Cession de la Louisiane par la France

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

William Turner

Re: La vente de la louisiane

Message par William Turner »

Cyril Drouet a écrit :
18 déc. 2017, 18:29
Le traité de Paris fut conclu le 30 avril et signé le 8 mai, ratifié le 22 mai. La guerre reprit le 16 mai.
Par hasard, ce que j'avais écrit n'était pas complètement faux.
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3835
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: La vente de la louisiane

Message par Cyril Drouet »

William Turner a écrit :
18 déc. 2017, 20:41
Cyril Drouet a écrit :
18 déc. 2017, 18:29
Le traité de Paris fut conclu le 30 avril et signé le 8 mai, ratifié le 22 mai. La guerre reprit le 16 mai.
Par hasard, ce que j'avais écrit n'était pas complètement faux.
Pour la rupture de la paix, oui c'est bien mai ; mais pour le traité de cession, vous vous êtes trompé de près de la moitié d'une année...
William Turner

Re: La vente de la louisiane

Message par William Turner »

Cyril Drouet a écrit :
18 déc. 2017, 20:55
Pour la rupture de la paix, oui c'est bien mai ; mais pour le traité de cession, vous vous êtes trompé de près de la moitié d'une année...
Novembre 1803 correspond à la prise officielle de possession par la France avant la remise aux Etats-Unis en décembre. Je me suis donc davantage trompé en croyant avoir découvert mon erreur. :D
barthelemy

Re: La vente de la louisiane

Message par barthelemy »

Conscient du caractère indéfendable du pays, il écouta favorablement les propositions du président Jefferson, transmises par James Monroë.

Alors..... nécessité fait Loi :(

Je suis néanmoins nostalgique, et reste intimement persuadé qu'en dépit de la menace anglaise et de la volonté d'expansion à l'Ouest des USA, il eut été possible de conserver a minima une tête de pont au Nouveau Monde... la région de la Nouvelle Orléans, par exemple

et puis, on a abandonné les cajuns à leur triste sort... (avec sauf erreur de ma part, interdiction de pratiquer la langue française pendant un bon bout de temps.... un peuple qui perd sa langue n'est plus un peuple :( )

Hélas, on ne réécrit pas l'Histoire !
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3835
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: La vente de la louisiane

Message par Cyril Drouet »

William Turner a écrit :
18 déc. 2017, 22:51
Cyril Drouet a écrit :
18 déc. 2017, 20:55
Pour la rupture de la paix, oui c'est bien mai ; mais pour le traité de cession, vous vous êtes trompé de près de la moitié d'une année...
Novembre 1803 correspond à la prise officielle de possession par la France avant la remise aux Etats-Unis en décembre. Je me suis donc davantage trompé en croyant avoir découvert mon erreur. :D
La cérémonie de rétrocession eut lieu le 30 novembre 1803, et la prise de possession par les Etats-Unis le 20 décembre suivant ; deux choses bien différentes (pour comprendre dans quel contexte Bonaparte décida d'abandonner la Louisiane) de la vente actée par le traité de Paris du 30 avril précédent.
Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2687
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: La vente de la louisiane

Message par L'âne »

Émile DOUSSET « La Fayette » :
Sait-on que le gouvernement de la Louisiane lui [Lafayette] fut offert en 1803 par Jefferson...?
Aurea mediocritas
Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2687
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: La vente de la louisiane

Message par L'âne »

Thierry LENTZ dans son ouvrage "Le grand Consluat", titre le sujet : "Une bonne affaire : la vente de la Louisiane".
Aurea mediocritas
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1570
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: La vente de la louisiane

Message par Bernard »

L'âne a écrit :
21 déc. 2017, 06:00
Thierry LENTZ dans son ouvrage "Le grand Consluat", titre le sujet : "Une bonne affaire : la vente de la Louisiane".
Merci l'âne, je ne trouvais pas cette référence. C'est un très bon titre dont je partage l'esprit...
Parfois, un peu de réalisme fait du bien. Le reste appartient aux regrets et aux "si" !
Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2687
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: La vente de la louisiane

Message par L'âne »

Bernard a écrit :
21 déc. 2017, 08:01
Merci l'âne, je ne trouvais pas cette référence. C'est un très bon titre dont je partage l'esprit...
Parfois, un peu de réalisme fait du bien. Le reste appartient aux regrets et aux "si" !
Je partage, une nouvelle fois, votre point de vue.

L’auteur nous explique que :

- Le Consulat avait besoin de la neutralité « amicale des États-Unis.
- La fameuse « doctrine de Monroe » qui, vingt ans plus tard, amènerait la puissance américaine à proclamer que les affaires du Nouveau Monde devaient se régler entre Américains, à l'exclusion de toute intervention européenne commençait à se forger.
- La Louisiane était revendiquée par Jefferson, pour des raisons territoriales, certes, mais encore bien davantage pour des impératifs commerciaux visant à rendre libre la navigation sur le Mississippi.
- "Si la France n’était pas disposée à traiter elle serait considérée comme faisant hostilité aux États-Unis, car si l’Espagne « pouvait la garder encore pendant de nombreuses années. Son humeur pacifique et sa faiblesse devaient l'amener à nous [Américains] accorder successivement des facilités de nature à empêcher son occupation de nous être trop à charge [...]. Mais lorsqu'il s'agit des Français, la question change de face. Eux, ils sont d'une humeur impétueuse, d'un caractère énergique et turbulent »
- la reprise des hostilités avec l'Angleterre rendait impossible une occupation véritable de la Louisiane dès lors peu utile au commerce. Pis, Albion aurait pu être tentée de s'emparer de cette terre qui était formellement une colonie française.
- Mieux valait donc, à tout point de vue, vendre cette possession inutile et essayer de tirer de cette affaire le plus de bénéfices.

Voici sa conclusion :

"Il n'y a pas lieu de s'étendre ici sur l'affaire de la Louisiane. Si elle a pris depuis une certaine importance, c'est au regard de ce que sont devenues les relations franco-américaines. On doit constater qu'en 1803 cette transaction n'apparut pas comme un événement considérable, dès lors que les territoires concernés n'étaient pas inclus dans l'« empire colonial ». La France consulaire n'avait jamais exercé la moindre autorité sur la Louisiane. On ne rappellera donc que les grandes lignes de la négociation qui, au demeurant, fut fort simple et réglée comme une affaire entre marchands. Au début d'avril 1803, Talleyrand demanda sans plus de façon à Livingstone quel était son prix. Bonaparte exigeait une somme de 50 à 100 millions. On débattit, on marchanda, Monroe arriva et on s'accorda. Le 30 avril 1803, le traité fut signé. Pour 15 millions de dollars (80 millions de francs), la France vendait donc aux États-Unis cette Louisiane qu'elle n'avait pas eu le temps d'occuper : 11,25 millions de dollars (soit 60 millions de francs) allèrent dans les caisses de l'État consulaire, le reste servit à indemniser les citoyens américains victimes de la « paix armée » par la perte de vaisseaux ou de cargaison. En une seule signature, le territoire des États-Unis venait de doubler et l'Ouest s'ouvrait à présent au peuple pionnier. Symboliquement, le drapeau français fut hissé sur La Nouvelle-Orléans le 30 novembre 1803, par le préfet colonial Laussat. Il fut remplacé un mois plus tard par celui des États-Unis. Bonaparte avait sacrifié son rêve d'un grand retour français en Amérique. Il pensait que la reconnaissance des Américains les conduirait à se rapprocher de lui et à soutenir, au moins, ses projets continentaux. C'est en tout cas ce que laissa deviner son message au Sénat, pour annoncer la cession de la Louisiane : « La Louisiane est désormais associée à l'indépendance des États-Unis d'Amérique. Nous conservons là des amis que le souvenir d'une commune origine attachera toujours à nos intérêts, et que des relations favorables de commerce uniront longtemps à notre prospérité. Les États-Unis doivent à la France leur indépendance ; ils vous devront désormais leur affermissement et leur grandeur.»"
Aurea mediocritas
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1570
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: La vente de la louisiane

Message par Bernard »

En élargissant la question, quel exemple a-t-on d'un pays qui consacre une année et demie de ses ressources à un tel achat ?
Je n'en vois guère hormis :
- le plan Marshall d'après-guerre (11,8 Md$ sur 4 ans pour un budget annuel moyen de 60 Md$ sur la période) pour acheter la paix,
- l'investissement des Anglais durant le premier Empire pour acheter la guerre contre la France,
- le coût de la région de la RDA avec l'Allemagne de l'Ouest...
Si vous avez d'autres références, je suis preneur.
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Banque de France
    par Joker » 18 janv. 2020, 20:03 » dans Monuments Napoléoniens
    0 Réponses
    455 Vues
    Dernier message par Joker
    18 janv. 2020, 20:03
  • Banque de France
    par Joker » 13 févr. 2020, 20:17 » dans Salon Ier Empire
    1 Réponses
    73 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    13 févr. 2020, 21:30
  • La rencontre de la cour de France
    par Cyril Drouet » 19 sept. 2018, 08:28 » dans Salon Ier Empire
    5 Réponses
    544 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    22 sept. 2018, 17:22
  • [ Napoléonothèque ] Napoléon et la France
    par L'âne » 14 nov. 2017, 10:53 » dans Napoléonothèque
    1 Réponses
    507 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
    14 nov. 2017, 17:25