Les derniers fidèles

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 4012
Enregistré le : 30 janv. 2021, 10:36

Re: Les derniers fidèles

Message par Cyril Drouet »

la remonte a écrit : 19 nov. 2020, 17:31 tout à fait c'est loufoque .
Je ne vous cache pas que je partage à priori le même avis sur ce projet brésilien. Et encore faut-il que derrière ce que l'on peut raconter là-dessus, il y ait quelque chose de vraiment concret et de construit. Force est de constater que sur ces points, les éléments (solides j'entends) manquent (pour l'instant ?) cruellement.

A noter qu'aux côtés du Brésilien Antonio Carlos de Andrade et du Belge Colins, on peut ajouter un certain Napoléon Bonaparte. Tout du moins, si l'on en croit (je suis loin pour ma part de franchir ce pas) James Tyder (Bonaparte à Sainte-Hélène, ou relation de M. J. Tyder, chirurgien de la marine anglaise ; 1816) :
" Je suis mécanicien, et la physique ne m'est pas étrangère : on peut construire secrètement un vaste aérostat, y suspendre une gondole, s'embarquer une belle nuit, par un vent favorable, avec tous ses amis, et faire, en vingt-quatre heures, le court trajet de 340 lieues qui nous sépare du continent d'Afrique.
Je me rappelle que le globe lancé aux fêtes de mon couronnement, se dirigea vers le midi, passa les Alpes et descendit aux environs de Rome, le lendemain de son départ...
Cette partie de la côte d'Afrique, où se trouvent le cap Palmas, le cap Négro, est peuplée de bordes sauvages. Mon nom, mon étoile et mon or, les soumettront sans peine : je ferai ensuite comme Séthos, je les civiliserai ; puis, en moins d'un année, je fonderai un autre empire, où j'appellerai mon épouse, mon fils, et ces Français émigrés, déportés sur les bords de la Dellavare, dans ces États-Unis, qui furent, comme l'a dit un de mes poètes, "retranchés par le fer d'un empire odieux".
Ce grand projet paraissait l'amuser; mais il me donnait une scène que je prenais, non pour un rêve, mais pour un acte de folie."
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 4012
Enregistré le : 30 janv. 2021, 10:36

Re: Les derniers fidèles

Message par Cyril Drouet »



Plus haut nous avons évoqué rapidement Fulton. A ce sujet et au chapitre des élucubrations hélèniennes, on peut ajouter ce passage des « Souvenirs intimes du temps de l’Empire » de Marco de Saint-Hilaire :

"L'Empereur fut tiré de sa rêverie par un objet qu'il aperçut au loin sur la mer: c'était comme une colonne noire glissant sur les eaux et laissant après elle une longue trace de fumée épaisse qui s'échappait comme d'une cheminée.
« Qu'est-ce que cela ? dit l'Empereur en braquant sa lorgnette; on dirait le tuyau d'une de nos pompes à feu. »
Tout l'état-major du Northumberland monta sur le pont.
« C'est un bateau à vapeur, dit un lieutenant de la marine anglaise.
— Un bateau à vapeur ! répéta Napoléon visiblement ému, en remarquant le sillon écumeux que ce bâtiment traçait devant lui. Je n'en avais jamais vu. Quelle rapidité! il semble glisser sur la mer comme sur des roulettes.
— Par ma foi ! c'est le Fulton! s'écria l'officier, qui s'était armé d'une longue-vue ; je vois distinctement ce nom écrit sur la proue.
— Le Fulton, dites-vous? reprit l'Empereur, qui avait tressailli à ce nom.
— Oui, Sire, le Fulton, du nom de son inventeur.
— Ah! mon Dieu! » dit Napoléon en se frappant le front ; puis il détourna la tête au moment où le bateau vint à passer, et il alla s'asseoir sur un banc placé à l'autre bout du pont, et laissant tomber sa tête dans ses mains, il resta quelque temps immobile dans cette posture. «Ainsi le sort des États dépend d'une idée nouvelle! dit-il à voix basse ; ainsi la nature recélait dans son sein une force inconnue qui pouvait changer les destinées du monde! J'ai tenu ce secret dans mes mains, moi ! et je l'ai laissé échapper, parce que je m'en suis rapporté à d'autres qu'à moi! Croyez donc aux savants! » ajouta-t-il en se levant brusquement et en se promenant à pas précipités. »"



On se situe ici en pleine affabulation. Au 17 octobre 1805, il existait bien un navire à vapeur dénommé Fulton. Ce dernier avait été lancé l’année précédente aux Etats-Unis sous le nom de Demelogos, puis rebaptisé du nom de son concepteur mort le 24 février 1815.
A l’heure, où le Northumberland approchait de Sainte-Hélène, le Fulton n’avait pas encore été remis à la marine américaine. Par la suite, il servit à la défense du port de New-York et ne fit jamais de longues croisières océaniques.
Ce 17 octobre 1815, le Northumberland ne croisa aucun bateau à vapeur. Pas un seul ne vint d’ailleurs à Sainte-Hélène durant toute la période de captivité.
Avatar du membre
Général Colbert
Col Lanciers Gde
Col Lanciers Gde
Messages : 1593
Enregistré le : 26 août 2017, 13:24
Localisation : Picardie (Somme)

Re: Les derniers fidèles

Message par Général Colbert »

:twisted: Cette histoire de navire à vapeur est donc fumeuse ! :twisted: :roll:
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 4012
Enregistré le : 30 janv. 2021, 10:36

Re: Les derniers fidèles

Message par Cyril Drouet »

la remonte a écrit : 19 nov. 2020, 17:31 dommage que Fulton soit mort en 1815 , cela aurait été une formidable pub pour son engin .
Revenons donc à Fulton.
Comme je l'ai indiqué plus haut des bruits ont bien couru à l'époque à propos de projets d'évasion utilisant le sous-marin ; voir à ce propos les projets brésiliens évoqués par Montholon (Récits de la captivité de l'empereur Napoléon à Sainte-Hélène), ou anglais, rapportés par Scott dans sa "Vie de Napoléon Buonaparte".

Au sujet de la nébuleuse affaire du capitaine Thomas Johnstone, voici un intéressant article :
https://www.cairn.info/revue-napoleonic ... age-11.htm
Avatar du membre
la remonte
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 948
Enregistré le : 06 sept. 2019, 11:46
Localisation : Paris

Re: Les derniers fidèles

Message par la remonte »

il est possible après tout que la perspective d'une évasion facilitée par l'innovation technique ait rendu les Anglais plus durs :idea: Fulton ou tout autre chimère rendant Lowe accro à la surveillance . Le coût final de la surveillance accréditant la thèse de l'empoisonnement :?:

ce que je ne crois pas ; devant la menace il aurait été plus économique d'enfermer Napoléon à la Tour de Londres ou à la forteresse Pierre et Paul , ce qui pour lui aurait été plus pénible et moins glorieux pour sa légende :salut:
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1699
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Les derniers fidèles

Message par Bernard »

la remonte a écrit : 23 nov. 2020, 09:36 il est possible après tout que la perspective d'une évasion facilitée par l'innovation technique ait rendu les Anglais plus durs...
Et pourquoi donc ? Sainte-Hélène est une île pratiquement inaccessible par la mer. On voit mal un sous-marin se risquer à une périple aussi dangereux pour se pointer devant Jamestown et tenter de forcer le passage... Encore moins n'importe quelle catégorie d'aérostat aux normes hésitantes de l'époque. Cet île était facile à défendre, il suffisait d'un navire interdisant l'abord, de quelques vigiles aux endroits où l'accostage aurait néanmoins été envisageable et d'une garnison allégée, c'est ce que disent tous les ouvrages de l'époque. Or les Anglais disposaient de moyens surdimensionnés par rapport à ces besoins. On peut imaginer que tous les risques étaient couverts. Le reste n'est que mesures tatillonnes nées dans un esprit brouillon et revanchard...
Avatar du membre
la remonte
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 948
Enregistré le : 06 sept. 2019, 11:46
Localisation : Paris

Re: Les derniers fidèles

Message par la remonte »

Napoléon est venu à cheval à Sandy Bay , de l'autre côté de l'ile , je ne sais pas s'il ya d'autres baies mais celle ci semble protégée
Image

Pendant la chouannerie , le chevalier des Touches ( Barbey ) traverse à la rame ce qui sépare les iles anglo-normandes du Cotentin . un coup de main était envisageable de nuit avec une embarcation légère :idea:
Après , est ce que Napoléon aurait voulu se risquer à ce petit jeu de piraterie ? pas sûr
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1699
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Les derniers fidèles

Message par Bernard »

La photo est trompeuse. Il s'agit en réalité d'une toute petite baie, accessible seulement par de petites embarcations :
1920px-Sandy_Bay_from_highlands_to_the_north.jpg
Un mur avait été édifié au XVIIIe siècle pour en sécuriser l'accès. Gageons qu'il était surveillé !
2880px-Fortified_Line_in_Sandy_Bay.jpg
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 4012
Enregistré le : 30 janv. 2021, 10:36

Re: Les derniers fidèles

Message par Cyril Drouet »

la remonte a écrit : 23 nov. 2020, 09:36 il est possible après tout que la perspective d'une évasion facilitée par l'innovation technique ait rendu les Anglais plus durs :idea: Fulton ou tout autre chimère rendant Lowe accro à la surveillance .
Les rumeurs portant sur des projets échafaudés notamment aux États-Unis ou au Brésil étaient connues à Londres et furent transmises à Lowe qui ne pouvait s’y montrer indifférent.

Bernard a écrit : 23 nov. 2020, 09:54 Sainte-Hélène est une île pratiquement inaccessible par la mer.
Pratiquement, en effet ; ce qui cependant ouvre quelques fenêtres, pas bien grandes certes, mais suffisantes pour alarmer un esprit inquiet tel que celui de Lowe.
D’ailleurs, il n’y avait pas que Londres pour tracasser le gouverneur au sujet d’éventuels projet d’évasion, les compagnons de l’exil pouvaient aussi y apporter leur contribution.
Ainsi cette note de Goulburn (mi-juillet 1818) : "Au sujet de l'évasion du général Bonaparte, Gourgaud m'a affirmé confidentiellement que, quoique Longwood soit, par sa situation, susceptible d'être bien gardé par des sentinelles, cependant, il est certain qu'il ne serait pas difficile d'échapper, un moment ou l'autre, à la vigilance des sentinelles postées à l'entour de la maison et des terrains ; et enfin qu'une évasion de l'île ne lui apparaissait nullement impossible..."
ou encore ce rapport de Montchenu prêtant ces mots à Gourgaud :
"[Napoléon] en a eu dix fois l'occasion et il l'a encore au moment même où je vous parle [...]
Je le répète, il peut s'évader seul et aller en Amérique quand il le voudra ; je n'en dirai pas plus."

la remonte a écrit : 23 nov. 2020, 10:21 Pendant la chouannerie , le chevalier des Touches ( Barbey ) traverse à la rame ce qui sépare les iles anglo-normandes du Cotentin . un coup de main était envisageable de nuit avec une embarcation légère :idea:
A la très grande différence que la Bretagne, comme la Normandie, contrairement à Sainte-Hélène, offraient aux royalistes un très grand nombre de lieux de débarquement (rendant en conséquence la surveillance bien plus diffuse), et surtout, en comparaison avec le caillou perdu de l’Atlantique sud, étaient aux portes des îles anglo-normandes et de la Grande-Bretagne.


la remonte a écrit : 23 nov. 2020, 10:21 après , est ce que Napoléon aurait voulu se risquer à ce petit jeu de piraterie ? pas sûr
Son attitude à Aix alors qu’on lui proposait l’aventure américaine peut être un indice.
Concernant Sainte-Hélène, on peut se référer à Montholon :
4 août 1816 :
"On offrait à l'Empereur de le transporter en Amérique, lui troisième, au prix d'un million, qui ne serait payable qu'après son débarquement sur la terre d'Amérique. On se contentait de sa parole. Je regrette de ne pouvoir dire les détails d'exécution : ils compromettraient l'existence politique d'êtres auxquels je dois reconnaissance pour le dévouement dont ils ont fait preuve.
L'Empereur m'écouta avec l'apparence d'une profonde méditation ; fit en silence quelques pas dans sa chambre ; puis, se tournant vers Gourgaud et moi, il nous demanda notre opinion, ne discuta pas et se borna à me dire :
- Refusez."


10 juillet 1817 :
"- On m'offre un projet d'évasion, me dit l'Empereur en m'indiquant sur la carte la route et les moyens proposés pour sortir de Longwood, gagner la côte et s'embarquer secrètement ; je pourrais être censé garder la chambre, le gouverneur est accoutumé à ce que je sois plusieurs jours sans sortir. Nous enverrions une de nos dames, ou même toutes les deux, faire visite ce jour-là à Plantation-House, O'Meara irait en ville, et pendant que, dans son salon de Plantation, lady Lowe ferait la belle conversation sur moi, nous quitterions ce maudit pays.
A cette pensée l'Empereur se mit à rire en disant :
- J'ai encore quinze ans de vie, tout cela est bien séduisant ; mais c'est une folie, il faut que je meure ici, que la France vienne m'y chercher. Si Jésus-Christ n'était pas mort sur la croix, il ne serait pas Dieu."
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 4012
Enregistré le : 30 janv. 2021, 10:36

Re: Les derniers fidèles

Message par Cyril Drouet »

la remonte a écrit : 23 nov. 2020, 10:21 Napoléon est venu à cheval à Sandy Bay , de l'autre côté de l'ile , je ne sais pas s'il ya d'autres baies
James Bay, Rupert's Bay, Flagstaff Bay, Turks Cap Bay, Prosperous Bay, Stone Top Bay, Deep Valley Bay, Manati Bay, Thompson's Bay, Lemon Valley Bay.
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Gourgaud, fidèle parmi les fidèles ou colporteur d’ignominies ?
    par Joker » » dans Livres - Revues - Magazines
    6 Réponses
    149 Vues
    Dernier message par Espagne
  • [ Napoléonothèque ] Jugements derniers
    par William Turner » » dans Napoléonothèque
    4 Réponses
    1594 Vues
    Dernier message par Raphaël
  • Les derniers témoins
    par la remonte » » dans Napoléon à travers les Arts
    3 Réponses
    742 Vues
    Dernier message par Bruno
  • Napoléon, les derniers témoins racontent
    par Eric LM » » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    0 Réponses
    15 Vues
    Dernier message par Eric LM
  • ★ Les derniers jours du maréchal LANNES...
    par Jean-Louis » » dans Salon Ier Empire
    165 Réponses
    14236 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet