Dominique-Jean Larrey

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Augustin LEGAY

Santé : Larrey

Message par Augustin LEGAY »

Il me semble inexact de dire que l'Empereur ne s'est pas intéressé aux progrès du service médical. C'est grâce à Lui, lors de la campagne d'Italie, que D Larrey (vantard? quel chirugien ne l'est pas...) a pu mettre en oeuvre ses chariots d'ambulance pour intervenir sur le terrain (ce qui était interdit auparavant), développer l'organsation des ambulances et du service de santé. Pour preuve sa colère sur son ami Larrey lorsqu'Il apprit un manque d'efficacité du service de santé par manque de matériel (colère injustifiée dont Il s'excusera ensuite auprès de lui lorsqu'il fut mis au courant que ce manque était imputable aux commissaires des guerres). De nombreux exemples existent quant à l'attention que l'Empereur accordait aux soins prodigués. Il visitait fréquemment les ambulances, les hôpitaux (cfr de nombreux tableau, p ex à Jaffa, sur l'île Lobeau, aux Invalides...) De plus, Il était conscient du rôle joué par le service de santé sur le moral et la combativité des troupes.
Et critiquer les techniques utilisées par les chirurgiens ne me semble pas justifié (les mêmes qui restent utilisées lors de catastrophes comme récemment en Haïti après le tremblement de terre). Dans le texte, ce médecin laisse supposer une différence entre amputation (section d'un membre dans un segment), désarticulatin (amputation au niveau d'une articulation, technique plus rapide, moins sanglante et d'un pronostic fonctionnel meilleur : il devrait lire les textes de D Larrey!) et résection (ce qui signifie enlever le membre, et pas le blocage ... à noter que des attelles ou des appareillages rigides étaient utilisés, pas en plâtre, mais avec des mélanges décrits).
Je pense donc que les propos que tu rapportes sont réducteurs vis-à-vis de nos collègues du service de santé à qui tant de braves doivent la vie!
Par contre, il est vrai que bon nombre d'entre eux n'en ont pas été récompensés, mais ont exercé ensuite dans les campagnes ou les villes.
Honorons donc leur mémoire et respectons ce qu'ils ont fait.
Amicalement.
:salut:
le sabreur

Re: Santé : Larrey

Message par le sabreur »

Bonjour à tous, :salut:
Je partage avec ceux qui le souhaitent mon article de vulgarisation sur le service de santé dans la Grande Armée:
http://www.histoire-pour-tous.fr/histoi ... oleon.html

Image
Marc Morillon

Re: Santé : Larrey

Message par Marc Morillon »

Bonjour "Le sabreur".
Je suis intrigué par la photo de la "trousse de chirurgien" qui figure sur votre page. J'en connais en effet une identique dans une collection privée, intitulée "carquois" de chirurgien.
Pouvez vous nous donner l'origine de cette image?
Marc
le sabreur

Re: Santé : Larrey

Message par le sabreur »

Bonjour,
Cette trousse de chirurgie militaire est bien un carquois, car portée en bandoulière.
Vous pouvez la retrouver sur le site des musées normands:
http://musees.crihan.fr/dossier2.php3?l ... ticle=1092
Cordialement.
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2486
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Santé : Larrey

Message par Joker »

Lors de ma visite à l'hôpital Notre-Dame à la Rose situé à Lessines en Wallonie Picarde, j'ai pu admirer la trousse chirurgicale que Dominique Larrey, chirurgien de la Garde, avait avec lui lors de la bataille de Waterloo.

Je vous la présente avec plaisir :


Image
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2687
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Santé : Larrey

Message par L'âne »

Merci Cher Joker.
J'ai lu, à l'occasion du jeu qui avait pour objectif de faire découvrir la statue de Larrey, que ses descendants possédaient dans une propriété, des affaires lui ayant appartenu et des instruments de chirurgie. La propriété ne serait pas ouvert au public.
Aurea mediocritas
Peyrusse

Re: Santé : Larrey

Message par Peyrusse »

Figure célèbre de l'Epopée, voici ce qu'écrit dans ses "Souvenirs d’un médecin de Paris… ", le docteur POUMIES DE LA SIBOUTIE (1789-1863), (Plon, 1910, pp.268-270):

"Je possède dans mes papiers une lettre de Larrey, où il dit que Marc-Aurèle fut le plus honnête homme de l'Antiquité. Un soir, me trouvant dans un salon à côté de Desgenettes, je lui dis : « Ah ! voilà Larrey avec ses longs cheveux. — Eh ! mon Dieu, je le vois bien. Et n'allez pas lui dire de les couper. Il prétend que sa tête est historique, et il n'y veut rien changer. » Quelques moments après, causant avec Larrey : Savez-vous, lui dis-je, que Desgenettes fait faire son portrait ? — Oui, par Gérard, qui prétend que c'est une vraie tête de chat. » Desgenettes n'avait aucune des belles qualités de Larrey. Cependant sa conduite dans le grand hôpital de Jaffa, en Palestine, fut héroïque, quoi qu'en aient pu dire les envieux. Plonger une lancette dans le bubon d'un pestiféré agonisant, s'inoculer par des larges piqûres sur les bras cette matière délétère, c'était beau. L'armée reprit courage, la peur n'éloigna plus des pauvres malades ceux qui étaient chargés de leur donner des soins. Desgenettes m'a raconté plusieurs fois tous les détails de ce fait historique, qu'il a publié depuis dans ses mémoires sur la campagne d'Egypte. Il y avait une grande différence entre ces deux hommes. Larrey était vif, emporté même, mais bon et excellent homme, voyant avec plaisir surgir des hommes de talent, les encourageant de ses conseils, les aidant de sa bourse et de son influence. Vingt ans passés sur les champs de bataille, dans des ambulances encombrées de blessés, l'avaient familiarisé avec la vue du sang, mais lui avaient laissé cette chaleur de cœur, cette charité compatissante pour ceux qui souffrent. Aussi toute l'armée le connaissait, l'aimait et avait foi en lui. « Larrey y sera », disaient les soldats la veille d'une bataille, et les moins braves devenaient courageux. Desgenettes était disgracieux, hargneux et, comme on dit vulgairement, mauvais coucheur. Il était bon et humain, mais dur en paroles. Napoléon en faisait grand cas, et dans beaucoup d'occasions il en obtint de bons services. Il s'entendait, de même que Larrey, à organiser, à improviser des moyens de secours. Tout manquait dans un hôpital; deux jours après l'arrivée de Desgenettes, tout y abondait."

Peyrusse

Re: Santé : Larrey

Message par Peyrusse »

Je n'oublie pas Percy mais aussi Desgenettes et d'autres encore ! Les membres du Service de Sante (y compris les apothicaires) ont fait montre d'un grand dévouement durant les guerres de l'Empire.
---------------------
En complément, voici un article du Dr J.-F. Lemaire se rapportant au progrès de la médecine durant les campagnes de l'Empire:

"Jusqu’aux guerres napoléoniennes, les combats, du moins tant que n’y intervenait pas le corps-à-corps, ont souvent fait plus de vacarme que de victimes. En 1786, le siège de Yorktown qui débouche sur la capitulation anglaise, mettant ainsi fin à la guerre d’indépendance américaine, coûta à la France 86 tués et il y en aurait eu une vingtaine de moins sans une maladroite contre-attaque de Chastellux. Pour leur part, les Anglais comptèrent 350 morts et les américains 88. En 1799, lors de l’expédition d’Égypte, la situation demeure du même ordre et Bonaparte prend lui-même la plume, le 17 mai (lettre n°4144 de sa Correspondance), pour ordonner l’évacuation «d’une quinzaine de blessés sur des brancards (qu’on) prendra en passant à l’ambulance ». Douze ans plus tard, les choses ont bien changé. C’est désormais par milliers de tués et de blessés que les pertes se comptent, permettant même au mathématicien qu’est resté l’Empereur de mêler statistiques et prévisions. En octobre 1812 (lettre n°19 250 de la Correspondance), il considère que sur 6 000 blessés, 2 500 seront morts trois mois plus tard. Un millier sera encore hors de combat et 2 500 auront regagné leurs unités. Les chiffres ne cessent de gonfler. L’année suivante, Napoléon estime qu’il y a à Dresde 9 000 malades ou blessés (lettre n°20 222, juillet 1813) qui l’embarrassent bien. Ce sera encore pire, moins d’un an plus tard (lettre n°21 319, février 1814) lorsqu’il cherchera à en répartir 24 000 entre Rouen, Chartres et Paris. A l’évidence, les chirurgiens ne chômèrent guère au long des différentes campagnes qui ponctuèrent l’Épopée. Malgré les soupçons que lui vaut son incorrigible vantardise, Larrey peut être considéré comme crédible, lorsque, dans les jours suivant Wagram (1809), il écrit à sa femme : « … plus de 10 000 blessés sont passés dans nos ambulances, j’ai mis cinq jours et cinq nuits à opérer… ».

Une question vient dès lors aux lèvres.

Dans la mesure où, à la lumière de sa correspondance, nous voyons l’Empereur très au fait de l’augmentation quasi-vertigineuse du nombre des victimes, a-t-il donné au Service de santé de ses armées les moyens de minimiser les pertes, le mettant en mesure, comme l’écrit joliment le chirurgien Pierre-François Briot dans son « Histoire de l’état et des progrès de la chirurgie militaire en France » (Besançon, 1817), au sujet de la désarticulation d’un membre, « de conserver les trois quarts d’un individué en faisant l’ablation de l’autre quart ». La réponse est négative. Si les quelques chirurgiens des armées napoléoniennes, qu’au long du XIXème siècle, les historiens ont mis en vedette, tels Percy ou Larrey, ou tous ceux qu’ils ont négligés, tels justement Briot ou Gama, divergent dans leurs techniques opératoires. L’un prônant la résection (blocage) du membre « fracassé », un autre l’amputation, un troisième, la désarticulation, tous s’entendent sur deux points : l’urgence de leur présence auprès du blessé, mais, davantage encore, l’impossibilité d’en convaincre l’Empereur qui, jusqu’au bout, y compris dans les conversations de Sainte-Hélène, demeura sourd à une argumentation qu’il ne voulait pas entendre.

La raison en est simple.

Pour lui, la gestion de la bataille, plus impérieuse encore à ses eux que la raison d’État, se fonde sur la surprise, la souplesse et la rapidité d’action, en un mot sur une maîtrise du terrain que rien ne doit venir entraver et pas plus le ramassage des blessés avant la fin des combats qu’autre chose. En 1806, Napoléon en faisant peindre le sacrifice de Valhubert, obscur général gravement touché à Austerlitz et qui avait refusé d’être évacué, avait même tenté de montrer à ses soldats où se trouvait pour eux la voie de l’honneur s’ils étaient à leur tour blessés. Après sa présentation au Salon de 1808, le tableau devait figurer aux Tuileries mêmes, au cœur d’une série de vastes toiles magnifiant les moments importants du régime impérial. Privées de moyens, peut-on dès lors affirmer que les guerres napoléoniennes firent progresser la chirurgie ?

Sans aucun doute, en raison même de cette caractéristique. Dans cette foule de victimes, qui parvenait entre leurs mains aux stades souvent des plus tardifs de l’évolution d’une blessure, les chirurgiens de la base, généralement dépourvus d’a priori parce que venus à l’armée sans formation, ou si peu, firent au mieux leur devoir. Imaginant et improvisant ils sauvèrent sans doute des vies, aidés par la nature et l’instinct de conservation des intéressés, mais incontestablement ils apprirent leur métier. Rendus à la vie civile sans beaucoup d’égards ni d’argent, devenus officiers de santé sous la Restauration, ils joueront un rôle précieux dans les régions rurales ou déshéritées où les médecins ne se montraient guère.

Le paysan coincé sous sa charrette, voire le notaire sous son cabriolet, ne pouvaient que se féliciter-dût-il y laisser une jambe-de voir, en pleine campagne, s’avancer vers lui un praticien qui avait survécu à la Russie ou réchappé d’Espagne. "
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2486
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Santé : Larrey

Message par Joker »

Je partage totalement votre avis !
Percy mérite mieux que la place d'éternel second quand on évoque les chirurgiens de la Grande Armée.
J'ai lu ses Mémoires et les ai grandement appréciés.
Le baron s'y montre humain et compatissant et il ne se résolvait aux amputations qu'en dernière extrémité.
Mais il était attaché à la ligne alors que Larrey l'était à la Garde.
C'est pourquoi les honneurs de la postérité ont plutôt été décernés au second, corps d'élite oblige.
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Peyrusse

Re: Santé : Larrey

Message par Peyrusse »

S'ils forment effectivement un bon témoignage, je n'ai qu'un regret: le fait que son récit s'interrompt en 1809 (campagne d'Autriche) si j'ai bonne mémoire. Le témoignage de Dominique Larrey couvre une période plus étendue. En règle générale, sauf à de rares exceptions, les témoignages émanant de membres du Service de Santé sont très souvent de qualité.
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • 2 Réponses
    133 Vues
    Dernier message par Espagne
    17 sept. 2020, 20:53
  • Généraux Martial Beyrand, Henri Jacques Jean Boyer , Jean Rivaud
    par Bruel » 29 janv. 2019, 19:29 » dans Monuments Napoléoniens
    1 Réponses
    685 Vues
    Dernier message par Bernard
    30 janv. 2019, 08:14
  • [ Napoléonothèque ] Place à Monsieur Larrey, chirurgien de la garde impériale
    par Cyril » 05 nov. 2017, 13:51 » dans Napoléonothèque
    5 Réponses
    526 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
    09 nov. 2017, 16:40
  • Jean THIRY
    par Espagne » 30 juil. 2017, 17:33 » dans Livres - Revues - Magazines
    158 Réponses
    24614 Vues
    Dernier message par FRIOUL
    12 août 2017, 16:15