22 avril 1806 : mort mystérieuse de l'amiral de Villeneuve

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2950
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

22 avril 1806 : mort mystérieuse de l'amiral de Villeneuve

Message par Joker »

Pierre-Charles Silvestre de Villeneuve naît à Valensole le 31 décembre 1763. Très tôt engagé dans la marine royale, il est en septembre 1796, promu au grade de contre-amiral.
Le 1er août 1798, lors de la bataille navale d'Aboukir, il commande l'arrière-garde de la flotte française. Après le désastre, il fuit à Malte avec les seuls bâtiments français intacts, deux vaisseaux de ligne et deux frégates. Les Anglais l’y font prisonnier. Au retour de sa première captivité, il prend le commandement de la flotte basée à Tarente (avril 1801) puis de l'escadre de Rochefort (1803). En mai 1804 il commande la flotte de Toulon avec le grade de vice-amiral.
Bonaparte lui propose alors un plan audacieux: attirer aux Antilles la flotte anglaise qui empêche tout débarquement en Angleterre et revenir prendre le contrôle de la Manche. Villeneuve quitte donc Toulon pour les Antilles, puis, là bas, met cap sur l’Europe. Mais les Anglais le retrouvent au Cap Finisterre, au large de la Galice, le 22 juillet 1805, et il replie sa flotte sur Cadix.
Après des semaines d’inaction, il tente une sortie. Ce sera la désastreuse bataille de Trafalgar, le 21 octobre 1805, où les 18 vaisseaux français et 15 vaisseaux espagnols, alliés de la France, seront écrasés par les 27 vaisseaux de Nelson. Villeneuve est à nouveau prisonnier. Lorsqu’il apprend la défaite, Napoléon, furieux, fustige la “conduite infâme” de son amiral et se laisse aller à le traiter de lâche. Après six mois en Angleterre, Villeneuve, libéré sur parole, arrive à Rennes.
Le 21 avril 1806, Villeneuve, dans l’hôtel où il séjourne, reçoit un important courrier. Sa lecture le trouble. Le 22 son valet frappe plusieurs fois sans réponse à sa porte. Inquiet, il n’ose la forcer, et fait appel à la police. Un serrurier ouvre la porte. Si la chambre est vide, ils remarquent sur la table des papiers bien mis en évidence, dont le courrier reçu la veille. Et dans le cabinet de toilette, Villeneuve git au sol, sur le dos, les bras en croix , le gilet de flanelle ouvert, et sur le torse ainsi dénudé, couvert de sang, un manche noir de couteau fiché dans le cœur. Sur sa table, à côté de plusieurs paquets contenant de l’argent destiné aux domestiques, une lettre d’adieu à son épouse.
Tout cela ressemble bien à un suicide et Napoléon, à Sainte-Hélène, confiera à O’Meara: “J'ai donné l'ordre à Villeneuve de rester à Rennes, il s'y est renseigné sur l'anatomie et s'est piqué d'une stylet vers le cœur” et “Villeneuve, lorsqu’il fut fait prisonnier par les Britanniques, fut tellement affligé de sa défaite qu’il étudia l’anatomie pour se détruire lui-même. À cet effet, il acheta plusieurs gravures anatomiques du cœur, et les compara avec son propre corps, pour s’assurer exactement de la position de cet organe. Lors de son arrivée en France, je lui ordonnai de rester à Rennes et de ne pas venir à Paris. Villeneuve craignant d’être jugé par un conseil de guerre, pour avoir désobéi à mes ordres, et conséquemment avoir perdu la flotte (car je lui avais ordonné de ne pas mettre à la voile et de ne pas s’engager avec les Britanniques), résolut de se détruire. En conséquence, il prit ses gravures du cœur, les compara de nouveau avec sa poitrine, fit exactement au centre de la gravure une longue piqûre avec une longue épingle, fixa ensuite cette épingle, autant que possible, à la même place, contre sa poitrine, l’enfonça jusqu’à la tête qui pénétra le cœur et il expira. Lorsque l'on ouvrit sa chambre, on le trouva mort; l’épingle était dans sa poitrine, et la marque faite dans la gravure correspondait à la blessure de son sein. Il n’aurait pas dû agir ainsi, c’était un brave, bien qu’il n’eût aucun talent.”
Mais la vox populi parle d’assassinat. Six coups de couteau dans la poitrine, est-ce possible ? On répliquera que c’est un couteau de table, que la lame n’est pas acérée, que Villeneuve a mal répété l’emplacement du cœur… La police locale ouvre quand même une enquête, “ayant été instruit que cette mort est le résultat de plusieurs coups de couteau: que, dans pareille circonstance, il est nécessaire d’épuiser toutes les preuves pour connaître parfaitement les causes ou les auteurs d’un pareil événement, nous avons rendu plainte d’office contre tous auteurs, fauteurs ou complices de ce meurtre.”
Villeneuve a des obsèques de première classe, en l’église Saint-Germain, mais personne ne saura jamais où il a été inhumé, le seul élément connu étant que "le corps fut inhumé dans le cimetière commun”.

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Rigodon d'honneur
Col 3ème Hussard
Col 3ème Hussard
Messages : 532
Enregistré le : 05 févr. 2018, 23:02

Re: 22 avril 1806 : mort mystérieuse de l'amiral de Villeneuve

Message par Rigodon d'honneur »

Image
quelqu'un pourrait me dire ce que le portrait de l'amiral Roussin (1781-1854) fait en illustration d'un article sur la mort de l'amiral Villeneuve :?: :?: :?: :!: :!: :!: :? :shock: :roll: ...............
:salut:
"Ils grognaient, et le suivaient toujours..."
Avatar du membre
Rigodon d'honneur
Col 3ème Hussard
Col 3ème Hussard
Messages : 532
Enregistré le : 05 févr. 2018, 23:02

Re: 22 avril 1806 : mort mystérieuse de l'amiral de Villeneuve

Message par Rigodon d'honneur »

voilà un véritable portrait de l'amiral Villeneuve...
Image
:salut:
"Ils grognaient, et le suivaient toujours..."
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1832
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: 22 avril 1806 : mort mystérieuse de l'amiral de Villeneuve

Message par Bernard »

Courrier de l'Empereur :
“Saint-Cloud, 26 avril 1806

Au vice-amiral Decrès

Monsieur Decrès, je pense qu’il faut que vous fassiez faire une relation par le médecin de l’amiral Villeneuve pour être mise dans les journaux de lundi, et, s’il est possible, même demain , afin d’empêcher que de fausses directions s’emparent de cette affaire. Vous ferez imprimer les deux lettres que vous lui avez écrites et celles qu’il vous a répondues, la relation du médecin et le rapport du maréchal Moncey qui dit comment on l’a trouvé mort. Il est inutile de parler de la lettre à sa femme.”

Lettre de l'amiral à son épouse :

“Ma tendre amie,

Comment recevras-tu ce coup ? Hélas je pleure plus sur toi que sur moi. C’en est fait, j’en suis arrivé au terme où la vie est un opprobre et la mort un devoir.
Seul ici, frappé d’anathème par l’Empereur, repoussé par son ministre qui fut mon ami, chargé d’une responsabilité immense dans un désastre qui m’est attribué et auquel la fatalité m’a entraîné, je dois mourir.
Je sais que tu ne peux goûter aucune apologie de mon action. Je t’en demande pardon, mille fois pardon, mais elle est nécessaire et je suis entraîné par le plus violent désespoir. Vis tranquille, emprunte les consolations des doux sentiments de religion qui t’animent, mon espérance est que tu y trouveras un repos qui m’est refusé.
Adieu, adieu : sèche les larmes de ma famille et de tous ceux auxquels je puis être cher. Je voulais finir, je ne puis.
Quel bonheur que je n’aie aucun enfant pour recueillir mon horrible héritage et qui soit chargé du poids de mon nom. Ah ! je n’étais pas né pour un pareil sort; je ne l’ai pas cherché, j’y ai été entraîné malgré moi.

Adieu, adieu.”
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • La mort de l'amiral Villeneuve
    par Fabrice Del Dongo » » dans Salon Ier Empire
    5 Réponses
    294 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
  • 4 avril 1817 : mort de Masséna
    par Joker » » dans Salon Ier Empire
    0 Réponses
    75 Vues
    Dernier message par Joker
  • 4 avril jour anniversaire de la mort de Masséna
    par Soldat Inconnu » » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    441 Vues
    Dernier message par Soldat Inconnu
  • 20 avril 1842 : mort du maréchal Moncey
    par Joker » » dans Salon Ier Empire
    0 Réponses
    57 Vues
    Dernier message par Joker
  • 24 avril 1828 : mort du général Charles Ruty
    par Joker » » dans Salon Ier Empire
    0 Réponses
    62 Vues
    Dernier message par Joker