Hudson Lowe

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3849
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Hudson Lowe

Message par Cyril Drouet »

C-J de Beauvau a écrit :
28 févr. 2018, 10:38
Quelqu'un saurait il si Hudson Lowe après sa reddition a été emprisonné , ou laissé libre ? C'était ma question en fait .
:salut:

La réponse est logiquement dans les négociations qui s’entamèrent le 16 octobre.
Voici les propositions de Lowe et les réponses de Lamarque :


« En conséquence de la sommation faite par Monsieur le général Lamarque, commandant l’Armée française à l’expédition de l'isle de Capri, de lui remettre la place, et les forts ; les brèches étant ouvertes ; le lieutenant-colonel Lowe, commandant les troupes britanniques fait les propositions suivantes.


1er.
Le lieutenant-colonel Lowe remettra à l’'armée française, sous les ordres de M. le général Lamarque, les forts, et la ville de Capri, avec les batteries, sous les conditions suivantes.
[« Réponse : Les troupes de S. M. l'Empereur Napoléon 1er et de S. M. Joachim
Napoléon, prendront possession de tous les forts, et de la place de Capri au nom de S. M. Joachim Napoléon Roi des deux Siciles, avec leur armement et approvisionnement de toute espèce.
Au moment de la signature de la présente Capitulation, il sera nommé, de part et d'autre, des officiers et employés de l’administration militaire pour dresser l’inventaire des effets d'armement, approvisionnement de vivres, et munitions de guerre, qui se trouvent en magasin, pour être remis à l’armée française. »]


2e.
La garnison Britannique évacuera toute l'isle, emportant avec eux armes, bagage, et toute propriété particulière des officiers et des soldats ; il leur sera permis d'embarquer librement, aussitôt qu'il est possible, à bord des bâtiments anglais ou siciliens en croisière autour de l'isle, ou à bord de tels autres bâtiments qui pourraient approcher pour cet objet. Le lieutenant-colonel demande cette condition d'autant plus que la garnison française, lors de la prise de l'isle par les Anglais, était permise de passer librement à leur corps d'armée.
[« Réponse : Les officiers et soldats n'emporteront que les effets particuliers qui entrent dans leur armement et équipement. Tous les autres objets appartenant à l’armée anglaise seront remis à l’armée française, après l'inventaire fait comme il est ci dessus.
La garnison sera évacuée dans les 24 heures, s'il n'est pas possible elle sera nourrie par les magasins, jusqu'à ce qu'elle puisse s'embarquer. »]


3e.
Les troupes françaises n'entreront dans la ville, ni dans le pays de Capri avant qu'il ne soit entièrement évacué par les troupes britanniques. On consignera à un détachement de troupes françaises, pas excédant cinquante hommes, le fort de St Michel et le château, 24 heures après que la présente convention sera signée et ratifiée ; mais la fort de Santa Maria restera aux troupes britanniques jusqu'à ce qu'elles soient embarquées.
[« Réponse : Au moment de l’échange de la capitulation, l’armée française occupera la porte de Capri sur le front de la place, ainsi que le fort St. Michel, le château et les batteries qui sont la long de la cote du coté du camp français, jusqu'à l’entière évacuation des troupes anglaises, si les circonstances le permettent. »]


4e.
Il y aura une amnistie en faveur de tous les habitants, ou étrangers, résidents dans l’isle, soit pour cause d'opinion politique, soit qu'on aurait prêt les avoir soupçonnés d'avoir porté les armes en défense de l’isle et de la place ; leur sureté, leurs propriétés, et leur liberté, seront garanties.
[« Réponse : Accordé, pourvu qu'ils ne soient coupable d'aucun délit pour lesquels ils sont condamnés par les tribunaux. »]


5e.
Toute difficulté qui pourrait se lever sous la signification de quelques uns de ces articles, soit être expliqué en faveur des troupes qui évacuent l'isle.
[« Réponse : Cette faveur ne peut être accordée que pour quelques objets de détail à cet effet. L'armée française donnera à l’armée anglaise des preuves de sa générosité.
Les malades seront évacués avec les troupes.
Les médicaments et tous les objets employés au service des hôpitaux seront remis à l’armée française d’après l’inventaire fait comme il est dit ci-dessus, sans ce qui peut être indispensable pour les malades.
Monsieur le commandant Lowe remettra à un officier de l’armée française, désignée à cet effet, toutes les clefs des forts, poterne, magasins, etc., ainsi que les plans, et instruments appartenant à l'arme du génie, et d'artillerie. »] »

Bernard a écrit :
28 févr. 2018, 14:04
Cette pratique était fort répandue à l'époque. Rappelez-vous la convention de Sintra...
A noter que Murat n’était pas favorable à ce type de capitulation. Ainsi, le 16 octobre, apprenant l’ouverture des négociations, il tançait Lamarque en ces termes :
« Je vous le répète : la garnison doit être prisonnière de guerre, vous pourrez accorder aux officiers la permission d'aller en Angleterre sur leur parole de ne pas servir avant leur échange. Recommencez le feu, aussitôt ma lettre reçue. A la guerre les fautes de cette nature ne se réparent plus, et la vôtre peut avoir des suites très fâcheuses par l'espèce d'armistice que vous avez faite. »

La capitulation fut cependant signée. Le 19 octobre, Murat poursuivait auprès de Lamarque :
« Votre aide-de-camp m'a fait connaître votre capitulation ; il eût été plus favorable surtout, que les Anglais eussent été prisonniers. C'était un bel avantage remporté sur eux en raison de la capitulation accordée au général Junot; mais enfin vous avez pensé que vous ne pouviez pas mieux faire, je ne puis que vous réitérer ma satisfaction sur toutes vos autres opérations. »

Deux jours plus tard, le roi de Naples avertissait l’Empereur :
« Sire,
J'adresse à Votre Majesté le rapport sur reddition de Capri, que je viens de recevoir du général Lamarque; elle verra, par la copie des ordres qu'il avait reçus, que la garnison anglaise devait être prisonnière de guerre. Je désire que Votre Majesté trouve assez plausibles les motifs que ce général donne pour ne pas avoir exécuté cet ordre. Quoique le but ait été rempli; quoique Capri, si important sous tous les rapports pour mon royaume, ait été perdu à jamais pour les Anglais, je n'en suis pas moins facile qu'on en ait laissé partir les débris de la garnison, puisque ce sera autant d'hommes de plus que j'aurai à combattre dans l'expédition de Sicile. »

En réponse, le 4 novembre suivant, Napoléon approuvait l’avis de son beau-frère :
« Mon frère, j’ai lu avec plaisir votre relation de la prise de Capri. Je pense comme vous que le général Lamarque a fait une bêtise en laissant échapper les Anglais. »

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3849
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Hudson Lowe

Message par Cyril Drouet »

Lowe a écrit :
29 sept. 2018, 23:08
Le lieutenant-colonel demande cette condition d'autant plus que la garnison française, lors de la prise de l'isle par les Anglais, était permise de passer librement à leur corps d'armée.
Capitulation de la garnison de Capri la nuit du 11 au 12 mai 1806 :

"En conséquence de la bonne conduite des officiers et des troupes de la garnison de Capri, les commandants anglais ont accordé les articles suivants; à savoir,
Art. 1. Les officiers, sous-officiers et soldats devront embarquer dès que possible avec les armes et les bagages qui leur appartiennent.
Art. 2. Ils seront acheminés à Pozzuoli.
Art. 3. Les officiers anglais s'engagent à faire respecter les troupes françaises autant que possible pendant le temps où ils seront en leur pouvoir.
Art. 4. Les officiers français prennent le même engagement envers les troupes et les navires qui les transporteront jusqu'à leur destination."

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2903
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Hudson Lowe

Message par L'âne »

Hudson Lowe a commandé les Corsican rangers à Capri, "cousins renégats" de l'Empereur.
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3849
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Hudson Lowe

Message par Cyril Drouet »

L'âne a écrit :
03 oct. 2018, 12:21
Hudson Lowe a commandé les Corsican rangers à Capri, "cousins renégats" de l'Empereur.
Plus exactement les Royal Corsican Rangers ; le corps des Corsican Rangers ayant été dissous avec la paix d'Amiens.

Avatar du membre
Grognard
Assistant Fulton
Assistant Fulton
Messages : 37
Enregistré le : 13 juil. 2017, 21:31
Localisation : Corté - Corse

Re: Hudson Lowe

Message par Grognard »

:P
Cyril Drouet a écrit :
03 oct. 2018, 17:23
Plus exactement les Royal Corsican Rangers ; le corps des Corsican Rangers ayant été dissous avec la paix d'Amiens.
Encore "plus exactement" les hommes étaient bien les "Corsican rangers". C'est le régiment qui était appelé "Royal Corsican rangers" ;) C'est une erreur souvent commise que de dire : voilà un "royal" Corsican ranger. Je l'ai appris pendant mon service national :P

Avatar du membre
Administrateur
Webmestre
Messages : 131
Enregistré le : 02 mars 2017, 09:48
Localisation : Corse - Corté

Re: Hudson Lowe

Message par Administrateur »

Grognard a écrit :
03 oct. 2018, 22:05
:P
Cyril Drouet a écrit :
03 oct. 2018, 17:23
Plus exactement les Royal Corsican Rangers ; le corps des Corsican Rangers ayant été dissous avec la paix d'Amiens.
Encore "plus exactement" les hommes étaient bien les "Corsican rangers". C'est le régiment qui était appelé "Royal Corsican rangers" ;) C'est une erreur souvent commise que de dire : voilà un "royal" Corsican ranger. Je l'ai appris pendant mon service national :P
En Corse et très certainement dû au fait des nostalgiques à l'époque. Mais quand on désigne un soldat on le fait via le nom de son régiment. Donc les deux désignations sont acceptées. En plus, elles permettent de situer dans le temps (avant et après 1803) ;)
Débattre dans le silence des passions

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3849
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Hudson Lowe

Message par Cyril Drouet »

Administrateur a écrit :
03 oct. 2018, 22:20
En plus, elles permettent de situer dans le temps (avant et après 1803)
D'où la nécessité de notifier le "royal" afin de ne pas confondre deux régiments différents ; le régiment des Corsican Rangers n'ayant jamais servi à Capri.

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3849
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Hudson Lowe

Message par Cyril Drouet »

Aux corps des Corsican Rangers et des Royal Corsican Rangers, on peut ajouter cinq autres unités aux consonances corses mises sur pied par les Anglais : Corsican Chasseurs, Corsican Gendarmerie, Corsican Light Dragoon, Corsican Regiment et les trois Royal Anglo-Corsican battalions

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3849
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Hudson Lowe

Message par Cyril Drouet »

CAPRI

A noter que lors de la prise de Capri, face aux Corses du Royal Corsican Rangers, il y avait le Real Corso Napoletano.
Sur les anciens de la Légion Corse, voir cet intéressant article (tout comme le reste du site d'ailleurs) :
https://sites.google.com/site/tirailleu ... real-corso

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2136
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Hudson Lowe

Message par Joker »

Demande en mariage à Plantation House

Le lundi 20 mars 1820, à Plantation House, Hudson Lowe est ravi pour sa belle fille Charlotte que Balmain, le représentant du Tsar sur l'île a demandée en mariage.

Le gouverneur annonce la nouvelle à son ministre de tutelle en ces termes : "Les propositions de Balmain à la jeune femme sont de la nature la plus avantageuse et la plus flatteuse qui soit : il n'attend rien d'elle et, en retour, lui propose de tout prendre en charge et lui offrir tout ce qu'il possède en propre."

Original quote : "His offer to the young Lady are of the most flattering and advantageous nature – expecting nothing from her and offering to make settlements upon her, in reversion, of all he himself possesses."

Quant au mari dont le célibat pesait, il informa le Tsar en ces termes : "De l'accord des médecins (ceci est l'exacte vérité) j'ai dû penser, Sire, à des projets de mariage. La belle-fille de Sir Hudson Lowe, la fille aînée de Milady Lowe...
Cette jeune personne réunit aux avantages de l'esprit les plus belles qualités de l'âme. C'est un modèle de grâce et d'amabilité. Déjà ses parents ont consenti à notre union. Lady Lowe a fait à sa fille, pour l'éprouver, quelques objections sur mon âge, mon extérieur sans agrément etc..
Elle a témoigné beaucoup d'indifférence à cet égard et a déclaré que ma société lui était agréable". Avec l'autorisation de mariage, Balmain sollicite la grâce "insigne" d'être attaché "A votre Auguste Personne, en qualité d'aide de camp".

Le mariage est fixé pour le 26 avril 1820, à Plantation House.

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Le mystérieux retour d'Hudson Lowe
    par Cyril Drouet » 04 oct. 2017, 20:24 » dans Livres - Revues - Magazines
    116 Réponses
    9368 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    30 nov. 2019, 13:06
  • Hudson Lowe à Sainte-Hélène.
    par Joker » 19 févr. 2019, 20:15 » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    167 Vues
    Dernier message par Joker
    16 avr. 2019, 20:38
  • Mémorial Hudson Lowe à Londres
    par Joker » 19 juin 2019, 20:08 » dans Monuments Napoléoniens
    3 Réponses
    559 Vues
    Dernier message par Joker
    20 juin 2019, 19:33
  • Lowe accepte des mesures de déconfinement
    par Joker » 12 avr. 2020, 19:47 » dans L'actualité napoléonienne
    13 Réponses
    148 Vues
    Dernier message par Joker
    19 avr. 2020, 19:43