15 août 1811 de Charles-Eloi Vial.

Donnez un avis critique sur les ouvrages napoléoniens, les articles.
Prière d'indiquer le titre de l'ouvrage et le nom de l'auteur dans l’intitulé du message.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2389
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

"15 août 1811. L'apogée de l'Empire ?"

Message par Joker »

Charles-Éloi Vial ne propose pas qu'un instantané de l'état du Premier Empire en cette date si particulière de la Saint-Napoléon 1811, quelques mois avant la campagne de Russie, et avant le déclin inexorable du système napoléonien.
Il vient donner tout le contexte d'une année exceptionnelle où la puissance égale la démesure, approfondissant ce que les tome 10 et tome 11 de la "Correspondance générale" de l'Empereur donnaient à voir, du durcissement du contexte international aux attentes de plus en plus absolues de l'empereur des Français : https://www.napoleon.org/…/livres/15-ao ... apogee-de-…/

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
C-J de Beauvau
Capitaine
Capitaine
Messages : 2017
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

15 août 1811 de Charles-Eloi Vial.

Message par C-J de Beauvau »

"15 août 1811 : l'apogée de l'Empire ?" de Charles-Eloi Vial.
15 août 1811 : le jour de fête où l'Empereur, au faîte de sa puissance, déclencha les hostilités diplomatiques avec la Russie

https://www.atlantico.fr/decryptage/357 ... 1565865621

"Même au faîte de sa puissance, Napoléon n’était pas – ou plutôt n’était plus – à l’abri de lui-même. La journée du jeudi 15 août 1811, dédiée à la célébration de la Saint-Napoléon, prétexte à des réjouissances pour les simples sujets comme pour les occupants du palais des Tuileries, a ainsi vu se dérouler un événement inhabituel : en pleine salle du trône, alors que la fête battait son plein, l’empereur se mit d’un coup à invectiver l’ambassadeur de Russie, le prince Alexandre Borisovitch Kourakine. De cet esclandre retentissant naquit une crise diplomatique, annonciatrice de la guerre de 1812, dont Napoléon ne devait jamais se relever. Comme l’a écrit Victorine de Chastenay, grande amie de Fouché, « le drame tragique commença par des fêtes ».
Cette scène et les rumeurs qui en découlèrent, de même que les réactions des contemporains, font curieusement ressortir tous les travers de cette époque. Napoléon n’a pas piqué une colère pour le plaisir. Sa journée avait été remplie de mauvaises nouvelles et la perspective d’une guerre prochaine avec la Russie a pu le rendre soucieux au point de lui faire souhaiter d’en accélérer le déclenchement. Si l’on élargit le champ de l’étude, Paris faisait certes la fête en cette belle journée d’été, mais tout n’allait pas si bien non plus : les faits divers les plus sordides, habituels quand on étudie le quotidien d’une grande ville, ne parviennent pas à masquer une série de phénomènes inquiétants, à commencer par la crise économique qui frappait l’Empire depuis plus d’une année et dont l’origine se trouvait, au moins en partie, dans le Blocus continental. En approfondissant l’enquête, on en vient à étudier le déroulement de la fête dans des départements menacés par la disette, où les manufactures fermaient les unes après les autres, où les populations semblaient de plus en plus inquiètes et les élites parfois hostiles à l’empereur. En reculant encore le curseur, on embrasse du regard les « provinces » du Grand Empire, constitué de royaumes dirigés par la famille impériale et d’États vassaux, où la perspective d’un conflit prochain suscitait davantage de craintes que d’espérances.
Au-delà des frontières de la France, que ce soit en Espagne où la guerre civile faisait rage depuis 1808, ou dans l’Allemagne napoléonienne où les souverains vaincus comme Frédéric-Guillaume III de Prusse étaient en train de relever la tête, la lassitude, la haine et la déception s’exprimaient désormais librement. Comme l’écrit la comtesse Merlin, une proche de Joseph Bonaparte, « déjà même avant les désastres de Russie, une inquiétude, un découragement secret, comme ce tonnerre sourd et prolongé, précurseur du tremblement de terre, semblaient présager l’avenir ». La Saint-Napoléon coïncidait également avec la célébration de l’Assomption ; or, depuis 1809, l’Empire subissait aussi, il ne faut pas l’oublier, une terrible crise religieuse qui s’était soldée par l’internement du pape à Savone et par la convocation d’un concile à Paris. Depuis le mois de juin 1811, évêques et cardinaux, réunis à Notre-Dame, se débattaient entre la volonté implacable de l’empereur et leur crainte de provoquer un schisme, sous le regard étonné de la majorité des catholiques qui ne comprenaient pas la gravité de la situation. Somme toute, au moment où l’Europe entière aurait dû communier dans la célébration de l’empereur, ils étaient nombreux à se détourner de lui ou à regretter les années fastes du Consulat et des premiers temps du règne."

Image

Suite de l'article

https://www.atlantico.fr/decryptage/357 ... -eloi-vial

:salut:
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Le Dernier voyage de l'Empereur. (Charles-Eloi Vial)
    par le sabreur » 31 mars 2016, 20:40 » dans Livres - Revues - Magazines
    1 Réponses
    660 Vues
    Dernier message par Joker
    01 avr. 2016, 18:43
  • 15 août 1811 – L’apogée de l’Empire
    par Eric LM » 25 avr. 2019, 15:09 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    2 Réponses
    1056 Vues
    Dernier message par Maldonne
    01 juil. 2020, 17:09
  • La comète de 1811
    par Cyril Drouet » 02 août 2017, 18:59 » dans Salon Ier Empire
    21 Réponses
    1946 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    07 avr. 2019, 10:13
  • 10 soldi et 2 kopecs de 1811
    par le sabreur » 19 avr. 2016, 17:51 » dans Objets napoléoniens
    6 Réponses
    1927 Vues
    Dernier message par le sabreur
    17 mai 2016, 16:50