Napoléon et le confinement

Faites part de l'actualité napoléonienne dont vous avez connaissance.
Prière d’indiquer les références dans l’intitulé du message.

Modérateur : Joker

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le mercredi 13 décembre 1820, Napoléon, fait une très brève sortie dans le jardin dit « d’Ali ».
Malgré les mots rassurants de son médecin, il ne se fait aucune illusion sur son état de santé : « tout doit avoir un terme, j'y touche; et, en vérité, je ne le regrette pas, je ne suis pas payé pour chérir la vie. »

Illustration : le jardin d'Ali aujourd'hui (photographie prise lors de l'hommage national à Valéry Giscard d'Estaing)

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Meubles destinés à Longwood New House

Message par Joker »

Vous pouvez voir juste ici les photos du catalogue accompagnées des vrais modèles.








« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le samedi 16 décembre 1820, l’Empereur a passé une nuit fort agitée ; il est toujours plongé dans la tristesse. Il prend sur les trois heures un bain tiède qu'il prolonge jusqu'à quatre : il était faible, abattu. Il voulut faire un tour dans le salon, les jambes fléchissaient sous lui ; il fut obligé de s'asseoir. « Elles sont à bout, me dit- il d'un ton peiné ; voyez-vous (il les palpait), il n'y a plus rien : c'est un squelette. »
Autrement, toujours à Longwood, en raison de l'ivresse continuelle de Burns Handcock et Dove (les hommes d'écurie), le comte Bertrand a demandé ce matin à pouvoir les échanger. Une fois de plus l'intempérance et l’alcoolisme des Anglais employés à Longwood, principalement des soldats, ont ajouté à la misère de la vie à Longwood.
Sir Thomas Reade, toujours prompt à blâmer les autres, en suggère une raison en écrivant : "J'attribue la plupart des cas d'ivresse dans les écuries de Longwood à la facilité avec laquelle ils se procurent du vin, principalement par l'intermédiaire de la petite-amie d'Archambault [Mary Ann Foss] et des Chinois".
Aussi invraisemblable que ça puisse paraitre, ils seront remplacés le lendemain par les deux soldats qui avaient été renvoyés pour les mêmes raisons au mois de février dernier.

Illustration : aujourd’hui, l’appartement qu’occupait l’officier de surveillance anglais à Longwood fait partie des espaces publiques et événementiels de la Maison. © Darrin Henry, 2015

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le mercredi 20 décembre 1820, le comte de Montholon écrit à sa femme cette superbe lettre qui résume bien la situation sur l’île : « L'année 1820 touche à sa fin, mon AIbine chérie, puisse celle qui va commencer être plus heureuse pour nous, pour toi surtout, près de qui me portent tous mes vœux. Chaque jour qui s'écoule ajoute à mes regrets de m'être séparé de toi et de mes enfants ; vous me manquez aujourd'hui comme le lendemain de votre départ, et cependant, je dois le dire, toutes les consolations de l'amitié, je les ai reçues ; elles m'ont été prodiguées ; le père le plus tendre ne ferait pas pour moi plus que ne fait l'Empereur. Ma vie se passe avec lui, depuis qu'il est tout à fait tombé ; il veut que je sois toujours là ; il ne veut prendre d'autres remèdes que ceux- que je lui donne ou lui conseille ; son médecin en perd la tête ; seul je trouve grâce auprès de lui.
Quelquefois les enfants de Mme Bertrand le sortent de son assoupissement, mais c'est bien rare. Quant à elle, elle quittera ce monde avant d'avoir changé un jour charmant pour deux mois de cris pour s'en aller. »

Illustration : L’appartement de Montholon aujourd’hui.

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le lundi 25 décembre 1820,— La prostration des forces est extrême ; l'Empereur a passé une nuit mauvaise, agitée ; il se plaint d'une douleur assez vive qui s'étend de l'hypocondre droit jusqu'à la région épigastrique. Le ventre est dur, tuméfié, la tête pesante et douloureuse, le pouls petit et nerveux.
Le docteur Antommarchi sollicitait depuis longtemps Napoléon de se laisser nettoyer les dents ; il y consent enfin. Elles étaient tellement chargées de tartre ; ce corps s'était si bien insinué entre elles, les gencives et les alvéoles, que les premières se trouvaient presque entièrement détachées. Les quatre incisives de la mâchoire inférieure étaient tout-à-fait isolées et ne tenaient plus.
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le mardi 26 décembre 1820, une nouvelle, considérée comme un présage, parvient à Longwood : la mort de la princesse Élisa, ancienne grande-duchesse de Toscane, sœur cadette de l’Empereur.
– « Voilà la première personne de ma famille partie pour le grand voyage, déclare-t-il à son entourage. Quelques mois encore, et j'irai la rejoindre. Je serai le second, bien certainement, puisque je ne suis pas le premier. Le terme de mes souffrances n'est que différé. »

Illustration : (Marie Anne) Elisa Bonaparte Baciocchi Levoy (3 Janvier 1777 – 7 Août 1820)

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le jeudi 28 décembre 1820, alors que Napoléon poursuit sa convalescence, le comte de Montholon envoie à Hudson Lowe une lettre dont un paragraphe inquiète sérieusement le gouverneur puisqu’il suggère que Napoléon espère toujours revenir au pouvoir en France :
« Les papiers publiés nous ont appris comment on a arrêté dans la nuit du 21 Août le Complot tramé contre la famille Royale qui devait être assassinée en masse. On devait proclamer le petit Napoléon, ce qui a fait dire dans la Rue de Jamestown que la France ne voulait que lui pour Roi.
Mes lettres me donnent quelques détails qui servent à prouver que les essais que l’on a tentés instinctivement depuis plusieurs années on fait voir que le peuple voulait enfin être tranquille ou s’est à l’exemple de l’Espagne adressé à l’armée comme dernière ressource et bien malgré eux.
L’on a voulu dans le mois de mai dernier, enlever Monseigneur le Duc d’Angoulême dans une tournée qu’il faisait dans les appartements de l’Est.
Le complot découvert au moment de l’exécution a permis d’arrêter plusieurs personnes qui ont déclaré que l’on n’en voulait point à son altesse Royale, mais seulement avoir un otage pour faire adopter des projets que l’on voulait proposer.
Il est bien certain qu’il règne partout une grande fermentation de tous les esprits.
On est actuellement sûr que le Comité dirigeant toute l’Europe est établis en France, c’est une reconnaissance qui était bien due à nos vieux Révolutionnaire qui étant dans ce genre les Doyens ont acquis par une longue expérience les moyens les plus propres à remuer les têtes et les esprits, ils ont d’ailleurs un parti monté et lu depuis vingt ans, et qui ne s’est jamais désuni. »

Illustration : Gaspard Lavocat impliqué au moins à deux reprises dans des complots militaires. Une première fois en 1820, dans le complot du Bazar Français, du nom d'un magasin d'une galerie marchande, rue Cadet, servant de lieu de rendez-vous aux conspirateurs. Un complot visant à chasser Louis XVIII et à le remplacer par le roi de Rome, le fils de Napoléon et de Marie-Louise.

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2810
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Napoléon et le confinement

Message par L'âne »

Caricature tirée du magazine Le Point Hors-série "Napoléon" Décembre 2020 - Janvier 2021

fqsdf.jpg
Aurea mediocritas
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le dimanche 31 décembre 1820, bien que ces derniers jours Napoléon aille un peu mieux, lorsqu’il reste deux heures dans un bain tiède, il s'en trouve incommodé le reste de la journée : tous les symptômes morbidiques d'avant reparaissent.
Même physiquement diminué et moralement abattu, Napoléon n’épargne pas les reproches à Bertrand qui, bien qu’il souhaitait s’en retourner en Europe, avait pourtant fait savoir à Lowe « qu'il ne pouvait abandonner l'Empereur dans l'état de santé où il était ». L’Empereur s'en prend alors à Madame Bertrand qu'il accusait d'intriguer : « La France sera sensible à cela. Madame Bertrand ne sera pas heureuse. » Antommarchi alla rapporter le propos au mari.
Désabusé et intimement blessé, le général Bertrand confie : « Ma femme était venue offrir une rose à l'Empereur, murmura tristement Bertrand, et en chemin il lui a donné un fagot d'épines. »
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le lundi 1er janvier 1821, Marchand vient, comme d'habitude, ouvrir les persiennes.
« - Eh bien, plaisante Napoléon, que me donnes-tu pour mes étrennes ?
- Sire, l'espoir de voir Votre Majesté se rétablir bientôt et de quitter un climat si contraire à sa santé.
- Ce ne sera pas long ! Mon fils, ma fin approche, je ne puis aller loin. Il en sera ce que le ciel voudra. »
En ce premier jour de janvier 1821, contre sa coutume à pareille époque, Napoléon dispense la colonie de Longwood de venir en corps le saluer.
Il juge alors tous souhaits de bonheur et de santé désormais superflus. Il sait bien que l'année nouvelle sera sa dernière.
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Conférence post-confinement
    par Joker » » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    199 Vues
    Dernier message par Joker
  • La vie à Sainte-Hélène en période de confinement
    par Joker » » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    174 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
  • Avril 1799 : Joséphine choisit son lieu de "confinement"...
    par Joker » » dans Monuments Napoléoniens
    1 Réponses
    329 Vues
    Dernier message par Saint Clair
  • Napoléon 1er – Revue du Souvenir Napoléonien n°93 : la naissance de Napoléon
    par Le Briquet » » dans Livres - Revues - Magazines
    10 Réponses
    2794 Vues
    Dernier message par Général Colbert