L'ADIEU A L'EMPEREUR

Donnez un avis critique sur les ouvrages napoléoniens, les articles.
Prière d'indiquer le titre de l'ouvrage et le nom de l'auteur dans l’intitulé du message.

Modérateur : Général Colbert

Bastet

A.Gide

Message par Bastet »

“Ne désire jamais, Nathanaël, regoûter les eaux du passé...Ne cherche pas, dans l'avenir, à retrouver jamais le passé.." ( Les nourritures terrestres)
Marie-Louise réveilla certes en Napoléon le coeur et la fougue du jeune général qu'il avait été auprès de Joséphine seulement aujourd'hui il a " les traits tirés, l'air las , dort "comme un sac" en public, au concert, se réveille, sourit et se rendort"....
"Nathanaël, ah! satisfais ta joie quand ton âme en est souriante- et ton désir d'amour quand tes lèvres son encore belles à baiser, et quand ton étreinte est joyeuse" ( Les nourritures terrestres)
Peut-être aussi ce dont,inconsciemment, on tient rigueur à Marie-Louise c'est d'avoir donné à l' Empereur l'illusion que cette union était garante de la fidélité de l'Autriche mais surtout ce qui apparaît comme inexcusable c'est qu'elle ait si vite rejoint son monde, si vite enterré ses souvenirs et celui qui allait avec, et surtout que, au moment où Napoléon parle d'elle comme de la "vertu même" ne doutant pas de sa fidélité, cette vertueuse :mrgreen: dame est enceinte de Neipperg!! :oops:

Juste retour des choses c'est Joséphine l'incomparable , et non Marie-Louise, qui viendra hanter son sommeil, assise à son chevet " elle s'est envolée au moment où j'ai voulu la prendre dans mes bras. Elle m'a dit que nous allions nous revoir pour ne plus nous quitter" :tourne:

:salut:
Route Napoleon

REPLAY

Message par Route Napoleon »

:salut: Mademoiselle Bastet :fleur3:
mais surtout ce qui apparaît comme inexcusable c'est qu'elle ait si vite rejoint son monde
C'est vous qui êtes inexcusable de lire mes messages en diagonale. :(
Pour vous sortir de l'obscurantisme, voici donc un replay...

viewtopic.php?f=7&t=23230&start=315

Si vous avez des sources contradictoires, faites nous le savoir. :shock:
Si vous n'avez pas lu les mémoires de Méneval, il vaut mieux retravailler le sujet :oops:
Ou vous taire :furieux:
Bastet

Message par Bastet »

Détrompez-vous je lis bien vos messages et aussi intéressants qu'ils soient ils ne changent pas mon opinion sur Marie-Louise la "vertueuse princesse" , oui, elle est très vite retournée dans son monde,oui, elle a très vite oublié l'Empereur et couche très vite avec le borgne, en septembre, dans cette auberge au nom scintillant, le Soleil d'or, où elle renie l'Empereur, puis tombe enceinte d'Albertine qui naîtra en 1816 et vous voudriez que l'on nourrisse de bons sentiments à l'égard de cette Habsbourg renégate? :furieux:

:salut:
Route Napoleon

VOS SOURCES ?

Message par Route Napoleon »

:salut: :fleur3: et :sources:

Ah j'allais oublier !!!! Merci d'avoir citer André Gide...
J'ai appris, il y a peu, qu'est sortie une biographie de Pierre HERBART, que certains ont bien connu à Grasse, toujours flamboyant, écharpe au vent au volant de son américaine décapotable, souvent mal garée sur le Jeu de Ballon...
Pierre Herbart l'ami (l'amant ?) de Gide...

http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20 ... fique.html

Comme je passe à Grasse fin du mois, allant à Golfe-Juan, j'aurais une pensée pour le libérateur de Rennes.
:fleur3:
Bastet

Message par Bastet »

Des sources? Pourquoi? C'est faux :idea: qu'elle a couché avec Neipperg , qu'elle en a eu deux enfants dont l'une est née en mai 1817 :?: C'est faux qu'elle ne voulut plus entendre parler de son mari tant elle était bien à Parme dans les bras du sus-dit dont elle deviendra l'épouse en 1821 et avant fera avec lui des bâtards :?: C'est faux qu'elle a jeté aux orties, dans ces bras -là ,avec sa fierté de princesse sa réputation d'épouse de Napoléon et son honneur de femme :?: Bon, elle avait 24 ans, une nature ardente et Neipperg devait être un excellent amant...:mrgreen: ( A lire les premiers chapitres de La femme de trente ans, Balzac... :tourne: )
J'aimerais pouvoir dédier à sa mémoire de "vertueuse princesse" ces vers d'Anna de Noailles:
"Nul lit, nulle chambre, nul toit/ N'affaibliront mon épouvante / Que tu sois mort et moi vivante./- Dans le sol noir, étroit et froid. J'ai un rendez-vous avec toi!" ( l'honneur de souffrir)

:salut: :fleur3:
la remonte

Message par la remonte »

décidemment , à 20 ans avec Désirée Clary à 30 avec Joséphine et à 50 avec Marie Louise , il n'aura jamais été aimé :(
que ce soit ses mariages , sa famille , ses domestiques ... à l'origine de ses plus lourdes fautes , ne s'est-il pas trahi lui même plus qu'on ne l'a trahi ? :idea:
le génie qu'il avait , ce formidable potentiel ne devait pas le dérober de son œuvre en se gaspillant en niaiseries d'amour propre :!: c'est quoi ces platitudes bourgeoises , de bon mari , bon père , bon frère , bon fils , aspirant à un ménage uni quand on dirige la France ?
il n'a été aimé de personne que de tout un peuple , aimé de ses soldats qui n'ayant que leur vie , la lui ont donnée ; voilà sa famille . un grand chef ne devrait pas avoir d'autre famille .
C'est l'Eglise qui a raison , on abandonne les siens pour ne porter plus qu'un prénom !
Il est Napoléon , il n'est pas Bonaparte comme ses ennemis voudront toujours le réduire :)
Route Napoleon

PLUS BELLE LA VIE

Message par Route Napoleon »

:salut: Monsieur le Divisionnaire.
Notre ami André GIDE a dit et bien dit
" Famille je vous hais ! "... :)
Le plus étonnant dans notre histoire Marielouisienne, c'est que justement Napoléon avait trouvé auprès d'elle un oasis où il n'y avait que conversations, ce qu'il adorait : musique, littérature, histoire...
Plus un bébé à chatouiller, à partir de mars 1811 !

Pas de traîtrise cachée, pas d'ambition insoupçonnée. Plus belle la vie, ça le changeait de Caroline Murat, Elisa Bachiochi, Pauline Borghèse et même l'acariâtre Madame Mère, ça le changeait des dettes de l'autre...
Quand on lit les 13 tomes de Frédéric Masson Napoléon et sa famille, on le comprend...

Pensons que, s'il n'y avait pas eu la catastrophe de Russie, ces deux-là auraient eu un règne long et paisible...
Il est à noter qu'il y avait eu des espérances de maternité durant cette canpagne de Russie. Des lettres de Napoléon et de la maréchale Lannes le prouvent.
Bastet

Message par Bastet »

"La distance est à l'amour, ce que le vent est au feu, il éteint les petits et attisent les grands!"

jolie image.
Bastet

Message par Bastet »

Merci de la précision :fleur3: Et Bussy-Rabutin s'y entendait en amour :tourne:

:salut:
Route Napoleon

OTAGE A VIE

Message par Route Napoleon »

:salut: Témoignage du baron Méneval. Ce n'est donc pas du Max Gallo, Patrick Rambaud, Frédéric Hulot, Alain Decaux, André Castelot... C'est le témoignage d'un témoin oculaire !
" Lettre de Méneval à Fain
« Rambouillet, le 13 avril 1814, à 10 heures du soir.
Mon cher Fain, je reçois à l’instant la copie du traité qui était jointe à votre lettre du 12 au soir. Je l’ai remise à l’Impératrice et j’en ai envoyé un extrait au roi Joseph à Orléans. Il n’a dû quitter cette ville avec le roi Jérôme qu’aujourd’hui. Je crois, sans pouvoir l’assurer, que l’intention de ces princes était de se retirer à La Charité-sur-Loire pour y attendre les passeports de l’Empereur de Russie et la communication du traité, et de là, se rendre à Lausanne. La rien Julie et ses enfants ont dû partir pour Paris.
J’ai reçu votre lettre du 12 à 10 heures du matin, en sortant de la cour du palais qu’habitait l’Impératrice à Orléans pour se rendre à Rambouillet. A Angerville, le colonel Jerzmanowski a rejoint l’Impératrice et lui a remis une lettre à laquelle Sa majesté a répondu par un billet au crayon qu’elle a écrit de sa voiture. Nous avons voyagé d’Orléans à Rambouillet, précédés par M. Schouvalow et son aide de camp voyageant dans une calèche. A Angerville, nous avons trouvé les premiers postes ennemis. Nous avons reçu là de M. Schouvalow une escorte de 25 cosaques qui nous ont accompagnés jusqu’à Rambouillet où nous avons trouvé un piquet de chevau-légers de Finlande qui font la garde du palais.
Nous avons voyagé toute la nuit. L’Impératrice est arrivée ici extrêmement fatiguée et affectée de sentiments bien tristes en entrant ici par une des grilles du jardin. Elle s’est couchée en arrivant. On attend l’Empereur d’Autriche demain.
Je ne puis vous donner d’autres détails sur le Trésor, sinon que lorsque Dudon s’est présenté chez La Bouillerie, il a requis la remise de tous les fourgons du Trésor et de l’argenterie qui étaient chez lui et qui devaient renfermer environ 15 millions, et toute la grosse argenterie et le vermeil. L’Impératrice n’a avec elle d’argenterie que pour servir environ 25 couverts. Après tous les renseignements que j’ai pu me procurer il restait à l’Impératrice environ 5 millions qu’elle avait fait porter à la maison qu’elle habitait à Orléans. De ces 5 millions, Peyrusse n’a pu mettre que 2 millions dans...qui ont suivi Sa Majesté à Rambouillet. Le reste est resté à... sous sa garde.
L’Impératrice n’est point maîtresse de suivre son penchant. Elle est sans conseil ni appui contre les insinuations et la force. Elle est dans la situation d’une prisonnière.
Je ne puis que me référer, sur ce qui a été donné aux princes, à l’une de mes dernières lettres. M. de La Bouillerie est parti hier pour Paris, emportant tous ses registres et papiers et se proposant de réclamer contre l’enlèvement des millions et de l’argenterie fait par Dudon, qu’il prouvera appartenir à la liste civile. Il n’a emporté avec lui que les diamants de la couronne, qui n’étaient pas dans les fourgons enlevés par Dudon
Le roi de Rome a voyagé avec l’Impératrice dans la même voiture. Il se porte fort bien. L’Impératrice est souffrante et bien tourmentée.
Je vous renouvelle mon cher Fain, l’assurance de mon tendre attachement. Veuillez remercier Yvan de son souvenir.
Les passages italiques sont chiffrés dans l’original, Fain en a placé la traduction au-dessus de chaque ligne."

Pour ceux qui lisent en diagonale, je retranscris l'essentiel haut et fort comme le Capitaine SYLLA :
Elle est dans la situation d’une prisonnière

Bien sûr on peut s'évader. Elle est bonne cavalière ! Mais il y a son fils, et sa nounou d'enfer, Madame de Monstesquiou,à cheval sur l'étiquette, ne le laissera pas partir...
De toutes façons le plus horrible ce n'est pas tant qu'elle soit elle-même prisonnière c'est qu'à partir de cet instant, à Angervile, "l'enfant du monstre ",l'Aiglon est un otage à vie !

Cette dinde de Marie-Louise ne pouvait-elle pas attendre le lendemain pour partir ? Attendre que le général Cambronne arrive avec son bataillon !!!!
Pourquoi ce Cambronne n'est-il pas arrivé plus tôt ? Parce qu'il a reçu l'ordre de marcher trop tard.
Qui a donné cet ordre trop tard ?
Napoléon.
C.Q.F.D
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Adieu Mr RIGO
    par L'ARCHEONAUTE » 29 mars 2017, 21:56 » dans L'actualité napoléonienne
    9 Réponses
    798 Vues
    Dernier message par L'ARCHEONAUTE
    01 avr. 2017, 14:28
  • Adieu Caffarelli
    par Demi-solde » 18 mai 2020, 14:13 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    369 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    18 mai 2020, 14:13
  • L'adieu à Elbe
    par Joker » 26 févr. 2020, 20:14 » dans Salon Ier Empire
    1 Réponses
    51 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    26 févr. 2020, 23:59
  • [ Napoléonothèque ] L'adieu à l'Empire - Napoléon, de Leipzig à l'Île d'Elbe
    par L'âne » 27 oct. 2017, 08:32 » dans Napoléonothèque
    0 Réponses
    458 Vues
    Dernier message par L'âne
    27 oct. 2017, 08:32
  • VIVE L'EMPEREUR !
    par Moundir Pacha » 02 déc. 2017, 11:27 » dans L'actualité napoléonienne
    10 Réponses
    741 Vues
    Dernier message par Bruno
    05 déc. 2017, 14:26