Les mensonges de Marbot

Donnez un avis critique sur les ouvrages napoléoniens, les articles.
Prière d'indiquer le titre de l'ouvrage et le nom de l'auteur dans l’intitulé du message.

Modérateur : Général Colbert

Mousquetaire

Les mensonges de Marbot

Message par Mousquetaire » 15 déc. 2016, 15:14

Je viens de lire ce passage intéressant dans Apologie pour l'histoire ou métier d'historien de Marc Bloch. Je ne résiste pas à la tentation de le partager.
Dans ses Mémoires, qui ont fait battre tant de jeunes cœurs, Marbot raconte, avec une grande
abondance de détails, un trait de bravoure dont il se donne pour le héros : à l’en croire, il aurait, dans le nuit du 7 au 8 mai 1809, traversé en barque les flots démontés du Danube, alors en pleine crue, pour enlever sur l’autre bord quelques prisonniers autrichiens. Comment vérifier l’anecdote ? En appelant à la rescousse d’autres témoignages. Nous possédons les ordres, les carnets de marche, les comptes rendus des armées en présence ; ils attestent que, durant la fameuse nuit, le corps autrichien, dont Marbot prétend avoir trouvé les bivouacs sur la rive gauche, occupait encore la rive opposée. De la Correspondance même de Napoléon, il ressort, par ailleurs, que le 8 mai, les hautes eaux n’avaient pas commencé. Enfin on a retrouvé une demande de promotion établie le 30 juin 1809, par Marbot en personne. Parmi les titres qu’il y invoque il ne souffle mot de son soi-disant exploit du mois précédent. D’un côté, voilà donc les Mémoires, de l’autre, tout un lot de textes qui les démentent. Il convient de départager ces irréconciliables témoins. Quelle alternative jugera-t-on la plus vraisemblable ? Que sur le moment même, les états-majors, l’Empereur lui-même, se soient trompés (à moins que, Dieu sait pourquoi, ils aient sciemment altéré la réalité) ; que le Marbot de 1809, en mal d’avancement, ait péché par folle modestie : ou que, beaucoup plus tard, le vieux guerrier, dont les hâbleries sont, par ailleurs, notoires, ait donné un nouveau croc-en-jambe à la vérité ? Personne assurément n’hésitera : les Mémoires, une fois de plus, ont menti.

Ici donc, la constatation d’un désaccord a ruiné un des témoignages opposés. Il fallait que l’un d’eux succombât. Ainsi l’exigeait le plus universel des postulats logiques : qu’un événement puisse à la fois être et ne pas être, le principe de contradiction l’interdit impitoyablement. Il se rencontre de par le monde des érudits dont la bienveillance s’épuise à découvrir entre des affirmations antagonistes, un moyen terme : c’est imiter le marmot qui, interrogé sur le carré de 2, comme l’un de ses voisins lui soufflait « 4 », et l’autre « 8 », crut tomber juste en répondant « 6 ».

Restait ensuite à faire choix du témoignage rejeté et de celui qui devait subsister. Une analyse psychologique en a décidé : chez les témoins, tour à tour, on a pesé les raisons présumées de la véracité, du mensonge ou de l’erreur. Il s’est trouvé, en l’espèce, que cette appréciation portait un caractère d’évidence presque absolue. Elle ne manquera pas de se montrer, en d’autres circonstances, affectée d’un beaucoup plus fort coefficient d’incertitude. Des conclusions qui se fondent sur un délicat dosage de motifs supposent, de l’infiniment probable au tout juste vraisemblable, une longue dégradation.

Dominique T.

Message par Dominique T. » 15 déc. 2016, 15:59

S'il n'y avait que cela...

Mousquetaire

Message par Mousquetaire » 15 déc. 2016, 16:19

Dominique T. a écrit :S'il n'y avait que cela...
Marc Bloch était manifestement au courant qu'il y en avait d'autres :
Marc Bloch a écrit :le vieux guerrier, dont les hâbleries sont, par ailleurs, notoires
C'est en fait un simple exemple qu'il cite (de mémoire, car ce livre a été écrit dans la clandestinité, sans possibilité de consulter les ouvrages de référence, entre 1941 et 1944 (?), date à laquelle Marc Bloch a été fusillé comme résistant) pour illustrer la manière de faire le tri entre les témoignages. Pour un médiéviste, :salut:

Dominique T.

Message par Dominique T. » 15 déc. 2016, 16:24

https://fr.wikipedia.org/wiki/Marc_Bloch

Ce qui est dommage, c'est que plein de gens lisent cela aujourd'hui sans le moindre sens critique.

Cela... et beaucoup d'autres choses qu'ils trouvent sur Internet... :) :salut:

Christophe

Marbot...

Message par Christophe » 16 déc. 2016, 11:02

Pour en revenir au célébrissime témoignage du général de Marbot, dont je ne conteste pas certaines inexactitudes, il fait partie de la "vague" d'éditions de mémoires et de souvenirs qui furent publiés en 1870 (la défaite) et 1914 . Dans beaucoup de témoignages publiés durant cette période et concernant soit les guerres de la Révolution, du Directoire, du Consulat, de l'Empire et même les récits sur la guerre franco-prussienne( de 1870-71), il y a indéniablement un esprit de revanche (plus ou moins perceptible) chez le publicateur. Quand j'écris "publicateur" , je pense à l'éditeur de l'époque, et les autres, à celui qui rédige au moins une préface et aussi les notes. Dans le cas de notre Marbot, dès la parution de ses "Mémoires" en 1891, chez Plon, certaines parties de son récit ont été mises en cause. Je pense en particulier à un ouvrage de Fernand Lecomte qui concerne le rôle des troupes suisses sous l'Empire et paru dès 1892. Marbot, si je me souviens bien, a eu tendance à minimiser le rôle de ces troupes notamment lors de la campagne de Russie.

Enfin, pratiquement tous les témoignages publiés après 1870 et avant 1914, ne possèdent pas d'appareil critique digne de ce nom; personne n'ose ou ne veut analyser les dires du mémorialistes. De plus, ils sont souvent édités dans une version non-intégrale. J'ai entendu dire, il y a quelques années, que c'est le cas pour le général de Marbot. A partir de 1950, environ, les lecteurs ont pu bénéficier de l'édition de témoignages avec un appareil plus solide. Sauf exception. Et quelle exception puisque je pense au récit du capitaine Krettly. Un témoignage à l'authenticité très contestable notamment par les erreurs chronologiques commises par l'auteur lui-même (ou bien les "teinturiers" de l'époque) et qui a connu une première édition en 1837, puis la suivante en 1906 et enfin une troisième en 2003, sans qu'aucun des éditeurs ne trouve rien à redire ! Bref ! :salut:

Mousquetaire

Message par Mousquetaire » 16 déc. 2016, 13:31

C'est dans l'édition des mémoires du général Marbot au Mercure de France que j'ai lu pour la première fois cette histoire de traversée du Danube pour faire des prisonniers. Cette édition était sans aucun doute postérieure aux années 1950. Il s'agissait peut-être d'un retirage d'une édition antérieure. Je ne peux pas le dire. Le catalogue de la bibliothèque où je l'avais emprunté n'indique d'ailleurs pas de date pour cette édition. Mais aucune note n'accompagnait ce passage pour signaler que ce récit pouvait ne pas être d'une totale fiabilité. Je ne l'avais donc pas remis en doute avant de lire l'extrait du livre de Marc Bloch cité ci-dessus.

Christophe

Marbot...

Message par Christophe » 16 déc. 2016, 14:34

L'édition du Mercure de France date de 1983. Appareil critique de Jacques Garnier, donc un travail sérieux. Il s'agit d'une édition en 2 volumes. Il ne s'agit pas d'une réimpression. Cette édition a été réimprimé en 2001, par le Mercure de France, toujours en 2 volumes mais cette fois en format "poche". Pour la petite histoire, il existe une édition publiée en 1905 chez Conquet mais qui ne reprend que le passage sur Austerlitz. Elle est illustrée. Cette édition est inconnue à la bibliographie de Jean Tulard sur les mémoires (Droz, 1991).

Pour terminer, il y a une édition intéressante car elle contient environ 50 pages inédites). Il s'agit de celle publiée chez Hachette en 1966 (en un volume), sous les auspices de Robert Lacour-Gayet.

Toutefois malgré sa nature d'inédit elle ne reprend pas l'édition originale de 1891 dans son entièreté.

Maria Kel

Message par Maria Kel » 16 déc. 2016, 16:24

Dommage :cry:

Mousquetaire

Message par Mousquetaire » 16 déc. 2016, 16:27

Christophe a écrit :[aligner]L'édition du Mercure de France date de 1983. Appareil critique de Jacques Garnier, donc un travail sérieux.[/aligner]
Contrairement à ce que pouvait peut-être laisser penser mon message précédent, je ne pense pas qu'il soit raisonnable d'attendre d'une édition critique qu'elle dise ce qui est véritable ou inventé dans le texte qu'elle publie et donc je ne considère pas que Jacques Garnier aurait failli à sa tâche en n'ajoutant pas une note où il signalerait que ce passage des Mémoires doit être pris avec prudence. Un tel travail est en effet impossible dans la mesure où il n'existe pas pour tout ce que raconte Marbot d'autres sources qui permettraient de vérifier la véracité de ses dires et dans la mesure aussi où ce serait un travail qui n'aurait jamais de fin, car les documents à examiner pour effectuer une telle vérification sont impossibles à délimiter.

d'hautpoul

Message par d'hautpoul » 16 déc. 2016, 18:35

Pour un médiéviste,
Prix du Guesclin 2016 attribué à Thierry Lentz

À l'occasion du 7e salon de l’Histoire « en littérature », qui s'est déroulé au Cercle national des Armées à Paris, mercredi 14 décembre 2016, Thierry Lentz s'est vu remettre des mains de Jean Tulard, de l'Institut, le Prix du Guesclin pour son Joseph Bonaparte (éditions Perrin).



.

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Les mensonges de l'Histoire !
    par LeBarde » 20 déc. 2015, 10:08 » dans Salon Ier Empire
    14 Réponses
    3125 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    23 déc. 2015, 18:12
  • Marbot. Suite
    par Christophe » 15 juil. 2017, 14:14 » dans Napoléon à travers les Arts
    0 Réponses
    300 Vues
    Dernier message par Christophe
    15 juil. 2017, 14:14
  • Le capitaine Marbot sauve l'Aigle du 14ème de ligne
    par fanacyr » 27 mars 2015, 16:15 » dans Napoléon à travers les Arts
    15 Réponses
    5784 Vues
    Dernier message par L'ARCHEONAUTE
    15 juil. 2017, 12:54
  • "Marbot et le 14ème de ligne à Eylau"
    par L'âne » 18 oct. 2018, 02:03 » dans Espace visiteurs
    6 Réponses
    742 Vues
    Dernier message par Damien
    18 juin 2019, 23:25