Mémoires du Maréchal Marmont : Morceaux choisis

Donnez un avis critique sur les ouvrages napoléoniens, les articles.
Prière d'indiquer le titre de l'ouvrage et le nom de l'auteur dans l’intitulé du message.

Modérateur : Général Colbert

Dominique T.

Maréchaux : MARMONT, duc de Raguse (1774-1852)

Message par Dominique T. »

Vous ne croyez quand même pas que j'ai déjà plus d'une fois visité ce cimetière et cette ville sans voir la tombe de Marmont ? ;-)

Il y a d'ailleurs beaucoup de souvenirs napoléoniens dans cette belle ville (ainsi que des guerres de 1870-71 et de 14-18).

Parmi les premiers, je cite la maison des parents du Maréchal, la maison du congrès de Châtillon (1814), l'obélisque de la visite du pape en 1805, etc...

Je n'ai hélas pas pu voir les souvenirs du Maréchal, qui ne sont plus exposés au musée... :furieux:

Voici un détail du tombeau de Marmont : ses très belles armoiries.

Image

Ironiquement, j'ajouterais : sont-ce des lions de Venise ? :mrgreen:

Je signale au passage que l'on peut télécharger gratuitement les mémoires de Marmont sur Gallica !http://gallica.bnf.fr/ :aime:

Dominique T.

Message par Dominique T. »

J'oubliais.

Le musée possède 2 bâtons de maréchal de Marmont, un de l'Empire et un de la Restauration, mais ils ne sont pas exposés... faute de place...(explication officielle) :roll:

Il est vrai qu'un bâton de Maréchal occupe énormément de place dans un bâtiment de 3 étages... :

Route Napoleon

Message par Route Napoleon »

Chatillon-sur-Seine

Je fais remonter le sujet car je ne me lasse pas d' admirer les photos de Dominique T.
En fait Chatillon-sur-Seine est pour moi une étape sur ma route, et j' aime bien m' y arréter.
Je viens de relire quelques pages de l' esprit des Institutions militaires, du maréchal Marmont. Le maréchal cite Polybe et s' en inspire pour les rapports qui lient les institutions militaires et l' état social d'un pays... Lettré ce Marmont, comme Bonaparte qui passait son temps chez son voisin bouquiniste quand il était en garnison à Valence...
Marmont n' a pas la place qu' on lui a laissée. Il faut dire qu'il traine une réputation et qu'il est difficilement défendable. Mais quand même, si l' Aiglon lui a pardonné...

Albert

Maréchal MARMONT, duc de Raguse

Message par Albert »

Maréchal Marmont, duc de Raguse. Avec Bonaparte (Mémoires)
Présenté et annoté par Philippe Bulinge.

Communiqué des Editions ARLEA:

"Le nom du maréchal Marmont est indissociable de la première abdication de Napoléon en 1814 : soit, pour ses nombreux détracteurs, par intérêt personnel, soit, pour ses quelques défenseurs, par amour pour la patrie, Marmont est le responsable du retour au pouvoir des Bourbons par la défection du VIe corps qu'il commande.

La carrière de ce brillant soldat ne saurait cependant se résumer à cette action discutable: général à vingt-quatre ans après la prise de Malte, maréchal à trente-cinq après Wagram, il est surtout le compagnon infatigable de Bonaparte, qu'il connaît avant même le siège de Toulon, partageant les honneurs, mais aussi les doutes et les misères du futur empereur.

Marmont est de toutes les campagnes ou presque: après le siège de Toulon, le voilà à celui de Mayence, puis en Italie, avant le départ pour l'expédition d'Égypte ; de retour en France, il contribue à la réussite du coup d'état du 18 brumaire et son action est décisive à la bataille de Marengo... La liste de ses hauts faits est longue, et il n'est pas raisonnable de ne se souvenir que de la défection d'Essonnes !

Ces différents épisodes (rassemblés ici, dans le recueil Avec Bonaparte ), Marmont a décidé de les raconter lui-même dans ses Mémoires, publiés en 1857, pour se défendre devant la postérité: il s'agit pour lui de montrer que sa carrière est le résultat de ses actions et l'effet de sa valeur, et qu'il ne doit pas tout à l'amitié de Napoléon. Dans le même mouvement, il lui faut aussi prouver que l'affaire d'Essonnes n'est pas une trahison, mais une décision cohérente et raisonnable dans l'intérêt du pays.

Brillant conteur et habile théoricien de la stratégie militaire, Marmont nous fait revivre l'épopée napoléonienne dans la proximité immédiate de Bonaparte, avec un esprit critique à la fois juste et fin qui n'épargne personne.

Philippe Bulinge, qui a établi, présenté et annoté ce texte, propose ici ce qui pourrait faire le premier tome de ces mémoires importants (l'ascension prodigieuse et simultanée de Napoléon et de Marmont de la Révolution à la victoire de Marengo ), qui pourrait être suivis, éventuellement, d'un deuxième volume jusqu'à la chute et à l'abdication)."

Editions Arléa, broché, 460 p., index des noms, 24 €uros. En librairie à partir du 26 octobre. [/b]

fourrier 96 demi-brigade

Message par fourrier 96 demi-brigade »

:salut: :salut:
Mémoires du maréchal Marmont :
Volume 1 :
http://gallica.bnf.fr/document?O=N028435
et clic sur télécharger....

0€.

Pour les autres volumes :

http://gallica.bnf.fr/ et rechercher -> Marmont.....

Et pour Davout, Grouchy, Constant, etc, etc......idem

Merci la bibliothèque nationale ;o))

:salut: :salut:

Prince de la Moskowa

Mémoires du Maréchal Marmont : Morceaux choisis

Message par Prince de la Moskowa »

Quitte à me relancer dans la relecture de ces Mémoires absoluments passionnants, autant en faire profiter les membres qui n'en sont pas familiers, avec quelques passages marquants.

1/ L'affaire du Pont d'Arcole


"La division Augereau, arrêtée dans son mouvement, battit en retraite; Augereau, pour l'exciter, avait pris un drapeau et marché quelques pas sur la digue, mais sans être suivi. Telle est l'histoire de ce drapeau dont on a tant parlé, et avec lequel on suppose qu'il a franchi le pont d'Arcole en culbutant l'ennemi : tout s'est réduit à une simple démonstration sans aucun résultat; et voilà comment on écrit l'histoire ! Le général Bonaparte, instruit de cet échec, se porta à cette division avec son état-major, et vint renouveler la tentative d'Augereau, en se plaçant à la tête de la colonne pour l'encourager : il saisit aussi un drapeau, et, cette fois, la colonne s'ébranla à sa suite ; arrivés à deux cents pas du pont, nous allions probablement le franchir, malgré le feu meurtrier de l'ennemi, lorsqu'un officier d'infanterie, saississant le général en chef par le corps, lui dit : "Mon général, vous allez vous faire tuer, et, si vous êtes tué, nous sommes perdus; vous n'irez pas plus loin, cette place-ci n'est pas la vôtre."
J'étais en avant du général Bonaparte, ayant à ma droite un de mes camarades, autre aide de camp du général Bonaparte, officier très-distingué, venant d'arriver à l'armée : son nom de Muiron a été donné à la frégate sur laquelle Bonaparte est revenu d'Egypte; je me retournais pour voir si j'étais suivi, lorsque j'aperçus le général Bonaparte dans les bras de l'officier dont j'ai parlé plus haut, et je le crus blessé : en un moment, un groupe stationnaire fut formé. Quand la tête d'une colonne est si près de l'ennemi et ne marche pas en avant, elle recule bientôt : il faut absolument qu'elle soit en mouvement; aussi rétrograda-t-elle, se jeta sur le revers de la digue pour être garantie du feu de l'ennemi, et se replia en désordre. Ce désordre fut tel que le général Bonaparte, culbuté, tomba au pied extérieur de la digue, dans un canal plein d'eau, canal creusé anciennement pour fournir les terres nécessaires à la construction de la digue, mais très-étroit. Louis Bonaparte et moi nous retirâmes le général en chef de cette situation périlleuse; un aide de camp du général Dammartin, nommé Faure de Giers, lui ayant donné son cheval, le général en chef retourna à Ronco pour changer d'habits et se sécher : voilà encore l'histoire de cet autre drapeau que les gravures ont représenté porté par Bonaparte sur le pont d'Arcole. Cette charge, simple échauffourée, n'aboutit à rien autre chose. (...) Muiron disparut dans cette bagarre; il est probable qu'au moment du demi-tour il reçut une balle et tomba dans l'Alpon."

Avatar du membre
Espagne
 
Messages : 406
Enregistré le : 17 juil. 2017, 13:28
Localisation : MONTROUGE (92)

"Le Maréchal Marmont, duc de Raguse - 1774-1852" de Pierre Saint Marc (Editions Arthème Fayard - 1957)

Message par Espagne »

Bonjour.

M'étant cassé la rotule gauche début juin (convalescence 6 semaines avec attelle; viens de commencer rééduc chez kiné ... à priori en arrêt jusqu'au 5 août), j'ai eu le temps de rattraper mon retard de lecture, donc voici le premier compte rendu ...

... L'auteur tente dans son ouvrage de réhabiliter Marmont; Pas simple ! Il montre et explique que la défection d'Essonnes, qu'il tenta de réparer, n'a rien changé au cours de l'Histoire, et que, les affaires de Napoléon étant déjà au plus bas, la chute n'en fut que plus rapide. Pour l'auteur, comme pour d'autres, le vrai coupable est Souham.
Il nous décrit un Marmont habile organisateur en Illyrie, et dans ses affaires industrielles et agricoles, même si à partir de cette époque, tout ce qu'il entreprend semble voué à l'échec et au malheur, comme la répression de l'insurrection de Paris en 1830, affaire qu'il traita en militaire, car l'Homme essaya de faire en douceur, mais se heurta aux ministres ultra-royalistes.
Les entretiens de Marmont et du Roi de Rome sont présentes dans l'ouvrages.

Globalement, une œuvre plus historique que celle de Lucien Floriet, elle plus récente et donc plus complète, les deux formant, je le pense, un ensemble complet et juste sur ce personnage.
I'll be back !
Modifié en dernier par Espagne le 19 juil. 2017, 08:59, modifié 1 fois.
"Le grand art d'écrire, c'est de supprimer ce qui est inutile" Napoléon Bonaparte-1804

Mathieu Dampierre

Re: "Le Maréchal Marmont, duc de Raguse - 1774-1852" de Pierre Saint Marc (Editions Arthème Fayard - 1957)

Message par Mathieu Dampierre »

L'auteur tente dans son ouvrage de réhabiliter Marmont;
Entreprend-il la narration de sa biographie de manière objective ou part-il du postulat que Marmont doit être réhabilité?

;)

Avatar du membre
Espagne
 
Messages : 406
Enregistré le : 17 juil. 2017, 13:28
Localisation : MONTROUGE (92)

Re: "Le Maréchal Marmont, duc de Raguse - 1774-1852" de Pierre Saint Marc (Editions Arthème Fayard - 1957)

Message par Espagne »

Bonjour cher Mathieu Dampierre.
Je pense que son postulat de départ n'est pas de réhabiliter Marmont par principe, mais plutôt de dire que l'homme était un brin fragile pour ce qui lui tomba sur les épaules à Essonnes, comme plus tard sous Charles X, et que Talleyrand le retourna comme un crêpe, en le brossant dans le sens des poils.
L'auteur énonce les fautes et erreurs de Marmont, mais également celles des autres (Souham, Ney, ...) et la duplicité, pour ne pas dire la trahison, de Talleyrand, et remet tout cela dans la perspective familiale de Marmont, qui avait depuis un certain temps des problèmes avec son épouse, qui pesaient sur sa volonté, son moral et sur sa pensée. On le sait tous, Marmont fut fait maréchal par "tendresse" et "amitié", plus que pour ses capacités militaires, bien que ce fut un excellent organisateur, ce qu'il démontra en Illyrie. Donc, sans son "Maître" pour le diriger (manipuler ?), il était vulnérable ... ce qui n'excuse pas tout ;)
I'll be back !
"Le grand art d'écrire, c'est de supprimer ce qui est inutile" Napoléon Bonaparte-1804

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2936
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: "Le Maréchal Marmont, duc de Raguse - 1774-1852" de Pierre Saint Marc (Editions Arthème Fayard - 1957)

Message par L'âne »

Je vous rejoint sur cette analyse Cher Espagne.
Cependant, le propre des chefs (et surtout du "bon" chef) est de savoir s'entourer.
Si Marmont n'était pas à la hauteur, il ne fallait pas lui confier les responsabilités qui étaient les siennes.
Napoléon ne s’embarrassait pas avec ceux qu'il jugeait ne pas être à la hauteur. Il avait suffisamment de vision pour les cerner et de tact pour les écarter.
sans son "Maître" pour le diriger (manipuler ?)
"manipuler" est inapproprié si vous permettez. Je crois que Napoléon ne savait pas manipuler les gens et quand il s'y employait, il y réussissait...Mal !
il était vulnérable
Ce qui constituerait une circonstance aggravante pour l'Empereur...
Je ne crois pas que Marmont était si "vulnérable" que cela. Il était très certainement sous influence, à commencer par ses propres doutes.
Il fut l'un des principaux Maréchaux fatigués, émoussés, et peut-être même victimes de leurs turpitudes...
S'agissant de ses propres affaires, il ne perdit pas le nord si ma mémoire est bonne.
Il s'était arrangé avec Talleyrand pour gagner beaucoup d'argent en réalisant des opérations financières qui seraient considérées de nos jours (et peut-être de leur temps également) comme un délit d'initiés. Au moment même où les ennemis se préparaient à gagner la capitale...
Vive l'Épopée !
Aurea mediocritas

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Marmont – Le maudit
    par Eric LM » 07 juin 2018, 10:56 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    19 Réponses
    2753 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    13 juin 2018, 19:13
  • Mémoires de Napoléon
    par Patrick » 08 sept. 2018, 06:52 » dans Espace visiteurs
    5 Réponses
    714 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    04 déc. 2018, 16:38
  • Mémoires de Constant
    par Napolitaine » 03 août 2017, 11:58 » dans Livres - Revues - Magazines
    23 Réponses
    3253 Vues
    Dernier message par LeBarde
    18 août 2012, 13:22
  • Mémoires de Marchand
    par L'âne » 12 sept. 2017, 16:06 » dans Livres - Revues - Magazines
    1 Réponses
    1026 Vues
    Dernier message par Joker
    01 août 2019, 19:52
  • [ Napoléonothèque ] Mémoires de Vidocq
    par L'âne » 19 oct. 2017, 12:54 » dans Napoléonothèque
    0 Réponses
    313 Vues
    Dernier message par L'âne
    19 oct. 2017, 12:54