Les galeries du Palais Royal et ses cafés

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3835
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Les galeries du Palais Royal et ses cafés

Message par Cyril Drouet »

M. Dominique Tertrais est inscrit sur le forum sous le pseudo de Domiter.
Avatar du membre
C-J de Beauvau
Capitaine
Capitaine
Messages : 2051
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Les galeries du Palais Royal et ses cafés

Message par C-J de Beauvau »

Cyril Drouet a écrit :
06 nov. 2020, 12:10
M. Dominique Tertrais est inscrit sur le forum sous le pseudo de Domiter.
Ok Merci
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3835
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Les galeries du Palais Royal et ses cafés

Message par Cyril Drouet »

Cyril Drouet a écrit :
04 nov. 2020, 12:30
Par exemple, Dominique Tertrais écrit (où plutôt pompe sur paris-bistot.com) ceci :
Joker a écrit :
03 nov. 2020, 19:43
On raconte qu’en 1815, après Waterloo, un officier prussien attablé au « Véry »réclame haut et fort un café « dans une tasse où aucun Français n’aurait jamais bu ». On lui présente donc le café demandé… dans un pot de chambre !
Dominique Tertrais trouve cette anecdote « particulièrement savoureuse » (sic). Pour ma part, sans la moindre source, je la trouve particulièrement fadasse. D’autant plus, qu’elle présente en deux phrases seulement pas mal de différences avec l’écrit (dont M. Tertrais ne parle bien évidemment pas...) sur lequel elle est basée :
-Ce n’est pas « on » qui raconte, mais Coignet.
-Ce n’est pas après Waterloo, mais durant la Première Restauration.
-Coignet ne parle pas d’un Prussien mais d’un soldat des forces alliées (l’édition de 1851 parle d’un Russe).
-Ce n’est pas une tasse de café qui est demandée mais un vase de punch.
-Ce n’est pas « on » qui apporte le pot de nuit, mais, selon Coignet, le colonel des grenadiers à cheval qui accompagnait la petite poignée de Grognards décidés à en découdre.[/justify]
Voici à ce sujet ce que l’on peut lire dans les Souvenirs de Coignet de 1853 :
« Ce fut au café Véry, au Palais-Royal, que nous les trouvâmes [« les officiers alliés »] pour la première fois. Nous venions d’arriver, lorsqu’un groupe d’officiers russes entra dans la salle.
« Je voudrais bien, dit le plus fanfaron de la troupe, s’adressant au garçon, et après nous avoir toisés de l’œil quelques instants, je voudrais bien que tu nous servisses un grand bol de punch, mais je tiens à la boire dans un vase où jamais Français n’ait trempé ses lèvres. »
Le rouge nous monta au visage. Le colonel des grenadiers à cheval, qui était avec nous, sort précipitamment sans rien dire. Il revient bientôt avec un pot de nuit à la main et va hardiment le poser sur la table occupée par les Russes. Puis versant leur punch dans ce bol improvisé :
« Vous voilà servis à souhait, dit-il ; jamais Français n’a bu là-dedans ; mais, vous, vous y boirez, ou bien nous nous verrons. »
Révoltés à la vue du vase et de l’audacieuse proposition du colonel, les Russes se levèrent tous, tirent leurs sabres et s’avancent sur nous. Mais, nous, rangés dans un coin, nous nous armons de tabourets, et il leur fallut capituler.
Cette querelle ne pouvait être vidée que par les armes, et on partit pour le bois de Boulogne. L’affaire ne dura pas longtemps et, sur dix-huit qu’ils étaient, nous laissâmes douze Russes sur le carreau. Les six autres craignant le sort de leurs camarades se mirent à nos genoux en nous suppliant de les épargner. Nous leur fîmes grâce de la vie, mais ils payèrent le punch. »


Ce récit (encore faut-il d’ailleurs qu’il soit vrai) fut assez vite transformé et se retrouva quelques décennies plus tard sous cette version dans « Les chroniques du Palais-Royal » de B. Saint-Marc :
« On cite le trait patriotique connu d'un garçon de Véry. A l'époque des alliés, un groupe de Prussiens étant entré dans le restaurant :
« Garçon, dit insolemment l'un d'eux, je veux que vous m'apportiez un verre dans lequel n'ait jamais bu aucun Français.
-Voilà ! voilà ! »
Le garçon court dans une chambre et revient avec un vase de nuit, qu’il pose hardiment sur la table.
« Monsieur, dit-il, dans celui-là, aucun Français n’a jamais bu. »
Le Prussien se leva l’épée à la main ; mais le brave garçon s’esquiva prestement par une porte qui ouvrait sur la rue de Beaujolais. »

…version ensuite reprise dans de nombreux ouvrages. Pas étonnant donc que l’on puisse désormais la revoir sur le Net pompée, repompée, four-micro-ondée et resservie à la va-vite…
Marrant que dans le cadre des restaurants mythiques du Palais-Royal, on puisse en venir à évoquer les fast-foods… :lol: :mrgreen:
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Ordre royal des Deux-Siciles.
    par augustin1813 » 30 janv. 2018, 15:54 » dans Objets napoléoniens
    12 Réponses
    1502 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    28 août 2018, 00:39
  • LA ROYAL NAVY et Horatio Nelson : Un drôle de cadeau !
    par L'âne » 17 nov. 2017, 10:34 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    68 Réponses
    7342 Vues
    Dernier message par Capitaine Lacharge
    02 juil. 2020, 15:08
  • Palais Vivienne
    par Pierremig » 18 août 2019, 12:18 » dans Objets napoléoniens
    7 Réponses
    1716 Vues
    Dernier message par Maldonne
    27 nov. 2019, 18:22
  • Palais de justice de Paris
    par Maria Kel » 29 janv. 2017, 01:21 » dans Monuments Napoléoniens
    6 Réponses
    1470 Vues
    Dernier message par Saint Clair
    23 févr. 2017, 22:52