Les Rosières impériales

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2478
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Les Rosières impériales

Message par Joker »

Le 2 avril 1810, l’empereur épouse la jeune archiduchesse Marie-Louise d’Autriche : malgré la désapprobation de l’opinion publique à cette union et pour associer le peuple français à sa joie, Napoléon décrète, le 25 mars 1810, de faire choix dans chaque canton d’un militaire en retraite, ayant fait au moins une campagne, pour le marier, le 22 avril de la même année, à une fille dotée de six cents francs. Ce sont les « mariés de l’empereur ». Les préfets sont également chargés de dresser une liste des filles de l’ancienne noblesse, non mariées et qui jouissent de plus de 50.000 francs de rente, en vue de les marier avec des dignitaires de l’Empire.
Voici donc l’histoire d’un mariage arrangé entre un militaire retraité et une jeune fille de la commune de Vignory (Haute-Marne).
Le 23 avril 1810, François Mayance, âgé de près de trente-neuf ans, militaire retiré à Vignory, épouse la demoiselle Marie Thérèse Thériot, âgée de près de vingt-cinq ans, demeurant à Vignory.
Lui est un militaire expérimenté, "retraité"depuis peu, orphelin de père et de mère, célibataire, déjà âgé pour l’époque ; elle est jeune et célibataire, orpheline de père, et elle vit avec sa mère de modeste condition, puisqu’elle est lingère. À première vue, il s’agit d’un mariage comme un autre... si ce n’est cette curieuse mention :
"tous les deux choisis par la Commission chargée par le dernier paragraphe de l’article six du décret impérial du vingt-cinq mars dernier, pour l’arrondissement de la justice de paix du canton de Vignory, suivant le procès-verbal de la dite commission du sept avril présent mois dont expédition sera annexée au présent acte après avoir été certifié et paraphée ne varietur par le maire de cette commune à qui elle a été adressée. Lesquels nous ont requis de procéder à la célébration du mariage projeté entre eux..."
La transcription de l’acte de mariage de François et Marie Thérèse, traduit bien les circonstances particulières de cette union arrangée :
« L’an mil huit cent dix le sept avril a dix heures du matin, la Commission composée de M.M.Theriat curé de Vignory, bourgeois desservant les communes de Daillancourt et Guindrecourt, Husson Cottenet maire de Vignory, et Duchatelier Maire de Vraincourt, choisis et nommés par arrêté de Monsieur le Baron de l’Empire Prefet du Département de Haute Marne en date du deux avril présent mois, et réunis sous la présidence de nous Claude Bon Lecollier juge de paix du Canton de Vignory en notre domicile a l’effet de faire choix dans le dit canton d’un militaire en retraite ayant fait au moins une campagne, pour être marié le vingt deux avril présent mois à une fille, a laquelle il sera accordé une dote de six cents francs, conformément au décret impérial du vingt cinq mars dernier.
La Commission ainsi organisée s’est occupée de la dite désignation, et après y avoir murement délibéré, elle a d’une voix unanime déclaré que François Mayance natif de Vignory, fils de défunt Jean Mayance et de Barbe Perardot militaire retiré en cette commune, qui est arrivé le 1er 7bre 1793 au 1erbataillon de Chaumont, qui a servi les ans 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, et 9, embarqué à Rochefort le 18 nivose an 13 sur le vaisseau le Magnanime, rentré en France le 24 mars 1808, le tout suivant son congé en bonne forme donné à Napoléon le 13 juin 1809, qui est âgé de trente huit ans, qui s’est toujours bien comporté depuis sa retraite, s’étant distingué par la pureté de ses mœurs, était celui qui réunissait les qualités et conditions voulues pour le décret précité, et méritait les suffrages.
En conséquence il a été choisi.
La Commission considérant que Marie Thérèse Theriot fille majeure de vingt cinq ans de déffunt Joseph Theriot et d’Antoinette Jolly aussi de cette commune, a toujours tenu une conduite pure et régulière, et est en possession de la meilleure réputation, mérite d’être désignée pour l’épouse du dit Mayance,
Elle l’a choisie et nommée a cette fin.
Lesdits Mayance, Marie Thérèse Theriot et Antoinette Jolly mère de cette dernière appelés, après que lecture leur a été donnée de la présente déliberation, ont déclaré qu’ils acceptaient leur nomination.
De tout quoi il a été rédigé le présent procès verbal que les membres de la Commission ont signé avec nous les an et jour susdits, pour servir et valoir ce que de raison.
Signé à la minute :
Bourgeois desservant de Daillancourt et Guindrecourt, Theriat curé de Vignory, Duchatelier Maire de Vraincourt, Husson Cottenet Maire de Vignory, et Lecollier Juge de Paix du Canton de Vignory.
Délivré a Monsieur le Maire de Vignory pour expédition conforme a la Minute. Signé L’Ecollier.
Certifié véritable et paraphé ne varietur par nous maire de la commune de Vignory au désir de l’acte de mariage de ce jour. Vignory le vingt trois avril mil hui cent dix signé Husson commissaire. Pour copie conforme. »

(1) Rosière : n.f. (1774 ; de rose). Jeune fille à qui, dans certains villages, on remet solennellement une récompense (autrefois une couronne de roses) pour sa grande réputation de vertu.
Source : BNF - registre d’État-civil de Vignory, Haute-Marne, année 1810, vue 137-138-139-140/192.

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3835
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Les Rosières impériales

Message par Cyril Drouet »

A Saumur, les quatre mariés unis le 2 mai reçurent ces conseils du maire :
"Nous leur avons peint l'étendue de la bienfaisance de Sa Majesté Impériale et Royale qui, en comblant les vœux de leurs cœurs par leur union, récompense en même temps la valeur et la vertu. Nous leur avons dit que leur reconnaissance pour un tel bienfait devait se manifester par leur amour pour Sa Majesté Impériale, pour leur soumission aux lois, par une conduite soutenue de bon fils, d'époux tendre et fidèle et par leur attachement constant pour leurs enfants qu'ils élèveront dans les mêmes principes."
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3835
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Les Rosières impériales

Message par Cyril Drouet »

Autres rosières, mais ici : royales ; par Tardieu :
Sans titre 1.jpg
Avatar du membre
Rigodon d'honneur
Colonel 3ème Hussard
Colonel 3ème Hussard
Messages : 498
Enregistré le : 05 févr. 2018, 23:02

Re: Les Rosières impériales

Message par Rigodon d'honneur »

Cyril Drouet a écrit :
05 nov. 2020, 17:57
Autres rosières, mais ici : royales ; par Tardieu
pour ceux qui, comme moi, auraient été surpris de l'ambiance très slave de la scène (costume des personnages, style des habitations et du clocher d'église, uniforme de l'officier à droite, etc.), voilà quelques explications qui sont les bienvenues : :arrow: https://histoire-image.org/fr/etudes/lo ... ittau-1799
:salut:
"Ils grognaient, et le suivaient toujours..."
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message