Les dents du bonheur : légende ou réalité ?

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3849
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Les dents du bonheur : légende ou réalité ?

Message par Cyril Drouet »

Demi-solde a écrit :
29 avr. 2020, 11:56
Question idiote... Plutôt qu'un arsenal législatif, n'aurait-il pas été plus efficace (quoique sûrement coûteux vu le nombre d'armes concernées) d'imaginer un dispositif simple d'ouverture des cartouches installé directement sur les fusils
Le nombre des mutilés des dents n'était somme toute pas bien grand face à l'ensemble des conscrits, et ne justifiait sans doute pas un tel investissement.

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2958
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Les dents du bonheur : légende ou réalité ?

Message par Demi-solde »

C'est pas faux... Et rien n'aurait empêché les plus récalcitrants de s'en prendre à leurs doigts plutôt qu'à leurs dents.

Image
Doigt de la statue de l’empereur Constantin, issu de la collection Campana
https://www.photo.rmn.fr/archive/07-536 ... VXRGJ.html

Cordialement

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3849
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Les dents du bonheur : légende ou réalité ?

Message par Cyril Drouet »

Cyril Drouet a écrit :
29 avr. 2020, 11:13
S'arracher des dents n'est pas une mince affaire. Les complicités pouvaient exister. A ce sujet, on peut citer l'article 41 de la loi du 21 mars 1832 :
"La peine portée au présent article sera prononcée contre les complices. Si les complices sont des médecins, chirurgiens, officiers de santé on pharmacien, la durée de l'emprisonnement sera de deux mois à deux ans, indépendamment d'une amende de deux cents francs à mille francs qui pourra être prononcée, et sans préjudice des peines plus graves, dans les cas prévus par le Code pénal."
A noter que sous l’Empire, la confiance vis-à-vis des officiers de santé pouvait se révéler relative comme l’indique l’article 17 de l’arrêté du préfet du département de l’Indre et Loire en date du 17 février 1808 :
« Les maires, en donnant l'avis prescrit par l'art VIII du présent [« Les maires sont chargés de prévenir par écrit, à la réception du présent, tous les conscrits de leurs communes, inscrits sur les états qu'ils auront adressés à leurs sous-préfets, de se trouver aux jours, lieux et heures ci-après désignés, pour la vérification des listes, la fixation du rang et l'examen des conscrits de chacun des trois arrondissements du département. »], feront connaître aux conscrits qu'aucun certificat d'infirmité, donné par des officiers de santé ou des voisins, ne sera admis par le conseil de recrutement, et que tous ceux qui pourront être présentés seront lacérés sans être lus. Il n'en sera même pas admis pour les cas d'épilepsie et de surdité. Les seuls témoignages étrangers auxquels le conseil de recrutement aura égard, sont ceux des conscrits avec qui l'infirme prétendu a eu des rapports habituels, et qui sont intéressés à maintenir entr'eux les règles d'une sévère justice.
Les maires leur observeront également que les conscrits qui se seront mutilés ou mis volontairement hors d'état de servir, en se donnant des infirmités, ou en se faisant arracher les dents, ou en entretenant des plaies existantes, seront mis à la disposition du Gouvernement, pour être envoyés, sous l'escorte de la gendarmerie, à une compagnie de pionniers, ou punis de telle autre peine qu'il appartiendra. »

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3849
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Les dents du bonheur : légende ou réalité ?

Message par Cyril Drouet »

Saint Clair a écrit :
27 avr. 2020, 22:26
Je ne comprends pas pourquoi on réforme systématiquement les édentés des incisives.
Il y a suffisamment de postes à pourvoir dans le train des équipages, l'artillerie voire la cavalerie dont l'arme de combat principale est le sabre. Alors, mythe ou réalité ?

A ce sujet, on peut citer l’instruction ministérielle du 31 mars 1799 relative aux dispenses de service militaire demandées par les conscrits et les réquisitionnaires.
Dans le cadre « des infirmités ou maladies qui donnent lieu à l'invalidité absolue ou relative pour le service militaire », sont compris :
« -La perte des dents incisives et canines de la mâchoire supérieure ou inférieure;
-les fistules des sinus maxillaires;
-la difformité incurable de l'une ou l'autre mâchoire, par perte de substance, par nécrose ou autre accident capable d'empêcher de déchirer la cartouche, susceptible de gêner la mastication et de nuire au libre exercice de la parole.

Celui qui est privé des dents incisives et canines ne saurait convenir comme soldat dans la ligne ; il peut être employé dans d'autres services à l'armée. »

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 1965
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Les dents du bonheur : légende ou réalité ?

Message par C-J de Beauvau »

Lire "Exemptions et infirmité "L'Armée napoléonienne" Par L'âne

viewtopic.php?f=14&t=64374

......La perte des dents incisives et canines de la mâchoire supérieure ou inférieure ; les fistules des sinus maxillaires ; la difformité incurable de l'un ou de l'autre mâchoire, par perte de substance, par nécrose ou autre accident capable d'empêcher de déchirer la cartouche, de gêner la mastication et de nuire au libre exercice de la parole.
Celui qui est privé des dents incisives et canines ne saurait servir comme soldat dans la ligne ; il peut être employé dans d'autres services à l'armée.
Les fistules salivaires et l'écoulement involontaire de la salive reconnus incurables.
Les fistules salivaires et l'écoulement involontaire de la salive reconnus incurables.
La difficulté de la déglutition résultant de la paralysie ou de quelque autre vice constant, ou lésion incurable des parties servant à cette fonction......

.. .......La perte totale d'un pouce, d'un gros orteil, du doigt indicateur de la main droite, ou de deux autres doigts d'une main ou d'un pied ; la mutilation des dernières phalanges d'un ou de plusieurs doigts d'une main, d'un pied ; la perte irrémédiable du mouvement de ces mêmes parties.
Si ces infirmités, ces mutilations s'opposent, quoiqu'à des degrés différents, à l'exercice de plusieurs manœuvres de l'infanterie, elles n'empêchent pas toujours celui qui les éprouve d'être utile dans un autre service à l'armée ; tel que celui des mineurs, sapeurs, pionniers et pontonniers, ou même celui de la cavalerie, si la mutilation au doigt du pied ou de la main gauche est peu considérable, enfin dans la marine.
Si donc le réclamant, pour quelqu'une des mutilations, autres que la perte du pouce, est d'ailleurs fort et bien constitué, il doit être envoyé aux armées. Cette décision serait encore plus fondée, si l'on soupçonnait la mutilation d'être récente ou volontaire.....

:salut:

Avatar du membre
la remonte
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 549
Enregistré le : 06 sept. 2019, 11:46
Localisation : Paris

Re: Les dents du bonheur : légende ou réalité ?

Message par la remonte »

oui , malheureusement les vrais cas de réforme étaient certainement plus nombreux que les mutilations volontaires :?
le rachitisme , la petite taille , les problèmes pulmonaires sans parler des accidentés du travail , nombreux dans les campagnes et les manufactures
la guerre se chargeant d'éliminer le restant , c'est à dire les plus beaux :roll:

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3849
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Les dents du bonheur : légende ou réalité ?

Message par Cyril Drouet »

Cyril Drouet a écrit :
29 avr. 2020, 12:10
Demi-solde a écrit :
29 avr. 2020, 11:56
Question idiote... Plutôt qu'un arsenal législatif, n'aurait-il pas été plus efficace (quoique sûrement coûteux vu le nombre d'armes concernées) d'imaginer un dispositif simple d'ouverture des cartouches installé directement sur les fusils
Le nombre des mutilés des dents n'était somme toute pas bien grand face à l'ensemble des conscrits, et ne justifiait sans doute pas un tel investissement.
Concernant, les pertes naturelles, Boudin dans son "Traité de géographie et de statistique médicales et des maladies endémiques" que sur 3 295 202 examinés, 25 918 (0.78%) ont été exemptés de service pour mauvaise denture sur la période 1831-1849.
Pour la période 1837-1849 :
Sans titre 6.jpg

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3849
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Les dents du bonheur : légende ou réalité ?

Message par Cyril Drouet »

A propos de manque de dents empêchant de tirer au fusil, cette anecdote contée par Bourniseaux (Histoire des guerres de la Vendée et des Chouans) :
"Les Vendéens ont un genre de plaisanterie qu'ils appellent la gouaille, et dont ils usent dans les occasions qui prêtent le moins à la raillerie.
A l'affaire de Torfou une balle morte frappe un soldat, lui casse trois dents et lui entre dans la bouche. Le blessé penche la tête, fait des efforts, et rend la balle.
«Jérôme, lui dit un de ses voisins, les bleus t'envoient des prunes, et te les mettent jusque dans la bouche.
-Leur prune n'est pas mûre, je ne l'avalerai pas, et je vais la leur renvoyer. »
Au même instant il ramasse la balle, la met dans son fusil et l'envoie à l'ennemi, au milieu des éclats de rire des gouailleurs."

Sont forts ces Vendéens. :lol:

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2958
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Les dents du bonheur : légende ou réalité ?

Message par Demi-solde »

Cyril Drouet a écrit :
30 avr. 2020, 11:48
Pour la période 1837-1849 :
Image
Fichtre... Quelle différence ! La proportion d'exemptés de service pour mauvaise denture est 188 fois plus élevée en Dordogne que dans le Puy-de-Dôme. :|

La potée est aussi excellente pour les dents, manifestement...


Cordialement

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3849
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Les dents du bonheur : légende ou réalité ?

Message par Cyril Drouet »

Demi-solde a écrit :
30 avr. 2020, 16:25
Fichtre... Quelle différence !
A l'époque (époque fort révolue...), Magitot ("Recherches ethnologiques sur les altérations du système dentaire" dans "Comptes-rendus des Séances et Mémoires de la Société de Biologie" (1867) ) expliquait ainsi ces disparités régionales :
"Les populations de la France se séparent, d'une manière générale, au point de vue de la carie dentaire en deux grandes familles:
1° La famille gauloise à individus petits, trapus, à cheveux et yeux noirs, brachycéphales, et à dentition robuste;
2° La famille kimrique à individus grands, blonds, ayant des yeux bleus, dolychocéphales, et dont l'organisation dentaire est défectueuse."

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Légende ou réalité ?
    par Joker » 02 oct. 2019, 20:10 » dans Napoléon à travers les Arts
    12 Réponses
    2414 Vues
    Dernier message par Bernard
    05 oct. 2019, 20:56
  • Sainte-Hélène : de la légende à la réalité.
    par Joker » 03 sept. 2019, 19:27 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    118 Vues
    Dernier message par Joker
    03 sept. 2019, 19:27
  • Au bonheur des philathélistes
    par Joker » 14 févr. 2020, 19:33 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    60 Vues
    Dernier message par Joker
    14 févr. 2020, 19:33
  • Vidocq, entre mythe et réalité.
    par Joker » 11 déc. 2018, 19:49 » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    296 Vues
    Dernier message par Cyril
    12 déc. 2018, 16:38
  • Le retour des Cendres en réalité virtuelle
    par Joker » 04 août 2019, 18:52 » dans L'actualité napoléonienne
    3 Réponses
    409 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    07 août 2019, 19:33