Un campanile et des ponts

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Drouet Cyril

ITALIE : le pont d'ARCOLE

Message par Drouet Cyril »

Je ne sais si Thévenin a bien voulu représenter André Estienne, mais il ne me semble pas qu’il soit dit quelque part que ce dernier suivit Augereau dans sa tentative d’assaut.

Estienne franchit bien l’Alpon sous la mitraille ennemie, mais ce fut le 16 et à la nage.

Engagé depuis 1792, il entra ensuite, en 1802, dans les chasseurs à pied de la Garde consulaire, avant de quitter l’armée en 1806.
Il fut récompensé de sa bravoure par des baguettes d’honneur (7 septembre 1802) et la croix de la Légion d’honneur (24 septembre 1803).

La légende veut qu’Estienne mourut en se rendant compte qu’il avait été statufié sur le fronton du Panthéon (1) (on le retrouve aussi sur l’Arc de Triomphe). Il laissait une veuve et trois enfants.
Lors de ses obsèques, le 4 janvier 1838, Février, ancien chef de bataillon d’Estienne, prononça l’éloge funèbre :
« Adieu, Estienne ; adieu, intrépide tambour d’Arcole. Sur cette terre, le fronton du Panthéon t’immortalisera, et dans l’autre monde, s’il est un Elysée pour les braves, tu es bien sur d’y prendre place. »

Un deuxième tambour, lui aussi de la 51e demi-brigade (mais pas plus enfant qu’Estienne), se distingua à Arcole et en fut remercié par des baguettes d’honneur (dues également à son comportement courageux à la bataille d’Hohenlinden). Il s’agit de Lauzier (ou Losier ; on trouve aussi Laugier).

Salutations respectueuses.

(1) Cette légende fut reprise par Frédéric Mistral dans « Les Iles d’Or » :
« Chemin faisant, dans les longues rues à parois hautes ; et dans le va-et-vient bruyant de Paris, il était arrivé lentement, l’âme malade, au pied du Panthéon éblouissant. - Par là-haut dans les airs, Sainte Marie ! dans le fronton géant, tout neuf alors, ressortaient des statues symétriques, et, sur la frise, des lettres d’or portaient : « Aux grands hommes la patrie reconnaissante ! » Ce que c’est que le sort ! – « Tambour, hausse la tête lui crie un passant…Celui qui est là-haut, l’as-tu vu ? » Vers le temple qui se dressait magnifique, le vieillard leva son front ébloui. A ce moment, le soleil joyeux secouait sa chevelure d’or sur tout Paris ravi. – Quand le soldat vit avec sa coupole s’élever dans le ciel le Panthéon, et qu’avec son tambour en bandoulière, battant la charge, comme si c’était vrai, il se reconnut, lui, l’enfant d’Arcole, tout à coté du grand Napoléon, - ivre de sa folie première, en se voyant si haut en plein relief, sur les ans, sur les rues, sur les orages, dans la gloire, l’azur et le soleil, il sentit en son cœur un doux gonflement, et roide tomba sur le carreau. »

Drouet Cyril

Re: ITALIE : le pont d'ARCOLE

Message par Drouet Cyril »

Quelques drapeaux révolutionnaires :

http://www.lebivouac.com/revolution.htm



Puisqu’on en est à rendre hommage aux héros d’Arcole, je me permets ici de rappeler le brillant fait d’arme du cubain, Joseph Damingue (ou Domengo) dit Hercule.
Ce Noir, engagé dès 1794 à l’age de trente-trois ans, dans le 7e régiment d’infanterie servait lors de la bataille d’Arcole comme sous-lieutenant dans la compagnie des Guides à cheval de Bonaparte.
Le 17, alors qu’Augereau, ayant franchi l’Alpon, ne parvenait à repousser les troupes adverses, Bonaparte donna l’ordre à Hercule de prendre la tête de vingt-cinq braves, franchir l’Adige, contourner les marais et charger l’ennemi en faisant sonner plusieurs trompettes. La ruse réussit et les Autrichiens, se croyant tournés, retraitèrent.

Hercule reçut pour ce fait d’arme un sabre d’honneur. Parmi les trompettes se trouvant à ses cotés, était Mathurin-Rodolphe Bonnet, un brave qui devint capitaine aux Chasseurs à cheval de la Garde impériale (ça me rappelle quelqu’un, n’est-ce pas Hypolite ?).

Hercule réitéra le même exploit quand Bonaparte à Aboukir lui tint ces propos :
« Allons, mon cher Hercule, prenez vingt-cinq hommes et chargez-moi cette canaille ! »

Chef de bataillon, attaché à la Garde consulaire, Hercule participa à l’expédition de Saint-Domingue.
Commandant du bataillon des Pionniers noirs, il fut finalement admis à la retraite à la fin de l’année 1805.
Hercule s’éteignit à Paris le 19 avril 1820.

olioli

Campagne d'Italie (1796-1797)

Message par olioli »

Bonjour , tout le monde connait la première campagne d'Italie cette formidable campagne ! Où la stratégie de Napoléon en campagne se révéla ! Mais voilà en lisant le magazine Napoléon 1er je viens de savoir queqlque chose d'interessant que je ne savais pas ! Peut le saviez vous mais je voudrais faire une remarque la dessus ! Voilà un petit récapitulatif :
Napoléon a réaliser cette campagne avec des forces disproportioner 44 000 hommes pour les français et 65 000 hommes pour les autrichiens avec 200 canons ! De plus cette armée était pied nus et sans rien ! Là vous devez vous dire ça on le connait déjà mais voilà ce que j'ai vu que je ne savais pas :
Au départ la campagne d'Italie n'était qu'une campagne de diversion qui devait ouvrir un nouveau front contre l'enemie autrichien , en clair occuper les autrichiens comme une réel menace alors que cette campagne n'était au départ qu'une diversion ! Donc peut être les autrichiens allait t-il renforcer leur présence en Italie et donc dégarnir l'Allemagne ! Heureusement pour les français le général qui était à la tête de ces troupes était Bonaparte ! Qui renversa cette diversion par une magnifique victoire grace à un grand génie militaire ! ;-)
@ + :salut:

LXR

Message par LXR »

La ligne maitresse en matière de stratégie militaire de Bonaparte : etre toujours à un endroit donné supérieur en nombre à l'adversaire.

:salut:

stephane

Message par stephane »

:salut: Bonjour

Eh oui, au début le théatre principal des opérations était plus au nord !!

En fait, le Directoire pour combattre cette 2eme Coalition a mis sur pieds 3 armées :

- L'armée de Sambre et Meuse sous Jourdan
- L'armée de Rhin et Moselle sous Moreau
- L'armée d'Italie sous Bonaparte (40 000 h)
(+ l'armée des Alpes sous Kellermann - 20 000 h)

Vienne étant l'objectif commun (et l'Italie est considérée comme un théatre secondaire).

La 1ère armée doit passer par la vallée du Main et la Bavière, la 2sd par la vallée du Danube et la 3eme par le Tyrol.

Comme au Nord, les opérations ne se passent pas comme prévues et comme Bonaparte vole de succès en succès, le principal théatre des opérations devient l'Italie.... avec la suite qu'on connait ;-)

Stéphane

eugéne de Beauharnais

IItalie..quand tu nous tiens.....

Message par eugéne de Beauharnais »

Les Regiments de Sambre et Meuse....tout le monde conait la chanson...

IL faut aussi noter les journaux payés parle général qui le mettront sous les "spotlights".
Les armées "d'Allemagne n'avançant pas si vite...on comprend le succès de la campagne d'Italie auprès du public de l'époque...de plus Bonaparte déboule à Vienne surgissant de nulle part alors que les autrichiens se battent come des acharnés sur deux fronts...et sont soudain surpris de le trouver sous leurs fenêtres...

De ses deux fronts sortiront les héros de l'épopée: Ney Masséna , Lannes etc...tous dans l'armée du Rhin ou d'Italie!
:jump2:

olioli

Message par olioli »

Le mùagazine Napoléon 1er est très dérailler on explique bien la stratégie d'être en nombre supérieur en un endroit donnés ! ;-)

Karolvs

Message par Karolvs »

La campagne d'Italie n'avait-elle pas pour but second (mais pas secondaire) de faire de l'argent pour le Directoire ?

Le butin n'était pas négligeable, me semble-t-il...

WAGRAM

Message par WAGRAM »

Bonsoir, Bien sur qu'un des buts étaient de faire de l'argent pour le Directoire, comme le souligne Louis Madelin c'est un Bonaparte "conquistador" qui est envoyé à la tête de l'armée d'Italie. :salut:

LXR

Message par LXR »

Pour illustrer les propos du message précedent :
http://www.insecula.com/article/F0010395.html

:salut:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Les ponts de Paris construits sous Napoléon
    par Joker » 12 févr. 2020, 19:26 » dans Monuments Napoléoniens
    3 Réponses
    73 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    13 févr. 2020, 17:37
  • CHOUANS & ROYALISTES, BRETONS & VENDÉENS : Bataille es Ponts de Cé et Murs-Érigné (26 juillet 1793)
    par Cyril Drouet » 15 sept. 2017, 18:51 » dans Salon Ier Empire
    143 Réponses
    7531 Vues
    Dernier message par Fabrice Del Dongo
    12 mars 2020, 08:03