Les descendants de Marie-Louise et de Neipperg

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Route Napoleon

Re: Marie-Louise

Message par Route Napoleon » 12 févr. 2015, 09:27

:salut: Ce bon Peyrusse a écrit :
Privé de tout moyen de transport, entouré d’ennemis, sortir de la ville eût été imprudent ; je demandai à Sa Majesté de vouloir bien faire donner l’ordre que les caissons des voitures de suite me fussent livrés. Sa Majesté en donna l’ordre devant moi, en me priant d’assurer à l’Empereur que les fonds qui seraient amenés à Rambouillet seraient mis à ma disposition. J’eus moins de peine à obtenir de Sa Majesté la faculté qu’elle m’accordait, que de me faire apporter les clés et les coffres déjà remplis de chiffons. Je luttai contre toutes les oppositions. 2, 933,600 Fr. furent serrés dans les caissons, dont je remis les clés et le bordereau à M. de Méneval, qui, le 18 avril suivant, en écrivit à M. Fain. Je fis couvrir de fumier les trente caisses qui me restaient, et je chargeai mon domestique et mon piqueur de ne pas les perdre de vue. Je me fis annoncer chez Sa Majesté pour lui rendre compte de tous mes arrangements. L’Impératrice me donna un pli pour M. le Grand-Maréchal et me congédia avec bienveillance...
Bien joué M. Peyrusse !!!
Napoléon prononçait " Peyrousse ", comme pour le colonel Campbell qu'il appelait " Combel "...

Christophe

Re: Marie-Louise

Message par Christophe » 13 févr. 2015, 13:56

[aligner]Effectivement, la façon quelque peu étonnante qu’à Napoléon de prononcer le nom de Peyrusse est révélateur de son accent méditerranéen. Cette prononciation est mentionnée une fois dans les "Mémoires" de G. Peyrusse. En revanche, pour "Combel" , je l'ignorai. On peut s'interroger quant à l'effet d'audibilité, lors d'une harangue générale, à Fontainebleau lors des fameux "Adieux". On nous montre toujours un "Napoléon" prononcant un français d'une façon neutre. Je ne parle pas des films en langue étrangère. [/aligner]

Christophe

Re: Marie-Louise

Message par Christophe » 23 févr. 2015, 10:55

[aligner]Ce document a été diffusé la première fois en 1935 dans la « Revue des Études Napoléoniennes » (pp.171-172) par Octave Aubry.

« Il s’agit de la consultation écrite par Corvisart, le 11 avril 1814, qui interdisait à Marie-Louise le voyage à l’île d’Elbe. A ce moment, Marie-Louise, lasse, souffrante, désemparée, se trouve avec son fils et les restes d’un entourage qui ne songe déjà qu’à l’abandonner, à l’évêché d’Orléans. Elle voudrait encore, comme le lui conseillent Mme de Montesquiou et Méneval, courir à Fontainebleau dont elle est si près, et où son mari espère sa venue. Mais Mme de Montebello et Mme de Brignole s’y opposent, et, la trouvant trop fidèle, sapent avec perfidie, l’attachement qu’elle garde pour Napoléon.

Survient alors Corvisart, envoyé par l’Empereur et qui a oublié ses pires affres pour s’inquiéter de la santé de sa femme. Il veut savoir si elle pourra l’accompagner dans son exil. Influencé par Mme de Montebello, le médecin exagère, de bonne foi peut-être, les symptômes qu’il trouve chez l’Impératrice, la déclare gravement atteinte, et affirme que seule une longue saison aux eaux pourra la guérit.

Après un long préambule il conclut : « Je pense que je serais coupable si je ne disais pas que Sa Majesté, ne peut pas, sans compromettre sa santé d’une manière funeste, entreprendre un voyage un peu long et toujours fatiguant ; que le mauvais état de ses nerfs et le délabrement de sa poitrine, qui devient le centre de toute leur agitation, et où la commotion semble retentir, donnent tout à craindre pour une vraie et grave maladie de cette partie, et qu’il est malheureusement si difficile (pour ne pas dire impossible) en général de guérir. »

Ce qu’il faut à l’Impératrice, prétend-il, c’est le calme physique, un traitement rigoureux, avec pour base, une cure thermale. Marie-Louise s’incline. En pensée, elle commence d’admettre qu’elle ne puisse se réunir tout de suite à l’Empereur. Là-dessus Metternich, instruit par les affidés qu’il a su se ménager dans les entours mêmes de la malheureuse enfant (car, on l’oublie trop, Marie-Louise n’a encore que vingt-deux ans), lui envoie les princes Esterhazy et Lichtenstein pour l’emmener à Rambouillet. Il est bien sûr ainsi de l’empêcher de joindre Napoléon. C’est à Rambouillet que l’empereur François viendra lui rendre visite. Marie-Louise ne résiste pas. Comment le pourrait-elle ? Elle attend trop de son père… Elle écrit un billet vague à Napoléon, prend congé hâtivement des Bonaparte encore à Orléans, et part avec son fils.

Quand, à Fontainebleau, Corvisart lui affirme que l’Impératrice ne peut l’accompagner dans son exil, et brutalement, va jusqu’à lui dire :
« -Aix [-lès-Bains] est le salut. L’île d’Elbe est la mort pour la mère comme pour l’enfant ! »
[/aligner]

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2789
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Marie-Louise

Message par L'âne » 11 sept. 2018, 14:13

NapNap a écrit :
13 août 2003, 02:59
Napoléon avait interdit qu'une personne de sexe masculin s'approche de Marie-Louise.
Je ne suis pas certain que ce fut le cas.
En attendant l'Empereur encourageait Metternich à rendre visite à l'Impératrice, les laissait seuls et il lui arriva même de les enfermer pour qu'ils soient certains de n'être pas dérangés.
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3213
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Marie-Louise

Message par Cyril Drouet » 11 sept. 2018, 17:24

L'âne a écrit :
11 sept. 2018, 14:13
NapNap a écrit :
13 août 2003, 02:59
Napoléon avait interdit qu'une personne de sexe masculin s'approche de Marie-Louise.
Je ne suis pas certain que ce fut le cas.
Voici ce qu'on trouve dans les Mémoires de la duchesse d'Abrantès :
« L'empereur avait voulu obvier, autant que cela pouvait s'accorder avec l'étiquette, aux inconvénients qui l'avaient si souvent, non seulement impatienté, mais rendu malheureux avec l'impératrice Joséphine : je veux parler de son entourage. Marie-Louise étant jeune, ignorante des usages du monde, quoiqu'elle connût l'étiquette de la cour, et puis habituée à une grande retraite intérieure, et à une vie toute de famille, celle qui lui fut prescrite ne l'étonna ni ne l'ennuya. L'empereur avait prescrit qu'elle ne devait voir aucun homme dans son intérieur; Paër était le seul excepté, parce qu'il était maître de piano, et encore fut-il ordonné à la dame d'annonce de ne jamais quitter l'impératrice. Un jour l'empereur arriva à l'improviste chez Marie-Louise : c'était à Saint-Cloud. En entrant dans l'appartement, il aperçut à l'extrémité de la chambre un homme dont il ne reconnut pas d'abord les traits. Son premier mouvement fut celui de la colère; il s'emporta jusqu'à dire un mot très dur à la dame de service ; je crois que c'était madame Brignolé... Elle s'excusa en disant que c'était Biennais !, qui avait dû venir lui-même expliquer à l'impératrice le secret d'un serre-papier qu'il venait de faire pour Sa Majesté. L'empereur ne dit rien d'abord... Il regarda Biennais, et puis se promena, mais le front toujours soucieux... Ensuite il dit toujours avec humeur : - C'est égal... c'est un homme, et aux ordres que j'ai donnés à cet égard il ne peut exister d'exceptions, ou bientôt il n'y aura plus de règles. »


...dans les Mémoires de Constant :
« L'empereur prit tout d'abord les plus grandes précautions pour que personne, et surtout aucun homme, ne pût approcher l'impératrice que devant témoin. »


...ou dans les Souvenirs historiques de Méneval :
« Le service intérieur, composé, au temps de l'impératrice Joséphine, de quatre dames d'annonce, fut augmenté de deux nouvelles dames, dont les attributions eurent un caractère plus austère ; elles furent choisies dans la maison impériale d'Écouen : la préférence fut donnée aux filles ou veuves d'officiers; l'une d'elles, madame Durand, était veuve d'une général. Elles faisaient auprès de l'impératrice le service que les aides de camp faisaient auprès de l'empereur, si ce n'est qu'elles ne l'accompagnaient pas au dehors, mais elles se tenaient constamment auprès d'elle pendant le jour; et, pendant la nuit, l'une d'elles couchait dans une chambre attenant à sa chambre à coucher ; elles ne laissaient pénétrer aucun homme dans son appartement privé, c'était leur consigne »


...ou encore dans les Mémoires sur Napoléon, l'Impératrice Marie-Louise et la Cour des Tuileries, de Mme Durand :
« Aucun homme, à l'exception des officiers de santé, de MM. de Mainneval et Ballouhai, n'était admis dans les appartements intérieurs de l'Impératrice sans un ordre de l'Empereur; le premier était secrétaire de ses commandements, et le second intendant de ses dépenses. »

Avatar du membre
Napolitaine
Princesse de Bourgogne
Princesse de Bourgogne
Messages : 662
Enregistré le : 30 juil. 2017, 22:04

Re: Marie-Louise

Message par Napolitaine » 11 sept. 2018, 18:41

Jaloux maladif ? Avec Joséphine il ne semblait pas l'être.
Il est fou de constater que certaines personnes peuvent dire des insanités sans paraître vulgaire, alors que d'autres le sont juste en vous disant bonjour.

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3213
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Marie-Louise

Message par Cyril Drouet » 11 sept. 2018, 18:52

L'âne a écrit :
11 sept. 2018, 14:13
En attendant l'Empereur encourageait Metternich à rendre visite à l'Impératrice
A propos de Metternich (Mémoires) :
"Dans le courant de l'été de l'année 1810, Napoléon me retint un jour, après son lever, à Saint-Cloud. Quand nous fûmes seuls, il me dit d'un ton assez embarrassé que je serais à même de lui rendre un service.
« Il s'agit, me dit-il, de l'Impératrice; elle est jeune, sans expérience, et elle ne connaît pas encore les mœurs de ce pays-ci, ni le caractère des Français. J'ai placé près d'elle la duchesse de Montebello; elle est ce qu'il lui faut, mais elle commet parfois des légèretés. Hier, par exemple, se promenant dans le parc avec l'Impératrice, elle lui a présenté un de ses cousins. L'Impératrice lui a parlé, et elle a eu tort; si elle se fait présenter ainsi des jeunes gens, des petits cousins, elle deviendra bientôt la proie des intrigants. Chacun en France a toujours à demander quelque faveur. L'Impératrice sera obsédée, et sans pouvoir faire le bien, elle sera exposée à mille tracas. »
Je dis à Napoléon que je partageais sa manière de voir, mais que je ne comprenais pas bien le motif qui l'engageait à me faire cette confidence.
« C'est, me dit Napoléon, que je désire que vous parliez du fait à l'Impératrice. »
Je lui témoignai ma surprise de ce qu'il ne s'en acquittait pas lui-même. Le conseil, lui dis-je, est bon, il est sage, et l'Impératrice a l'esprit trop droit pour ne point l'apprécier.
« Je préfère, interrompit Napoléon, que vous vous chargiez de la commission. L'Impératrice est jeune, elle pourrait croire que je veux faire le mari morose ; vous êtes le ministre de son père et l'ami de son enfance; ce que vous lui direz fera plus d'impression sur elle que ce que je pourrais lui dire. »

McDonald

Re: Marie-Louise

Message par McDonald » 11 sept. 2018, 22:31

Dans "Histoire de la campagne de France. La chute de Napoléon" par Jean-Noël Brégon, l'auteur cite un extrait d'une lettre autographe de Napoléon à son frère Joseph, du 12 mars 1814 de Soissons, issue de "Napoléon et Joseph, Correspondance Intégrale," édition établie par Vicent Haegele, Paris Tallendier, 2007

Cette lettre tendrait a prouver que Napoléon aurait même été jaloux de son propre frère et aurait prêté attention aux fausses rumeurs prêtant une liaison de Marie-Louise avec le roi déchu.

"Si vous voulez avoir mon trône, vous le pouvez faire, mais je vous demande pour seule grâce de me laisser le cœur et l'amour de l'impératrice. [...]Si vous voulez perturber l'impératrice et régente, attendez ma mort."

Quelqu'un a t il la retranscription de la lettre complète ? Est elle authentique ?

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3213
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Marie-Louise

Message par Cyril Drouet » 11 sept. 2018, 23:33

McDonald a écrit :
11 sept. 2018, 22:31
Quelqu'un a t il la retranscription de la lettre complète ? Est elle authentique ?
"Le ton de vos lettres et ce que j'apprends que vous vous permettez de faire des adresses pour me demander la paix, et que ce projet est de vous, me navrent de douleurs. Si vous voulez aussi me trahir, vous pouvez le faire ; mais je vous demande pour seule grâce de me laisser le coeur et l'amour de l'Impératrice. Elle m'a rendu heureux depuis quatre ans. Vous vous mêlez de vouloir diriger sa conduite et la faire entrer dans des pourparlers contre moi. Ce seul coup m'étonne. Vous pouvez vous mal conduire et vouloir jeter sur moi des blâmes et des reproches. je suis au-dessus de tout, mais la diminution de confiance de l'Impératrice en moi, et l'introduction de qui que ce soit dans sa confiance entre moi et elle me paraît seule dure à supporter. Je suis résigné toutefois, mais je vous préviens que la première adresse que l'on se permettra de me faire, je la considérerai comme un acte de rebelle. Tout cela fait bien du mal à mes affaires. Si vous voulez abandonner l'Impératrice et régner, attendez ma mort. Cette espérance, si elle vous offre des perspectives pour arriver, suffit pour qu'il soit inutile de vous permettre un crime.
Je vous prie de ma laisser la confiance de l'Impératrice et de ne pas vous mettre entre elle et moi, ni entre elle et son père. Je croyais être au-dessus de tout, mais à savoir que l'Impératrice a avec vous des secrets que j'ignore, je sens que je puis encore éprouver de nouvelles peines.
Tout à vous.
"
McDonald a écrit :
11 sept. 2018, 22:31
Cette lettre tendrait a prouver que Napoléon aurait même été jaloux de son propre frère et aurait prêté attention aux fausses rumeurs prêtant une liaison de Marie-Louise avec le roi déchu.
Je ne pense pas qu'il fasse interpréter cette lettre de cette manière.

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2789
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Marie-Louise

Message par L'âne » 12 sept. 2018, 02:39

Voici la lettre adressée en parallèle à Marie-Louise le 12 mars :

« Tout le monde m’a thraï [sic]. Serais-je destiné à l’être par le roi [Joseph] ? Cela ne m’étonnerait point et ne serait pas au-dessus de ma constance. Ce qui seul pourrait l’ébranler serait que tu as eu avec le roi des liaisons que j’ignorais et que tu ne fusses plus pour moi ce que tu as été. Méfie-toi du roi ; il a une mauvaise réputation avec les femmes. »

Frédéric MASSON « Napoléon et l’amour » :

"« …lorsque, devant la nécessité de la guerre en Russie, il est obligé de quitter sa femme, par chaque courrier il se fait adresser un rapport circonstancié sur les promenades qu'elle a faites, les visites qu'elles a reçues, les façons dont elle a occupé ses soirées ; et ce rapport est rédigé par un subalterne qui emploie du papier à chandelle, qui écrit Vildavre pour Ville-d'Avray ; et, sur cet ignoble papier, en face de ces notes informes, lui, si méticuleux en matière de protocole, met, de sa main, des signes d'interrogation et de rappel. Voilà donc l'homme, et nulle preuve ne saurait être plus démonstrative, non de sa jalousie, mais de sa continuelle attention. Et pourtant, si quelque chose en la conduite de sa femme lui déplaît, il se contraint, il n'ose la reprendre en face ; il s'ingénie à trouver un intermédiaire qui porte ses plaintes. »"

Octave AUBRY « Vie privée de Napoléon » :

"Napoléon a placé auprès de Marie-Louise un nombreux service de femmes dites rouges, noires, blanches, d'après la couleur de leur costume, qui écartent sans pitié les hommes. Il est jaloux d'elle, veut éviter toute surprise de l'esprit, tout écart des sens. Il ne croit guère à la vertu des femmes ; il en a trop connu de faciles. « L'adultère, dit-il souvent, est une affaire de canapé. »"


Napoléon était jaloux certes.
S'il exigeait que Marie-Louise soit tenue écartée des hommes, cela provient aussi du fait qu'il tenait à la tenir éloignée des sollicitations auxquelles elle aurait pu vouloir donner suite, sans qu'il puisse les lui refuser.
Aurea mediocritas

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Marie-Louise à la tv
    par Belle Poule » 25 janv. 2015, 14:07 » dans Napoléon à travers les Arts
    0 Réponses
    501 Vues
    Dernier message par Belle Poule
    25 janv. 2015, 14:07
  • [ Napoléonothèque ] Marie-Louise
    par L'âne » 19 oct. 2017, 18:43 » dans Napoléonothèque
    0 Réponses
    234 Vues
    Dernier message par L'âne
    19 oct. 2017, 18:43
  • Napoléon et Marie-Louise à Rambouillet
    par Hervé » 23 sept. 2018, 10:33 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    586 Vues
    Dernier message par Hervé
    23 sept. 2018, 10:33
  • Qui a déjà visité cet Hôtel ? (descendants Caulaincourt)
    par Belle Poule » 08 nov. 2016, 18:20 » dans Monuments Napoléoniens
    3 Réponses
    723 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    22 nov. 2016, 19:47
  • [ Napoléonothèque ] Louise Lannes, duchesse de Montebello
    par L'âne » 19 oct. 2017, 18:38 » dans Napoléonothèque
    0 Réponses
    179 Vues
    Dernier message par L'âne
    19 oct. 2017, 18:38