Batailles : Iéna et Auerstaedt par Frédéric Bey

Donnez un avis critique sur les ouvrages napoléoniens, les articles.
Prière d'indiquer le titre de l'ouvrage et le nom de l'auteur dans l’intitulé du message.

Modérateur : Général Colbert


Joker

Message par Joker » 14 oct. 2016, 14:30

Deux glorieuses victoires à jamais inscrites au panthéon impérial ! :aigle:

Turos M. J.

Message par Turos M. J. » 14 oct. 2016, 17:33

Deux victoires dans un temps si court. Je pense que le plus difficile la tâche avait maréchal Davout.
:salut:

Christophe

Un témoin raconte...

Message par Christophe » 14 oct. 2016, 19:44

Voici un extrait des souvenirs de Bangofsky qui appartenait au 7ème régiment de hussards. Ce récit a été réédité en 2012 aux Editions du Grenadier.

« Le 14 octobre [1806], à la pointe du jour, et par un brouillard très épais, on monte à cheval, passant par Naumburg, sur quatre rangs serrés, le sabre en main, au grand trot. Le canon ronflait déjà près de nous. Nous filâmes bon train par Dornburg, franchîmes la Saale et, grimpant à travers une gorge rapide, nous parvenons à un superbe plateau où l’armée française était en ligne. Ce jour-là fut donnée la fameuse bataille d’Iéna . Toujours en flanqueurs, nous prîmes notre ordre de bataille. La journée fut chaude, acharnée ; mais les Prussiens, malgré leur célèbre tactique, furent culbutés, coupés et mis en déroute.Nos nombreuses charges de cavalerie enfoncèrent et sabrèrent leurs carrés. Vers le soir, il n’y eut plus que des prisonniers et des bagages à ramasser. L’ennemi fuyait en pleine déroute ; jamais je n’ai vu une armée abandonner plus lâchement un champ de bataille. L’action eut deux scènes. L’Empereur battait les Prussiens près d’Iéna, tandis que le maréchal Davout les frottait à Auerstaedt. Les Prussiens donnèrent le nom de cette dernière ville à la bataille, mais comme c’était aux vainqueurs de la baptiser, elle conserva le nom de bataille d’Iéna. Nous bivaquons sur le champ de victoire.

Malgré les batteries d’Erfurt qui nous lâchèrent quelques bordées de canon, nous prenons une quantité d’équipages et de voitures chargées d’argent. C’était plaisir de voir les hussards au pillage, se battant pour le butin. J’ai assisté là à une scène terrible : grâce à ma bonne monture, j’étais toujours des premiers à poursuivre les nombreux fuyards ; un sous-officier prussien, traînant sa femme avec lui, se voyait près de tomber entre nos mains. Incapable de la sauver, il tire son sabre, frappe sa femme, qui tombe roide dans le fossé, et veut gagner à toutes jambes un bois. Plusieurs hussards lancés à sa poursuite le rejoignent et le sabrent. Nous bivaquons dans un bois, près de l’ennemi.

Christophe

Un autre témoin.

Message par Christophe » 15 oct. 2016, 20:58

[aligner]"Bernard-Pierre Castex fut un des meilleurs cavaliers de la grande épopée, est né à Pavie, dans l’Armagnac, le 29 juin 1771. Parti en 1792 comme volontaire dans les chasseurs à cheval de son département (Gers), Castex était général de division le 28 octobre 1813. Napoléon le créa baron de l’Empire en 1808 ; Louis XVIII lui accorda le titre de vicomte en 1822, le nomma grand-officier de la Légion d’honneur et grand-croix de Saint-Louis. Le vicomte de Castex est mort à Strasbourg le 19 avril 1842.
-----------
Belmar, le 15 octobre 1806.

Tu dois être surpris de ne pas avoir reçu de mes nouvelles pendant mon séjour à Versailles, je ne le pouvais pas, n’y ayant resté que 6 jours dans des occupations très multipliées ; au surplus je ne t’en aurais pas donné de plus satisfaisantes que celles-ci. Hier (à Iéna), nous avons complètement battu l’armée prussienne ; les débris de cette armée se retirent en désordre, nous la poursuivons sans qu’elle puisse nous échapper. J’ai fait exécuter une charge au 7ème régiment de chasseurs que je commandais comme major depuis trois jours qui m’a parfaitement réussi et qui m’a fait nommer colonel sur le champ de bataille. L’Empereur a demandé à me voir et m’a dit : « Vous êtes un brave, vous êtes colonel. Dites aux chasseurs que je savais qu’ils valaient mieux que les Saxons et les Prussiens. » Cette journée a été pour moi la plus belle de ma vie, mon père et ma mère partageront sans doute la satisfaction qu’elle m’a fait éprouver ; plus tard et quand j’aurai le temps je te donnerai quelques autres détails. Le colonel Marigny (du 20ème chasseurs) avait repris le commandement de son régiment huit jours avant cette bataille où il a été enlevé par un boulet de canon et c’est son régiment que je commande.

CASTEX."

(Source: "Carnet de la Sabretache" n°123, mars 1903)
[/aligner]

Peyrusse

[IÉNA]

Message par Peyrusse » 14 oct. 2017, 12:52

« Le 14 octobre [1806], à la pointe du jour, et par un brouillard très épais, on monte à cheval, passant par Naumburg, sur quatre rangs serrés, le sabre en main, au grand trot. Le canon ronflait déjà près de nous. Nous filâmes bon train par Dornburg, franchîmes la Saale et, grimpant à travers une gorge rapide, nous parvenons à un superbe plateau où l’armée française était en ligne. Ce jour-là fut donnée la fameuse bataille d’Iéna . Toujours en flanqueurs, nous prîmes notre ordre de bataille. La journée fut chaude, acharnée ; mais les Prussiens, malgré leur célèbre tactique, furent culbutés, coupés et mis en déroute. Nos nombreuses charges de cavalerie enfoncèrent et sabrèrent leurs carrés. Vers le soir, il n’y eut plus que des prisonniers et des bagages à ramasser. L’ennemi fuyait en pleine déroute ; jamais je n’ai vu une armée abandonner plus lâchement un champ de bataille. L’action eut deux scènes. L’Empereur battait les Prussiens près d’Iéna, tandis que le maréchal Davout les frottait à Auerstaedt. Les Prussiens donnèrent le nom de cette dernière ville à la bataille, mais comme c’était aux vainqueurs de la baptiser, elle conserva le nom de bataille d’Iéna. Nous bivaquons sur le champ de victoire.
Malgré les batteries d’Erfurt qui nous lâchèrent quelques bordées de canon, nous prenons une quantité d’équipages et de voitures chargées d’argent. C’était plaisir de voir les hussards au pillage, se battant pour le butin. J’ai assisté là à une scène terrible : grâce à ma bonne monture, j’étais toujours des premiers à poursuivre les nombreux fuyards ; un sous-officier prussien, traînant sa femme avec lui, se voyait près de tomber entre nos mains. Incapable de la sauver, il tire son sabre, frappe sa femme, qui tombe roide dans le fossé, et veut gagner à toutes jambes un bois. Plusieurs hussards lancés à sa poursuite le rejoignent et le sabrent. Nous bivaquons dans un bois, près de l’ennemi. »

Georges BANGOFSKY, « Mes campagnes, 1797-1815 ». Editions du Grenadier, 2012. Bangofsky appartenait au 7ème régiment de hussards.


Avatar du membre
Espagne
 
Messages : 351
Enregistré le : 17 juil. 2017, 13:28
Localisation : MONTROUGE (92)

[IÉNA]

Message par Espagne » 14 oct. 2017, 15:31

Bonjour.
Merci Peyrusse pour ce récit.
Pour le bicentenaire de Iéna, nous (bus de français en vadrouille) nous levâmes aussi à la pointe du jour, pour parvenir au plateau, afin d'assister aux festivités par un temps humide et très brumeux, surtout en fin de journée de mémoire, entouré (entre autres) d'un Bonaparte et d'un Murat. Notre bivouac, après la bataille, dans un hôtel de Iéna, fut probablement plus doux que celui de nos prédécesseurs, 200 ans plus tôt.
I'll be back !
"Le grand art d'écrire, c'est de supprimer ce qui est inutile" Napoléon Bonaparte-1804

Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3032
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Batailles : Iéna et Auerstaedt

Message par Cyril Drouet » 14 oct. 2017, 15:46

Peyrusse a écrit :
14 oct. 2017, 12:52
Bangofsky appartenait au 7ème régiment de hussards.
Le 7e hussards, au côté de Bernadotte, déboucha trop tard sur le plateau et ne participa pas aux deux batailles de la journée.

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2752
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Batailles : Iéna et Auerstaedt

Message par L'âne » 14 oct. 2017, 15:49

Alain FILLION "Le tacticien de Napoléon - Mémoires de guerre du baron Comeau" :
masses informes inonder le pays, couvrir toutes les routes. Une vallée fut encombrée dans une nuit et, au jour, des corps bien formés tombaient sur une belle armée bien placée, superbe à voir. Elle était culbutée, enfoncée, dispersée, démoralisée en bien moins de temps qu’il n’en avait fallu pour triompher d’aucune armée autrichienne. Telle fut la bataille d’Iéna (14 octobre 1806) et le même jour Davoust gagnait de même celle d’Auerstädt."

L’Empereur restera près d’un mois en Prusse et signera, le 21 novembre, le décret de Berlin qui instaure le Blocus continental contre l’Angleterre.
Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.
Fichiers joints
Iéna Lannes.jpg
Iéna Vieille Garde.jpg
Aurea mediocritas

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 1758
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Batailles : Iéna et Auerstaedt

Message par C-J de Beauvau » 17 oct. 2017, 20:11

En effet ne pas oublier les prodiges de Davout à Auerstädt, dont si je ne me trompe, Bernadotte "refusa" d'aller aider avec son corps de(20 000 hommes) !

Voici une photo NB d'un tableau trouvé dans un vieux Larousse des années 30 marqué Aquarelle . Min. Guerre

Image
(Cliquez dessus pour l'agrandir)

Intitulé (14 octobre, 10 heure du matin) La division Gudin , du corps de Davout , formée en carrés, repoussent toutes les attaques de le cavalerie prussienne de Brunswick. Au loin , vers Spielberg, la division Friant et la cavalerie de Vialannes entrent en ligne, appuyant à droite la division Gudin .

Image
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Frédéric Staps
    par L'âne » 17 sept. 2017, 13:40 » dans Salon Ier Empire
    70 Réponses
    3778 Vues
    Dernier message par SCHNAPS
    02 févr. 2006, 18:08
  • Voyage à IENA
    par Thierry CHOFFAT » 29 août 2016, 20:33 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    1532 Vues
    Dernier message par Thierry CHOFFAT
    29 août 2016, 20:33
  • Porte de Brandebourg.Iéna,Berlin 1806.
    par LeBarde » 20 mars 2016, 10:11 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    1263 Vues
    Dernier message par LeBarde
    20 mars 2016, 10:11
  • Iéna et Auerstedt – La Prusse humiliée (14 octobre 1806)
    par Eric LM » 16 avr. 2019, 18:28 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    0 Réponses
    975 Vues
    Dernier message par Eric LM
    16 avr. 2019, 18:28
  • "Pillage et protection des sites archéologiques liés aux guerres napoléoniennes", par Frédéric Lemaire.
    par Joker » 28 juin 2019, 16:16 » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    179 Vues
    Dernier message par Bernard
    02 juil. 2019, 19:05