VEXILLOLOGIE : Drapeau Tricolore

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

lukian54

Re: VEXILLOLOGIE : Drapeau Tricolore

Message par lukian54 »

:salut:
Merci pour ces renseignements.
Je connaissais la date de 1812, mais j'ai un doute.
Car à Moscou au musée de l'armée, j'ai vu des drapeaux français, récupérés par les Russes - ce sont des losanges blancs, encadrés de triangles rouges et bleus.
De même à Saint Pétersbourg, derriere le monument de Koutousov, on peut voir le drapeau du 18° de ligne, ancien modèle.
Savez-vous si la trés Grande Armée de Russie avait emmené les anciens drapeaux ?
Merci à tous.
Le Grognard du Jura

Re: VEXILLOLOGIE : Drapeau Tricolore

Message par Le Grognard du Jura »

Je n'ai pas souvenance de drapeaux pris par les russes lors de la campagne de Russie. Les drapeaux qui se trouvent en Russie sont ceux prix lors des Campagnes de 1805 et 1807.
A la fin de la retraite de Russie de nombreux drapeaux ont été bruler par crainte d'être pris par l'ennemi.
Dominique T.

Re: VEXILLOLOGIE : Drapeau Tricolore

Message par Dominique T. »

Si le nouveau drapeau porte en effet le nom de modèle 1812, dans la plupart (tous ?) des cas -même pour la Garde- ce n'est qu'en 1813 que les unités touchèrent les nouveaux modèles.

Selon toute logique, c'est donc avec les anciens modèles que la campagne de Russie fut faite.

Je crois me rappeler que c'est à l'instigation du général Clarke, duc de Feltre, que la nouvelle disposition fut adoptée.

La principale raison était qu'il serait ainsi plus facile d'inscrire les noms de victoires à travers les trois bandes, au lieu de dans le blanc du losange.

Le hic, c'est qu'après cette date, il n'y eut plus beaucoup de victoires à noter... :cry:

Les troupes de l'armée de Lattre ne s'y sont pas trompées : c'est bien le drapeau à losange -synonyme de victoire- qui était peint sur leurs chars !
Le Grognard du Jura

Re: VEXILLOLOGIE : Drapeau Tricolore

Message par Le Grognard du Jura »

]Pour ceux que cela interesse, vient de s'ouvrir un site sur les drapeaux français:
http://www.drapeaux.org
Mathieu Dampierre

Re: VEXILLOLOGIE : Drapeau Tricolore

Message par Mathieu Dampierre »

Bonjour! Les couleurs du drapeau tricolore viennent-elles de l’alliance du blanc royal et des couleurs de la ville de Paris ou d’une circulation des symboles inspiré par la révolution américaine?

Merci d'avance,

:salut:
J-B Laborde

Re: VEXILLOLOGIE : Drapeau Tricolore

Message par J-B Laborde »

C'est en 1790 que Lafayette ( peut être inspiré de ses escapades américaines ? ) décide d'intercaler le blanc de la Maison Royale entre le bleu et le rouge de la Ville de Paris. Ce signe d'abord sous forme de cocarde, que Louis XVI doit arborer à son chapeau, devient rapidement l'emblème de la France Révolutionnaire, mais reste toutefois anarchique dans ses formes.
Ce n'est qu'en 1812 que Napoléon décide de règlementer cet étendard : trois bandes verticales de même dimension, le bleu se trouvant à la hampe.
Ce drapeau sera adopté définitivement le 5 mars 1848.
:salut:
Henri André

Re: VEXILLOLOGIE : Drapeau Tricolore

Message par Henri André »

:salut:
Étant catalogué sans appel :croixhonneur: , je ne crains pas de citer à nouveau le site de B. Coppens livrant de nombreuses informations sur le sujethttp://www.1789-1815.com/1789_07_cocarde1.htm et http://www.1789-1815.com/mystere_cocarde.htm.
:salut:
Engagé volontaire

Re: VEXILLOLOGIE : Drapeau Tricolore

Message par Engagé volontaire »

Image
Charles Thévenin, Arrestation de Monsieur de Launay, dans la deuxième cour de la Bastille, le 14 juillet 1789, 1793, musée Carnavalet, Paris.

Généralement, on date l’acte de naissance du drapeau français de l’arrivée à Paris de Louis XVI, le 17 juillet 1789, trois jours après la chute de la Bastille. Le Roi est reçu à l’Hôtel de ville par le maire Bailly en présence de La Fayette. A la demande de Bailly, il accepte, en un geste de réconciliation, de placer à son chapeau, aux côtés d’une cocarde blanche, un ruban bleu et rouge, les couleurs de la ville de Paris.
En fait, il semble que cet emblème aux trois couleurs existait déjà depuis quelques jours, né tout simplement du souci de La Fayette, commandant de la garde nationale nouvellement créée, de fournir un signe commun de reconnaissance aux troupes dont il venait de prendre la tête.
Sur le tableau de Charles Thévenin représentant l’arrestation de Monsieur de Launay, le gouverneur de la Bastille, le drapeau blanc brandit par un des insurgés est orné, au sommet de sa hampe, de rubans tricolores, tandis qu’une cocarde bleu, blanc et rouge figure sur la coiffure de plusieurs de ses compagnons de combat. Mais le tableau, conservé au musée Carnavalet à Paris, date de 1793. Ces emblèmes ont donc pu être ajoutés de façon rétrospective par Thévenin. Il est plus probable que cette création par La Fayette remonte au jour même de sa nomination à la tête de la garde parisienne le 15 juillet 1789.
Si le blanc était lié au parti huguenot pendant les guerres de religion, Henri IV décide d’en faire la marque distinctive du commandement militaire représentant le Roi (le fameux panache blanc). De fait, les Bourbons vont imposer le blanc, peut-être pour mieux se distinguer des anciennes dynasties.
Traditionnellement les deux couleurs associées à la monarchie française sont le bleu et le rouge. En effet, ces deux couleurs étaient associés aux deux saints protecteurs de la France, saint Martin et saint Denis. Le bleu est lié est la couleur supposée de la chape de saint Martin, apôtre des Gaules, sous la protection de laquelle combattait les rois mérovingiens. Quand au rouge, c’était la couleur de la fameuse bannière de saint Denis sous la protection de laquelle combattaient les Capétiens. C’est pour cela qu’à partir du Moyen Âge ces deux couleurs s’imposent en France et plus particulièrement en héraldique. C’est le cas de Paris qui va associer le fond azuré des lis de France au fond gueule de sa nef. N’oublions pas que les deux principales voies de la ville se dirigeant vers le nord, d’origine romaine, sont également dédiées à saint Martin et saint Denis.
Il est ainsi paradoxal, que le drapeau de la République française prenne ses racines dans l’Ancien Régime. Mais c’est une belle preuve de réconciliation et de la continuité de l’histoire !
Mathieu Dampierre

Re: VEXILLOLOGIE : Drapeau Tricolore

Message par Mathieu Dampierre »

Merci à vous trois pour votre participation. C'est un article de l'historien Eric Fournier sur le site Aggiornamento Hist-Geo qui m'a interpellé. Voici l'extrait:

"Premièrement, Un historien ne parle pas de « royaumes africains moyenâgeux » mais de royaumes « médiévaux ». Deuxièmement, L’auteur ignore manifestement que le drapeau tricolore ne vient pas de l’alliance du blanc royal et des couleurs de la ville de Paris mais d’une circulation des symboles inspiré par la révolution américaine. Enfin, béat d’admiration devant les grands chefs militaires et l’histoire bataille, et considérant que le 6 juin 1944 est plus important que Stalingrad, il loue les qualités militaires du général Montgomery, n’ayant manifestement pas lu le livre majeur d’Anthony Beevor sur le débarquement qui déconstruit cette thèse.

:salut:
Engagé volontaire

Re: VEXILLOLOGIE : Drapeau Tricolore

Message par Engagé volontaire »

Ce discours recourt un peu trop à l’affirmation. Il n’y a pas de preuves explicites en la matière et les deux thèses ne sont pas contradictoires. Elles se sont peut-être superposées dans l’esprit de La Fayette! Cependant le rapprochement semble fortuit car il ne correspond pas à la logique des événements.
En effet, le contexte penche assez clairement du côté de l’origine française. Le 13 juillet est instituée une garde bourgeoise à Paris afin d’éviter les débordements. Elle choisit comme signe distinctif une cocarde aux couleurs de la ville après avoir, dans un premier temps, opté pour une cocarde verte. Cette garde bourgeoise ou milice parisienne se transforme le 16 juillet en Garde nationale de Paris. La Fayette venant d’être nommé à sa tête en chercha les couleurs qui pourraient la distinguer. De façon logique, il reprit le bleu et le rouge de la cocarde de l’ancienne milice, mais malheureusement ses deux couleurs n’étaient pas seulement celles de la ville mais aussi celles de la livrée d’Orléans, il choisit donc d’y associer le blanc de la monarchie afin de symboliser l’alliance du Roi et de la Nation. Ce choix fut adopté par l’Hôtel de ville sur la proposition de La Fayette le 17 juillet. La Garde nationale de Paris aura donc comme signe distinctif une cocarde tricolore (couleurs que l’on retrouve également dans leur uniforme). Ces informations sont tirées de notes manuscrites de La Fayette publiées dans Mémoires, correspondance et manuscrits du général La Fayette (tome 2, pages 267-268).
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Drapeau napoléonien
    par Maria Kel » 03 mars 2017, 19:23 » dans Objets napoléoniens
    2 Réponses
    758 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    03 mars 2017, 23:23
  • Ornement hampe de drapeau du royaume de Naples
    par L'âne » 31 juil. 2019, 11:56 » dans Objets napoléoniens
    5 Réponses
    946 Vues
    Dernier message par lucien
    02 août 2019, 09:16
  • VEXILLOLOGIE : Aigles prises en Russie
    par Cyril Drouet » 22 juil. 2017, 08:14 » dans Salon Ier Empire
    98 Réponses
    5700 Vues
    Dernier message par Joker
    13 sept. 2019, 20:39
  • [VEXILLOLOGIE] Etendards et guidons de cavalerie : tringle de hampe
    par La Grogne » 25 sept. 2020, 08:54 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    5 Réponses
    533 Vues
    Dernier message par La Grogne
    12 oct. 2020, 11:31
  • VEXILLOLOGIE : Russian Infantry Flags of the Napoleonic Wars
    par Loïc Lilian » 18 déc. 2016, 21:38 » dans Livres - Revues - Magazines
    3 Réponses
    1069 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    18 déc. 2016, 23:27