Napoléon et le confinement

Faites part de l'actualité napoléonienne dont vous avez connaissance.
Prière d’indiquer les références dans l’intitulé du message.

Modérateur : Joker

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2500
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le vendredi 17 novembre 1820, à 10h00, Napoléon « se met au bain où il reste une heure. L'atonie devient générale, la douleur au foie se fait sentir avec violence ; elle s'étend sur la région épigastrique. L'estomac est distendu par des flatuosités qui produisent des renvois fréquents et insipides. Pouls petit et nerveux. » [Antommarchi]
La veille, l’Empereur avait tenu dit à son médecin : « « Eh bien, docteur, me voilà donc à bout ? Plus d'énergie, plus de force, je plie sous le faix. » […] « je m'éteins ; je le sens, mon heure est sonnée. »
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2500
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le samedi 18 novembre 1820, journée quasi identique à la précédente. Lassitude générale.
Comme nous l’avions vu le mois précédent, Napoléon semblait s’être rapproché de Madame Bertrand… et pourtant, depuis deux semaines, l’Empereur ne la reçoit plus. Les demandes répétées du grand-maréchal qui ne lui parlait plus que de son projet de départ ne sont pas étrangères à ce changement d’attitude.
Si les gouvernements d'Europe gardaient l'œil ouvert sur Sainte-Hélène, l'attention du public s'était détournée de Napoléon. Le remplacement des généraux de Montholon et Bertrand tardait… Cette indifférence croissante à l'égard de l'Empereur était bien ce que redoutaient le plus ses derniers compagnons. L'exil, à se prolonger sans terme visible, leur devenait insupportable.

Menacé d'un isolement total, l'Empereur se confiait de plus en plus à son serviteur, Louis Marchand dont il éprouvait à toute heure le dévouement et qui, lui du moins, ne l'abandonnerait pas.
- Ils partiront tous, mon fils, disait Napoléon à Marchand, tu resteras seul pour me fermer les yeux.

Et nous ne pouvons qu’être d’accord avec l’historien Octave Aubry lorsqu’il écrit : « Ce que fut Marchand dans ces pénibles jours n'a point été assez dit et lui-même, modeste, ne s'en vanta jamais. Toujours d'humeur égale, il supportait les caprices de son maitre, cherchait à détourner ses pensées quand il voyait monter le chagrin. Il protégeait son mauvais sommeil. Quand l'Empereur ne pensait plus à le renvoyer, il lui arrivait de veiller jusqu'à l'aube . Il était témoin des songes qui le replongeaient dans l’impérissable passé. »
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2500
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le lundi 20 novembre 1820, le docteur Antommarchi note : “20 novembre. 10 h00. L'empereur est plongé dans une tristesse profonde ; il ne prononce pas une parole.”
L’Empereur se prête difficilement aux soins. Il ne croit pas aux remèdes, sauf à la fameuse « eau de poulet », bouillon que Mme Letizia jadis appliquait à ses indispositions d'enfant. Il en fait demander au cuisinier. Ses membres s'engourdissent, il a toujours froid. La clarté le blesse ; il exige à présent que sa chambre soit hermétiquement close, stores et rideaux tirés. Montholon, Marchand errent à tâtons dans cette ombre. Même dans le parloir, les volets sont fermés. Il passe la majeure partie des journées sommeillant ; le moindre bruit lui coûte un murmure d'impatience.

Illustration : il est des matins où Longwood House ressemble à une maison très agréable... confortable même. Et pourtant, l’humidité demeure omniprésente. et c'est une maison qui pourrit sur place.

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2500
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le dimanche 26 novembre 1820, malgré tous les témoignages inquiétants, Lowe persiste à ne pas croire à la maladie de Napoléon. Il envoie à l’officier de garde cette note : « Comment le général Bonaparte se comportait et paraissait, lorsque vous l'avez vu dans le Jardin ce soir, et que vous le signalerez dans votre prochain rapport. Avait-il la même apparence - meilleure ou pire - que la dernière fois que vous avez mentionné son apparence ? »
L’officier répond alors : « il marche toujours très lentement dans le jardin. Surby est passé près du général peu de temps avant que je ne le voie, il dit que son visage est très pâle, et mince, et qu'il a l'air mal en point, et très différent de ce à quoi il ressemblait lorsqu’il l’a vu il y a environ deux mois".
Et cependant sir Hudson n’en démord pas et pense toujours que « le général Bonaparte » joue la comédie.
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2500
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le lundi 27 novembre 1820 à Londres sort le livre « Buonapartephobia » qui, après une première mouture publiée en 1815, est une satire du langage excessif des articles antinapoléonien de Sir John Stoddart pour "The Times".

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2500
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Napoléon et le confinement

Message par Joker »

Le mercredi 29 novembre 1820, Napoléon est « somnolent toute la journée. Le malade reste longtemps au lit : il se lève et sort une heure en calèche. — Bain accoutumé. »
Ses maux s'aggravent inexorablement. Les vomissements se font plus fréquents, les douleurs plus nettes, l'assoupissement plus marqué, bien diffèrent des « sommeillages » constatés jusqu'alors. L'appétit devient presque nul. Les troubles circulatoires se traduisent par une pâleur des gencives, des ongles et des lèvres, ainsi que par des œdèmes et des refroidissements des extrémités. La marche est lourde, dandinante. Une toux sèche, irritante, fatigante, apparait dès que la conversation se poursuit un peu trop longtemps.
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Avril 1799 : Joséphine choisit son lieu de "confinement"...
    par Joker » 27 avr. 2020, 20:17 » dans Monuments Napoléoniens
    1 Réponses
    181 Vues
    Dernier message par Saint Clair
    27 avr. 2020, 22:39
  • Napoléon 1er – Revue du Souvenir Napoléonien n°93 : la naissance de Napoléon
    par Le Briquet » 23 juil. 2017, 21:54 » dans Livres - Revues - Magazines
    10 Réponses
    2190 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    03 nov. 2019, 13:02
  • L’art au service du pouvoir – Napoléon I – Napoléon III
    par C-J de Beauvau » 23 avr. 2018, 14:08 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    1433 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    23 avr. 2018, 14:08
  • Napoléon à table et Napoléon cuisinier
    par Joker » 02 sept. 2020, 20:09 » dans Livres - Revues - Magazines
    1 Réponses
    173 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
    03 sept. 2020, 14:52