L'épée de François 1er

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 4263
Enregistré le : 30 janv. 2021, 10:36

L'épée de François 1er

Message par Cyril Drouet »

la remonte a écrit : 20 avr. 2021, 09:04 Jean Tulard qui évoque la sobriété du lieu avec son lit de camp au regard des palais où Napoléon a dormi et a commencé par L' Escurial ?
Murat y est allé et a repris l'épée de François 1°

L’épée de parade de François 1er, alors à l’Armeria de Madrid, avait été demandée, alors que la situation en Espagne était explosive, par Murat à Ferdinand le 28 mars 1808, par l’intermédiaire du secrétaire d’Etat, Cevallos.
Ferdinand répondit positivement en ces termes :
« Monsieur mon frère,
Aussitôt que mon premier secrétaire d'État m'a rendu compte de la part de V. A. I. qu'il pouvait être agréable à S. M. l'empereur des Français, roi d'Italie, de posséder la fameuse épée de François Ier, roi de France, gagnée par l'empereur Charles V, à la bataille de Pavie, je n'ai pas hésité un moment à me décider à l'offrir à S. M. Impériale et Royale, n'ayant rien de plus à cœur que de lui témoigner mon empressement d'aller au-devant de tout ce qui peut la flatter et la convaincre des sentiments de la plus haute estime que je nourris pour S. M. Impériale et Royale.
La médiation de V. A. I. est aussi un des motifs qui ajoutent au plaisir que j'ai de donner cette preuve si éclatante de mon dévouement envers S. M. l'Empereur, et je ne crois pas pouvoir mieux confier ladite épée qu'en la déposant dans des mains aussi dignes par tant de titres que celles de V. A. Impériale et Royale, comme la personne qui mérite la confiance et l'estime de S. M. l'Empereur, tant par les liens du sang que par les exploits étonnants qui lui ont acquis une renommée si universelle, et qui lui ont valu la place honorable de son lieutenant en Espagne.
J'espère que V. A. I. s'empressera de remettre à S. M. l'Empereur cette célèbre épée et la lettre ci-jointe que je lui écris à ce sujet, et qu'elle voudra bien en cette occasion être, auprès de S. M. Impériale et Royale, le fidèle interprète de mes sentiments envers sa personne auguste, et des désirs que j'ai de resserrer de plus en plus l'amitié et l'alliance intime qui font le bonheur de nos peuples.»

Le 30 mars, à Madrid, Murat recevait la fameuse épée et prononçait à cette occasion le discours suivant :
« Messieurs,
Je reçois, je touche avec un saint respect l'arme d'un brave. Si la journée de Pavie mit en votre pouvoir ce trophée de la gloire de vos ancêtres, elle ne peut ternir celle du nom français. Si ce jour vit triompher les phalanges espagnoles, c'est que la fortune a ses caprices. Cette arme qui combattit les Espagnols doit désormais reposer au Temple de Mémoire, au sein de la capitale d'une grande nation de braves. Elle y rappellera aux siècles à venir, le siècle du grand Napoléon, le siècle de Charles-Quint. Puisse-t-elle devenir un gage sacré d'une constante amitié, et consolider pour toujours les liens de la bonne harmonie si heureusement existante entre deux nations amies.
Rapportez, Messieurs, à votre gouvernement les sentiments de l'Empereur; ce sont ceux de la nation, ce sont les nôtres et ceux de l'armée que je commande. »
AKG330463.jpg
Le lendemain, Murat avertissait l’Empereur en ces termes :
« Sire,
J'ai l'honneur d'envoyer à V. M. par M. de Monthion l'épée de François Ier; elle m'a été apportée ce matin avec pompe par le duc d'Altamira, grand écuyer ; il était escorté par un piquet des gardes du corps, ayant trois quatre voitures de suite. Je l'ai reçu environné de tous les généraux de l'armée; M. l'ambassadeur s'y trouvait avec toute la légation et l'ambassadeur de Hollande; j'ai répondu en la recevant le peu de mots ici-joints Le peuple accompagnait le cortège par des « vivats ». Les différentes musiques de la ville, et je crois de la campagne, n'ont pas quitté ma porte... »

L’accueil impérial ne fut pas à la hauteur des espérances, et Napoléon répondit ainsi le 6 avril :
« L'épée de François Ier ne valait pas la peine que vous en fissiez de l'éclat dans cette circonstance. François Ier était roi de France sans doute, mais il était Bourbon; il ne fut pas d'ailleurs pris par les Espagnols, mais par les Italiens. »

Deux jours plus tard, Napoléon notifiait son souhait que le discours de Murat ne soit pas imprimé.

L’épée prit le chemin de la France. Elle y est encore aujourd’hui au Musée de l’Armée.
Spada_di_francesco_I,_con_elsa_forse_francese_(1510-15_ca.)_e_lama_italiana_del_1480_ca._03 (1).jpg
Francois_I_sword-J_316-IMG_1805-gradient (1).jpg
Francois_I_sword-J_316-IMG_1805-gradient (1).jpg (45.68 Kio) Vu 52 fois
epee_francois_I_invalides.jpg
epee_francois_I_invalides.jpg (72.99 Kio) Vu 52 fois
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • L'épée du Sacre
    par Joker » » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    611 Vues
    Dernier message par Joker
  • Ce qu'il advint de l'épée d'Austerlitz
    par Joker » » dans Salon Ier Empire
    0 Réponses
    645 Vues
    Dernier message par Joker
  • Vivre de l'épée sous Napoléon
    par Joker » » dans Livres - Revues - Magazines
    0 Réponses
    94 Vues
    Dernier message par Joker
  • Épée non identifiée, premier empire, autre ?
    par visiteusedelespace » » dans Espace visiteurs
    10 Réponses
    1454 Vues
    Dernier message par Général Colbert