Quelques témoignages

Donnez un avis critique sur les ouvrages napoléoniens, les articles.
Prière d'indiquer le titre de l'ouvrage et le nom de l'auteur dans l’intitulé du message.

Modérateur : Général Colbert

Route Napoleon

Re: Général***Pierre Decouz

Message par Route Napoleon » 06 mai 2009, 14:25

Pierre Decouz avait reçu l’ordre de se rendre en poste à Verone,
mais la prolongation de son congé annule cet ordre.
Le 3 mars, il est nommé à compter du 8, major du 1er régiment de chasseurs à pied de la Vieille Garde, avec consigne de rejoindre immédiatement Paris …
On voit que son ami Philibert Curial est passé par là…

Il passe par Lyon, pour prendre livraison d’un uniforme de général qu’il n’avait pas pu jusqu’alors se faire confectionner.
De là, le 16 mars, il écrit à Lise à Grenoble :

" J’ai été voir M. Carrant, brodeur, qui m’a fait voir mon habit tout prêt et bien brodé. Il y a une grande différence entre sa broderie et celle de madame Gontard, ce qui me forcera peut-être à faire un collet et d’autres parements à Paris. Juge quel tort cela me fait actuellement. Il faut que j’attende ici jusqu’à 8 heures du soir que les personnes qu’elle avait commandées aient achevé de broder et je profite de ce temps pour faire confectionner l’habit que le tailleur me remettra demain à la pointe du jour, après quoi je continuerai ma route…
Je viens de payer le brodeur, il a évalué son travail au plus juste à 395 F. et cela de madame Gontard à 76 F. parce que, m’a-t-il dit, les collets et parements se payent 95 F. et il a été obligé de payer 19 F. pour achever les parements aujourd’hui.
Demain, j’irai d’une traite jusqu’à Moulins où j’espère arriver le 20 à la pointe du jour pour regagner le temps perdu… "

Le 22 mars, Pierre Decouz arrive à Paris,
où il descend habituellement, rue de Grenelle Saint-Honoré, à l’hôtel de l’Empereur…

" Je suis arrivé ici le 22 à une heure après minuit. Je suis déjà installé dans mes fonctions. Je m’attends à aller bientôt rejoindre le régiment que je commande à Francfort sur le Main. C’est sur cette ville que je te prie de diriger, de suite, Pittache avec mes chevaux, dont 4 juments avec leur harnais.
Recommande bien de les soigner en route et à Pittache de les monter alternativement, en passant par les villes ci-après nommées pour voir s’il n’y a point de lettres pour lui aux bureaux de poste.
A savoir : Lyon, Lons le Saunier, Besançon, Colmar, Strasbourg, Lauterbourg, Mayence.
A son arrivée à Francfort, Pittache s’adressera au chef de bataillon, monsieur Boucher, commandant la portion de mon régiment, le 1er chasseurs à pied. Remets à Pittache plutôt plus d’argent que moins, il sait ce qu’il a dépensé par jour en venant de Naples. Tu lui recommanderas de faire de même.
Monsieur et madame Curial m’ont beaucoup demandé de tes nouvelles ainsi que le général Boyer. Les deux premiers ont un garçon et deux filles dont deux sont de l’âge de Joachim et Octave. Ils sont aussi bien gentils et polis "

Avant de partir, toujours pragmatique, Pierre Decouz régle ses affaires.
Il est soldé de se arriérés d’Otrante, reçoit 6.000 F. et 1.000 F. de pension de la légion d’Honneur.
Il envoie de l’argent à Lise et achète une calèche (1.8000 F.).
Pour 145 F. il se fait confectionner chez Jaeger dit Chasseur, 24 rue des Fossés-Montmartre, un habit grand uniforme en drap loviam bleu.
Le 6 avril, avec le dégraissage d’une culotte, deux robes de chambre et la fourniture de boutons à l’aigle pour vestes il règle 157 F.

Le 11 avril, il part pour Francfort, où l’Empereur a décidé de concentrer les unités de la Garde.
A cette date, Curial est à Mayence, chargé de l’organisation de la 3° division.
Decouz sera commandant de la 1ère brigade de la 2° division Barrois, de la Jeune Garde.

"J’ai quitté Paris fort content et j’espère faire une heureuse campagne. J’ai reçu de son Excellence le ministre de la Guerre pour plus de 1.200 F. de cartes…
Si je reviens après l’automne, nous verrons où nous réunir. Il me tarde bien déjà de t’embrasser ainsi que les enfants et ces désirs, cela ne pourra être qu’après la campagne. Soigne les bien, ces deux petits amours, que je les trouve aussi bien portants que toi…
Soigne un peu Francin, tu sais combien je tiens à voir le domaine en état, en attendant mieux. "

L’Empereur quitte Saint-Cloud le 15 avril.
Le 22 il passe en revue la 2° à division.
Il la dirige sur Eisenach...
Modifié en dernier par Route Napoleon le 09 mai 2009, 14:42, modifié 1 fois.

Route Napoleon

Re: Général***Pierre Decouz

Message par Route Napoleon » 07 mai 2009, 09:17

La Garde arrive à Naumbourg, le 29 avril, où Napoléon la rejoint
Les combats commencent.
D'abord à Wessenfels, qui coûtera la vie au maréchal Jean-Baptiste Bessières, duc d'Istrie, né natif de Prayssac, dans le Lot...

Le 2 mai, victoire de Lutzen, où Decouz n'intervient pas directement.
Il est chargé de rejoindre avec des batteries de la réserve :

" 4 mai 1813. Je suis en marche depuis le 24 avril, ce qui m'a empêché, ma bonne amie, de t'écrire plus tôt. Je rejoins le quartier général avec une belle colonne de la Garde. Notre armée s'est battue les 2 et 3. Nous avons eu l'avantage et nos troupes, ainsi que nos jeunes militaires, ont fait merveille.
Dans quelques jours, il se passera sans doute de grandes choses qui rabattront, j'espère, la morgue de nos ennemis, surtout des Prussiens "...

Dresde est évacuée par les Russes, l'Empereur y arrive le 8 mai, ainsi que le Roi de Saxe, rétabli dans a capitale. Le général Bubna viendra à Dresde, pour y négocier la médiation armée de l'Autriche. Caulaincourt est envoyé négocier un armistice.

Decouz est lui aussi à Dresde :

" Depuis trois jours que j'ai rejoint le quartier impérial, je n'ai pas dormi quinze heures. J'ai plus de besogne que je n'en ai jamais eu au21°, mais dans quatre ou cinq jours, cela sera fini
Je t'ai écrit deux fois en route et notamment après la victoire de Lützen. Nos affaires vont à merveille, les jeunes gens valent nos vieilles bandes...
J'ai vu le général Compans, il est engraissé et plus frais... "
Le général Decouz avait lui reçu, de sa Lise, deux lettres qui l'avaient cherché dans toute l'Allemagne.
le 18 mai, les divisions de la garde partente avec l'Empereur pour Bautzen.
Pierre rédige vite un petit mot :

" Ma bonne amie, nous partons à l'instant pour nous porter en avant. Dès que j'aurai un moment, je te donnerai de mes nopuvelles.
Adieu et ne prends aucun vertige de jalousie je n'ai pas le temps d'y donner lieu"...

Les régiments de Decouz prennent une part active à la victoire de Bautzen, ce 22 mai 1813.
Ils poursuivent les Russes et se dirige sur la Silésie, le 25 mai.

Le Grand Maréchal du Palais, le Mussipontain Michel Duroc, est mort, le 23, à Niedermackersdorf, après avoir eu les jambes brisées par un boulet, à la bataille de Würschen...

Napoléon écrit à Marie-Louise :
" J'ai été bien triste de la mort du Duc de Frioul, il est mon ami depuis vingt ans..."

Turos M. J.

Re: Général***Pierre Decouz

Message par Turos M. J. » 07 mai 2009, 13:28

Route Napoleon a écrit :Le Grand Maréchal du Palais, le Mussipontain Michel Duroc, est mort, le 23, à Niedermackersdorf, après avoir eu les jambes brisées par un boulet, à la bataille de Würschen...
...dans cet texte il y a petitE erreur :oops:
Citation par Paul Triaire "Dominique Larrey et les campagnes de la révolution et d'Empire"
p.586 "...le boulet, qui avait, comme je l'ai dit ricoche sur un arbre et tue Kirgener, n'avait fait que passer au devant de Duroc, rasant son ventre de très près. La paroi abdominale fut gravement lésée et quelques anses intestinales furent perforées..."(source - Larrey Relation médicale des campagnes et voyages, Lettre à Mme Larrey 4 Juin 1813)...".
Cet très intéressant livre se trouve ici : http://www.bium.univ-paris5.fr/histmed/ ... cote?22643
Amicalement et :salut:

Route Napoleon

Re: Général***Pierre Decouz

Message par Route Napoleon » 07 mai 2009, 13:51

Vous avez raison Docteur.
Larrey écrit ceci dans Sa Relation Médicale :

" Un boulet de canon, lancé à toute volée du camp ennemi, après avoir traversé le corps du général Kirgener, vint raser de droite à gauche le ventre du général Duroc, ses habits furent déchirés, une grande portion de la peau de la région abdominale emportée et plusieurs circonvolutions de l'intestin grêle perforées.
Cet intéressant blessé était presque au dernier degré de son existence, lorsque j'arrivai à la chaumière où il était déposé."

Pour mon texte, j'ai suivi le Dico d'Afred Fierro, faisant au plus court pensant que bassin était atteint et donc les jambes.
Mais, Duroc " souffrit des douleurs atroces sans que son caractère se démentit un instant. Il demandait seulement à Ivan de l'achever"...

C'est ça ausi l'épique époque...

Sur Madame Duroc :
http://www.napoleon1er.org/forum/viewtopic.php?t=16643

Turos M. J.

Re: Général***Pierre Decouz

Message par Turos M. J. » 07 mai 2009, 15:37

Cher Route
Merci :fleur3:

Route Napoleon

Re: Général***Pierre Decouz

Message par Route Napoleon » 07 mai 2009, 18:52

De Lignitz, le 28 mai, Pierre envoie une missive à Lise :

" Nous venons d’arriver ici, ma bonne amie et je me fais plaisir de t’écrire parce que tu connais le pays, nous l’avons habité ensemble en 1808 et il nous rappelle d’agréables souvenirs "
Plus belle la vie…

Plus loin :
" Je pense que nous ne ferons pas un long séjour en cette ville. Les Russes et les Prussiens se retirent. Il faut bien les suivre. On dit que la désunion s’est mise parmi eux et qu’ils s’accusent réciproquement de ne pas s’être bien battus aux affaires qui ont eu lieu. Tant mieux, nous aurons plus beau jeu.
Je me porte bien, quoique rôti par le soleil…
Je ne reçois qu’à présent ta lettre du 13 avril, je te passes tous ces élans de jalousie mal placée. Sois tranquille, ne te mets pas martel en tête sans raison "

Le 1er juin, à Neimarth, sur la route de Breslau, Decouz se plaint que sa dernière lettre date du 1er mai. Il craint que certains courriers soient interceptés, mais " les affaires de l’armée vont à merveille et nous avons quelque espoir de voir la guerre se terminer d’ici peu
J’ai eu des nouvelles de mes deux frères par un sergent du 21° que j’au vu hier : il les avait laissé bien portant et font partie du corps de monsieur le duc de Bellune qui est à Glogau. "

L’Empereur, cédant aux pressions des grosses épaulettes, accepte l’armistice de Pleiswitz, le 14 juin, alors qu’il ne cessait de poursuivre victorieusement Russes et Prussiens.
Il retourne à Dresde, où il apprendra que Suchet a battu l’Anglais Murray sous les murs de Tarragone, puis que Jourdan a été battu par Wellington à Vitoria.

A cette même date, le général Moreau quitte les Etats-Unis pour se mettre au service des Coalisés. L’Angleterre et la Prusse signe le Traité de Reichenbach.
Le 27 juin, second Traité de Reichenbach, entre Russie, Prusse et Autriche…
Le 29 juin Blûcher est nommé à la tête de l’armée Prussienne avec Gneisenau comme chef d’état-major.

Le 30 juin, seconde entrevue de napoléon et de Metternich, l’armistice est prolongé jusqu’au 10 août.
Ces 56 jours de répit vont être les délices de Capoue pour l’armée tandis que la Coalition va se renforcer...

Le général Decouz est très occupé, comme les autres officiers supérieurs.
Il faut remarquer que la vie est alors agréable à Dresde. Mesdemoiselles Mars et Geroges sont là avec Talma, Fleury, Saint-Prix. La Garde est en fête et les réceptions vont bon train : soirées mondaines, parties de chasse et de pêche…

A partir du 9 juillet, une partie de la brigade de Decouz a monté un camp à Koenigstein.
Il écrit, le 11 :
" Si j’avais le temps de m’occuper d’autre chose que de ponts, de redoutes et de retranchements, je pourrais aussi parcourir le pays qui est tout à fait pittoresque et qu’on nomme la Suisse de la saxe. Mais les courses que j’ai faites jusqu’ici sont courtes. Je suis très près de la Bohême et à une lieue de moi, se trouve des eaux thermales qui seraient excellents pour les rhumatismes que tu me connais et qui me font souffrir de temps en temps…
Le général Curial vient d’arriver à Dresde… "

Plus tard, dans une autre lettre, il demande des nouvelles des enfants
" Mon pauvre petit Octave est donc toujours enrhumé ? il faut bien le soigner baise le bine fort pour moi ainsi que Joachim… "
Des nouvelles de ses frères…
" J’ai reçu de Sigismond, une lettre par laquelle il m’annonce qu’Etienne a été porté pour la légion d’Honneur à la revue que l’Empereur a passée du régiment . Cette nouvelle m’ a fort réjoui…
L’Empereur est de retour de Mayence. Nous nous préparons à le fêter le 10. Ce jour-là nous brûlerons beaucoup de poudre en réjouissance de la Saint Napoléon et le 15 nous serons prêts à consommer des boulets et des balles, si l’on ne s’accorde pas à Prague.
Nous sommes en mesure.
Aime-moi "



L’Empereur travaille 18 heures par jour et le Congrès de Prague n’arrange rien.
Le 17 juillet, Napoléon est pessimiste " Il est probable que la campagne commencera du 15 au 20 août"...

Abraca

Re: Général***Pierre Decouz

Message par Abraca » 07 mai 2009, 21:26

Merci Route pour vos récits toujours vivants, colorés et sensibles.
J'apprécie :aime:
Amicalemant
Abraca :fleur3:

Turos M. J.

Re: Général***Pierre Decouz

Message par Turos M. J. » 07 mai 2009, 21:39

Cher Route.
Quand je lis cet texte je vois la carte de Bas Silesie - et je pense que mes vacances [avec la certitude deux semaines] je vais passer sur la peregrination sur les cettes traces: Breslau, Glogau, Pleiswitz [en polonais:Pielaszków]. Je voudrais vister aussi Markersdorf ou a ete mortallement blesse Marechal Duroc.
Amicalement et :salut:

Route Napoleon

Re: Général***Pierre Decouz

Message par Route Napoleon » 09 mai 2009, 13:52

Bigadière Marie Juana, j'ai aussi mis mon nez dans la carte Michelin de l'Allemagne et comme vous je rêve de visites...

http://maps.google.fr/maps?hl=fr&q=maye ... e&resnum=1

Eté 1813 - C’est vrai qu’il faut être prêt pour la reprise des combats...

Par les traités de Reichenbach, Les Alliés se sont engagés à ne plus négocier avec la France sans l’accord de Londres.
On sait que l’entrevue Napoléon et Metternich, du 26 juin, à Dresde a été très orageuse.
Il y en aura une seconde le 30 juin, qui prolonge l’armistice jusqu’au 10 août.
Metternich, dont l’heure est arrivée, fait admettre des propositions rigoureuses : partage du Duché de Varsovie, abandon des Provinces Illyriennes et de Hambourg, reconstitution de la Prusse.
Caulaincourt se rend à Prague le 28 juillet, pour l’ouverture du Congrès de Prague devant défini les négociations de paix.
Le 5 août, Napoléon accepte d’abandonner Varsovie sans Dantzig, de rétablir la Prusse et de renoncer à l’Illyrie.

Sa réponse, portée par Narbonne-Lara, arrive un jour trop tard, Metternich a clos le Congrès le 10 août, après avoir lu les renseignements fournis par Jomini...

Le 10 août, à Dresde, on célèbre la Saint Napoléon : salves d’artillerie et cloches résonnent dès le matin. La Garde réunit 18.000 hommes. Maréchaux et officiers de la Garde sont invités à un dîner. Un feu d’artifice est tiré au-dessus de l’Elbe tandis que sur l’eau des bateaux de troupes lancent des bombes et des étoiles.
Narbonne-Lara revient de Prague, le 15 août, porteur de la déclaration de guerre. L’Empereur quitte Dresde le soir même pour Bautzen.

Pierre Decouz a été nommé général de division, le 4 août 1813, pour commander la 51° division d’infanterie au 14° corps, du maréchal Gouvion-Saint-Cyr.

Il écrit à Lise :
« J’ouvre ma lettre pour t’annoncer que l’Empereur vient de me nommer général de division et que je vais à Würtzbourg, prendre le commandement de la 51° division d’infanterie, faisant partie du 14° corps d’armée. Je regrette beaucoup la Garde, mais je suis consolé par cette nouvelle marque de bienveillance de l’Empereur. Le grade général n’est pas quelque chose d’indifférent. »
Son frère Sigismond, le 8 août venu de Magdebourg, le rejoint pour lui servir d’aide camp.
Sous une pluie incessante, une partie de l’armée, part combattre le Prussien Blücher qu’il convient de battre avant l’Autrichien Schwartzenberg toujours plus lent…

Moreau est arrivé le 17 août. Le Tsar le nomme Feld-marshall.

Le 18 août victoire de Davout à Lauenbourg, mais défaite, le 23 août, d’Oudinot, battu par Bernadotte à Gross Beeren. Blûcher bouscule Ney et Macdonald, attire Napoléon et l’éloigne de Dresde.
Du coup, voyant le champ libre, Schwarzenberg s’enhardit et les Coalisés se dirigent sur Dresde.

Route Napoleon

Re: Général***Pierre Decouz

Message par Route Napoleon » 09 mai 2009, 14:33

...Le maréchal Gouvion Saint-Cyr prévient l’Empereur que, sous le commandement de Schwarzenberg, l’armée de Bohême, forte de plus de 200.000 Russes et Autrichiens fait route sur Dresde, capitale du Roi de Saxe, allié de Napoléon.
Schwarzenberg est accompagné du Tsar, de l’Empereur d’Autriche et du Roi de Prusse.

Napoléon prend aussitôt la direction de Dresde, suivi de Victor, Marmont et Vandamme. Gouvion Saint-Cyr a méticuleusement fortifié les abords de la ville et tient encore la rive droite de l’Elbe au sud.
Envoyé aux nouvelles à Dresde, Gourgaud revient alarmé.
Les premiers combats ont commencé le 22 août. Wittgenstein débouche de Toplitz.
C’est l’enfer… les avant-postes de Gouvion, des jeunes conscrits, sont enfoncés et reculent sous les murs de Dresde.
Wittgenstein peut installer son poste de commandement près de la ville.

Gouvion envoie courrier sur courier. Murat arrive à Dresde avec la réserve de cavalerie.
Gouvion à la tête de son 14° corps tient une ligne de défense improvisée.
Les soldats crient " Vive l’Empereur ", ce qui rend les Autrichiens perplexes.
Les Coalisés n’osent donner à fond et temporisent jusqu’au lendemain...

Le court répit du 25, permet à Napoléon de se préparer à attaquer de flanc le long de la rive sud de l’Elbe. Il renvoie son aide de camp Gourgaud, pour communiquer avec Gouvion qui fait le maximum pour tenir avec son 14° corps.
Le temps est affreux, il pleut, parfois il grêle et les grêlons blessent les soldats.

Le 26 août au matin Schwarzenberg lance l’offensive en 6 colonnes précédées chacune de 50 canons.
40 lieues en 4 jours, Napoléon arrive à temps, avec Marmont et Victor, laissant Vandamme attaquer de flanc.
Les Alliés poussent, criant " Paris ! Paris ! "...

Devant le village de Löbda, avec Murat, Bellune, renforcé par Teste, tient la droite Française.
Il est sur la route de Bautzen et commande 3 divisions, dont celle de Dufour réduite à une brigade.
Murat a 12.000 cavaliers, avec Latour-Maubourg.

Le 27, transi, l'Empereur fait allumer un grand feu devant la Porte de Dippoldiswalde.
Son plan : fixer le centre pour pousser ses flancs,
à droite, Murat et Victor,
à gauche Ney et Mortier

De la terre gorgée d’eau monte une brume qui masque les mouvements de Murat, qui, malgré la pluie est rutilant.
Teste commence la danse, puis Victor, rasé de frais comme avant chaque bataille,
écrase Bianchi et envoie la division Dubreton contre Lichtenstein.
La division Vial est en réserve.
Il reste à nettoyer.
Victor, dans les gorges de Tharandt, perd son colonel Deshayes.
Les Autrichiens sont bousculés dans le ravin de Paluen, où coule la Weissertitz, sur les terres de la comtesse Charlotte de Kielmannsegge…
A gauche, simultanément, le maréchal Mortier et Nansouty attaquent Wittgenstein et le chassent du bois de Blasewitz.
Au centre, Marmont et Gouvion tiennent bon.

Moreau sera tué au cours de la bataille.
Il sera inhumé à Saint Petersbourg.

A court de munitions Schwarzenberg se replie sur la Bohême.
Napoléon, couvert de boue, grelotte, tremblotte de fièvre,
le chapeau déformé par 12 heures d’averse.

Il part rassurer le Roi de Saxe...

Napoléon s’attend à un troisième jour de bataille mais, à la faveur de la nuit, les Alliés retraitent en bon ordre.

Ce sera sa dernière grande victoire.

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • SANTÉ : Témoignages de médecins
    par Peyrusse » 20 juil. 2017, 21:28 » dans Livres - Revues - Magazines
    7 Réponses
    541 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
    10 janv. 2018, 18:37
  • Les 10 meilleurs témoignages sur l'Empire.
    par Christophe » 05 juil. 2016, 09:28 » dans Livres - Revues - Magazines
    21 Réponses
    3054 Vues
    Dernier message par Lepic34
    21 août 2016, 08:56
  • Russie 1812 : froid et souffrances. Témoignages…
    par Peyrusse » 12 nov. 2017, 23:36 » dans Salon Ier Empire
    28 Réponses
    582 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    18 janv. 2018, 18:25
  • Les confusions sur les témoignages concernant Napoléon.
    par Napolitaine » 27 sept. 2018, 22:33 » dans Salon Ier Empire
    1 Réponses
    237 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    28 sept. 2018, 10:52
  • Quelques photos ...
    par Christophe » 23 août 2014, 21:30 » dans Monuments Napoléoniens
    1 Réponses
    700 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
    24 août 2014, 15:12