[ARTILLERIE] LA MITRAILLE

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

Le Briquet

[ARTILLERIE] LA MITRAILLE

Message par Le Briquet » 26 sept. 2017, 17:52

En règle générale, les artilleurs chargés par la cavalerie peuvent se réfugier sous leurs pièces.

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
Messages : 1683
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

[ARTILLERIE] LA MITRAILLE

Message par C-J de Beauvau » 26 sept. 2017, 18:15

Demi-solde a écrit :
26 sept. 2017, 17:48
Et si le canon devait être abandonné, on ne manquait pas de l'enclouer.
Je pensais d’après "mes lectures "que le fait de faire pénétrer de force un clou avec un maillet dans la lumière d'un canon pour le neutraliser , était le fait de l'ennemi du dit camps possédant ce canon . ! D'ailleurs d'aucuns reprochent aux cavaliers français de ne pas l'avoir fait sur les canons britanniques à Waterloo ???
QUID ?? A t-on déjà encloué nos propres canons ?
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
Messages : 1683
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

[ARTILLERIE] LA MITRAILLE

Message par C-J de Beauvau » 26 sept. 2017, 18:23

Le Briquet a écrit :
26 sept. 2017, 17:52
En règle générale, les artilleurs chargés par la cavalerie peuvent se réfugier sous leurs pièces.
Est ce suffisant , "quelle réplique était "programmée ?" Ou au moins supputée ?? Peut être aucune, réservée au libre arbitre des supérieurs ?
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2327
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

[ARTILLERIE] LA MITRAILLE

Message par Demi-solde » 26 sept. 2017, 18:29

C-J de Beauvau a écrit :
26 sept. 2017, 18:15
A t-on déjà encloué nos propres canons ?
L'enclouage est évidemment une technique pour faire taire les canons ennemis, lors d'une bataille ou lors d'un siège (où certaines sorties n'avaient pour unique but que de faire taire l'artillerie assiégeante) ; mais il était également pratiqué sur ses propres pièces lorsque la perte de celles-ci devenait inéluctable, afin d'éviter qu'elles ne soient immédiatement retournées contre soi.

Cordialement

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2863
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

[ARTILLERIE] LA MITRAILLE

Message par Cyril Drouet » 26 sept. 2017, 18:39

Le Briquet a écrit :
26 sept. 2017, 17:10
Par contre on se demande ce qui rend pénible l'insertion de la mitraille.
Levavasseur indique que les cavaliers français étaient trop près de la pièce pour pouvoir se servir avec aisance de l'écouvillon.

C-J de Beauvau a écrit :
26 sept. 2017, 18:23
Le Briquet a écrit :
26 sept. 2017, 17:52
En règle générale, les artilleurs chargés par la cavalerie peuvent se réfugier sous leurs pièces.
Est ce suffisant , "quelle réplique était "programmée ?" Ou au moins supputée ?? Peut être aucune, réservé au libre arbitre des supérieurs ?
Ils peuvent aussi se défendre :
Image
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2712
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Pulvérisation de mort "massive"

Message par L'âne » 26 sept. 2017, 19:05

C-J de Beauvau a écrit :
26 sept. 2017, 18:15
Dimitri CASALI « Qui a gagné Waterloo ? » :
"...les cuirassiers mettent la main sur l’ensemble des batteries anglaises. Un glorieux, mais infructueux fait d’armes ; les cavaliers ne disposent en effet pas du matériel nécessaire pour repartir avec les pièces ni même pour les « enclouer » . Si bien que les artilleurs anglais auront loisir de les réutiliser sitôt la menace écartée."

Jacques GARNIER « Les secrets de Waterloo » :
"S’ils [les cavaliers français]parviennent parfois à entamer quelques carrés, ils ne réussiront pas à en enfoncer vraiment un. Une seule solution : se replier et redescendre la pente du plateau. Dans cette action, ils auraient pu au moins enclouer les canons anglais qui avaient été abandonnés par leurs servants, ce qui les aurait rendus inopérants. Mais la confusion était telle que personne n’y pensa. Résultat : les artilleurs anglais, dès le départ des cavaliers français, purent rejoindre leurs pièces et tirer sur eux."

John KEEGAN "Anatomie de la bataille" :
"À moins de n’être touché qu’à un membre, être heurté par un boulet de canon signifie la mort à coup sûr. Le tir de mitraille cause à peu près autant de dégâts, mais la mort n’est pas aussi automatique."

S'agissant de pulvérisatino de mort "massive" et puisque la bataille de Waterloo est évoquée, nous pouvons indiquer l'utilisation d'autres armes.
Alessandro BARBERO "Waterloo":
"Wellington disposait d’une batterie de six obusiers, au commandement du major Bull [...] les obusiers pouvaient effectuer des tirs obliques et envoyer des munitions d’un autre genre : des obus dont les éclats, lorsqu’ils explosaient, faisaient des carnages, ou le bien plus terrible encore shrapnel, une invention anglaise qui, en éclatant dans les airs, arrosait une vaste zone d’une pluie de balles. La seule limite de cette technologie, qui avait de toute évidence l’avenir pour elle, tenait à la difficulté de régler l’obus de manière qu’il explose à la bonne distance."
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2863
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: Pulvérisation de mort "massive"

Message par Cyril Drouet » 26 sept. 2017, 20:29

"D. S'il est impossible de conserver les pièces , que faut-il faire?
R. Les théoriciens ordonnent de les enclouer, pour cela, il faut avant la charge, préparer des clous et des marteaux ; mais si nos cavaliers n'ont pas eu cette précaution, il faut tout simplement tâcher de renverser les pièces dans un ravin, enlever les avant-trains, ou brûler la cervelle aux chevaux, briser les écouvillons, puis céder dans l'instant, et ne pas se rallier trop loin, pour revenir de suite en force tâcher de reprendre les pièces."
(De Brack, Avant-postes de cavalerie légère)
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
Messages : 1683
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Pulvérisation de mort "massive"

Message par C-J de Beauvau » 26 sept. 2017, 21:41

Cyril Drouet a écrit :
26 sept. 2017, 20:29
[
"D. S'il est impossible de conserver les pièces , que faut-il faire?
R. Les théoriciens ordonnent de les enclouer, pour cela, il faut avant la charge, préparer des clous et des marteaux ; mais si nos cavaliers n'ont pas eu cette précaution, il faut tout simplement tâcher de renverser les pièces dans un ravin, enlever les avant-trains, ou brûler la cervelle aux chevaux, briser les écouvillons, puis céder dans l'instant, et ne pas se rallier trop loin, pour revenir de suite en force tâcher de reprendre les pièces."
(De Brack, Avant-postes de cavalerie légère)
damned dirait le professeur Philip MORTIMER!! :o
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2863
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: Pulvérisation de mort "massive"

Message par Cyril Drouet » 27 sept. 2017, 15:41

Une anecdote contée par Krettly au combat de Loriol (2 avril 1815) :
« Noël lui-même, colonel du 4e régiment d’artillerie légère vint couper court à toutes réflexions en me donnant l’ordre de faire une charge de cavalerie sur trois pièces d’artillerie qui étaient en batterie et qui dirigeaient leurs coups sur le pont de la Drôme.
[…]
Je fis mes dispositions à la hâte pour la charge dont monsieur Noël venait d’ordonner l’exécution; je plaçai en tête de la cavalerie que je commandais la garde nationale de Valence qui portait un uniforme de hussards; je commandai la charge qui fut si rapide que nous arrivâmes en un clin d'œil sur les prolonges des pièces que je frappai moi-même d'un coup de sabre; les canonniers ennemis furent tellement surpris de cette manœuvre imprévue qu'ils n’eurent pas le temps de nous tirer un coup de canon , mais il y avait cachés derrière les maisons des pelotons d’infanterie du 10e de ligne qui firent sur nous un feu bien nourri et nous forcèrent par là à faire demi-tour ; les canonniers profitèrent de cet échec pour se remettre à leurs pièces, j’étais encore assez près d’eux pour entendre un de leurs chefs leur crier de toutes ses forces : « Tirez à mitraille sur ces brigands là. »
Ici je dois rendre justice aux généreux soldats qui étaient pour le moment nos adversaires, ils ne voulurent pas que la mitraille foudroyât de vieux militaires mêlés à une ardente jeunesse dont ils venaient d’éprouver la valeur; ils obéirent pourtant aux ordres inhumains de leurs chefs et nous tirèrent deux coups de canon à mitraille qui devaient nous mettre en pièces s’ils n’avaient été heureusement dirigés au-dessus de nos têtes.
Honneur aux traits d’humanité à quelque parti qu’ils appartiennent !
Je suis heureux de pouvoir citer cette action honorable de la part de nos ennemis qui ne s’étaient fait connaître à moi que sous les rapports du fanatisme et de la haine.
Je n’eus à déplorer qu’un seul accident; un éclat de mitraille blessa grièvement à la jambe le fils d’un avocat; c’était un jeune garde national qui avait déployé à mes côtés la valeur d’un vieux soldat. »
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Cyril
Sergent
Sergent
Messages : 887
Enregistré le : 29 juil. 2017, 21:01
Localisation : Bonne ville de LYON

Re: Pulvérisation de mort "massive"

Message par Cyril » 27 sept. 2017, 19:03

Que devaient ressentir les soldats sous pareils canonnade? une indescriptible peur...
où comme Coignet une simple ignorance....qui lui permet dès sa première bataille un acte de courage.

(je reste en admiration pour ceux qui citent les écrits...je n'ai malheureusement pas le temps en ce moment pour faire de même)
"Servir est mon devoir"

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Une maquette de Waterloo qui "mitraille sec" !!!
    par Moundir Pacha » 09 juin 2015, 21:29 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    696 Vues
    Dernier message par Moundir Pacha
    09 juin 2015, 21:29
  • [ARTILLERIE DE MARINE]
    par mrphilou » 30 janv. 2015, 12:16 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    8 Réponses
    2056 Vues
    Dernier message par mrphilou
    20 févr. 2019, 10:25
  • bouton d'artillerie
    par gilles » 21 mars 2019, 15:14 » dans Espace visiteurs
    1 Réponses
    396 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    21 mars 2019, 22:20
  • Intensité de l'emploi de l'artillerie
    par L'âne » 07 sept. 2017, 08:03 » dans Salon Ier Empire
    12 Réponses
    432 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    15 sept. 2017, 20:28
  • [ARTILLERIE] Henry Shrapnell
    par L'âne » 02 mars 2018, 16:40 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    0 Réponses
    254 Vues
    Dernier message par L'âne
    02 mars 2018, 16:40