Napoléon et le confinement

Faites part de l'actualité napoléonienne dont vous avez connaissance.
Prière d’indiquer les références dans l’intitulé du message.

Modérateur : Joker

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2954
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le jeudi 19 avril 1821, « – L’Empereur a passé une bonne nuit. Il a gardé son dîner de la veille. À 7 heures, il mange une soupe.
Le matin, il se fait lire par Marchand l’Histoire de France de Toulongeon : les campagnes d’Italie : « C’est pitoyable. On ne conçoit pas qu’un homme qui n’a pas besoin d’écrire pour vivre fasse d’aussi mauvais ouvrage. L’auteur est plus léger que Dumas, il met Milan derrière Turin ! »
Les médecins viennent à 11 heures. Il dîne à midi, mange du hachis d’oseille avec des croûtons, mâche une aile de poulet, des œufs à la neige et un pruneau cuit, deux cuillerées de vin et six d’eau. Il fait goûter de tout au docteur Arnott, d’une manière flatteuse pour lui, comme il avait fait au dîner de la veille.
Il veut désormais faire 3 repas : à 6 heures du matin, midi, et 6 heures du soir. Il se sent plus fort qu’il ne l’était depuis longtemps. » [Extrait de « Le dernier témoin, Henri Gatien Bertrand », Éd. intégrale des Cahiers (1820‑1821)
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2954
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le vendredi 20 avril 1821, plus que jamais le Gouverneur qui émet encore des doutes sur la réalité de la maladie de Napoléon et des témoignages des Français en exil s’interroge. Mais, et si cette maladie était réelle ? Il rédige alors un petit mot à son médecin/espion, le Dr Arnott qui en dit long sur la psychologie de sir Hudson Lowe. Le voici donc dans son intégralité :
« Mon cher Monsieur,
Votre note fait allusion à l'état dans lequel vous avez trouvé votre patient la nuit dernière, mais votre dernière note est d'hier matin. Je suis amené à faire cette remarque, car je trouve que le comte Montholon a dit et même écrit, qu'il était très malade la nuit dernière avec des douleurs dans les intestins, et une chaleur violente dans les intestins. Quand vous m'écrirez de nouveau, dites-moi si quelque chose de cette nature vous a été mentionné hier soir ou ce matin par Antommarchi, ou par toute autre personne. Vous pouvez m'en informer sans leur poser de nouvelles questions, car il faut faire preuve de prudence lorsqu'on se réfère à une source d'information à ce sujet.
Signé/ H. Lowe"
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2954
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

À l'aube du samedi 21 avril 1821, de quatre heures à sept heures, Napoléon travailla avec Montholon : il était agité et se leva pendant une demi-heure pour se raser tout en discourant sur Hannibal et César et en dictant une note pour ses Campagnes de César. A Antommarchi et Vignali, il se plaignit cependant de perdre ses forces et demanda soudain à l'abbé :
- « Savez-vous ce que c'est qu'une chapelle ardente ? »
- « Oui, Sire. »
- « Eh bien, vous desservirez la mienne, lorsque je serai à l’agonie ; vous ferez dresser un autel dans la pièce voisine, vous exposerez le Saint-Sacrement et vous direz les prières des agonisants ; je suis né dans la religion catholique, je veux remplir les devoirs qu'elle impose et recevoir les secours qu'elle administre.
Il crut voir un sourire sur le visage d'Antommarchi et perdit patience.
- « Vos sottises me fatiguent, Monsieur, je puis bien pardonner votre légèreté et votre manque de savoir-vivre, mais un manque de cœur jamais ; retirez-vous. »
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2954
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

𝟐𝟏 𝐚𝐯𝐫𝐢𝐥. 𝟏𝟖𝟐𝟏. Napoléon a mal dormi... mais il garde sa verve.

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2954
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le dimanche 22 avril 1821, qui était le jour de Pâques, Napoléon reçut Arnott seul mais Bertrand et Montholon parlèrent une nouvelle fois en faveur du « dottoraccio ».
- « Mais », s'entêta Napoléon, « si ce n'est pas un mauvais cœur, c'est au moins un imbécile ! »
Il céda, cependant, tant il lui répugnait de s'enliser dans des querelles domestiques quand il avait besoin de toute son énergie pour achever les états qui accompagnaient le testament : elle est si longue la liste de ceux qu'il désire citer à l'ordre de l'Histoire qu'il lui faut fouiller tous ses tiroirs pour trouver des fonds.
Au soir, après l'épuisante journée de copie des instructions testamentaires et du scellé des boîtes, que Napoléon fait rester le pauvre Bertrand, à son chevet, de six heures à huit heures, pour l'entretenir de ses dispositions. En effet, tenu à l'écart, le Grand Maréchal devait se contenter de miettes d'information que Montholon, plus bavard que Marchand, laissait tomber..
- « J'ai fait trois testaments. Marchand est chargé de les remettre dans le temps et de la manière que je lui ai indiqués. »
Le pauvre Grand Maréchal tombe de haut. Parlant avec volubilité, Napoléon précise sa pensée :
- « Je déclare mourir dans la religion catholique, où je suis né. Dans la réalité, je meurs théiste, croyant à un Dieu rémunérateur et principe de toutes choses ; mais je déclare mourir dans la religion catholique parce que je crois cela convenable à la moralité publique.
Si les Bourbons refusent la sépulture sur les bords de la Seine, et s'ils ne veulent pas s'honorer en le plaçant à Saint-Denis, qu'on dépose son corps au Père-Lachaise, entre Masséna et Lefebvre, ou sur une île du confluent du Rhône et de la Saône ou encore dans la cathédrale d'Ajaccio.
Je ne pense pas qu'on laisse mon corps à Sainte-Hélène, mais si cela doit avoir lieu je désire qu'on m'enterre non à Plantation House mais auprès de la fontaine qui m'a fourni de l'eau pendant mon séjour ici. »
Il annonça à Bertrand qu'il l'avait nommé exécuteur testamentaire, avec Montholon et Marchand.
- « Marchand est estimable, je veux l'élever. J'espère que le roi le fera baron et que vous vous serrerez à Montholon. »
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2954
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le mardi 24 avril 1821, la lettre que l’officier Britannique Charles Harrison en service à Sainte-Hélène rédigea deux jours plus tôt fut postée… elle était adressée au général Bingham qui fut durant son séjour sur l’île d’un immense réconfort pour Napoléon.
Cette lettre résume bien la désinformation généralisée orchestrée par Lowe certes mais aussi et surtout son adjoint, Sir Thomas Reade : « Je ne sais pas quoi penser de l'invalide [Napoléon], mais je commence maintenant à croire fermement que tout cela n'est que du vent. Il est toujours confiné à son lit, mais d'après ce que je peux constater, il va beaucoup mieux. Son nouveau médecin (Arnott) le suit régulièrement deux fois par jour, et il me dit qu'il est l'homme le plus extraordinaire qu'il ait jamais eu à traiter dans sa vie, et la conviction qui m'anime est que si on lui disait qu'un bateau armé de 74 canons serait là pour le ramener en France, il retrouverait l'usage de ses facultés mentales et corporelles.
C[harles] H[ arrison] »
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2954
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Thomas Reade
Si vous aimez Hudson Lowe, vous adorerez Thomas Reade.. compagnon de Lowe depuis 1800, son bras droit et chef de la police à Sainte-Hélène... il déteste cordialement Napoléon.
Mais ne serait-il sans doute pas aller jusqu'à lui infliger de souiller sa sépulture par un squelette de cheval pendu...
Chef de la police, son habitation sur les hauteurs (Alarm House) est idéale pour observer Longwood mais aussi les postes de télégraphe Flagstaff et High Knoll tout en gardant un œil sur la capitale.
Il a également un rôle clef dans la campagne de désinformation sur la santé de Napoléon..
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2954
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

On trouva dans la chambre de Napoléon à Longwood quelques papiers qu'il avait déchirés. Ces fragments sont précieux :
"Nouveau Prométhée, je suis cloué à un roc, où un vautour me ronge. Oui, j'avais dérobé le feu du ciel pour en doter la France : le feu est remonté à sa source et me voilà ! L'amour de la gloire ressemble à ce pont que Satan jeta sur le chaos pour passer de l'enfer au paradis : la gloire joint le passé à l'avenir, dont il est séparé par un abîme immense. Rien à mon fils, que mon nom ! "
Napoléon

Source :" Histoire de Napoléon" par M. NORVINS, 1834.
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2954
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le jeudi 26 avril 1821, Lutyens est relevé de ses fonctions à Longwood et remplacé par le capitaine William Crokat.
« L’Empereur a bu jusqu'à midi, très fréquemment.
Il n'a plus rien demandé jusqu'à cinq heures, mais il parait remuant dans son lit et fort agité. Il a vomi le matin, et encore à huit heures et demie, comme la dernière fois, des pituites et des flegmes. Cela a recommencé abondamment depuis trois jours, au lieu qu'avant ce qu'il rejetait était peu abondant et blanchâtre. Il a beaucoup dit qu'il souffrait au pylore. Il a demandé, le soir, de l'orangeade, disant que cela lui rafraîchissait le pylore et lui faisait du bien.
A huit heures, il mange une soupe de vermicelle ; à onze heures, il a vomi copieusement.
Il souffre de l'estomac : il lui semble que tout ce qu'il renferme remonte au lieu de descendre. Les médecins ont dit que c'était une sensation ; que cela ne pouvait être.
Il a vomi encore, a demandé de l'eau et du vin. On voulait lui donner une soupe, il a préféré une s au vin dont deux tiers d’eau. Elle a été faite avec du vin de Madère.
Il en a pris un peu, puis a demandé une cuillerée de semoule.
Il a demandé quatre ou cinq fois à prendre du café, une cuillerée de café, si les médecins permettaient qu'il prenne du café. Ils s'y sont refusés. Ils verront demain. »

[Extrait de « Le dernier témoin, Henri Gatien Bertrand », Éd. intégrale des Cahiers (1820‑1821), Texte établi, présenté et commenté par François Houdecek, Perrin, 2021]
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2954
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le 28 avril 1821, Napoléon parle à Joséphine...
Napoléon n'est plus lui même, ne pouvant rien ingérer et anémié par les pertes de sangs, il est faible, perd la mémoire et par moment délire... dans la nuit il dit avoir vu et parlé à Joséphine, est persuadé de s'être promené dans les jardins de Longwood alors qu'au mieux il a été à la chaise, ou réclame des oranges. Les médecins sont désormais très pessimistes. Le grand maréchal Bertrand s'exclame : "Que d'idée sur un si grand changement ! Les larmes m'en sont venues aux yeux, en regardant cet homme si terrible, qui commandait si fièrement, d'une manière si absolue, supplier pour une cuillérée de café, sollicitant la permission, obéissant comme un enfant.... Voilà le grand Napoléon : misérable et humble !"
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Conférence post-confinement
    par Joker » » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    237 Vues
    Dernier message par Joker
  • La vie à Sainte-Hélène en période de confinement
    par Joker » » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    213 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
  • Avril 1799 : Joséphine choisit son lieu de "confinement"...
    par Joker » » dans Monuments Napoléoniens
    1 Réponses
    375 Vues
    Dernier message par Saint Clair
  • Napoléon 1er – Revue du Souvenir Napoléonien n°93 : la naissance de Napoléon
    par Le Briquet » » dans Livres - Revues - Magazines
    10 Réponses
    2974 Vues
    Dernier message par Général Colbert