Waterloo dans une série britanique

Faites part de l'actualité napoléonienne dont vous avez connaissance.
Prière d’indiquer les références dans l’intitulé du message.

Modérateur : Joker

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1541
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Waterloo dans une série britanique

Message par Bernard »

C'est un peu plus compliqué que cela.
1) Au début du XIXe siècle, deux théories s'affrontaient en matière d'engrais. D'un côté, les tenants de l'utilisation des os par épandage. De l'autre, celle des superphosphates, obtenus par adjonction d'acide sulfurique aux ossements (pratiquée dès 1817, elle devient la règle à partir de 1840), on appelle cela le "noir d'os". Les effets sont bien différents !
La pratique a continué bien au-delà de l'épuisement des charniers des guerres napoléonienne, comme en témoigne la citation suivante (Journal de la société de statistique de Paris, séance du 4 mars 1863) :
"La culture anglaise est tellement pénétrée de l'importance du rôle du phosphate de chaux comme engrais, que des spéculateurs ont fouillé, pour elle, tous les champs de bataille de l'Europe, et que récemment encore des navires apportaient, dans les ports anglais, où elles se vendaient à gros bénéfice , des cargaisons d'ossements humains recueillis en Crimée." Il y a tout de même un démenti, "plusieurs membres du Parlement ayant assuré que le gouvernement russe faisait garder avec soin les cimetières de Crimée".
Mais, toute cette matière finit par s'épuiser : "Partout en Europe on a épuisé les masses d'os dont on pouvait disposer pour l'agriculture directement, ou pour la fabrication de la gélatine, ou pour différentes autres industries, comme celles du noir animal, du phosphore, etc. Or, on n'improvise pas des animaux, et depuis longtemps déjà, on a été jusqu'à explorer de glorieux débris, on a scandaleusement fouillé des champs de bataille. L'Angleterre s'est vue forcée d'aller chercher dans l'Amérique du Sud des quantités immenses d'os, dont le transport a déterminé pendant longtemps un mouvement maritime inconnu jusqu'ici pour des débris de cette nature. Aujourd'hui, on reconnaît partout la nécessité de rendre au sol les quantités prodigieuses de phosphate de chaux enlevées par les récolles pendant plusieurs siècles, sans lui avoir restitué une partie des os en provenant." (F. Rohart, Guide de la fabrication économique des engrais au moyen de tous les éléments qui peuvent être avantageusement employés en agriculture, 1856)

2) L'Angleterre n'est pas la seule à pratiquer ce commerce : "L’historien Moulay Belhamissi fait état des navires chargés d’ossements provenant des cimetières musulmans en partance pour Marseille : « Pour du noir animal nécessaire à la fabrication du sucre, les ossements récupérés des cimetières musulmans sont expédiés à Marseille. A l’époque, on réfuta les faits malgré les témoignages. Mais l’arrivée dans le port phocéen, en mars 1833, d’un navire français La Bonne Joséphine », dissipa les derniers doutes. Des os et des crânes humains y furent déchargés." (cité par Charles-André Julien, Histoire de l'Algérie contemporaine, 1979)
Après cette digression explicative, quelle épizootie ? Il s'agissait, pour l'essentiel, du typhus contagieux (peste bovine) et de la "pommelière", sorte de tuberculose bovine ou péripneumonie contagieuse, qui a décimé les troupeaux anglais. Ce n'est peut-être pas la vache folle mais l'épandage d'ossements réduits en poudre a été un facteur considérable de propagation de l'épidémie. On évoque le nombre de quelque 1 200 000 bovins tués en Angleterre...

3) L'Europe entière a souffert de la peste bovine : "En 1814 et 1815, les armées coalisées arrivèrent en France traînant après elles des approvisionnements nombreux de bœufs hongrois et allemands affectés ou infectés par le typhus contagieux. Bientôt ces bestiaux communiquèrent la maladie aux bêtes à cornes de notre pays, et presque tous les départements, excepté ceux occupés par l’armée française dite de la Loire, furent infectés par le typhus, qui y fit de grands ravages ." (Onésime Delafond, Traité sur la police sanitaire des animaux domestiques, 1838). Nécessairement infectés, les charniers ont transporté le virus sur les plaines anglaises...
Modifié en dernier par Bernard le 03 nov. 2017, 18:31, modifié 2 fois.
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3739
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Waterloo dans une série britanique

Message par Cyril Drouet »

Mais en quoi les charniers humains ont-ils un rapport ?

De plus, concernant les os issus d'animaux, les agents pathogènes étaient encore dangereux après les traitements nécessaires à l'obtention de poudre ?
Dans les épizooties évoquées, ne faut-il pas tout simplement voir une contamination classique de bête à bête ?
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1541
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Waterloo dans une série britanique

Message par Bernard »

C'est la raison pour laquelle j'ai distingué les deux modes d'utilisation.
Dans l'épandage, les os sont seulement broyés, ce qui permet au virus de rester actif.
Dans la solution chimique, le virus est détruit.
Or l'épandage a été fait jusque sur les pâturages bovins. C'est sans doute cela qui explique cette recrudescence de la maladie en Angleterre alors qu'elle frappe de moins en moins sur le continent. Ceci dit, je ne connais pas grand chose aux virus et je me contente de reprendre les convictions de l'époque.
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3739
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Waterloo dans une série britanique

Message par Cyril Drouet »

Bernard a écrit :
03 nov. 2017, 18:30
Dans l'épandage, les os sont seulement broyés, ce qui permet au virus de rester actif.
Mais, les os des charniers humains appartenaient à des soldats qui n'étaient pas atteints par ce genre de maladie.
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1541
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Waterloo dans une série britanique

Message par Bernard »

La dysenterie, le typhus et la pneumonie sont les premières causes de mortalité chez les soldats de l'époque...
Exemple : la dysenterie qui a décimé l'armée du duc de Brunswick a tué bien plus d'hommes que les canons à Valmy.
Autre exemple : la dysenterie et le typhus ont été les premières causes de mortalité dans la Grande Armée entre le Niémen et Moscou.
La tuberculeuse bovine est contagieuse, y compris entre l'homme et l'animal.
Avatar du membre
C-J de Beauvau
Capitaine
Capitaine
Messages : 2012
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Waterloo dans une série britanique

Message par C-J de Beauvau »

Bernard a écrit :
03 nov. 2017, 19:56
La tuberculeuse bovine est contagieuse, y compris entre l'homme et l'animal.
Pourtant la viande bovine tuberculeuse est autorisé à la vente de nos jours Que dit la loi? Comme le souligne Franceinfo, il existe un règlement de l'Union européenne, le 854/2004 qui encadre la question. Dans celui-ci, il est précisé que ce sont uniquement les organes ou parties de la carcasses les plus contaminées qui doivent être retirées de la vente: "Lorsqu'une lésion tuberculeuse a été retrouvée dans les ganglions lymphatiques d'un seul organe ou partie de la carcasse, seuls l'organe ou la partie de carcasse infectée doivent être déclarées impropres à la consommation", est-il écrit dans ce règlement.
Au final, ce sont plus de 3000 tonnes de viande d'origine française, potentiellement infectée par la tuberculose, qui se retrouvent dans les rayons des supermarchés tous les ans. Sans compter, rappelle l'hebdomadaire, qu'à ces nombreuses tonnes s'ajoute la viande elle aussi contaminée de nos voisins anglo-saxons.
http://www.huffingtonpost.fr/2017/10/25 ... _23255623/
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1541
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Waterloo dans une série britanique

Message par Bernard »

"Il est d'expérience que les armées de jeunes soldats diminuent, presque tout d'un coup, d'une tiers, et cela sans qu'il y ait eu de combats. Ce tiers quitte ses bataillons pour entrer à l'hôpital. Que l'on consulte tous les chirurgiens militaires, et l'on apprendra d'eux que les armées ne sont pas détruites par le canon et la fusillade, mais par les maladies."
Philippe Joseph Benjamin Buchez et Prosper Charles Roux, Histoire parlementaire de la Révolution française... (1799-1815), tome 21, 1835.
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1541
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Waterloo dans une série britanique

Message par Bernard »

C-J de Beauvau a écrit :
03 nov. 2017, 20:38
Pourtant la viande bovine tuberculeuse est autorisé à la vente de nos jours
Sans doute, mais il ne s'agit pas exactement de la même chose. On parle ici de péripneumonie contagieuse :
"La péripneumonie contagieuse bovine (PPCB) est une maladie des bovins et des buffles d’eau due à Mycoplasma mycoides ssp. Mycoides (M. mycoides). Comme son nom l’indique, elle atteint les poumons et les membranes qui entourent la cavité thoracique (plèvre). Elle se manifeste par de la fièvre et des signes respiratoires tels que respiration difficile ou essoufflement, toux et écoulement nasal.
"Cette maladie très contagieuse est associée à un taux de mortalité pouvant atteindre 50% et est à l’origine d’importantes pertes économiques. En Afrique, la PPCB est une maladie bovine importante.
"La PPCB est une maladie de la liste de l’OIE décrite dans Code sanitaire pour les animaux terrestres. Les Pays Membres sont tenus de déclarer l’apparition de cas de la maladie conformément aux dispositions du Code sanitaire pour les animaux terrestres de l’OIE.
"La PPCB est l’une des maladies pour lesquelles l’OIE a établi une procédure officielle de reconnaissance de statut. Le Code sanitaire de l’OIE pour les animaux terrestres décrit les étapes que doit suivre un pays afin d’être officiellement reconnu par l’OIE comme indemne de PPCB."

Ne comparez pas la situation actuelle avec notre hygiène, nos médicaments, nos vaccins... et demandez-vous comment vivaient les soldats de l'époque : promiscuité, absence totale d'hygiène, eau contaminée, aucun médicament basique, etc.
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1541
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Waterloo dans une série britanique

Message par Bernard »

On sort du sujet mais cette statistique est intéressante. Que sont devenus les 823 500 soldats recrutés après 1790 :
- Morts au combat ou de blessures 17 000 (2,2 %)
- Morts à l'hôpital 118 000 (15,2 %)
- Prisonniers 206 000 (26,4 %)
- Rayés des effectifs 118 500
- Déserteurs avant avril 1814 55 500
- Retraités, réformés, renvoyés 29 500
- Déserteurs après avril 1814 93 500
- Licenciés après avril 1814 138 000
- Promus officiers 3 500
- sort inconnu 44 000
Source : Jacques Houdaille, "Pertes de l'armée de terre sous le premier Empire", Population, 1972.
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3739
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Waterloo dans une série britanique

Message par Cyril Drouet »

Bernard a écrit :
03 nov. 2017, 19:56
La tuberculeuse bovine est contagieuse, y compris entre l'homme et l'animal.
J’ai énormément de mal à suivre votre raisonnement.
Dans le fil sur les détrousseurs, vous nous avez dit que l’exploitation des fosses communes des champs de bataille de Waterloo et de Leipzig « est aussi à l'origine de la première crise de la vache folle ».
De la même manière, suite à des images de charniers humains à Hougoumont, vous avez écrit « pour terminer en épandage de phosphate dans les campagnes anglaises, occasionnant au passage la première crise de la vache folle outre-Manche ! »


Si je vous suis bien, les hommes enterrés à Leipzig et à Waterloo étaient malades de la tuberculose bovine et l’agent pathogène infectant ces soldats a été ensuite transmis aux animaux en Angleterre via ce même agent pathogène passé des dépouilles humaines à la terre britannique par la transformation des cadavres en question en engrais.
Voilà qui me semble bigrement tiré par les cheveux et mériterait bien évidemment d’être étayé par des données scientifiques propres à ces épizooties.
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Joséphine et Napoléon nouvelle série TV
    par C-J de Beauvau » 22 oct. 2018, 18:14 » dans Napoléon à travers les Arts
    8 Réponses
    1801 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    28 oct. 2018, 11:59
  • L'ARTILLERIE - SOLDAT Hors Série n°1
    par Loïc Lilian » 23 mars 2016, 00:04 » dans Livres - Revues - Magazines
    11 Réponses
    13253 Vues
    Dernier message par mrphilou
    29 nov. 2018, 08:50
  • Science&Vie Guerres&Histoire - Hors série
    par L'âne » 09 août 2018, 13:30 » dans Livres - Revues - Magazines
    2 Réponses
    506 Vues
    Dernier message par Cyril
    09 août 2018, 16:46