Surcouf s'empare du Kent

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2381
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Surcouf s'empare du Kent

Message par Joker »

Golfe du Bengale, le 7 octobre 1800. Au lever du soleil, sur la Confiance, 120 hommes d’équipage, la vigie signale une voile. Surcouf met immédiatement le cap dessus ce navire qui semble être un vaisseau de guerre de la Compagnie des Indes. Il fait distribuer force rhum à ses corsaires et ordonne le branle-bas de combat.

Il avertit son équipage que l’anglais repéré est bien plus puissant que sa Confiance et ses 18 canons : c’est le Kent, 1200 tonneaux et 38 canons, 26 en batterie, et 12 sur le pont ! Pas question donc de l’attaquer au canon, il faut le ranger à l’honneur et l’aborder. Pour encore plus motiver ses marins, il leur promet, après l’assaut, une heure de pillage, la “part du diable”, pour tout ce qui ne sera pas de la cargaison.

Au commandement de Surcouf, le bastingage s’encombre de sacs et de hamacs, destinés à amortir la mitraille, les coffres d’armes sont ouverts, les fanaux sourds éclairent de leurs lugubres rayons les soutes aux poudres. Les non-combattants, c’est-à-dire les interprètes, les médecins, les commissaires aux vivres, et les domestiques, se préparent à descendre pour approvisionner le tillac de poudre et de boulets, et à recevoir les blessés. Chacun est maintenant à son poste de combat !

À bord du Kent, le commandant anglais Rivington, de retour du Brésil, avec 437 personnes à bord dont 100 soldats, le général Saint-John, son état-major, et plusieurs femmes d'officiers qui accompagnent leurs maris, voit arriver vers lui la Confiance. Il est persuadé qu’en cas de combat, il ne peut qu’en sortir vainqueur.

Absolument certain de son issue, il demande à l'état-major et aux dames de monter sur le pont pour assister à la prise de ce petit navire. Il fait tirer un coup de canon de semonce, qui passe par-dessus la Confiance, qui n’a pas encore hissé son pavillon, puis envoie toute sa bordée, sans autre résultat que quelques avaries dans sa voilure.

Tous les français, pour se préserver de la mitraille, sont couchés sur le pont. Le Kent fait encore feu de ses canons, mais .la Confiance s’approche toujours, cette fois avec le pavillon à tête de mort des corsaires malouins. Encore une nouvelle bordée, qui brise le petit mât de perroquet.

Surcouf ordonne : “Tout le monde debout”, pendant que son artillerie tire boulets et mitraille, et bientôt, les deux bâtiments se heurtent en une terrible étreinte. On lance les grapins. Deux tambours battent la charge. À l'abordage ! À l'abordage !

A toi, Drieux ! s’écrie Surcouf en s’adressant à son second, qui commande la première escouade d’abordage. Drieux, officier aussi intrépide que capable, franchit bientôt l’intervalle qui sépare les deux navires, et, atteignant le gaillard d’avant, tombe impétueusement sur l’ennemi. Les Français tiennent rapidement le gaillard d'avant et le pont, tandis que les Anglais se retranchent sur les passavants.

Surcouf passe sur le Kent et fait retourner et charger à mitraille deux des canons du gaillard d'avant du Kent, qui ravagent les rangs anglais. Le capitaine anglais, atteint par un éclat de grenade, est tué sur son banc de quart, pendant que le second du Kent fait pointer deux canons de 18 sur nos corsaires. les Français attaquent à la hache et bientôt tiennent tout le pont.

Le pavillon anglais est amené et retourné sens dessus dessous, en signe de défaite. Les Anglais opposent encore une résistance dans l’entrepont, puis s'avouent vaincus. Surcouf, d’une voix forte, crie “Bas les armes ! Plus de mort, plus de sang. Le Kent est à nous. Vive la France !”.

Les Anglais prisonniers, après avoir donné leur parole d'honneur qu’ils feraient libérer des pontons anglais le même nombre de Français, sont renvoyés à terre sur un trois-mâts arabe.

Les avaries des deux navires réparées, Drieux passe avec soixante hommes à bord du Kent, dont il prend le commandement, et, naviguant bord à bord avec la Confiance et Surcouf, met cap vers l’île de France, vers Port-Louis.

Cet épisode de la vie de Surcouf et de la prise du Kent est toujours célébré dans nos traditions populaires à travers le chant “au trente et un du mois d’août”

Source : Cercle Napoléon.
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1541
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Surcouf s'empare du Kent

Message par Bernard »

Joker a écrit :
06 oct. 2020, 19:49
Cet épisode de la vie de Surcouf et de la prise du Kent est toujours célébré dans nos traditions populaires à travers le chant “au trente et un du mois d’août”
Voilà le texte de ce chant populaire :

Le trente et un du mois d'août
Nous vîmes venir sous l'vent a nous,
Le trente et un du mois d'août
Nous vîmes venir sous l'vent a nous,
Une frégate d'Angleterre
Qui fendait la mer et les eaux,
C'etais pour attaquer Bordeaux
Buvons un coup, buvons-en deux
A la santé des amoureux,
Buvons un coup, buvons-en deux
A la santé des amoureux,
A la santé du Roi de France
Et... pour le Roi d'Angleterre,
Qui nous a déclaré la guerre!
Le capitaine, en un instant,
Fait appeler son lieutenant
Le capitaine, en un instant,
Fait appeler son lieutenant:
"Lieutenant, te sens-tu capable,
Dis-moi, te sens-tu z'assez fort
Pour prendre l'Anglais à son bord?
Buvons un coup, buvons-en deux
A la santé des amoureux,
Buvons un coup, buvons-en deux
A la santé des amoureux,
A la santé du Roi de France
Et... pour le Roi d'Angleterre,
Qui nous a déclaré la guerre!
Le lieutenant fier z'et hardi
Lui répond: Capitaine, oui
Le lieutenant fier z'et hardi
Lui répond: Capitaine, oui
Faites branl'bas à l'équipage
Je vas z'hisser not'pavillon
Qui rest'ra haut, nous le jurons.
Buvons un coup, buvons-en deux
A la santé des amoureux,
Buvons un coup, buvons-en deux
A la santé des amoureux,
A la santé du Roi de France
Et... pour le Roi d'Angleterre,
Qui nous a déclaré la guerre!
Le maître donne un coup d'sifflet
Pour faire monter les deux bordées
Le maître donne un coup d'sifflet
Pour faire monter les deux bordées
Tout est paré pour l'abordage
Hardis gabiers, fiers matelots
Braves canonniers, mousses, petiots.
Buvons un coup, buvons-en deux
A la santé des amoureux,
Buvons un coup, buvons-en deux
A la santé des amoureux,
A la santé du Roi de France
Et... pour le Roi d'Angleterre,
Qui nous a déclaré la guerre!
Vire lof pour lof en un instant nous l'attaquons par son avant
Vire lof pour lof en un instant nous l'attaquons par son avant
A coup de haches d'abordage
De pique, de sabre, de mousquetons,
Nous l'avons mis a la raison
Buvons un coup, buvons-en deux
A la santé des amoureux,
Buvons un coup, buvons-en deux
A la santé des amoureux,
A la santé du Roi de France
Et... pour le Roi d'Angleterre,
Qui nous a déclaré la guerre!
Que dira-t-on de lui tantot,
En Angleterre et à Bordeaux,
Que dira-t-on de lui tantot,
En Angleterre et à Bordeaux,
Qu'a laissé prendre son équipage
Par un corsaire de six canons
Lui qu'en avait trente et si bons?
(Au Refrain)
Buvons un coup, buvons-en deux
A la santé des amoureux,
Buvons un coup, buvons-en deux
A la santé des amoureux,
A la santé du Roi de France
Et... pour le Roi d'Angleterre,
Qui nous a déclaré la guerre!


Il pose quand même plusieurs questions. Pourquoi le 31 août ? Pourquoi une frégate pour attaquer Bordeaux ? Pourquoi 30 canons pour l'anglais et 6 pour le corsaire ? Et que vient faire le roi de France à cette époque ? Il se pourrait que cette chanson commémore en réalité un autre fait d'armes...
Avatar du membre
Cyril
Sergent
Sergent
Messages : 960
Enregistré le : 29 juil. 2017, 21:01
Localisation : Bonne ville de LYON

Re: Surcouf s'empare du Kent

Message par Cyril »

il est fort probable qu'il s'agisse en effet d'un autre fait d'armes....mais la tradition est bien ancrée pour Surcouf contre le Kent
"Servir est mon devoir"
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3740
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Surcouf s'empare du Kent

Message par Cyril Drouet »

Et j'imagine mal Surcouf boire gaiement à la santé du roi de Louis XVIII en 1800...
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1541
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Surcouf s'empare du Kent

Message par Bernard »

J'opterais davantage pour un épisode de la guerre anglo-française de 1778-1783 au cours de laquelle furent engagés de nombreux corsaires. On comprend le roi, Bordeaux qui était la plaque tournante des échanges entre la France les Etats-Unis, et même les six canons. Reste que l'épisode précis est énigmatique...
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3740
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Surcouf s'empare du Kent

Message par Cyril Drouet »

Bernard a écrit :
07 oct. 2020, 17:49
Reste que l'épisode précis est énigmatique...
Peut-être que la chanson ne fait référence à aucun combat en particulier.
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Conférence : Robert Surcouf
    par Joker » 07 oct. 2019, 20:11 » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    267 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    07 oct. 2019, 21:16
  • Vol des pistolets de Surcouf
    par Le Briquet » 22 sept. 2017, 12:15 » dans L'actualité napoléonienne
    9 Réponses
    915 Vues
    Dernier message par L'âne
    07 avr. 2020, 13:05