Deux généraux d'Empire originaux

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2478
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Deux généraux d'Empire originaux

Message par Joker »

« Parmi les braves officiers généraux dont l'Empereur était entouré, quelques-uns n'étaient pas extrêmement lettrés, mais ils se recommandaient par d'autres qualités; quelques-uns même étaient célèbres pour d'autres causes que leur mérite militaire.
Ainsi le général Junot (1) et le général Fournier (2) passaient pour les plus habiles tireurs au pistolet; le général Lasellette (3) était connu par sa passion pour la musique, qu'il poussait au point d'avoir toujours un piano dans un de ses fourgons !
Ce général ne buvait jamais que de l'eau, mais en revanche, il n'en était pas de même du général Bisson (4). Qui n'en a entendu parler comme du plus intrépide buveur de toute l'armée ? Un jour l'empereur, l'ayant rencontré à Berlin, lui dit :
- Eh bien, Bisson, bois-tu toujours bien ?
- Comme çà, sire, çà ne passe plus les vingt-cinq bouteilles.
C'était, en effet, un grand amendement chez lui, car il avait plus d'une fois atteint la quarantaine, et toujours sans se griser. Au surplus, ce n'était pas un vice chez le général Bisson (5), mais un besoin impérieux. L'empereur le savait, et comme il l'aimait beaucoup, il lui faisait une pension de douze mille francs sur sa cassette, et lui donnait en outre de fréquentes gratifications.
Parmi les officiers qui n'étaient pas très lettrés, il est permis de citer le général Gros (6), et la manière même dont il fut élevé au grade de général le prouve que de reste; mais c'était un brave à toute épreuve, homme superbe, et d'une beauté mâle. La plume seule lui était très-peu familière; à peine s'il savait s'en servir pour signer son nom, et il ne passait pas pour être beaucoup plus fort sur la lecture que sur l'écriture. Étant colonel de la Garde, il se trouvait un jour seul aux Tuileries dans un salon, où il attendait que l'empereur fût visible.
Là, il se complaisait devant une glace à rajuster son col, à rehausser sa cravate, et l'admiration que lui causait sa propre figure l'entraîna à se parler tout haut à lui-même, ou plutôt à son image répétée dans la glace.
- Ah! se disait-il, si tu connaissais les « bachébachiques »(les mathématiques), un homme comme toi... Avec un cœur de soldat comme le tien... Ah!... l'empereur te ferait général !
-Tu l'es ! lui dit l'empereur en lui frappant sur l'épaule.
Sa Majesté était entrée dans le salon sans être entendue, et s'était plue à écouter l'allocution que le colonel Gros s'adressait à lui-même.
Telle fut sa promotion au grade de général, et qui plus est de général dans la Garde. »

(1) Jean-Andoche Junot, duc d’Abrantès, dit « la Tempête »,né le 25 septembre 1771 à Bussy-le-Grand et mort le 29 juillet 1813 à Montbard, général du Premier Empire, colonel général des hussards.
(2) François Louis, comte Fournier-Sarlovèze, né à Sarlat, le 28 avril 1772 et mort à Paris le 18 janvier 1827, général d'Empire.
(3) Pierre Joseph Joubert de la Salette, né le 3 septembre 1743 à Grenoble (Isère), mort le 4 février 1833 à Grenoble (Isère), général de la Révolution et de l’Empire, poète, musicologue et musicographe.
(4) Baptiste-Pierre-François Bisson, né le 16 février 1767 à Montpellier et mort le 26 juillet 1811 au palais de Bosco della Fontana, près de Marmirolo, général de la Révolution et de l’Empire.
(5) Jean-Anthelme Brillat-Savarin (1755-1826) lui a consacré les lignes suivantes dans sa Physiologie du goût : « C'est ainsi, dit-il, que le général Bisson, qui buvait chaque jour huit bouteilles de vin à son déjeuner, n'avait pas l'air d'y toucher. Il avait un plus grand verre que les autres, et le vidait plus souvent ; mais on eût dit qu'il n'y faisait pas attention ; et tout en humant ainsi seize litres de liquide, il n'était pas plus empêché de plaisanter et de donner ses ordres que s'il n'eût dû boire qu'un carafon ».
(6) Jean Louis Gros, né le 3 mai 1767 à Montolieu (Aude) mort le 10 mai 1824 à Paris, général de la Révolution et de l’Empire.

Extraits des Mémoires de Constant.
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Les deux frères Lanusse, généraux d'Empire
    par Joker » 29 oct. 2020, 19:51 » dans Salon Ier Empire
    0 Réponses
    37 Vues
    Dernier message par Joker
    29 oct. 2020, 19:51
  • Généraux : Les deux frères Pégot
    par david saforcada » 24 oct. 2017, 22:06 » dans Salon Ier Empire
    12 Réponses
    2245 Vues
    Dernier message par Erwin Muilwijk
    30 janv. 2014, 17:11
  • Livres audio deux Empires
    par Joker » 15 mai 2020, 19:39 » dans Napoléon à travers les Arts
    4 Réponses
    126 Vues
    Dernier message par L'âne
    16 mai 2020, 09:16
  • Généraux Christophe
    par Romeuf » 14 août 2018, 21:19 » dans Espace visiteurs
    0 Réponses
    612 Vues
    Dernier message par Romeuf
    14 août 2018, 21:19
  • Deux documents remis à l’État français
    par Demi-solde » 13 juin 2018, 07:22 » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    411 Vues
    Dernier message par Bernard
    13 juin 2018, 09:23