Napoléon et le confinement

Faites part de l'actualité napoléonienne dont vous avez connaissance.
Prière d’indiquer les références dans l’intitulé du message.

Modérateur : Joker

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2214
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le dimanche 28 mai 1820, après sa chevauchée matinale habituelle, Napoléon passe sa journée comme d’accoutumée entre promenade dans ses jardins et lecture. Seule différence qui marque le rythme des semaines qui s'écoulent : le service religieux dominical
.
La salle à manger de Longwood House est alors transformée, comme chaque dimanche depuis l’arrivée des prêtres catholiques, en chapelle. Tout est préparé pour l'heure de midi. La seule porte donnant de la lumière dans cette pièce est fermée pour n’être éclairée que par les bougies des candélabres et par deux lampes à globes dépolis posés sur des consoles de chaque côté de l'autel. L'abbé Buonavita officie revêtu de ses plus beaux ornements; l'abbé Vignali l'assiste et le fils aîné du comte Bertrand était l’enfant de cœur. Une fois le comte de Montholon, le comte, la comtesse Bertrand, avec ses autres enfants et ses serviteurs sont installés, la porte de communication de la chambre à coucher de Napoléon à la chapelle s'ouvre et l'Empereur vient se placer entre le fauteuil et le prie-Dieu disposé pour lui en avant de tout le monde. Le grand maréchal, la comtesse Bertrand, ses enfants et le général Montholon sont en arrière de lui et, derrière eux, les serviteurs de la maison.

Photographie de la dernière messe organisée dans cette pièce. C'était en 2003, en présence du Président de la Fondation Napoléon, le comte Florian Walewski.
Notez la présence de l'évêque anglican qui avait accepté fort aimablement d'officier en qualité d'enfant de chœur au prêtre catholique.

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2214
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le mardi 30 mai 1820 - Personne sur l’île n’ignore la boulimie de Napoléon en nouveautés éditoriales. Et tous savent que les Français accepteraient de payer une petite fortune pour le moindre fascicule.

Le chef de la Police sir Thomas Reade, en examinant les caisses cargo à bord du « Mary » qui vient d’arriver en découvre une pleine de livres.
Le capitaine, D. Brown, dit ne pas être courant comment ces livres ont bien pu être déposés là… Un inventaire du contenu est immédiatement effectué et envoyé sous couvert de confidence au Gouverneur. Affaire à suivre.

Même Napoléon qui n'ignore pas ce fait divers est impatient.
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2214
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le mercredi 31 mai 1820, Lowe, à une question de droit, ne reçut qu’un simple avis de réception de son courrier et une réponse évasive.

Voici l’affaire : Suite à l’habitude qu’avait prise Napoléon de tirer sur les animaux domestiques qui osaient s’attaquer à ses jardins, Lowe avait demandé un conseil juridique à Londres si, par accident, un homme devait être touché. Et si dans les circonstances particulières où Napoléon se trouve à Sainte-Hélène, il pouvait être jugé et condamné pour félonie.
La réponse fut rédigée en ces termes : « Les nombreuses occupations de l’attorney et du solliciteur général les ont empêchés de faire un rapport à temps pour qu'on vous l'envoie par la présente occasion, et lord Bathurst m'a chargé de vous informer de la circonstance, tant pour vous expliquer le retard de ses instructions sur ce point que pour vous empêcher d'entamer des poursuites criminelles contre le général Buonaparte (s'il agissait de manière à les encourir), jusqu'à ce que vous soyez muni des instructions qu'aussitôt la réception du rapport des jurisconsultes, lord Bathurst vous enverra, par la première occasion, pour vous servir de guide.»

Langue de bois, quand tu nous tiens ! :mrgreen: :lol:
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2214
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le dimanche 4 juin 1820, Napoléon est toujours alité mais accepte enfin de prendre des médicaments.
Son médecin nous confie que « Toutefois l'État du malade ne présente pas un danger imminent ; mais bannit toute espérance de guérison dans un climat placé sous le tropique. Peu à peu les effets morbifiques s'étendent, s'aggravent, et je crains que mes soins et mes vœux ne soient bientôt aussi cruellement trompés que [nos] espérances ».
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2214
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le lundi 5 juin 1820, alors que Napoléon est encore malade, Mr Maitland [Il s’agit ici de Patrick Maitland, un cousin de l’amiral sir Frederick Lewis Maitland] de retour de l’Inde pour l’Angleterre à bord du 'Mellish' va à la rencontre du Grand Maréchal Bertrand pour solliciter une rencontre avec celui qu’il nomme « l’Empereur », malgré l’interdiction de l’emploi de ce titre.
Nous ne saurons jamais si Napoléon aurait fait une exception à sa règle de ne plus recevoir quiconque car Lowe eut vent immédiatement de ce méfait et, en contenant sa rage, écrivit le lendemain à Maitland en ces termes contenus : « Sir Hudson Lowe présente ses compliments à M. Maitland et le supplie de lui faire savoir qu'il lui est impossible de sanctionner toute demande d'introduction au général Buonaparte qui exprime ou implique une quelconque reconnaissance du titre impérial. »
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2214
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le mercredi 7 juin 1820, Napoléon doit rendre les six premiers volumes de la “Correspondance inédite de Napoléon Bonaparte” que son geôlier a bien voulu lui prêter l’avant-veille. [Il s’agit des volumes publiés en 1819 sous le titre « Correspondance inédite, officielle et confidentielle, de Napoléon Bonaparte avec les cours étrangères, les princes, les ministres et les généraux français et étrangers en Italie, en Allemagne et en Égypte.... »].

Moment assurément prodigieux pour ceux présents qui écoutent durant ces deux jours, un Empereur déchu, prisonnier au milieu de l’Atlantique Sud, commenter sa propre correspondance en faisant revire ses années en Italie, en Égypte et en Allemagne.


« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2214
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le lundi 12 juin 1820, avec l’hiver qui approche, avec la fraîcheur des trop longues soirées, le bois qui crépite dans les cheminées en permanence, l’ambiance est maussade… comme le ciel trop bas de ces derniers jours d’automne austral sur le plateau de Longwood.

Les derniers compagnons de l’exil de Napoléon (la famille Bertrand et le comte de Montholon) s’impatientent pour que leurs successeurs soient désignés. Madame Bertrand ne parle plus que de son retour et son mari a accepté de partir aussi… Mais pour que cela soit possible, il faut que leurs remplaçants soient arrivés.

En Europe, la comtesse de Montholon frappe à toutes les portes possibles pour l’aider à trouver ceux et celles qui seraient habilités à partir à Sainte Hélène. Seule la sœur de Napoléon Pauline, Princesse Borghèse qui habitait à Rome semble bien vouloir prêter une oreille attentive à la Comtesse. Les autres semblent être atteints d’une surdité collective. Madame Mère vit à Rome de même que le cardinal Fesch, Lucien à Viterbe, Louis à Florence, Caroline à Frohsdorf, Jérôme entre Schoenau et Trieste, Joseph dans la région de Philadelphie, Hortense en Suisse et Eugène de Beauharnais en Bavière. Aucun d’eux ne semble se préoccuper du sort de Napoléon.

Mais, pire encore, comme le remarque Thierry Lentz dans son ouvrage « Bonaparte n’est plus » : « Dès lors que le chef du clan, Joseph, était à plus de deux mois de mer, leur système familial tournait autour de Letizia avec qui chacun correspondait. C’est elle qui, en dernier ressort, prenait le plus souvent les décisions. Or, on aura du mal à le croire - mais c’est hélas vrai-, elle avait longtemps cru que son fils n’était plus à Sainte-Hélène ! Elle tenait l’information d’une voyante -peut-être à la solde du gouvernement autrichien qui lui avait révélé son enlèvement par des anges missionnés par la Vierge. Le pire est que son demi-frère le cardinal l’admettait aussi et, pis, ne lui transmettait pas les messages pouvant remettre en cause cette conviction. »
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Général Colbert
- Sous-lieutenant Lancier Gde -
- Sous-lieutenant Lancier Gde -
Messages : 1548
Enregistré le : 26 août 2017, 13:24

Re: Napoléon et le confinement

Message par Général Colbert »

:) :evil: :evil: :twisted: :twisted: :twisted: Marx se serait lourdement trompé ? La religion serait l'opium des grands de ce monde, et non du peuple ?

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2214
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Général Colbert a écrit :
13 juin 2020, 00:04
:) :evil: :evil: :twisted: :twisted: :twisted: Marx se serait lourdement trompé ? La religion serait l'opium des grands de ce monde, et non du peuple ?
Cela semble en effet être le cas pour certains d'entre eux.
A la fin de sa vie, Madame Mère était devenue dévote et confite en religion.
La présence de son frère le cardinal n'arrangeait pas vraiment les choses….
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2214
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le mardi 13 juin - [Pour rappel : Un des règlements de l’exil était qu’aucun Français n’avait le droit d’adresser la parole à qui que ce soit sans une autorisation préalable.]

Malheureusement, ce jour-là, un sergent de piquet anglais, par erreur ou distraction, a osé demander le nom de quelques-uns des domestiques de l'établissement de Longwood, lorsque ceux-ci étaient pourtant dans les limites autorisées. Et le domestique français (Archambault) a répondu !

Normalement Lowe châtie très sévèrement ses hommes pour une telle entorse à ses règlements. Toutefois, Napoléon ayant eu vent de l’affaire avant même que l’incident soit rapporté au gouverneur, décide d’intervenir sans attendre en priant le Gouverneur de ne pas punir le sergent. Mais que, par contre, son intention était de faire réprimander Archambault qui, quant à lui, était tout à fait au courant du règlement.

Au final Lowe décide : « Le sergent peut rester en liberté et ne pas perdre sa distinction de « sergent d’honneur », mais être simplement admonesté ».


La mesquinerie était un ingrédient qui alimentait quotidiennement les relations entre le gouverneur et les exilés...
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Avril 1799 : Joséphine choisit son lieu de "confinement"...
    par Joker » 27 avr. 2020, 20:17 » dans Monuments Napoléoniens
    1 Réponses
    42 Vues
    Dernier message par Saint Clair
    27 avr. 2020, 22:39
  • Napoléon 1er – Revue du Souvenir Napoléonien n°93 : la naissance de Napoléon
    par Le Briquet » 23 juil. 2017, 21:54 » dans Livres - Revues - Magazines
    10 Réponses
    1792 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    03 nov. 2019, 13:02
  • L’art au service du pouvoir – Napoléon I – Napoléon III
    par C-J de Beauvau » 23 avr. 2018, 14:08 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    1258 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    23 avr. 2018, 14:08
  • Being Napoléon
    par Joker » 06 déc. 2019, 20:22 » dans Napoléon à travers les Arts
    3 Réponses
    549 Vues
    Dernier message par Saint Clair
    07 déc. 2019, 19:09