Museumathome

Faites part de l'actualité napoléonienne dont vous avez connaissance.
Prière d’indiquer les références dans l’intitulé du message.

Modérateur : Joker

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2377
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Museumathome

Message par Joker »

Vous aurez bien évidemment compris qu'il s'agissait du Poisson d'Avril concocté par le Mémorial 1815. :mrgreen:

Un brin d'humour n'a jamais tué personne et nous en avons tous bien besoin en cette période morose. :salut:
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2377
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Museumathome

Message par Joker »

Quand une arme se transforme en souvenir !

Ce n'est pas l'étoile de la mort de l'époque napoléonienne bien que ce boulet d'obusier servait à tuer.

Monté sur un socle, ce boulet fut transformé en souvenir. Dès 1815, les premiers marchands de souvenirs apparaissent sur le champ de bataille mais certains souvenirs sont des faux.

L'acteur Pierre Hittemans écrit en 1865 "L’achat de souvenirs était déjà bien implanté sur le champ de bataille et aux alentours puisque la fille du cabaret (l'actuel musée Wellington) vend aux Britanniques des crânes, des boutons, des fusils" et de rajouter "Que les Anglais les achètent, et qu'ils se rassurent: il y en aura toujours. Il y a, à Bruxelles, une maison qui les fabrique."

Le saviez vous?

Le trou dans le boulet sert à fixer la mèche (ou fusée) pour que le boulet explose après être propulsé par l'obusier. La mèche devant être réglée de façon à ce que le projectile explose au-dessus des soldats ennemis.

Waterloo, Musée Wellington, 20/021/a

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2377
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Museumathome

Message par Joker »

Voici un objet acquis vers la fin d'année 2019 venant enrichir la collection du musée Wellington: une boite au portrait de Blücher.

Peinte vers 1815 mais sans signature, elle est représentative de l'existence de nombreux peintres dont la minutie et la perfection mimétique approchaient de la photographie.

Ces miniatures étaient très fréquentes à l'époque et permettaient de garder une image de quelqu'un d'important aux yeux du propriétaire car elles étaient facilement transportables.

Le "Feldmarschall" prussien est ici représenté avec l'uniforme qu'il portait en 1815.
Plusieurs décorations prestigieuses sont bien visibles comme l'ordre de l'aigle rouge, l'ordre pour le mérite ou encore la croix de fer dont son nom fut le synonyme pendant plusieurs années puisqu'il exista une croix de fer portée en étoile sous le nom de "Blücherstern".

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2377
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

"l'escalier"

Message par Joker »

Avant de prendre position au Ligny 1815 Museum, il était installé dans la cure de Ligny, à deux pas de la ferme d'En-Haut.

Cet escalier est un témoin, bien que matériel, de la bataille du 16 juin 1815. Il a supporté sur ses marches la souffrance des soldats lors des affrontements.

Les maisons du village, couvertes de chaume, étaient la proie des flammes.
Fort heureusement, "l'escalier" a eu la chance de survivre et de ne pas être dévoré par celles-ci en 1815.

En 2012, lors des transformations de la cure, il a échappé à la déchetterie grâce à des "mains amies", il fut alors transporté dans un lieu dédié à la sauvegarde de la mémoire collective.



« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2377
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Museumathome

Message par Joker »

Saviez vous que la butte du lion de Waterloo a failli ne jamais voir le jour ?

Avant la construction de cette butte, divers projets furent étudiés par le gouvernement du Royaume des Pays-Bas dont dépendait l’actuelle Belgique entre 1815 et 1830.

Un architecte gantois, Jean-Baptiste Pisson (1763-1818) proposa d’ériger un obélisque représentatif de ce goût pour l’antiquité gréco-romaine de nos ancêtres.

Tous les grands poncifs de cette antiquité fantasmée comme un âge d’or s’y retrouvent : Le socle orné de fontaines en mascaron et de trophées sculptés. L’obélisque monumental encadré d’aigles et de guirlandes est surmonté par une allégorie de la victoire inspirée des monuments romains.

Ce projet occupa l’architecte l’année de sa mort au gré des souffrances qui lui infligeait une hydropisie qui lui sera fatale !
Malgré ses efforts, ce sera le projet de Charles Vander Straeten (1771-1834) qui fut finalement adopté.

Aujourd'hui, tout le monde peut admirer de près ou de loin la butte du Lion au Mémorial de la bataille de Waterloo 1815.

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2377
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Museumathome

Message par Joker »

Monument pittoresque peu connu du champ de bataille, le monument au comte von Schwerin situé à Lasne est le témoin de l'amour d'une veuve et une trace matérielle du mouvement de l'armée prussienne sur le flanc français.

Le comte von Schwerin fut tué le 18 juin 1815 par un boulet alors qu'il commandait le 6e régiment de hussards prussiens, son corps fut enterré sur place puis retrouvé par la comtesse deux ans plus tard.

Afin de commémorer le sacrifice de son époux, la comtesse fit ériger une colonne dans le goût néoclassique reposant sur un piédestal dont la face nord porte en allemand l'inscription suivante : « Guillaume, comte de Schwerin, colonel et chevalier du roi de Prusse. Tombé lors de la victoire de juin 1815 à l'étranger pour la Patrie ».

Von Schwerin fut l'un des acteurs de ce mouvement de l'armée prussienne entre Wavre et le champ de bataille par les actuelles communes de Rixensart et Lasne. Cette marche éprouvante permit le renforcement de l'aile gauche de la ligne de Wellington et mena aussi aux terribles combats de Plancenoit.

Ce mouvement et la victoire qui en résultèrent ne furent possible que grâce à l'exceptionnel esprit de coopération entre les armées alliées notamment entre Wellington et le chef d'état-major de Blücher, August Neidhardt von Gneisenau.

Une carte de notre collection réalisée par Goetgebuer dans les années 1820 montre ce mouvement à travers la campagne brabançonne de jadis !

Détail du «Plan des batailles données aux environs de Waterloo » Waterloo, musée Wellington, 97/132/a

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2377
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Museumathome

Message par Joker »

Saviez-vous que le monument aux Belges situé à Waterloo sur le champ de bataille a pour particularité sa « neutralité » ?

En effet, il ne rend hommage ni aux armées alliées, ni à l’armée française.

La raison de cette « neutralité » est à rechercher dans l’Histoire même de notre pays qui passera entre 1789 et 1830 sous l’autorité de régimes aux visions bien différentes, l’Autriche, la France, les Pays-Bas puis la Belgique.

Nos ancêtres soldats, maires, fonctionnaires, artisans,… furent ballotés entre des projets sociétaux discordants, certains choisirent de rester fidèles à un camp ou de s’adapter à la marche de l’Histoire.

Le 18 juin 1815, des Belges tirèrent sur d’anciens frères d’armes avec le sentiment de faire leur devoir, parfois se reconnaissant comme voisin, ils se saluèrent dans la mêlée !

Notre collection conserve la photographie du Major François Thierry réalisé le 05 mars 1886, son parcours est typique du cheminement de nombreux soldats belges qui passèrent sous plusieurs drapeaux.
Il naquit à Tournai le 25 septembre 1797 et fut hussard français sous l’Empire de Napoléon.
Après l’abdication de Napoléon en 1814, il devint sous-officier et participa à la bataille de Waterloo dans les rangs alliés sous les ordres du général Collaert, lui-même ancien général de Napoléon.

Il poursuivit sa carrière dans l’armée du Royaume des Pays-Bas et devint lieutenant avant de rejoindre les révolutionnaires belges en 1830. Par la suite, il organisa le 1er escadron de cavalerie belge.

A partir de la gauche, il porte l’Ordre de Léopold accordé à titre militaire (deux glaives croisés au-dessus du bijou), la croix de fer belge et la médaille de Sainte-Hélène (accordée par Napoléon III aux anciens de l’armée napoléonienne).

Le Major François Thierry s’éteignit le 29 mars 1891 à Haelen.

Portrait du Major François Thierry, Waterloo, Musée Wellington, 20/026/a


« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2377
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Museumathome

Message par Joker »

Les cent-jours italiens de Murat épisode 2 :

Joachim Murat et ses cents-jours italiens connurent un "Waterloo" que l'histoire retient sous le nom de bataille de Tolentino.
Après quelques victoires à Panaro, Bologne, Cento et Ferrare, Murat est repoussé à Orechietto puis décide de livrer une bataille décisive à Tolentino.
Les deux armées autrichiennes lui étant opposées étaient séparées.
A l'instar de Napoléon, il espère battre ses adversaires séparément.
Comme à Waterloo, la résistance de l'adversaire, les terribles combats autours de positions fortifiées, l'arrivée de renforts autrichiens et une retraite tournant à la débacle auront raison des rêves de Murat qui doit s'enfuir après deux jours de lutte.

Détail de la platine d'une carabine autrichienne, Waterloo, Musée Wellington, 96/464/a

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2377
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Museumathome

Message par Joker »

Ce jour là...

Le 05 mai 1821, Napoléon, ex-Empereur des Français s'éteint dans l'indifférence quasi générale.

En 1840, la France du roi Louis-Philippe a ramené les "cendres" de Napoléon à bord de la frégate, la "Belle Poule" lancée en 1834.

Le Musée possède une superbe maquette de ce vaisseau qui doit retrouver sa splendeur.

A cette fin, en partenariat avec la SBF, un chantier de restauration sera accessible à certains moments.
Vous pourrez vous plonger dans le maquettisme, l'histoire et l'architecture navale de la grande époque de la marine à voile !

Détail de la maquette "Belle Poule", Waterloo, musée Wellington.

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2377
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Museumathome

Message par Joker »

Le monument Gordon de style néo-classicique situé à Braine-l'Alleud, sur le champ de bataille de Waterloo fut élevé en 1817 par la famille du défunt.

Il marque l'endroit où le Colonel Gordon, âgé de 29 ans, de l'état-major de Wellington fut mortellement blessé.
Transporté au QG du duc, actuel musée Wellington, il y succombera à sa blessure.

Au musée Wellington, vous pouvez retrouver le mobilier et la chambre de Gordon qui furent préservés et constituent un témoignage émouvant de ce sacrifice.

Le lit en chêne pédoncule de la forêt de Soignes témoigne également de l'ameublement populaire du début du XIXeme siècle.

Waterloo, musée Wellington, 96/063/a



« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées