Grouchy par Christian Legros (éditions la Bisquine)

Donnez un avis critique sur les ouvrages napoléoniens, les articles.
Prière d'indiquer le titre de l'ouvrage et le nom de l'auteur dans l’intitulé du message.

Modérateur : Général Colbert

Joker

Message par Joker » 19 avr. 2015, 20:18

Un Maréchal qui se conforme aux ordres reçus ne peut en aucun cas être taxé de trahison.
Certes, Grouchy n'a pas marché au canon.
L'eut-il fait, cela aurait-il changé le déroulement des événements ?
La question reste posée...

En fidèle exécutant, il n'a pas pris d'initiative personnelle.
Cela en fait-il un bouc émissaire pour autant ?

Dominique T.

Message par Dominique T. » 19 avr. 2015, 20:37

Même en marchant au canon - ce qui n'était pas prévu par ses ordres (peu clairs), Grouchy n'aurait pu arriver avant 23h - 23h30. Tout était déjà fini depuis plus de 2 heures. Il aurait simplement été entraîné dans la débâcle.
Distance à parcourir +/- 20 km : vitesse de déplacement d'un corps d'armée sur de mauvaises routes : 1,2 km/h (ce sont les normes de déplacement pour les unités de l'époque).

La situation de Desaix était tout a fait différente:
- pas d'ordres différents
-il était bien plus près,
- il a pu arriver à temps en marchant au canon.

Ce n'était pas le cas de Grouchy.

Joker

Message par Joker » 19 avr. 2015, 20:57

Merci pour ces précieuses précisions, mon cher Dominique. :salut:

Voilà qui confirme mes propos et qui disculpe Grouchy de toute responsabilité dans la débâcle.

Ceux qui continuent à en faire un bouc émissaire refusent purement et simplement de considérer les faits dans leur réalité.
Ce faisant, ils se font les chantres d'une propagande impériale mensongère...

la remonte

Message par la remonte » 19 avr. 2015, 23:46

Heureusement que les hommes du Maréchal Davout n'avançaient pas à 2 à l'heure , ils ne seraient jamais arrivés à Austerlitz à temps :idea:

Demi-solde

Message par Demi-solde » 20 avr. 2015, 00:11

Joker a écrit :En fidèle exécutant, il n'a pas pris d'initiative personnelle.
Cela en fait-il un bouc émissaire pour autant ?
En aucun cas. Je partage vos avis, ce qui fait de Grouchy un bouc émissaire c'est l'écriture de l'Histoire après 1815 qui conduit aujourd'hui encore le commun des mortels à penser que Grouchy est responsable de la défaite à Waterloo.

"Soudain, joyeux, il dit : Grouchy ! - C'était Blücher !
L'espoir changea de camp, le combat changea d'âme."

:salut:

la remonte

Message par la remonte » 20 avr. 2015, 10:41

curieusement son comportement va changer à la nouvelle de la défaite , il devient enfin Maréchal :idea: timoré à chaque carrefour à l'aller à la poursuite d'un adversaire battu , au retour il passe au travers des troupes victorieuses avec audace . Il abuse Thielmann avec son arrière garde et lance à bride abattue les 8 régiments de dragons qu'on disait fatigués pour ouvrir la route .
les chemins défoncés , les guides , le temps , la pluie ... il n'y a plus d'obstacles :idea:
à la guerre comme ailleurs , les pires obstacles sont dans l'obscurité de l'esprit :!: quand la lumière vient enfin , tout change .
je ne pense pas que lors de cette superbe retraite , les 30 000 hommes de Grouchy avançaient à 1,2 km/heure :salut:

Joker

Message par Joker » 20 avr. 2015, 19:41

Ne perdons pas de vue que les ordres transmis à Grouchy manquaient de clarté et qu'il les reçut trop tardivement que pour encore être réellement efficace.

En outre, les pluies diluviennes de la veille avaient rendu les chemins boueux et certaines routes pratiquement impraticables, surtout pour l'artillerie.
Je pense donc que l'allure évoquée par Dominique T. est parfaitement raisonnable compte tenu des conditions météorologiques de l'époque.

Que vous preniez le problème par n'importe quel côté, Grouchy n'est donc pas le bouc émissaire tout trouvé pour expliquer la défaite.

Joker

Message par Joker » 21 avr. 2015, 20:12

Mettons-nous un instant à la place de Grouchy et demandons-nous comment nous aurions agi, compte tenu du contexte de l'époque, du climat délétère au sein de la caste des officiers supérieurs, de son indéfectible fidélité envers l'Empereur et de l'importance des enjeux.
Fallait-il aller jusqu'à transgresser des ordres imprécis et marcher au canon ainsi que le recommandait Gérard ?
Avec le recul dont nous disposons, il semble aisé de répondre par l'affirmative.
Mais je doute que cela eut semblé aussi évident au Maréchal qui n'était pas réputé pour ses prises d'initiative et qui était sans doute paralysé par le rôle qui lui incombait.
A mon avis, la peur de mal faire peut expliquer beaucoup de choses...

Joker

Message par Joker » 21 avr. 2015, 22:03

En se contentant de les suivre sur Wavre, il devait bien se douter qu'ils avaient la possibilité de filer sur Saint-Lambert, sans coup férir. Au contraire, en marchant lui aussi vers Saint-Lambert, il se plaçait dans la meilleure des positions
C'est oublier un peu vite que Grouchy s'est laissé berner et qu'il a multiplié les reconnaissances afin de se faire une idée précise de la direction prise par les Prussiens.
Il semble bien qu'il partageait la conviction de l'Empereur que ceux-ci se repliaient sur Liège et il lui a fallu longtemps avant de réaliser son erreur.
S'il y a un grief à lui adresser, c'est bien celui-là...

vélite

Message par vélite » 22 avr. 2015, 21:34

Bonsoir,
Grouchy a fait ce qui lui semblait approprié, ce sont les conséquences -donc a posteriori- qui peuvent conduire quiconque veut le faire, à penser ceci ou cela, mais ça n'apporte rien sur la teneur des évènements.
Ceux qui eurent légitimité, le cas échéant, pour critiquer son rôle, furent des acteurs de la campagne. Il y en eut. La question est de tenter de cerner si leurs raisons étaient valables de leur point de vue, selon les informations dont ils disposaient, soit pour avoir été sous les ordres de Grouchy (Gérard ou Berton, par exemple), soit pour connaître des informations amenant à ne pas comprendre pourquoi Grouchy a agi tel qu'il l'a fait (Napoléon, par exemple).

Il n'y a pas plus d'intérêt à réitérer les mêmes antiennes sur Napoléon et à l'accuser d'avoir généré des boucs émissaires pour se dédouaner de ses fautes.
Mieux vaut chercher s'il eut des raisons pour critiquer Grouchy. Les deux hommes ne se sont jamais revus, Napoléon n'a pu avoir réponse à ses questionnements, mais à partir de ce qu'il savait, il pouvait légitimement se poser des questions.

Grouchy s'est mal défendu, ses descendants et lui ont tenté de réparer les dégâts de cette défense maladroite, sans être forcément probants.

Quant au fait que la marche des troupes s'établisse sur une norme de 1,2 Km/h, dans les conditions du 18 juin, ceci ne repose sur rien de concret.
Le 17, sous l'orage et la pluie, le corps de d'Erlon a effectué une marche d'une quinzaine de kilomètres en 5 à 6 heures au plus, en marchant plus ou moins à travers champ. Soit au moins 2,5 kms/h.
Les troupiers de Vandamme ont-ils parcouru 1,2km/h en moyenne dans leur marche du 17 ?
Bref.

:salut:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Editions de la Bisquine Alain Pigeard
    par Loïc Lilian » 10 janv. 2015, 04:31 » dans Livres - Revues - Magazines
    17 Réponses
    5807 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
    19 oct. 2016, 18:10
  • Christian Terana
    par Yves Martin » 02 août 2015, 11:12 » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    1337 Vues
    Dernier message par L'âne
    04 août 2015, 11:51
  • Napoléon avec Christian Clavier
    par Remy du 9eme » 23 mai 2017, 20:40 » dans Napoléon à travers les Arts
    3 Réponses
    378 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    02 juin 2017, 10:56
  • GROUCHY à ROUEN
    par Route Napoleon » 28 nov. 2014, 17:15 » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    571 Vues
    Dernier message par la remonte
    28 nov. 2014, 17:40
  • Broderies : Grouchy colonel général des chasseurs
    par ivopreda » 13 juin 2018, 23:59 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    4 Réponses
    286 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    14 juin 2018, 20:04