Les goûts de Napoléon

Donnez un avis critique sur les ouvrages napoléoniens, les articles.
Prière d'indiquer le titre de l'ouvrage et le nom de l'auteur dans l’intitulé du message.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2852
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Les goûts de Napoléon

Message par Joker »

C’est avec les cinq sens en éveil que l’on se plonge dans cet essai de l’historien d’art Philippe Costamagna, qui s’appuie sur nombre d’anecdotes et de détails pour dresser finement un portrait psychologique de Napoléon.

https://www.napoleon.org/magazine/livre ... -napoleon/


Année de publication : 2021 Lieu et maison d'édition : Paris, Grasset Nombre de pages : 288 p.
Pour commander : la librairie Fontaine Haussmann ou le site PlaceDesLibraires.fr
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2812
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Les goûts de Napoléon

Message par L'âne »

Voici également la présentation de l'ouvrage dans le Figaro de ce 9 mars 2021

Goûts et dégoûts de Napoléon
Dans un essai savant et drôle, le Directeur du Musée d’Ajaccio liste les préférences de l’Empereur
par Éric BIÉTRY-RIVIERRE

Sous les N, les abeilles et les aigles, sous le bicorne et la redingote, qu’aima au juste Napoléon ? Le livre de Philippe Costamagna, directeur à Ajaccio du musée qui porte le nom de l’oncle de Bonaparte, est le premier à synthétiser les goûts de l’Empereur. Goûts et aussi dégoûts : peinture, sculpture, mobilier, littérature, spectacles (682 représentations d’opéra !), architecture, cuisine, femmes…

Voilà donc, dans la grande armée des publications liées au bicentenaire de la mort du Corse, une façon aussi originale que pertinente d’évoquer l’homme. Car la lecture laisse des effluves de cuir et d’eau de Cologne autant que des anecdotes éclairantes. Bonaparte, comme Napoléon les ors en moins, apprécie le fonctionnel. Et tant mieux s’il s’allie au confortable. Il aurait dessiné lui-même l’ingénieux mécanisme du bureau à transformation pour son cabinet à Compiègne. Et son siège vert et or du cabinet des Tuileries est l’ancêtre de nos fauteuils de bureau rotatifs. Pour le Petit Caporal, pas de sphinges aux accoudoirs quand on travaille. « Une vraie entorse au goût bourbonien, tout en splendeurs dorées et en volutes », résume l’auteur.

S’il n’a pas inventé le néoantique, alors en vigueur dans toute l’Europe depuis près de cinquante ans, Napoléon y ajoute le style « retour d’Égypte ». Lequel culmine peut-être avec les tabourets-sabres réalisés par Biennais. Pour ses palais, les David, Denon ou Gérard ont beau dessiner les objets, il s’intéresse plus aux processus de fabrication qu’aux produits. Ses motifs préférés ? Peu lui chaut les femmes nues et les paysages bucoliques. Il faut des cartes, des batailles. Ou de grandes réformes.

À table, toutefois, il s’attarde à peine devant les pièces montées du pâtissier Lebeau mimant les conquêtes. Rester longtemps à manger « c’est le début de la corruption du pouvoir », assurait-il. Un chambertin coupé, un café pris bien sucré. Et hop, en selle ! Se venger sur le potage Cette recette, avec celle du veau marengo (à l’origine poulet marengo), des lasagnes ou des calamars étouffés à la génoise de maman, participe du mythe. Comme la passion des dattes, madeleines de la bataille des Pyramides. Moins connu est le péché mignon : le réglisse. Au reste, c’est autour d’œufs en miroir qu’il a devisé avec Goethe.

Du goût romantique de son interlocuteur, « il apportera les armes et la pompe pour triompher ». À Sainte-Hélène, il se venge sur le potage anglais, jugé insipide. Il exige une soupe de soldat « où la cuillère se tient au garde-à-vous ». Dans son assiette, il conçoit des stratégies en sauçant son pain vers les différents fronts qu’il rêve de conquérir. Cela, Costamagna l’imagine avec cet humour qui sied si bien aux grandes choses.

Les Goûts de Napoléon, de Philippe Costamagna, Grasset, 304 p., 20,90 €.
Aurea mediocritas
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Napoléon 1er – Revue du Souvenir Napoléonien n°93 : la naissance de Napoléon
    par Le Briquet » » dans Livres - Revues - Magazines
    10 Réponses
    2801 Vues
    Dernier message par Général Colbert
  • L’art au service du pouvoir – Napoléon I – Napoléon III
    par C-J de Beauvau » » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    1635 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
  • Napoléon à table et Napoléon cuisinier
    par Joker » » dans Livres - Revues - Magazines
    1 Réponses
    387 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
  • Being Napoléon
    par Joker » » dans Napoléon à travers les Arts
    4 Réponses
    923 Vues
    Dernier message par Frédéric