Lowe accepte des mesures de déconfinement

Faites part de l'actualité napoléonienne dont vous avez connaissance.
Prière d’indiquer les références dans l’intitulé du message.

Modérateur : Joker

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2297
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Lowe accepte des mesures de déconfinement

Message par Joker »

Le mercredi 12 avril 1820, après de longues discussions avec Montholon, et en accord avec Londres, Lowe décide d’étendre les limites à l'intérieur desquelles Napoléon peut se promener à cheval sans être accompagné d'un officier anglais.
Lord Bathurst, le ministre de tutelle de Lowe acquiesce en ces termes : « Sa Majesté me charge de vous informer qu'elle verra toujours avec grand plaisir toute mesure tendant à adoucir la sévérité des règlements qu'il est nécessaire d'observer pour la sûreté de la personne du général Buonaparte dans l'île de Sainte-Hélène. »

Les nouvelles limites incluent woody-ridge et la chaine des pics.

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2297
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Lowe accepte des mesures de déconfinement

Message par Joker »

Le jeudi 13 avril 1820, à la tombée de la nuit, Napoléon tira à l’aveugle sur un animal qui s’était aventuré dans ses jardins. Bien entendu, il manqua sa cible et, heureusement, le coup perdu ne blessa aucune des sentinelles qui, comme d’habitude, avaient l’ordre de se rapprocher de la maison dès le crépuscule.

Le gouverneur rapporta l’incident en ces termes : “It was dark, or nearly so, when General Bonaparte shot the animal spoken of, but Count Montholon’s reply to the Orderly Officer when he was spoken to on the matter, was such, as to disarm the principal observation to which the act lay exposed.
The irregularity of firing at all with ball within Longwood Garden, and particularly at an hour when Sentries were posted round it, is still open however to remark, as well as the illegal means resorted to by General Bonaparte, for ridding himself of the nuisance to which he conceived himself exposed.”

Manifestement, Napoléon supportait très mal les mesures de confinement. ;-)
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3850
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Lowe accepte des mesures de déconfinement

Message par Cyril Drouet »

Joker a écrit :
13 avr. 2020, 19:54
Bien entendu, il manqua sa cible
Pourquoi usez-vous d'un "bien entendu" ?


Pour le reste, si on parle bien de la même affaire, Napoléon tua bien l'animal en question.
Marchand (Mémoires) dit ceci :
"Le dernier coup de fusil que tira l'Empereur fut sur un boeuf de la Compagnie qui, entré dans l'enceinte et de là dans le jardin potager, mangeait tout ce qui s'y trouvait ; il était déjà arrivé que ces animaux avaient tout abîmé en s'y promenant et des plaintes avaient été portées au capitaine. L'Empereur ne vit rien de mieux à faire pour le boeuf que ce qu'il avait fait pour les poules, le boeuf était tourné de manière à recevoir la balle entre les deux cornes : il ajusta et l'animal tomba mort."

Le rapport de Lutyens en date du 16 avril confirme la mort du boeuf et évoque la possibilité de la blessure d'un second.

Joker a écrit :
13 avr. 2020, 19:54
heureusement, le coup perdu ne blessa aucune des sentinelles
Ce reproche fut fait, mais Montholon indiqua que le tir avait été dirigé en direction de la maison ; ce qui semble avoir été confirmé au vu du cadavre.

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2297
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Lowe accepte des mesures de déconfinement

Message par Joker »

Cyril Drouet a écrit :
14 avr. 2020, 18:51
Joker a écrit :
13 avr. 2020, 19:54
Bien entendu, il manqua sa cible
Pourquoi usez-vous d'un "bien entendu" ?

Napoléon n'avait pas spécialement la réputation d'être un fin tireur.
Lors d'une chasse en forêt de Fontainebleau, si je ne m'abuse, il avait sérieusement blessé à l'œil un membre de sa suite.
A Sainte-Hélène, il justifia cette piètre réputation en ne réussissant que rarement ses tirs ou en se contentant le plus souvent d'abattre de paisibles animaux domestiques ou semi-sauvages sans défense.
N'est pas Nemrod qui veut !
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3850
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Lowe accepte des mesures de déconfinement

Message par Cyril Drouet »

Joker a écrit :
14 avr. 2020, 19:59
Lors d'une chasse en forêt de Fontainebleau, si je ne m'abuse, il avait sérieusement blessé à l'œil un membre de sa suite.

Sans doute faites-vous référence à Masséna.
Affaire douteuse...

Comme déjà dit dans un autre fil, la première allusion à cette affaire, si je ne m’abuse, apparut en 1823 dans le « Dictionnaire historique et biographique des généraux français » de Courcelles :
« Étant à la chasse, il reçut dans l'œil gauche un coup de fusil tiré par mégarde par le prince Berthier : cet œil demeura privé de la vue.
[…]
On assure que le prince Charles, sachant Masséna arrivé à l’armée, dit avec humeur : « Voilà encore ce Masséna ! J'espérais en être débarrassé par le coup de feu qu’il a reçu à l’oeil. »


Outre la reprise quasi textuelle de l’anecdote l’année suivante (l’œil détruit devint ici seulement « paralysé ») dans « Biographie nouvelle des contemporains », l’affaire reçut (toujours en 1834) de bien plus amples développement dans « Napoléon: journal anecdotique et biographique de l'Empire et de la Grande Armée » ;
Si jusqu’à présent le tireur maladroit était Berthier, c’est à présent Napoléon qui est accusé et qui finalement gratifie à l’occasion Masséna du commandement de l’armée de Portugal :
« Masséna était presque toujours resté à côté de [Napoléon], ainsi que le grand-veneur, le maréchal Berthier. La chasse s'ouvre, une perdrix part, l'honneur du premier coup de fusil appartient à l'Empereur, il tire, et Masséna reçoit dans l'œil un plomb écarté. On vole à son secours, et Napoléon s'écrie :
« Vous avez blessé Masséna, Berthier, vous n'en faites jamais d'autres. » Berthier se défend, comme on le pense bien, l'Empereur insiste, appelle un aide-de-camp et lui remet un petit billet.
« Portez cela à Larrey, et dites lui que Masséna est malade, qu'il se rende à son hôtel, et qu'il lui remette ce billet. »
L'ordre exécuté, M. Larrey arrive à l'hôtel de Masséna, et s'écrie en l'abordant :
« l'Empereur m'a dit que vous étiez malade.
- Eh! parbleu, il doit le savoir, ce diable d'homme aime à jeter de la poudre aux yeux de tout le monde. Voyez mon mal.
-La blessure n'est pas dangereuse; mais l'œil est bien malade !
-Je serai borgne ?
-Peut-être.
-L'Empereur aurait bien dû m'oublier encore quelque temps.
-Il ne vous oublie pas, M. le maréchal, car il m'a ordonné de vous remettre ce billet. Masséna le prend et lit à voix haute :
« Le maréchal Masséna prendra le commandement de l’armée de Portugal.
Napoléon »
« Je vous en félicite, dit Larrey, voilà une ordonnance qui vaut mieux que la mienne. »


Parmi les auteurs de cet ouvrage était le célèbre Emile Marco de Saint-Hilaire sur lequel Jourquin (Dictionnaire Napoléon) porte cet avis : « Cet auteur, parmi les meilleurs « fabricants » de la légende impériale n’était en réalité qu’un simple « teinturier » doué. »
J’ignore si Marco de Saint-Hilaire était l’auteur des lignes retranscrites plus haut, mais toujours est-il qu’il reprit sans guère de modification en 1843 ce récit dans son « Histoire populaire, anecdotique et pittoresque de Napoléon et de la Grande Armée » (repris ensuite textuellement dans « Mémoires d'un page de la cour impériale: 1804-1815 » ) :
« Une autre fois, le brave maréchal Masséna et Berthier marchaient en avant et non loin de Napoléon : une compagnie de perdrix part, l'honneur du premier coup de fusil appartient à l'Empereur : il tire, et Masséna reçoit dans l'œil un plomb écarté. On s'empresse pour lui porter secours : Napoléon s'écrie :
« Berthier ! C'est vous qui venez de blesser Masséna ! »
Le grand-veneur s'en défend, l'empereur insiste, Berthier se tait, et chacun rentre de très mauvaise humeur.
Aussitôt arrivé à la Malmaison, l'Empereur mande l'aide-de-camp de jour.
- Partez sur-le-champ pour Paris ; dites à Larrey de venir à Rueil sans perdre un moment, parce que Masséna est malade: il lui remettra en même temps ce billet ; allez !
L'ordre est exécuté. Larrey arrive à Rueil:
- Monsieur le maréchal, l'Empereur vient de me faire dire que vous étiez indisposé; j'arrive...
- Parbleu ! il le sait bien, voyez.
- Ce n'est pas dangereux, monsieur le maréchal; cependant l'œil me parait bien malade.
- Est-ce que je deviendrai borgne ?
- Je ne dis pas cela, mais il faut bien du soin... A propos, j'oubliais de vous remettre ce billet de la part de Sa Majesté.
- Lisez, mon cher Larrey, car je n'y vois pas du tout. Et Larrey, ayant fait sauter le cachet, lut à haute voix:
« Mon cousin, aussitôt que votre santé vous le permettra, vous partirez pour aller prendre le commandement en chef de l'armée de Portugal. Et sur ce, je prie Dieu qu'il vous ait en sa sainte et digne garde.
Napoléon. »
- Le diable d'homme ! s'écria Masséna avec un sourire qui déguisait mal sa joie, il faut toujours qu'il vous jette la poudre aux yeux !
Telle fut la cause pour laquelle Masséna devint borgne et commanda en chef l'armée de Portugal. »



Vinrent ensuite les Mémoires de Marbot, où, sans toute la broderie de Marco de Sainte-Hilaire, c’est à présent Masséna qui accuse mensongèrement Berthier alors qu’il sait que le coup venait de l’Empereur :
"L'Empereur, accompagné de plusieurs maréchaux, parmi lesquels se trouvait Masséna, chassait à tir dans la forêt de Fontainebleau, et Napoléon ajuste un faisan ; le coup, mal dirigé, porte sur Masséna, auquel un grain de plomb crève l'œil gauche. L'Empereur, ayant seul tiré au moment de l'accident, en était incontestablement l'auteur involontaire ; cependant, Masséna, comprenant que son œil était perdu, il n'avait aucun intérêt à signaler le maladroit qui venait de le blesser, tandis que l'Empereur lui saurait gré de détourner l'attention de sa personne, accusa le maréchal Berthier d'imprudence, bien que celui-ci n'eût pas encore fait feu ! Napoléon, ainsi que tous les assistants, comprit parfaitement la discrète intention du courtisan, et Masséna fut comblé d'attentions par le maître ».
« J'ai appris, lui écrit l'Empereur le 15 septembre 1808, avec la plus vive peine le malheureux accident qui vous est arrivé. Après avoir échappé à tant de dangers, être blessé à la chasse, c'est un peu de guignon. J'apprends cependant que vous allez mieux et que cela n'aura pas de suites. Je le désire fort, pour utiliser vos talents et votre zèle pour la gloire de nos armes ».
Borgne pour le restant de ses jours, Masséna recevra, en consolation, un commandement en chef dans la Péninsule et, l'année suivante, un titre princier, d'ailleurs bien mérité par sa conduite magnifique pendant la Campagne d'Autriche de 1809."




Que faut-il penser de tout cela et tout particulièrement du rôle de Napoléon dans cette histoire ?
J’ai de sérieux doutes.
D’une part, Larrey ne parle pas dans ses écrits de cette affaire (je ne connais d’ailleurs pas de témoins plus ou moins directs ayant conté l’accident) et d’autre part, il y a de gros problèmes de chronologie.
Masséna fut nommé à l’armée de Portugal par le décret du 17 avril 1810. Or de toute évidence, l’accident eut lieu un an et demi plus tôt en septembre 1808. Ainsi, Napoléon écrivait le 15 de ce mois à Masséna :
« J'ai appris avec la plus vive peine le malheureux accident qui vous est arrivé. Après avoir échappé à tant de dangers, être blessé à la chasse, c'est un peu de guignon. J'apprends cependant que vous allez mieux et que cela n'aura pas de suite. Je le désire fort, pour utiliser vos talents et votre zèle pour la gloire de nos armes »

A cette date, il était tout bonnement impossible à Larrey, ou à quiconque, d’apporter le généralat de l’armée de Portugal à Masséna ; mais aussi, au regard du début de la lettre, il parait inconcevable que l’Empereur ait pu assister à cette chasse.

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2297
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Lowe accepte des mesures de déconfinement

Message par Joker »

Quand le confinement tend les relations de voisinage...

Le dimanche 16 avril 1820, vers sept heures hier soir, Napoléon se promenant dans les jardins avec le comte Montholon découvrit deux bœufs provenant de la ferme de la Compagnie des Indes.
Il ordonna qu’on lui apporte ses fusils chargés. Il tira les deux coups : un fut tué sur le coup, la balle lui ayant traversé le cou ; l’autre n’eut qu’une blessure légère à la jambe.

Pas vraiment un fin tireur notre Empereur !
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3850
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Lowe accepte des mesures de déconfinement

Message par Cyril Drouet »

Joker a écrit :
16 avr. 2020, 19:43
Quand le confinement tend les relations de voisinage...

Le dimanche 16 avril 1820, vers sept heures hier soir,
Il s'agit du début du rapport de Lutyens auquel je faisais référence plus haut...

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3850
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Lowe accepte des mesures de déconfinement

Message par Cyril Drouet »

Plus concrètement, voici le rapport en question :
"About seven o’clock last night General Bonaparte was walking in the gardens with Count Montholon, when he discovered some cattle belonging to the farm in the outer garden. He immediately ordered his two fowling-pieces to be brought, loaded with ball, both of which he fired, and killed one of the oxen. I believe there is another slightly wounded
in the leg.
Count Montholon mentioned to me that he saw the cattle come in at the outer garden gate. The gates are the only way the cattle could enter, the fence being perfectly secure; and
the gate must have been left open by some of the establishment, for they never think of closing them when they pass in or out. Count Montholon said the General was determined to adopt the same plan if he again saw the cattle in the garden. I told him that it was very dangerous firing ball in the garden, and that General Bonaparte might have killed one of the sentries; upon which he said the General took the precaution of going round, and firing toward the house. Which must have been the case, from the way the animal was wounded and fell. It lays upon its right side, at the foot of the little mound that is surrounded with a myrtle hedge. "

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2297
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Lowe accepte des mesures de déconfinement

Message par Joker »

Le mardi 18 avril 1820, le comte Balmain résume la situation à Longwood (il obtient ses informations directement du comte de Montholon) :
« Tout est parfaitement tranquille à Longwood. Bonaparte fait beaucoup d'exercice dans son jardin. Il a le teint frais, l'air gai et gaillard. C'est un autre homme tout à fait. Le comte de Montholon et Mme Bertrand m'ont assuré cependant qu'il se ressentait encore de son mal et prenait souvent du mercure, mais que, grâce aux soins assidus de M Antommarchi, ce mal n'était plus dangereux. »

Comme quoi prendre du mercure et être soigné par un médecin légiste donne le teint frais, l’air gai et gaillard ... ou pas ! :mrgreen:
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1633
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Lowe accepte des mesures de déconfinement

Message par Bernard »

Joker a écrit :
18 avr. 2020, 19:44
Le comte de Montholon et Mme Bertrand m'ont assuré cependant qu'il se ressentait encore de son mal et prenait souvent du mercure, mais que, grâce aux soins assidus de M Antommarchi, ce mal n'était plus dangereux. »
Pas dangereux ? Voici ce que dit l'OMS sur le mercure :
"• Le mercure est un élément présent dans la nature que l’on retrouve dans l’air, l’eau et les sols.
• L’exposition au mercure, même à de petites quantités, peut causer de graves problèmes de santé et constitue une menace pour le développement de l’enfant in utero et à un âge précoce.
• Le mercure peut avoir des effets toxiques sur les systèmes nerveux, digestif et immunitaire, et sur les poumons, les reins, la peau et les yeux.
• Le mercure est considéré par l’OMS comme l’un des dix produits chimiques ou groupes de produits chimiques extrêmement préoccupants pour la santé publique."

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Hudson Lowe à Sainte-Hélène.
    par Joker » 19 févr. 2019, 20:15 » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    170 Vues
    Dernier message par Joker
    16 avr. 2019, 20:38
  • Mémorial Hudson Lowe à Londres
    par Joker » 19 juin 2019, 20:08 » dans Monuments Napoléoniens
    3 Réponses
    571 Vues
    Dernier message par Joker
    20 juin 2019, 19:33
  • Le mystérieux retour d'Hudson Lowe
    par Cyril Drouet » 04 oct. 2017, 20:24 » dans Livres - Revues - Magazines
    116 Réponses
    9562 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    30 nov. 2019, 13:06