! :P

Pour revenir à la période napoléonienne et à l'Histoire, outre la blessure fort douteuse de l'Empereur face à Ratisbonne, on peut citer ce passage des l'ouvrage de Larrey, Mémoires de chirurgie militaire et campagnes :
"Le général Caffarelli reçut, avant le troisième assaut [lors du siège d'Acre], un coup de balle de fusil de rempart, presque à bout portant, qui lui fracassa l'articulation du coude gauche : toutes les surfaces articulaires furent brisées, les condyles de l'humérus séparés par une fracture en long, l'olécrâne entièrement détaché, tous les ligaments rompus, les attaches des tendons et les aponévroses arrachées ou déchirées. Il y eut, outre cela, commotion dans tout le membre, dans les organes du bas-ventre et de la poitrine, par l'effet de la percussion violente du coup de feu et de la chute du blessé, qui eut lieu au même instant."
Avatar du membre
Cyril
Sergent
Sergent
Messages : 952
Enregistré le : 29 juil. 2017, 21:01
Localisation : Bonne ville de LYON

Re: FUSILS

Message par Cyril »

Que dire sur les suppositions de chacun?

Nous pouvons je pense apporter crédit à monsieur Larrey, son expérience et l'analyse très précise des lésions du général Caffarelli peuvent sans trop de doute lui apporter une idée du projectile qui a touché le général et donc le type d'arme utilisée.
Pour la très célèbre blessure de l'Empereur c'est une autre histoire...ce ne sont que supposition, j'ai même lu que certain attribuaient le projectile honnis à des troupes alliées (ma mémoire me fait défaut, désolé).
"Servir est mon devoir"
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3682
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: FUSILS

Message par Cyril Drouet »

Cyril a écrit :
31 janv. 2019, 08:10
Que dire sur les suppositions de chacun?
Délicat en effet de trancher ; mais celle d'Emile Marco de Saint-Hilaire, malheureusement parfois reprise, ne vaut sans doute pas un kopeck.
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Le problème du remplacement des fusils
    par C-J de Beauvau » 16 juin 2020, 12:25 » dans Salon Ier Empire
    2 Réponses
    168 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    16 juin 2020, 15:17
  • ramasser des fusils après une bataille
    par --- » 16 juin 2020, 14:06 » dans Espace visiteurs
    1 Réponses
    202 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    16 juin 2020, 16:14