L'Histoire de France en 100 mots célèbres

Donnez un avis critique sur les ouvrages napoléoniens, les articles.
Prière d'indiquer le titre de l'ouvrage et le nom de l'auteur dans l’intitulé du message.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2712
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

L'Histoire de France en 100 mots célèbres

Message par L'âne » 21 févr. 2019, 11:18

Maurice MEULEAU, auteur de cet ouvrage (Armand Colin, Paris 2010) a choisi et commenté, pour la période qui nous intéresse, les phrases suivantes :

"1798
« Soldats, du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent… »
...Les paroles de Bonaparte, refaçonnées dans l’exil de Sainte-Hélène, n’en jalonnent pas moins une étape de sa fascinante ascension même si elles relèvent plus de la légende napoléonienne que de son histoire.
"

"1801
« Il n’y a que deux puissances au monde : le sabre et l’esprit ; le sabre est toujours vaincu par l’esprit. »
"

"1804
« C’est pire qu’un crime, c’est une faute ! »
....C’est probablement à un conseiller d’État, Boulay de La Meurthe, que l’on doit la célèbre formule : « C’est pire qu’un crime, c’est une faute. »
"

"1805
« Soldats, je suis content de vous… Il vous suffira de dire : j’étais à Austerlitz, et l’on dira : voilà un brave »
"

"1815
« La Garde meurt et ne se rend pas »
...Cambronne, gravement blessé à la tête, resta inanimé sur le champ de bataille. Secouru le lendemain matin et soigné par les Anglais, il partit prisonnier en Angleterre où il se maria. La phrase noble a été rapportée, six jours après la bataille, par le Journal général de France. Les enfants du général Michel, tué à Waterloo, ont affirmé que leur père en était l’auteur. De Cambronne lui-même restent des réponses évasives, dont une pourtant laisse entendre qu’il utilisa une formule laconique empreinte d’« une énergie soldatesque ».
"
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2863
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: L'Histoire de France en 100 mots célèbres

Message par Cyril Drouet » 24 févr. 2019, 18:06

L'âne a écrit :
21 févr. 2019, 11:18
"1798
« Soldats, du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent… »
...Les paroles de Bonaparte, refaçonnées dans l’exil de Sainte-Hélène, n’en jalonnent pas moins une étape de sa fascinante ascension même si elles relèvent plus de la légende napoléonienne que de son histoire."
Des doutes existent sur cette célèbre harangue, il est cependant incontestable que Napoléon a bien dicté ces mots. Mais c'était bien après les faits, à Sainte-Hélène, face à Bertrand lors de la rédaction de Guerre d'Orient - Campagnes d'Egypte et de Syrie.
Cela donnait :
"Soldats, quarante siècles vous regardent !"

L'âne a écrit :
21 févr. 2019, 11:18
"1801
« Il n’y a que deux puissances au monde : le sabre et l’esprit ; le sabre est toujours vaincu par l’esprit. »"
Ces mots prêtés à Napoléon auraient été prononcés en 1808 :
« Fontanes, savez-vous ce que j'admire le plus dans le monde ?... C'est l'impuissance de la force pour organiser quelque chose.
Il n'y a que deux puissances dans le monde, le sabre et l'esprit.
J'entends par l'esprit les institutions civiles et religieuses... A la longue, le sabre est toujours battu par l'esprit. »

L'âne a écrit :
21 févr. 2019, 11:18
"1804
« C’est pire qu’un crime, c’est une faute ! »
....C’est probablement à un conseiller d’État, Boulay de La Meurthe, que l’on doit la célèbre formule : « C’est pire qu’un crime, c’est une faute. »"
Le mot est communément attribué à Fouché. Mais rien (enfin, c'est mon humble avis) n'est vraiment sûr.

Mémoires de Joseph Fouché :
"Je ne fus pas celui qui osa s'exprimer avec le moins de ménagement sur cet attentat contre le droit des nations et de l'humanité. "C'est plus qu'un crime, dis-je, c'est une faute !" paroles que je rapporte parce qu'elles ont été répétées et attribuées à d'autres."

"Bonaparte, couvert du sang du duc d'Enghien, mais devenu empereur, obtint de la noblesse française ce qu'il eût en vain demandé tant qu'il fut consul, et, quand plus tard il soutenait à de ses ministre que ce meurtre était un crime mais point une faute, " car, ajoutait-il, les conséquences que j'ai prévues sont toutes arrivées, " peut-être, en ce sens avait-il raison."
(Madame de Rémusat, Mémoires)

"Fouché, lui même, blamait cette action ; il avait dit ce mot si caractéristique du régime actuel : "C'est pis qu'un crime ; c'est une faute."
(Madame de Staël, Dix années d'exil)

"C'est pire qu'un crime, c'est une faute !" Ce mot, fort répété, fut attribué à M. Boulay (de la Meurthe). Qu'il soit de lui ou de Fouché, comme d'autres le prétendaient..."
(Barante, Souvenirs)

"On connait de [Fouché] le mot qu'il a dit, ou qu'on lui a prêté, sur l'affaire du duc d'Enghien : "C'est plus qu'un crime, c'est une faute."
(Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène)
L'âne a écrit :
21 févr. 2019, 11:18
"1805
« Soldats, je suis content de vous… Il vous suffira de dire : j’étais à Austerlitz, et l’on dira : voilà un brave »"
Proclamation à l'Armée du 3 décembre 1805 :
« Soldats, je suis content de vous
[...]
Il vous suffira de dire : J’étais à Austerlitz, pour que l'on réponde : Voilà un brave »
L'âne a écrit :
21 févr. 2019, 11:18
"1815
« La Garde meurt et ne se rend pas »
D’après ce qu’en a dit Charles Durozoir en 1843, la réplique en question, apparue pour la première fois, le 24 juin, dans le Journal général de la France, aurait été inventée à Paris, dans un café de la rue Feydeau et retranscrite le jour même par Ballisson de Rougemont.
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2863
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: L'Histoire de France en 100 mots célèbres

Message par Cyril Drouet » 10 sept. 2019, 17:54

Cyril Drouet a écrit :
24 févr. 2019, 18:06
L'âne a écrit :
21 févr. 2019, 11:18
"1798
« Soldats, du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent… »
...Les paroles de Bonaparte, refaçonnées dans l’exil de Sainte-Hélène, n’en jalonnent pas moins une étape de sa fascinante ascension même si elles relèvent plus de la légende napoléonienne que de son histoire."
Des doutes existent sur cette célèbre harangue, il est cependant incontestable que Napoléon a bien dicté ces mots. Mais c'était bien après les faits, à Sainte-Hélène, face à Bertrand lors de la rédaction de Guerre d'Orient - Campagnes d'Egypte et de Syrie.
Cela donnait :
"Soldats, quarante siècles vous regardent !"
A noter que dès 1801, on trouvait ceci sous la plume de Charles-Yves Cousin d'Avallon "Bonapartiana, ou Recueil des réponses ingénieuses ou sublimes, actions héroïques et faits mémorables de Bonaparte" :
"Du haut de ces pyramides, quarante siècles nous contemplent , dit Bonaparte en apercevant ces masses indestructibles qui fatiguent le temps."

Mêmes mots la même année dans l'ouvrage anonyme "Histoire de Bonaparte, premier consul, depuis sa naissance jusqu'à la paix de Lunéville", ou encore, toujours en 1801, dans "Tableau historique et politique des opérations militaires et civiles de Bonaparte, de Jean Chas.
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2863
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: L'Histoire de France en 100 mots célèbres

Message par Cyril Drouet » 13 sept. 2019, 13:52

Cyril Drouet a écrit :
10 sept. 2019, 17:54
Cyril Drouet a écrit :
24 févr. 2019, 18:06
L'âne a écrit :
21 févr. 2019, 11:18
"1798
« Soldats, du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent… »
...Les paroles de Bonaparte, refaçonnées dans l’exil de Sainte-Hélène, n’en jalonnent pas moins une étape de sa fascinante ascension même si elles relèvent plus de la légende napoléonienne que de son histoire."
Des doutes existent sur cette célèbre harangue, il est cependant incontestable que Napoléon a bien dicté ces mots. Mais c'était bien après les faits, à Sainte-Hélène, face à Bertrand lors de la rédaction de Guerre d'Orient - Campagnes d'Egypte et de Syrie.
Cela donnait :
"Soldats, quarante siècles vous regardent !"
A noter que dès 1801, on trouvait ceci sous la plume de Charles-Yves Cousin d'Avallon "Bonapartiana, ou Recueil des réponses ingénieuses ou sublimes, actions héroïques et faits mémorables de Bonaparte" :
"Du haut de ces pyramides, quarante siècles nous contemplent , dit Bonaparte en apercevant ces masses indestructibles qui fatiguent le temps."

Mêmes mots la même année dans l'ouvrage anonyme "Histoire de Bonaparte, premier consul, depuis sa naissance jusqu'à la paix de Lunéville", ou encore, toujours en 1801, dans "Tableau historique et politique des opérations militaires et civiles de Bonaparte, de Jean Chas.
Je reviens sur les trois ouvrages cités. On peut sans doute établir la chronologie de leur parution ainsi :
1- « Bonapartiana, ou Recueil des réponses ingénieuses ou sublimes, actions héroïques et faits mémorables de Bonaparte », annoncé par le Journal général de la littérature de France de messidor an 9 (le 1er correspond au 20 juin 1801)
2- « Tableau historique et politique des opérations militaires et civiles de Bonaparte », annoncé par le Journal général de la littérature de France de brumaire an 10 (le 1er correspond au 23 octobre 1801)
3- «  Histoire de Bonaparte, premier consul, depuis sa naissance jusqu'à la paix de Lunéville », annoncé par le Journal général de la littérature de France de nivôse an 10 (le 1er correspond au 22 décembre 1801)

Respectivement, ces trois livres donnent ceci :
« L'importance et les difficultés de l'entreprise de la conquête de l’Égypte sont marquées par cette réflexion qu'inspire le recueillement d'une âme grande et élevée qui se regarde dans la postérité : Du haut de ces pyramides quarante siècles nous contemplent, dit Bonaparte en apercevant ces masses indestructibles qui fatiguent le temps »

« Le général français suspend la marche de ses triomphes pour aller visiter les pyramides d'Égypte ; c'est en apercevant ces masses indestructibles qui fatiguent le temps, que Bonaparte fit cette réflexion qu'inspire une âme
grande et élevée, qui se regarde dans la postérité : Du haut de ces pyramides quarante siècles nous contemplent. »

« L'importance et les difficultés de l'entreprise de la conquête de l’Égypte sont marquées par cette réflexion qu'inspire le recueillement d'une âme grande et élevée, qui se regarde dans la postérité : Du haut de ces pyramides, quarante siècles mous contemplent , dit Bonaparte en apercevant ces masses indestructibles qui fatiguent le temps. »


Trois passages fort ressemblants ou (entre le premier et le troisième) identiques. Charles-Yves Cousin d'Avallon, auteur du premier ouvrage annoncé par le Journal général de la littérature de France aurait donc largement inspiré les deux autres ouvrages.
Mais ne serait-il pas lui aussi un copieur ?
Voici ce qu’on peut en effet lire dans un article du général Andréossy consacré à l’ouvrage de Berthier « Relation des campagnes du général Bonaparte en Egypte et en Syrie », paru dans la Décade philosophique, littéraire et politique du 10 ventôse an 9 (1er mars 1801) :

 « L'importance et les difficultés de l'entreprise sont marquées par cette réflexion qu'inspira le recueillement d'une âme grande et élevée qui se regarde dans la postérité : Du haut de ces pyramides quarante siècles nous contemplent , dit Bonaparte en apercevant ces masses indestructibles qui fatiguent le temps. »


Les deux textes sont quasi identiques.
Andréossy (sans doute donc avant Charles-Yves Cousin d'Avallon qui l’aurait simplement recopié) semble s’être directement inspiré de ce passage de la Relation de Berthier :
« On voyait en arrière de sa gauche ces fameuses pyramides dont la masse indestructible a survécu à tant d'empires et brave depuis trente siècles les outrages du temps. »

Andréossy a-t-il brodé à partir de la prose de Berthier ? Je n’en sais rien.
A noter qu’Andréossy était un ancien de la campagne d’Egypte et qu’un autre ancien a lui aussi évoqué la célèbre phrase : Denon (inspiré par Andréossy ou se remémorant réellement ces fameux moments), qui dans « Voyage dans la Basse et la Haute Egypte, pendant les campagnes du général Bonaparte », paru en 1802, écrit :

« Dès qu'on eut découvert les ennemis, l'armée se forma : lorsque Bonaparte eut donné ses derniers ordres, il dit, en montrant les pyramides : Allez, allez, et pensez que du haut de ces monuments quarante siècles nous observent. »
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2863
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: L'Histoire de France en 100 mots célèbres

Message par Cyril Drouet » 14 sept. 2019, 11:21

Sous l'Empire, la célèbre harangue avait déjà une certaine notoriété.
Ainsi, à l'occasion du Salon de 1810, commentant le tableau de Gros, la presse de l'époque s'en faisait l'écho ; comme ici le Journal de Paris, du 20 novembre (ou encore le Journal de l'Empire du 23) :
"L'instant est celui ou S.M. prononce ces paroles : Du haut de ces monuments, quarante siècles vous contemplent.
Ce mot de l'Empereur est sublime."
Sans titre 1.jpg
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Histoire de l'infanterie en France tome IV
    par Cyril » 22 mai 2019, 17:10 » dans Livres - Revues - Magazines
    1 Réponses
    279 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
    22 mai 2019, 17:30
  • Revue Sciences Humaines : Les Grands Mythes de l'Histoire de France
    par L'âne » 18 juil. 2017, 19:57 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    204 Vues
    Dernier message par L'âne
    18 juil. 2017, 19:57
  • Les mots, toujours les mots...
    par L'âne » 24 oct. 2014, 05:41 » dans Salon Ier Empire
    9 Réponses
    2219 Vues
    Dernier message par FRIEDERICHS
    27 oct. 2014, 16:58