Napoléon et le confinement

Faites part de l'actualité napoléonienne dont vous avez connaissance.
Prière d’indiquer les références dans l’intitulé du message.

Modérateur : Joker

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le mercredi 3 janvier 1821, Le commencement de 1821, dernière année de l'existence de Napoléon, le trouva très affaibli et très souffrant. Les personnes de sa suite étaient fort inquiètes ; cependant on n'appréhendait aucun danger immédiat ; il continuait de se promener en phaéton dans le voisinage de Longwood, mais on remarquait qu'il avait besoin d'aide pour monter en voiture ou pour en descendre. La maladie, dont il devait mourir, s'était déjà fortement emparée de lui, et on ne saurait guère en concevoir de plus douloureuses. C'était un squirre cancéreux de l'estomac, qui, par un lent progrès d'ulcération, rongeait les parois de cet organe et le rendait impropre à remplir ses fonctions. Cela explique les fréquents vomissements, la perte de l'appétit et les autres symptômes funestes.
Le docteur Shortt, médecin des forces britanniques, était récemment arrivé à Sainte-Hélène. Ses services furent offerts conjointement avec ceux du docteur Arnott; mais aucune réponse ne paraît avoir été faite à cette proposition. Cependant Napoléon n'avait pas confiance dans le docteur Antommarchi, qui se trouvait, en réalité, complètement au-dessous de la situation.
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le mercredi 10 janvier 1821, une caisse de livres arrive à Sainte Hélène. Quelques années plus tard, Ali qui faisait fonction de bibliothécaire notera : « Dans un des envois de livres faits à Londres pour Longwood, se trouva l'ouvrage ayant pour titre « Documents historiques et réflexions sur le gouvernement de la Hollande », par Louis Bonaparte, Londres, 1820. L'Empereur, en lisant cette production de son frère, ne put s'empêcher de dire, avec un sentiment des plus pénibles : « Ali ! Louis aussi ! » Dans cet ouvrage, le prince, pour justifier l'abandonnement de son royaume, l'impute aux exigences de l'Empereur et à son despotisme ; il débite en outre et, comme à plaisir, les choses les plus inconvenantes et les plus blessantes. »
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le dimanche 21 janvier 1821, – « Il fait mauvais temps. L'Empereur ne sort pas ; Napoléon a fait établir dans sa salle de billard une bascule. Il demande au Grand Maréchal s'il sait ce que c'est. « C'est une machine de guerre. Est-ce pour servir à descendre sur un rempart ? « Peu d'esprit pour un ingénieur, sacré f ... » Il dit d'abord que c'est une balançoire pour les enfants enfin (que) c'est pour lui. Il paraît que ce sera un bon exercice s’il peut monter là-dessus une demi-heure par jour ; cela le fera suer.
Mme Bertrand rit de voir l'Empereur sur une bascule et dit qu'on en fera une caricature : l'Empereur d'un côté et tous les souverains de l'autre ne pouvant l'enlever, avec l'épigramme : remède pour l’hépatite. Le fait est que l'Empereur est très lourd : Il pèse plus que Noverraz qui a plus de six pieds. [Extrait des « Cahiers de Sainte Hélène du général Bertrand]

Illustration : la salle du billard aujourd’hui… sans la balançoire.

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le lundi 22 janvier 1821, le docteur Antommarchi rapporte ce jour-là : « La santé de l'empereur a fait des progrès sensibles depuis le 14 ; ses forces sont revenues en même temps que l'appétit, et il continue de faire de l'exercice dans le jardin et dans le parc. Plusieurs fois, j'ai essayé de le décider à prendre quelques médicaments pour achever sa guérison ; jamais je n'ai pu y parvenir. « Au diable votre médecine !m'a-t-il répondu ; je vous ai déjà dit cent fois qu'elle ne me valait rien : je connais mieux que vous, et tous les médecins de l'univers, ma maladie et mon tempérament. Je suis guéri si je sue, et si les cicatrices qui sont sur ma cuisse viennent à s'ouvrir. Oui, docteur, donnez-moi la force de faire trois ou quatre lieues à cheval sans m'arrêter, et de continuer le même exercice pendant quinze ou vingt jours, et vous verrez comment je me porterai. » […]
« Plein de confiance aux heureux effets que produirait un changement brusque et violent dans sa façon de vivre, il s'avisa de mettre la chose à l’essai. Il fit seller son cheval, se mit à galoper dans les vieilles limites de Longwood et ne fit pas moins de cinq ou six milles : il n'était accompagné que de son chasseur Noverraz et de son piqueur. Mais ce rude exercice ne lui procura pas le résultat qu'il en attendait : ses sueurs ne coulèrent point, et il se trouva même assez indisposé. Il répéta trois ou quatre fois cette tentative, qui eut toujours les mêmes conséquences ; sa situation en fut empirée plutôt qu'améliorée. « Je le vois à pré» sent, me dit-il d'un ton affecté, mes forces » m'abandonnent, la nature ne répond plus comme auparavant aux sollicitations de ma volonté, les secousses violentes ne conviennent plus à mon corps affaibli ; mais j'arriverai au but que je veux atteindre par un exercice modéré. »
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le mercredi 24 janvier 1821, « L'empereur est toujours fort triste ; il parle de sa santé, se plaint de faiblesse, d'irritation nerveuse. Je lui demandai son bras, il me le tendit avec indifférence : « C'est comme si un général prêtait l'oreille pour savoir comment son armée manœuvre.» J'avais fini, il le retira : «Eh bien! que vous indique l'état du pouls? — Que les forces reprennent, que V. M. va se trouver mieux. — Sans doute! Tout me répugne, tout m'inspire du dégoût. Je ne puis souffrir la substance solide la plus légère, et je vais être mieux! Docteur, ne cherchez pas à me donner le change, je sais mourir. » [Dr Antommarchi]

L'implacable lucidité de celui qui se sait condamné...

Illustration : capture d’écran du film « Napoléon » de Yves Simoneau qui était venu filmer les extérieurs à Sainte Hélène en 2002.

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

En début de ce mois de février 1821 à Longwood, c'est Madame Bertrand qui est malade et qui doit être saignée.
Napoléon n'est pas en grande forme. Depuis janvier, il est de plus en plus fatigué. Le 23, il a eu des vomissements profus, et s'est mis en colère contre son médecin, Antommarchi. Il l'a traité de "grand pendard", et de "grand coquin".
Le 10 février, Napoléon effectue une courte promenade qui l'épuise. Le 11, il se plaint de la rate et des reins.
"Je ne passerai pas l'année, tout au plus l'an prochain", annonce- t-il à son entourage...
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le jeudi 22 février 1821, Napoléon qui, depuis quelques jours, ne mangeait plus ni pain ni viande, a finalement mangé un peu de viande.
Dans le cours de février, Napoléon fut constamment malade. Son estomac gardait très difficilement quelque nourriture.
De la gelée de veau était ce qu'il digérait le mieux, et dès qu'on en fut informé, on en envoya immédiatement de Plantation House pour son usage.
Le Gouverneur dépêcha aussi à Longwood un cuisinier qui faisait d'excellente soupe, dont Napoléon mangea et qui lui plut beaucoup.
Le comte Montholon disait à ce sujet au capitaine Lutyens : « La soupe était si bonne que ce damné docteur [Antommarchi] n'en voulait guère laisser manger à l'Empereur. »

Illustration: cette image de Longwood House est une capture d’écran du film « Napoléon à Sainte-Hélène ». © BBC, 1975 - “The Man on the Rock » par Kenneth Griffith

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le lundi 5 mars 1821, suite aux caisses de livres que Lady Holland a adressées à Napoléon, le gouverneur, se fend d’une lettre qui montre un sir Hudson qui marche sur des œufs ; il ne veut surtout pas froisser la sensibilité de la femme du leader de l’opposition en Grande-Bretagne. Et déjà Lowe prépare sa défense pour la postérité sur la façon dont il remplit sa fonction de geôlier.
Jugez-en par vous-même : « Dans l'exercice de mes fonctions très ingrates ici, je me sais exposé aussi bien au jugement des ennemis les plus acharnés qu'aux plus grands admirateurs de la personne dont j'ai la garde. Ce dilemme n'a rien pour me déplaire.
Les premiers peuvent être assurés qu'aucune des précautions que mes moyens et ma capacité peuvent admettre, ne sera omise pour les assurer contre son évasion, et contre les méfaits que son apparition ultérieure dans le monde politique pourrait créer. Les seconds, que toutes les attentions particulières lui seront accordés pour améliorer son confort, à condition qu’elles soient compatibles avec les objectifs cités ci-dessus. Je considère cette dernière obligation comme non moins contraignante que la première, bien que si l'on me permet d'exprimer mon propre sentiment, je me considère beaucoup plus flatté d'être le gardien de sa personne à Sainte-Hélène que je ne devrais être son ministre à la Cour des Tuileries. »
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le mardi 6 mars 1821,
« —La nuit a été assez bonne. Napoléon prend un peu de soupe. L'abattement est extrême.
9 h. du matin — Pilules toniques. — L'empereur témoigne sur le soir l'envie de manger. On lui sert deux côtelettes d'agneau ; il me les fait goûter, me demande si elles sont nutritives, de digestion facile, et quand il m'a adressé toutes les questions d'usage, il y goûte et les laisse là.
— « Que vous en semble, docteur? N’est-ce pas une bataille perdue ?
— Gagnée, sire, pour peu que votre majesté le veuille.
— Comment cela ? Des remèdes ?
— Mais...
— Mais chacun se bat avec ses armes ; c'est bien, docteur, j'aime votre ténacité.
— Votre majesté est donc d'intelligence avec la latitude?
— Encore mieux ! Crainte ou conviction, qu'importe, pourvu que le malade se drogue ?
— Cependant...
— Eh bien, quoi ? La santé si je les prends, la mort si je les refuse. Je ne m'abuse plus, la vie m'échappe, je le sens ; c'est pour cela que je renonce aux médicaments : je veux mourir de maladie. Entendez-vous ? »

Extraits des Mémoires d'Antommarchi.
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le vendredi 9 mars 1821, « L'empereur a passé une nuit assez tranquille ; l'emploi des frictions éthérées, et l'application de linges chauds, ont dissipé la douleur qui s'était manifestée au côté gauche. » [Dr Antommarchi]
Napoléon confie au général Bertrand : « Dans cinq cents ans, les Français ne rêveront qu'à moi.
Ils ne parleront que de la gloire de nos brillantes campagnes. Malheur à qui dira du mal de moi! Il sera mal reçu. Moi-même, en lisant [le récit de mes] campagnes, je me sens ému. Tous les Français doivent se sentir braves en lisant cela. » [Extrait des « Cahiers de Sainte Hélène du général Bertrand]
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Conférence post-confinement
    par Joker » » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    199 Vues
    Dernier message par Joker
  • La vie à Sainte-Hélène en période de confinement
    par Joker » » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    174 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
  • Avril 1799 : Joséphine choisit son lieu de "confinement"...
    par Joker » » dans Monuments Napoléoniens
    1 Réponses
    329 Vues
    Dernier message par Saint Clair
  • Napoléon 1er – Revue du Souvenir Napoléonien n°93 : la naissance de Napoléon
    par Le Briquet » » dans Livres - Revues - Magazines
    10 Réponses
    2794 Vues
    Dernier message par Général Colbert