Revue de presse

Donnez un avis critique sur les ouvrages napoléoniens, les articles.
Prière d'indiquer le titre de l'ouvrage et le nom de l'auteur dans l’intitulé du message.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Adjudant sous-officier
Adjudant sous-officier
Messages : 1444
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Revue de presse

Message par C-J de Beauvau » 13 déc. 2018, 16:40

Vincent Cassel endosse les habits du mythique Vidocq dans "L'Empereur de Paris"
............Le réalisateur, qui avait vu la série avec Claude Brasseur, explique avoir voulu montrer un Vidocq plus proche de celui qui est "décrit dans ses mémoires", moins "bondissant, flamboyant", mais "plus terrien, sanglier, pragmatique".....

https://www.lepoint.fr/culture/vincent- ... 9257_3.php

:salut:
Modifié en dernier par C-J de Beauvau le 14 déc. 2018, 16:14, modifié 1 fois.
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2420
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Revue de presse

Message par L'âne » 14 déc. 2018, 06:19

Le Figaro magazine du 14 décembre 2018

VINCENT CASSEL EN UN INSTINCT
Dix ans après “Mesrine”, l’acteur partage sa soif de liberté avec un autre personnage,
Vidocq, dans “L’Empereur de Paris” de Jean-François Richet.


Extrait des propos recueillis par Clara GÉLIOT :

"Installé en tailleur sur un canapé du Perchoir, rooftop branché de l’Est parisien, [Vincent] Cassel précise son approche : « Le premier détail sur lequel je me suis appuyé était ce surnom de “sanglier” dont on avait affublé Vidocq. Pour gagner en robustesse, j’ai commencé par me créer un autre corps. En entrant physiquement dans sa peau, j’ai pu comprendre que c’était un mec très seul qui ne trouvait pas sa place. Or, ça me plaisait de raconter cela car c’est beau, fort et poétique. » Plus intimidant que Claude Brasseur – « trop mignon avec son chapeau en arrière » – dans la série des années 1970 et plus élégant que Depardieu dans la pitoyable version de Pitof, le Vidocq de Richet a une violence commune à beaucoup de héros incarnés par Cassel depuis ses débuts."
Aurea mediocritas

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2420
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Revue de presse

Message par L'âne » 15 déc. 2018, 01:36

Valeurs actuelles - Hors série N°17 - "Nos soldats ces héros"

fdqsf.jpg

"20. C’est le pourcentage de la population française ayant pris part à la guerre de 1914-1918. Contre 7% pour les guerres napoléoniennes."

Un article de Frédéric VALLOIRE : « Napoléon, le guerrier stratège »

Les chevaux de Napoléon ne sont pas oubliés... (Notre ami Philippe OSHÉ appréciera...ou pas...).
"Les chevaux de l’Empereur
Témoignage de son incroyable témérité, mais aussi de sa… chance : sur la centaine de chevaux qu’a utilisés Napoléon durant son règne, une vingtaine sont morts sous lui au cours de ses batailles. À partir de 1808, la plupart de ses destriers portent un nom dont la première lettre indique l’année de leur achat par les écuries impériales. Avant cette date, et sur dérogation de l’Empereur, certains ont été baptisés de noms de victoires, tels Austerlitz, Marengo ou Wagram. A. F.
"


« …une vingtaine sont morts sous lui » : vraiment ?


Ça m’intéresse Histoire – Janvier/Février 2019

kvjh.jpg

Extraits de l’article de Marine SANCLEMENTE
"Recevez comme Joséphine de Beauharnais Joséphine "Bonaparte" aurait été plus opportun...
Conviez un Orang-outan à votre table

Conformément au souhait de Napoléon, Joséphine travaille à faire de ses festins politiques un moment de gourmandise… et d’audace ! Pour divertir ses convives, elle n’hésite pas à amener des animaux à table – lamas, zèbres, kangourous… peuplaient le domaine de Malmaison –, comme sa femelle orang-outan offerte par le gouverneur de la Martinique. « Elle mangeait à table et se servait fort adroitement du couteau et de la fourchette, surtout pour découper des navets, mets dont elle était folle », rapporte mademoiselle d’Avrillion, première femme de chambre de l’impératrice, dans son journal."


"Ce qu’on doit à Napoléon
De sa vie militaire, l’Empereur a gardé l’habitude de manger vite, parfois debout, voire à cheval ! Et quand il daigne se poser – trente minutes maximum – il se contente le plus souvent d’un plat de pâtes et de vin coupé à l’eau. Pas franchement gastronome Napoléon ! Et pourtant, il est à l’origine d’innovations autour de la table. La preuve par quatre."

La diplomatie par la table[…]
La boîte de conserve[…]
Le sucre de betterave[…]
La baguette de pain[…]


Et encore et toujours…

"Vidocq, le super flic venu du bagne
Article de Nicolas FRANÇOIS
"L’empereur de Paris de Jean-François RICHET(sortie le 19 déc.) Servi par de superbes décors, le film retrace les débuts de Vidocq au service de la police.
Ce forçat devenu chef de la Sûreté a révolutionné la police de Napoléon/
Un film revient sur ses début trépidants.
"


Secrets d'Histoire - Hors série - Hiver 2018

gf.jpg

Article de Philippe SÉGUY
"L’Empire hisse ses couleurs
Le mécanisme est connu, mais il est diablement efficace. Pour célébrer le héros, le hisser au rang de demi-dieu, il faut le sublimer, faire de son histoire une légende. L’art devient officiel. Pour preuve, l’étude de trois chefs-d’œuvre qui mettent en scène l’empereur Napoléon Ier.

Il s’agit de frapper les consciences, de cimenter son pouvoir, sa singularité. Il n’a besoin, lui qui plane au-dessus des mêlées et des conditions humaines, que d’un prénom : Napoléon !
"

Grands mensonges de l'histoire ? Bof...
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 1691
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Revue de presse

Message par Demi-solde » 15 déc. 2018, 18:03

L'âne a écrit :
15 déc. 2018, 01:36
Extraits de l’article de Marine SANCLEMENTE
"Recevez comme Joséphine de Beauharnais Joséphine "Bonaparte" aurait été plus opportun...
Conviez un Orang-outan à votre table

Conformément au souhait de Napoléon, Joséphine travaille à faire de ses festins politiques un moment de gourmandise… et d’audace ! Pour divertir ses convives, elle n’hésite pas à amener des animaux à table – lamas, zèbres, kangourous… peuplaient le domaine de Malmaison –, comme sa femelle orang-outan offerte par le gouverneur de la Martinique. « Elle mangeait à table et se servait fort adroitement du couteau et de la fourchette, surtout pour découper des navets, mets dont elle était folle », rapporte mademoiselle d’Avrillion, première femme de chambre de l’impératrice, dans son journal."
Curieux... L'orang-outan n'a jamais été une espèce endémique de la Martinique. L'orang-outan se rencontre à Bornéo, Sumatra et autrefois on en trouvait également à Java. Assez loin des Caraïbes, en somme.
L'orang-outan de Joséphine, lui, ne semble pas venir de Fort-de France, mais de "l'île de France" :
Mademoiselle d'Avrillon a écrit :Dans la ménagerie se trouvait une femelle de singe de la famille des orangs-outans. Le voyageur de l'île de France qui l'avait apportée, lui avait donné une excellente éducation.
L'orang-outan n'a certes jamais été non plus une espèce endémique de l'île Maurice, mais le commerce à Port-Louis était alors florissant et les échanges, d'épices notamment, avec les Indes orientales néerlandaises peuvent expliquer la provenance de cette femelle orang-outan.


Cordialement

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2420
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Revue de presse

Message par L'âne » 21 déc. 2018, 05:56

Historia – Janvier 2019 – N°865

"Tendance
La blouse et la bille

Depuis novembre, les élèves des écoles de Provins (Seine-et-Marne) peuvent porter un uniforme. Ses partisans parlent d’un grand retour. En effet, dans l’imaginaire des Français, cet usage était autrefois obligatoire à l’école publique. Mais, mis à part l’Empire, où Napoléon impose un habit militaire dans les lycées, jamais aucune directive ne le généralise ! Seules les écoles privées et une minorité de lycées et de collèges ont pu exiger le port d’un uniforme, véritable élément de distinction pour ces établissements élitistes. L’idée d’une tenue est gravée dans les mémoires en grande partie en raison du port (non obligatoire) de la blouse à l’école primaire. Non par souci d’égalité mais pour protéger les vêtements des taches – on écrit encore à la plume. La blouse disparaît non pas après Mai 1968, mais avec l’adoption, en 1965, du stylo à bille !
"
Carl ADERHOLD

"Cinq questions à Alexis MICHALIK (extrait)
Justement, comment se porte le théâtre à la fin du XIXe siècle ?
Avant Napoléon, Paris ne comptait que quelques rares théâtres. Pour le reste, la scène appartenait aux forains, qui se produisaient dans les rues, sur les ponts… À partir de 1800, le nombre de salles se multiplie dans la capitale : Théâtre des Menus-Plaisirs (futur Théâtre Antoine), Théâtre de la Renaissance, Théâtre des Bouffes du Nord. Le XIXe siècle est l’âge d’or du théâtre. L’invention des projecteurs permet de ne plus saucissonner les actes en attendant les chandelles. C’est le divertissement par excellence. Shakespeare, Labiche, Feydeau font salle comble. Cyrano est une super production : il y a 100 personnes sur scène !
"
Aurea mediocritas

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2420
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Revue de presse

Message par L'âne » 24 janv. 2019, 23:09

Géo Histoire - Février/Mars 2019 - N°43
"1802, pourquoi Napoléon a-t-il rétabli l'esclavage ?
C’est l’une des contre-vérités de l’Histoire les plus tenaces. Joséphine de Beauharnais, fille d’un riche planteur de Martinique, et épouse de Bonaparte, aurait été à l’origine de la décision d’abroger l’abolition de l’esclavage votée par la Convention en février 1794. Mais les historiens mettent aujourd’hui en doute cette influence. Napoléon souhaitait surtout reconstituer un empire colonial français en Amérique. Une garantie de prestige, mais surtout un atout économique : en 1789, un Français sur dix vivait du commerce colonial. Saint-Domingue représentait à elle seule plus de la moitié de la production mondiale de sucre. Une manne qui tenait surtout à l’emploi d’une main-d’œuvre servile dans les plantations : un million d’esclaves arrivèrent aux Antilles au XVIIIe. Autant dire que l’abolition ne faisait pas l’affaire des colons qui, en contrepartie, n’avaient reçu aucune compensation fi nancière. Une inquiétude aggravée par les troubles qui agitaient la région. En 1801, Toussaint Louverture s’était proclamé gouverneur à vie de Saint-Domingue. La même année, en Guadeloupe, à Sainte-Anne et Pointe-à-Pitre, des officiers noirs se soulevaient contre le pouvoir colonial. L’empire caraïbe était menacé. La réaction fut violente, d’autant qu’autour de Bonaparte gravitait un puissant lobby colonial. A sa tête, Cambacérès, deuxième consul, et Talleyrand, ministre des Relations extérieures. Après l’envoi de corps expéditionnaires en Guadeloupe et à Saint-Domingue pour mater la rébellion, un décret réintroduisit l’esclavage le 20 mai 1802. Une erreur stratégique : si l’ordre fut rétabli en Guadeloupe, l’escalade de la violence à Saint-Domingue aboutit en 1804 à la proclamation d’indépendance.
"

Historia - Février 2019 - N°866 - "De 1789 à aujourd'hui, les Juifs et la France, histoire tourmentée d'une passion"
"Le pacte de mars 1808
Soucieux de l’intégration des Juifs, Napoléon fait paraître deux décrets réglementant leurs activités : commerce, prêts, droit de résidence et organisation de la religion israélite.
"
par Thierry LenTz
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2447
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: Revue de presse

Message par Cyril Drouet » 25 janv. 2019, 13:11

L'âne a écrit :
24 janv. 2019, 23:09
Historia - Février 2019 - N°866 - "De 1789 à aujourd'hui, les Juifs et la France, histoire tourmentée d'une passion"
"Le pacte de mars 1808
Soucieux de l’intégration des Juifs, Napoléon fait paraître deux décrets réglementant leurs activités : commerce, prêts, droit de résidence et organisation de la religion israélite.
"
par Thierry LenTz
Décret du 17 mars 1808 :
« Art. 1er. A compter de la publication du présent décret, le sursis prononcé par notre décret du 30 mai 1806 pour le payement des créances des Juifs est levé.
Art. 2. Lesdites créances seront néanmoins soumises aux dispositions ci-après.
Art. 3. Tout engagement pour prêt fait par des Juifs à des mineurs, sans l'autorisation de leur tuteur; à des femmes sans l'autorisation de leur mari; à des militaires sans l'autorisation de leur capitaine si c'est un soldat ou un sous-officier, du chef de corps si c'est un officier, sera nul de plein droit, sans que les porteurs ou cessionnaires puissent s'en prévaloir et nos tribunaux autoriser aucune action pour poursuite.
Art. 4. Aucune lettre de change, aucun billet à ordre, aucune obligation ou promesse, souscrite par un de nos sujets non commerçants, au profit d'un juif, ne pourra être exigé sans que le porteur prouve que la valeur en a été fournie entière et sans fraude.
Art. 5. Toute créance dont le capital sera aggravé d'une manière patente ou cachée, par l'accumulation d'intérêts à plus de cinq pour cent, sera réduite par nos tribunaux.
Si l'intérêt réuni au capital excède dix pour cent, la créance sera déclarée usuraire, et comme telle annulée.
Art. 6. Pour les créances légitimes et non usuraires, nos tribunaux sont autorisés à accorder aux débiteurs des délais conformes à l'équité.
Art. 7. Désormais, et à compter du 1er Juillet prochain, nul Juif ne pourra se livrer à aucun commerce, négoce ou trafic quelconque sans avoir reçu, à cet effet, une patente du Préfet du département, sur un certificat; 1° du Conseil Municipal, constatant que ledit juif ne s'est livré ni à l'usure ni à un trafic illicite; 2° du consistoire de la synagogue dans la circonscription de laquelle il habite, attestant sa bonne conduite et sa probité.
Art. 8. Cette patente sera renouvelée tous les ans.
Art. 9. Nos procureurs généraux près nos cours sont spécialement chargés de faire révoquer lesdites patentes, par une décision spéciale de la cour, toutes les fois qu'il sera à leur connaissance qu'on juif patenté fait l'usure ou se livre à un trafic frauduleux.
Art. 10. Tout acte de commerce fait par un juif non patenté sera nul et de nulle valeur.
Art. 11. Il en sera de même de toute hypothèque prise sur des biens par un juif non patenté, lorsqu'il sera prouvé que ladite hypothèque a été prise pour une créance résultant d'une lettre de change, ou pour un fait quelconque de commerce, négoce ou trafic.
Art. 12. Tous contrats ou obligations souscrits au profit d'un juif non patenté, pour des causes étrangères au commerce, négoce ou trafic, pourront être révisés par suite d'une enquête de nos tribunaux. Le débiteur sera admis à prouver qu'il y a usure on résultat d'un trafic frauduleux; et, si la preuve est acquise, les créances seront susceptibles soit d'une réduction arbitrée par le tribunal, soit d'annulation si l'usure excède dix pour cent.
Art. 13. Les dispositions de l'art. 4, titre 1er du présent décret, sur les lettres de change, billets à ordre, etc., sont applicables à l'avenir comme au passé.
Art. 14. Nul juif ne pourra prêter sur nantissement à des domestiques ou gens à gages, et il ne pourra prêter sur nantissement à d'autres personnes, qu'autant qu'il en sera dressé acte par un notaire, lequel certifiera, dans l'acte, que les espèces ont été comptées en sa présence et celle des témoins, à peine de perdre tout droit sur les gages, dont nos tribunaux et cours pourront en ce cas ordonner la restitution gratuite.
Art. 15. Les juifs ne pourront, sous les mêmes peines, recevoir en gage des instruments, ustensiles, outils et vêtements des ouvriers journaliers et domestiques.
Art. 16. Aucun juif, non actuellement domicilié dans nos départements du Haut et Bas Rhin, ne sera désormais admis à y prendre domicile.
Aucun juif, non actuellement domicilié, ne sera admis à prendre domicile dans les autres départements de notre empire, que dans le cas où il y aurait fait l'acquisition d'une propriété rurale, et se livrera à l'agriculture, sans se mêler d'aucun commerce, négoce ou trafic.
Il pourra être fait des exceptions aux dispositions du présent article, en vertu d'une autorisation spéciale émanée de nous.
Art. 17. La population juive, dans nos départements, ne sera point admise à fournir des remplaçants pour la conscription; en conséquence, tout juif conscrit sera assujetti au service personnel.
Art. 18. Les dispositions contenues au présent décret auront leur exécution pendant dix ans, espérant qu'à l'expiration de ce délai et par l'effet des diverses mesures prises à l'égard des juifs, il n'y aura plus aucune différence entre eux et les autres citoyens de notre empire, sauf néanmoins, si notre espérance était trompée, à en proroger l'exécution, pour tel temps qu’il sera jugé convenable.
Art. 19. Les juifs établis à Bordeaux et dans les départements de la Gironde et des Landes, n'ayant donné lieu à aucune plainte, et ne se livrant pas à un trafic illicite, ne sont pas compris dans les dispositions du présent décret. »



Comme on parle plus haut de Lentz, voici ce qu'il écrit à ce sujet dans sa Nouvelle histoire du Premier Empire :
« Le décret du 17 mars 1808, qualifié pour cette raison d’ "infâme" par certains contemporains et une partie des historiens du judaïsme français, prônait, pour une période de dix ans, « la réforme des Juifs »
[…]
Pour injuste et sévère qu’il puise paraître, ce décret allait avoir à terme des résultats positifs pour l’assimilation des Juifs
[…]
Controversée, la législation napoléonienne d’assimilation des Juifs fut pourtant un succès […] même si ce fut au prix d’un abandon partiel et temporaire des principes d’égalité, de liberté des cultes et commerce pour une partie de la population. »
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2420
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Revue de presse

Message par L'âne » 27 janv. 2019, 23:18

gsf.jpg
sommaire.jpg
Aurea mediocritas

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2420
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Revue de presse

Message par L'âne » 08 févr. 2019, 08:52

Ça m'intéresse Histoire - Mars/Avril 2019 N°53
Populaires et bon marché, les très pieuses icônes sont détournées au XIXe siècle pour faire la com’ de l’Etat.
PAR Nicolas SKOPINSKI
"À la tête d’un empire naissant, en 1804, Napoléon souhaite bâtir sa légende. Pour cela, il doit s’adresser au peuple de France. Point de télé ni d’internet à l’époque. Le média de masse est alors l’imagerie, et sa capitale, Epinal. Au cœur des Vosges, l’artiste Jean-Charles Pellerin imprime en série depuis 1796 des bondieuseries aux couleurs criardes. Ces images volantes sont vendues un sou par des colporteurs dans toute la France, et finissent affichées dans les maisons pour attirer la bonne fortune. Et si l’on remplaçait le bon Dieu par Napoléon.? En 1806, à l’occasion d’une exposition à Paris, le pouvoir se tourne vers Pellerin pour glorifier l’Empire. Bien vu.! La famille Bonaparte et les maréchaux trônent en majesté sur les gravures. Elles sont interdites à la Restauration (1814), mais Louis-Philippe les réintroduit en 1830. Leur succès populaire maintient la flamme impériale dans la société. Résultat, quand Napoléon III fait son coup d’Etat, les braves gens, qui n’ont pas décroché les images de son oncle d’Empereur, lui sont acquis. Mariage, naissance, tranche de vie de la famille impériale.: le storytelling politique – et kitsch.! – est né."

dfq.jpg

Secrets d’Histoire N°21
"Ces routes qui racontent un pays
Par Dominique LE BRUN
La route qui fit passer Napoléon « de l’état d’aventurier à celui de prince » est le tout premier itinéraire touristique créé en France."


Puis un article très intéressant
"L’Aigle en exil : Napoléon sur l’île de Sainte-Hélène
Par Charles Éloi VIAL
Défait à Waterloo lors de la campagne de Belgique, Napoléon doit se rendre aux Anglais. Ils l’assignent à résidence dans une île, à près de 2 000 kilomètres des côtes Ouest-Africaines. Le 17 octobre 1815, l’empereur débarque donc à Sainte-Hélène, où il va vivre ses dernières années, entouré de fidèles mais coupé de sa famille. Un exil tragique qui a forgé sa légende.
"
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 1691
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Revue de presse

Message par Demi-solde » 11 févr. 2019, 10:41

Waterloo.jpg

Cordialement

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Presse : le Journal des Débats politiques et littéraires
    par C-J de Beauvau » 30 mars 2018, 18:14 » dans Salon Ier Empire
    0 Réponses
    271 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    30 mars 2018, 18:14
  • Revue Napoléon
    par Bernard » 04 août 2017, 13:20 » dans Livres - Revues - Magazines
    1 Réponses
    187 Vues
    Dernier message par Bernard
    14 oct. 2017, 13:12
  • vu et entendu dans la "presse"!
    par Paillasse » 15 juin 2015, 10:51 » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    493 Vues
    Dernier message par Citoyenne Sophie
    15 juin 2015, 11:44
  • Revue du Souvenir Napoléonien
    par Le Briquet » 23 juil. 2017, 21:54 » dans Livres - Revues - Magazines
    3 Réponses
    379 Vues
    Dernier message par Le Briquet
    02 janv. 2018, 16:18
  • Revue gloire et Empire
    par lannes-villars » 18 sept. 2017, 20:08 » dans Livres - Revues - Magazines
    78 Réponses
    4014 Vues
    Dernier message par Bernard
    12 avr. 2019, 11:39