La frégate "la Belle-Poule"

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2719
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

La frégate "la Belle-Poule"

Message par Joker »

Nous sommes le 7 juin 1840. Accompagnée de la corvette « La Favorite », la frégate « La Belle Poule » quitte le radeau de Toulon avant la tombée de la nuit. A son bord, 9 officiers et 500 hommes d'équipages, maîtres et matelots. Parmi eux, un berckois, le maître-canonnier Antoine-François Bouville (1819-1908), entré dans La Royale en octobre 1837 et naviguant sur cette frégate depuis le 6 juin 1839. « La Belle-Poule »est placée sous le commandement du troisième fils de Louis-Philippe, François d'Orléans, Prince de Joinville (1818-1900). L'accompagne un ami d'enfance : Le comte Philippe de Rohan-Chabot (1815-1875).
Avec eux, pendant cinq mois, parcourant 5417 lieues marines en 108 jours de mer, Bouville va sillonner les océans et faire des escales fabuleuses. Et enfin, le 15 octobre au petit matin, alors qu'il pleut à torrents, notre ami berckois va vivre un moment extraordinairement émouvant.
L’exhumation de l’Empereur
Voici l'enclos qui renferme la tombe de l'Empereur Napoléon et, d'après les faits qu'il a souvent rapportés ultérieurement, Antoine-François Bouville est présent, non loin des gradés et des soldats du 91eme régiment d'infanterie anglais et des miliciens de Sainte-Hélène.
Il est en compagnie de l'officier ingénieur de « La Belle-Poule »et des quelques autres marins français venus en renfort avec l'outillage pour aider éventuellement les artilleurs terrassiers anglais lors des travaux funéraires. Bouville n'a pu, bien entendu, être témoin oculaire de l'ouverture du dernier cercueil qui s'est faite à l'abri, sous une tente où ne furent admis que les autorités françaises (à l'exception du Prince de Joinville resté sur son navire) et anglaises.

Quoiqu'il en soit, il avait eu l'insigne honneur de participer à une mission que d'aucuns considéraient alors comme sacrée. Et qui, plus est, sous les ordres d'un chef qu'il appréciait et qu'il connaissait depuis la première expédition du Mexique en 1838.
Longtemps, le Prince, qui décèdera en 1900, marquera de la bienveillance et de la sollicitude pour son fidèle matelot, un des derniers survivants de « La Belle-Poule ». Aussi, n'est-il pas surprenant que ses concitoyens lui aient donné le surnom de « Prince de Joinville ».

Antoine-François Bouville est né à Berck (Pas-de-Calais), le 21 janvier 1819, fils de Jacques-Antoine (1792-1848), marin pêcheur et de Marguerite Parmentier (1793-1828). Il est l'aîné de cinq garçons qui seront tous marins. A l'âge de 17 ans il embarque comme novice sur « Les Deux Jumeaux » pour la pêche en mer. Il fera la saison suivante sur le même bateau, avant d'être levé, le 21 octobre 1837 pour Cherbourg. En décembre, le matelot Bouville est embarqué sur le brick « Le Saumon » pour débuter ses classes. Quelques mois après il est sur la corvette « L'Alcmène » où il obtient le certificat de capacité comme maître-canonnier, bien qu'étant illettré. En juillet, il est envoyé à la Division pour être affecté, cette fois, sur la Corvette « La Créole » qui intègre la flottille qui sera dirigée vers le Mexique et qui participera au bombardement de Vera-Cruz. Au cours des combats, Bouville se distinguera par son efficacité.
Le 6 juin 1840, il passe sur la frégate « La Belle-Poule » sous le commandement du Prince de Joinville avec lequel il va parcourir les océans. Début 1840, le navire est au mouillage devant Constantinople et, comme nous l'avons vu précédemment, en octobre, dans le port de Jamestown, à Sainte-Hélène.
Le 1er janvier 1841, Bouville passe quartier-maître canonnier de 2eme classe avant d'être débarqué et congédié à Toulon, en janvier de l'année suivante. Revenu au quartier de Cherbourg, il y obtiendra le grade de quartier-maître de 1ère classe, et, là, s'achèvera son passage dans la Royale marqué par quelques actions d'éclat.
Antoine-François Bouville n'était pas peu fier de montrer les certificats qui lui avaient été remis : :
« Je certifie que le nommé Bouville a rempli le poste de chef de pièce à bord de la frégate avec beaucoup de zèle et de capacité et qu'il a toujours tenu une très bonne conduite et fait la campagne du Mexique sur "La Créole" et sur "La Belle-Poule".
J'ai toujours eu à me louer de lui.
Le commandant d'Orléans. »
Marin-pêcheur
Plusieurs auteurs ont signalé qu'il s'était trouvé également au siège de Mogador le 15 août 1844, alors même qu'il était à la pêche en mer sur la côte picarde à bord du « Saint-Louis »dont il était même le patron.
Officiellement, son service pour l'Etat qui avait duré 4 ans et 2 mois s'était achevé le 1er janvier 1842, et le mois suivant, il était à la pêche en mer à bord des « Cinq Frères » avant de naviguer sur des bateaux portant les noms de "l'Olivier de la Paix", "Sainte-Eugénie" et le « Lévrier »dont il sera le patron.
Le registre matricule des inscrits maritimes indique qu'il a pratiqué la pêche en mer sur les côtes durant trente quatre ans, puis fait la pêche à pied à compter du 1er janvier 1886 avant d'être déclaré inactif en 1900.
Par décision ministérielle du 27 mars 1906, il lui est décerné la médaille d'honneur des marins du commerce.
Plusieurs clichés photographiques et cartes postales montrent Antoine-François Bouville tel qu'il était à un âge fort avancé, seul ou entouré de sa famille. De bonne taille, il y parait voûté par le poids des ans et les dures périodes de labeur.
Il devait y décéder le 29 décembre 1908. Issu d'une longue lignée de marins-pêcheurs, lui-même laissait une descendance comptait deux filles et deux garçons provenant de son premier mariage et qui ont donné postérité.
Ses fils et ses gendres iront aussi à la mer sur nos côtes

Michel Troublé (1934-2019)

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
C-J de Beauvau
Colonel
Colonel
Messages : 2228
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

La frégate "la Belle-Poule"

Message par C-J de Beauvau »

......Jean-Claude Autran apporte des précisions sur ce navire à l’histoire singulière, associant La Seyne et l’empereur : « En 1888, Amable Lagane est directeur des Forges et Chantiers de La Seyne. Son gendre, Lucien Savatier, y est ingénieur et possède par ailleurs le domaine viticole du Domaine du Rouët au Muy (Var). C’est Lucien Savatier qui est chargé en 1888 de la déconstruction, à La Seyne, de la frégate La Belle poule, bateau qui ramena en 1840 en France les cendres de Napoléon Ier depuis l’île de Sainte-Hélène, sous le commandement du Prince de Joinville, fils du roi Louis-Philippe Ier.

Pour y placer le cercueil de l’empereur, la frégate avait été transformée : une cabine fut aménagée en chapelle ardente.
La frégate fut démolie dans nos Chantiers, mais Lucien Savatier, par déférence, sauva les deux portes de la cabine-reliquaire. Ces portes furent transportées dans son Domaine du Rouët, aujourd’hui exploité par ses héritiers. Ces portes ornent depuis la chapelle du Château. Une cuvée Belle Poule évoque ce souvenir ».


Chapelle-Rouët.jpg
Chapelle-Rouët.jpg (113.68 Kio) Vu 52 fois
Belle-poule-napoleon-morel-fatio.jpg
Belle-poule-napoleon-morel-fatio.jpg (98.1 Kio) Vu 52 fois
La_Gatinerie_-_Le_Retour_des_cendres_de_l'empereur_Napoléon_Ier.jpg

https://vin-tourisme.fr/porte-ouverte-d ... el-ouvert/
https://www.leseynois.fr/bicentenaire-d ... istorique/
:salut:
Fichiers joints
ChateauRouet-VI.jpg
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Belle allégorie
    par Maria Kel » » dans Napoléon à travers les Arts
    4 Réponses
    867 Vues
    Dernier message par Maria Kel
  • Très belle figurine de Napoléon
    par Diamant » » dans Napoléon à travers les Arts
    7 Réponses
    914 Vues
    Dernier message par L'âne
  • Éditions « La Belle Alliance » de Mr feu Bernard Coppens. Waterloo.
    par Raoul Jacques » » dans Livres - Revues - Magazines
    5 Réponses
    363 Vues
    Dernier message par Raoul Jacques
  • Samara Weaving incarne la belle-sœur de Napoléon dans un biopic sur sa vie américaine
    par C-J de Beauvau » » dans Napoléon à travers les Arts
    1 Réponses
    138 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau