Napoléon et le confinement

Faites part de l'actualité napoléonienne dont vous avez connaissance.
Prière d’indiquer les références dans l’intitulé du message.

Modérateur : Joker

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2373
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le vendredi 22 septembre 1820, les craintes de l’évasion de Napoléon subsistent. Lord Bathurst, Ministre Britannique de la guerre, envoie à Sir Hudson Lowe le message suivant : « Vous recevrez bientôt une dépêche de moi touchant la probabilité d'une tentative d'évasion du général Bonaparte.
Vous êtes libre de la communiquer in extenso à l'Amiral ; je l'ai même écrite en grande partie dans ce dessein, pour qu'elle vous permette d'examiner avec lui toutes les voies par lesquelles Bonaparte peut essayer de s'échapper et les meilleurs moyens pour l'empêcher de le faire. Je suis fortement imbu de l'idée que beaucoup dépend de la marine.
Je n'ai pas l'honneur de connaître personnellement l'Amiral, mais il se peut qu'il éprouve plus de sécurité que n'en comporte la crise actuelle ; cette communication vous permettra d'éveiller son attention sans encourir le reproche d'être inutilement alarmé. »

Des craintes qui paraissent disproportionnées quand on les compare à l'état de santé de l'Empereur à cette époque.
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2373
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le samedi 30 septembre 1820, comme nous l’avons vu le 22 septembre dernier, le Gouvernement à Londres qui craint vraiment que Napoléon s’évade persiste et signe cette deuxième lettre. Rédigée une semaine après un premier avertissement, elle a pour effet d’attiser les sentiments de peur déjà obsessionnelle qu’éprouvait Lowe à remplir scrupuleusement ses devoirs de gardien de prison.

En voici le contenu : « Vos récents rapports sur la conduite du général Bonaparte et des personnes de sa suite, me font soupçonner qu'il commence à nourrir sérieusement la pensée de s'échapper de Sainte-Hélène ; les détails qu'il a reçus depuis sur ce qui se passe en Europe ne manqueront pas de l'encourager dans son projet. Le renversement du gouvernement napolitain, l'esprit révolutionnaire qui prévaut, plus ou moins, dans toute l'Italie, l'état douteux de la France elle-même, doivent exciter son attention et montrent clairement qu'une crise approche à grands pas, si elle n'est point déjà arrivée, où son évasion pourrait avoir les plus importantes conséquences. Que ses partisans soient actifs, on n'en peut douter ; et, s'il est décidé à jamais risquer l'entreprise, il ne laissera pas échapper une pareille occasion. Vous surveillerez donc avec la plus grande attention tous ses actes, et vous recommanderez également à l'Amiral la plus grande vigilance, comme c'est de la marine que doit, en si grande partie, dépendre l'issue de l'événement.
Sous quelle forme ou de quelle manière cette tentative se produira-t-elle? Je ne puis le juger, mais je suis certain que la tempête ne passera pas inaperçue à Longwood. Le général Bonaparte a de l'argent à sa disposition, de nombreux partisans et des moyens de communication que vos règlements peuvent entraver, mais ne sauraient entièrement prévenir.
Les temps sont on ne peut plus favorables à l'entreprise, et, sans croire qu'il aime habituellement à courir les aventures, je ne puis me persuader qu'il recule devant une tentative qui, si elle réussit, peut promettre aujourd'hui d'aussi grands résultats."
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
la remonte
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 776
Enregistré le : 06 sept. 2019, 11:46
Localisation : Paris

Re: Napoléon et le confinement

Message par la remonte »

découverte le 21 mai , l'ile aurait du s'appeler St Constantin et non Hélène du nom de sa mère :?:
est ce que Napoléon a évoqué Hélène dans le Mémorial , je ne crois pas , pourtant comme lui , elle a arpenté la Palestine à la recherche et la fixation des lieux saints . Bonaparte n'a vu que le Mont Thabor . Il est curieux qu'il n'ait pas poussé jusqu'à Jérusalem .
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3738
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Napoléon et le confinement

Message par Cyril Drouet »

la remonte a écrit :
01 oct. 2020, 09:07
Bonaparte n'a vu que le Mont Thabor . Il est curieux qu'il n'ait pas poussé jusqu'à Jérusalem .
Curieux ? Non pas vraiment. L'objectif de la campagne de Syrie était Acre. Le siège entamé, il convenait de prévenir l'arrivée des renforts venus de Damas. Jérusalem est loin de tout cela.

Néanmoins, à l'époque, on annonça bien parmi les nombreuses fausses nouvelles relatives à l'Orient la prise de Jérusalem par les Français :
-dans le numéro du 15 mai 1799 du Moniteur (nouvelle de Constantinople datée du 11 avril)
-dans le numéro du 24 mai 1799 du Moniteur (à croire un courrier ayant quitté Bonaparte à Jérusalem le 10 février)
-dans le numéro du 10 juillet 1799 du Moniteur (nouvelle de Constantinople du 3 juin annonçant la soumission de Jérusalem à l'imposition française)

Et dans tout ce fatras, on peut ajouter (mais sortie bien plus tard) la fameuse fausse proclamation aux Juifs lancée de Jérusalem par Bonaparte... :?
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2373
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le lundi 2 octobre 1820, Napoléon se morfond toute la journée dans sa chambre ; le mauvais climat n’arrange rien à l’affaire ni à apaiser les complaintes permanentes de ses compagnons (volontaires) d’exil qui n’ont de cesse de gémir et de demander leurs remplacements.
Les regrets de Napoléon, dans sa solitude, se concentrent toujours et encore sur ces trois points : n'avoir pas pu mourir à quelque grand moment de sa carrière ; avoir quitté l'Égypte et renoncé à ses projets sur l'Orient; et enfin, cela va sans dire, Waterloo.

Bertrand, de son côté, est à la torture. Sa femme passe son temps à pleurer, à le supplier, à gémir. Les Anglais, qui l'aperçoivent, ne manquent pas de la plaindre : pour toute l'île, elle est devenue « the poor Madame Bertrand ».
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2373
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le mercredi 4 octobre 1820 est entré dans l’histoire pour être la journée de la dernière chevauchée de Napoléon.

Parti en direction de Sandy Bay, l’Empereur se sentant observé à la jumelle, il se décida de franchir le poste de Hutt's Gate, suivi de Bertrand et de Montholon. Il prit la route taillée dans le roc qui mène, par de nombreux lacets, vers le décor verdoyant de Fairy Land, « le pays des fées », sur lequel règne Sir William Doveton. Des fougères géantes tapissent les flancs du pic de Diane, les arbres à choux bordent le chemin, égayé par les tons rouges et jaunes des cannas et des gingembres. A Rock Rose, s'étale soudain le paysage romantique des camélias blancs et roses se découpant sur le bleu de l'Océan.

Parvenu à la barrière de Mount Pleasant, Montholon s'en fut informer Sir William de l'arrivée de l'Empereur et solliciter l'autorisation de traverser ses champs. On l'attendait avec curiosité. « À l'aide de ma lorgnette, écrivit Doveton à Lowe, j'avais vu qu'il s'agissait des prisonniers d'État de Longwood et j'étais rentré pour informer ma fille, Mrs Greentree, qui s'occupait des enfants, que nous allions avoir la visite de Bonaparte. »

Les cavaliers mettaient bientôt pied à terre et Napoléon, pénétrant dans le salon, prenait place sur un divan et invitait Mrs. Greentree à s'asseoir à ses côtés, pour la complimenter sur la mine de ses enfants et la taquiner sur l'intempérance de son mari. Le déjeuner fut servi sur la pelouse, sous les chênes et dans le décor grandiose de Sandy Bay : à gauche la barrière des pics, au centre les cheminées des volcans, à droite l'océan sans fin et, ici et là, les touches éclatantes des fleurs tropicales. Les domestiques de l'Empereur servirent du champagne et Sir William offrit une liqueur faite à la maison, sorte de tord-boyaux de fruits fermentés... Le menu parut fastueux aux insulaires, mais pas du tout dans le goût anglais, « du pâté, du ragoût, de la viande froide, du jambon, de la salade et des fruits ». Napoléon frappa le chef de la Milice (Doveton avait conservé ce haut «grade ») par son embonpoint : il était « aussi gras et aussi rond qu'un cochon de la Chine »... Cette comparaison, pensa l'imbécile, serait bien faite pour amuser Sir Hudson.

La conversation avait égayé Napoléon mais ce fut à grand-peine qu'il enfourcha sa monture après avoir pris congé de ses hôtes. À Hutt's Gate, il s'installa dans sa calèche et se laissa conduire, sans mot dire, jusqu'au perron de Longwood. Épuisé et se plaignant de maux de tête, il se mit au lit.
Ce sera la dernière promenade de Napoléon à cheval.

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3738
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Napoléon et le confinement

Message par Cyril Drouet »

La dernière promenade à cheval : le 4 octobre 1820.



Napoléon passa une longue période à Sainte-Hélène sans chevaucher. Si je ne m’abuse, il abandonna cette activité qu’il appréciait pourtant le 2 juin 1816 et ne la reprit que près de quatre ans plus tard suite à la décision de Lowe d’élargir à la fin de l’année 1819 le périmètre des déplacements pouvant être effectués sans surveillance directe.

Cette ultime sortie équestre nous est contée ainsi par Antommarchi (Les derniers moments de Napoléon) :
« 2 heures. P. M. L'Empereur rentre extrêmement fatigué ; il se met au lit, et demande qu'on le laisse en repos. Il a fait, partie à cheval, partie en calèche, une course de deux lieues et demie; s'est reposé à Sandy-Bay-Raidge ; il est descendu chez M. Deveton, où il a déjeuné, et bu, m'a-t-il dit, trois verres de vin de Champagne. Il éprouve un violent mal de tête, une anxiété générale; toux sèche, nerveuse ; visage excessivement pâle; yeux abattus; pouls petit et nerveux. »

Le capitaine Englebert Lutyens, officier d’ordonnance à Longwood, fit logiquement le jour même son rapport à Lowe (Benhamou, L’autre Sainte-Hélène) :
« Ce matin, à sept heures moins le quart, le général Bonaparte et le comte de Montholon, assistés de Noverraz, Pierron et Archambault, sont partis à cheval en direction de Sandy Bay Ridge. Les serviteurs portaient des rafraîchissements. Le phaéton a été envoyé à la rencontre du général sur la colline au-dessus de Huts Gate, et à bord duquel il est revenu à Longwoood un peu après 11 heures. Le comte Bertrand est revenu avec le groupe, alors qu’il ne s’était pas joint à eux lorsqu’ils étaient partis. »

L’hôte, William Webber Doveton, fut également invité par Lowe à lui rapporter les détails de la visite à Mount Pleasant (à noter que Napoléon était déjà venu en ces lieux ; c’était le 3 janvier 1816). Voici un rapide résumé de son témoignage :
Doveton pratiquait sa promenade matinale habituelle dans les jardins de la propriété quand, un peu avant huit heures, il vit un groupe de cavaliers venant de Longwood approcher. Il accueillit Montholon qui lui demanda l’hospitalité au nom de l’Empereur et de sa suite (Bertrand, Noverraz, Pierron et Archambault). Doveton alla saluer Napoléon. Comme Napoléon semblait très fatigué, Doveton lui proposa de venir se reposer dans la maison (il le trouva très pâle (et fort gras), mais le jugea en bonne santé. S’étant enquis de l’état de santé de l’Empereur auprès de Montholon, celui-ci l’avertit que Napoléon avait le foie malade). Bertrand aida son maître à monter les escaliers ; ce dernier allant ensuite s’asseoir sur un sofa. Dans la conversation qui suivit (Bertrand servait d’interprète), l’Empereur fit la connaissance de l’aînée des petites-filles de Doveton à qui il offrit un morceau de réglisse. Doveton proposa alors de prendre le petit-déjeuner ; à quoi, il lui fut répondu que les visiteurs avaient eux-mêmes apporté la collation que l’Empereur se proposait de prendre sur la pelouse.
Pendant que le petit-déjeuner se préparait, Napoléon fit encore connaissance de la fille de son hôte, Mme Greentree, et de ses enfants qui reçurent eux aussi du réglisse.
Une fois la table dressée, Doveton, outre la nourriture apportée par les Français (pâté, rillettes, dinde froide, curry de poulet, jambon ou viande de porc, dattes, amandes, oranges, salade), fit servir des œufs, de la gelée, du beurre, des radis, du cresson…, le tout arrosé d’une bouteille d’« eau de Mount Pleasant » (une liqueur d’oranger ; il y avait aussi le champagne des invités).
Suite au café, les convives revinrent s’asseoir dans la maison.
La visite dura au total un peu plus de deux heures. L’Empereur repartit à cheval.


Ce fut la dernière fois que Napoléon monta à cheval. Son état de santé se dégradant, il ne lui fut plus possible de répéter cette activité qu’il avait tant pratiquée et appréciée par le passé.
Il continua néanmoins à se promener en calèche ; chose qu’il fit une dernière fois le 18 mars 1821. Le lendemain, il ne put atteindre le véhicule, pris de vomissements et ne pouvant à peine se tenir sur ses jambes…
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2373
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

À partir du vendredi 6 octobre 1820, la santé de Napoléon déclinant très vite, l’ambiance devient encore plus éprouvante pour tout le monde à Longwood.
L'emploi du temps reflète bien l'ennui qui pesait sur toute la maison.
À neuf heures Napoléon faisait appeler Montholon pour partager son déjeuner.
A onze heures, il se recouchait et somnolait jusqu'à ce que Bertrand se fît annoncer, à une heure.
À trois heures on faisait quelques pas dans les jardins et, à cinq, il dînait en compagnie de Montholon qui s'échappait ensuite pour aller prendre le thé chez les Bertrand avant de venir s'installer à son chevet jusqu'à une heure avancée de la nuit.
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2373
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le samedi 7 octobre 1820 fait partie de ces jours durant lesquels l’absurdité des conditions de surveillance d’un prisonnier malade nous est dépeinte par des rapports quasi-incompréhensibles aujourd’hui.
Jugez-en par vous-même en lisant celui de ce jour-là rédigé par le secrétaire militaire de Lowe à l’attention de l’officier de surveillance basé à Longwood : "Si les moyens d'information dont vous disposez sont tels que vous savez que le général Bonaparte n'est pas sorti de l'Enclos du Jardin entre le moment où vous l'avez vu hier après-midi et l'heure à laquelle les sentinelles ont été postées, et qu'il n'est pas non plus sorti sans être vu, après le retrait des sentinelles ce matin, cela, avec les moyens dont vous disposez pour observer ce qui peut se passer dans la Maison, peut être considéré comme une indication suffisante pour affirmer que tout va bien à son égard, jusqu'à ce qu'il puisse se présenter à nouveau à tout moment habituel de la journée ; mais comme vous ne l'aviez pas vu pendant toute la journée d'avant-hier, il convenait d'attendre un certain temps, et de s'efforcer d'obtenir quelques informations le concernant, avant de faire le signal à une heure aussi précoce que 8 ¼ le lendemain matin.
Il est très important que sa présence effective soit constatée ; le plus tôt possible dans la matinée, mais si vous faites le signal sur une information de seconde main et que vous avez des doutes à ce sujet, vous le signalerez.
Le gouverneur qui savait que le général Bonaparte n'avait pas été vu par vous la veille et qui se méfiait aussi de toutes les informations qu'on lui donnait au moment où il était à Longwood, de la calèche et des chevaux &cc. en train de se préparer, attendait votre rapport avec une certaine anxiété la nuit dernière, et c'est pour se rassurer sur ce point que le signal a été donné ce matin".
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2373
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le Lundi 9 octobre 1820, Charles Harrison nous décrit par une lettre qu’il envoie à son ami, le général Bingham la situation sur l’île : « En ce qui concerne notre ami à Longwood un magnifique changement a eu lieu. J'ai dit dans de précédents courriers qu'il y avait de fortes indications de ses sorties et je vous ai dit aussi que le gouverneur avait disposé les piquets et les sentinelles de telle façon qu'on ne pouvait pratiquement pas les apercevoir de la route. Il y a environ trois semaines, entre 6h et 7h du matin, l'homme de garde est venu me voir pour me dire que Bonaparte chevauchait au galop, accompagné par seulement 2 domestiques, dans cette direction ci mais avant que je ne sorte, il était déjà passé et avait contourné le cordon. Comme je n'avais pas pu le voir moi-même, j'ai eu du mal à le croire mais après j'ai pu avoir confirmation que c'était bien lui. Cette chevauchée l'aurait tellement fatigué qu'il a pu à peine bouger les jours qui ont suivi.
Mercredi dernier, j'ai été appelé à nouveau entre 7h et 8h et j'ai vu Napoléon, accompagné de Bertrand, Montholon et 4 domestiques, approcher d'une allure impériale. J'ai remarqué aussi que 2 des domestiques portaient des mannes et des paniers. La procession passa lentement devant chez moi et continua en direction de Plantation House. Je ne pouvais pas imaginer où ils se rendaient et j'attendis avec impatience qu'ils repassent, ce qui ne fut fait que peu avant midi.
Un peu plus tôt un domestique avait été envoyé pour chercher la calèche, et sur la colline juste au-dessus de moi, il sauta de cheval, monta dans la voiture et rentra tranquillement chez lui. Il s'avéra ensuite que, sans avoir prévenu personne à l'avance, ils s'étaient tous rendus chez Sir William Doveton (je dois vous dire que sa maison se trouve à présent à l'intérieur des limites) où il a fait vider les paniers (qui contenaient son petit déjeuner) sur une nappe posée sur la pelouse devant la maison. Sir William et Monsieur et Madame Greentree étaient là, mais n'ont pas pu le faire entrer dans la maison pour prendre son petit déjeuner.
Cependant après qu'il eut fini de manger, il fit tout le tour de la maison et (comme il est curieux) il fit remarquer que l'ameublement de la maison avait changé depuis sa dernière visite et qu'avant il y avait deux sofas. Vous vous souvenez qu'il était venu là avec Sir George Cockburn, peu après son arrivée, qu'il s'était quelque peu amouraché de Madame Greentree et qu'il avait presque tiré l'oreille du vieux Sir William.
Depuis ce jour, le temps a été très humide mais quand il ne le sera plus, je crois qu'il a l'intention de continuer ses
promenades à cheval. »
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Avril 1799 : Joséphine choisit son lieu de "confinement"...
    par Joker » 27 avr. 2020, 20:17 » dans Monuments Napoléoniens
    1 Réponses
    149 Vues
    Dernier message par Saint Clair
    27 avr. 2020, 22:39
  • Napoléon 1er – Revue du Souvenir Napoléonien n°93 : la naissance de Napoléon
    par Le Briquet » 23 juil. 2017, 21:54 » dans Livres - Revues - Magazines
    10 Réponses
    2082 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    03 nov. 2019, 13:02
  • L’art au service du pouvoir – Napoléon I – Napoléon III
    par C-J de Beauvau » 23 avr. 2018, 14:08 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    1405 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    23 avr. 2018, 14:08
  • Napoléon à table et Napoléon cuisinier
    par Joker » 02 sept. 2020, 20:09 » dans Livres - Revues - Magazines
    1 Réponses
    119 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
    03 sept. 2020, 14:52