Ducos : une girouette révolutionnaire

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2496
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Ducos : une girouette révolutionnaire

Message par Joker »

Pierre-Roger Ducos doit sa seule et courte notoriété à sa participation au coup d'État du 18 Brumaire et sa nomination à la Commission consulaire exécutive aux cotés de Bonaparte et de Sieyès du 10 novembre au 13 décembre 1799.
Mais cela suppose certaines qualités qui amènent à s’interroger sur la carrière d’un révolutionnaire ayant survécu à cette période agitée.
Napoléon dira de lui : « Ce nain de Ducos, ce cul-de-jatte de Ducos, un homme borné et facile. »

Roger Ducos est né à Dax (ou plutôt Montfort-en-Chalosse) le 27 juillet 1747, fils d’un notaire royal et procureur au sénéchal et présidial de cette ville. Etudiant en droit à Toulouse, il devient avocat et s’installe à Dax. Devenu procureur-syndic en 1789, et juge de paix, il contribue à la rédaction des cahiers de doléances du Tiers Etat, avant d'être élevé à la présidence du tribunal criminel des Landes en 1791.

Parlementaire …
Le 5 septembre 1792, il est élu député du département à la Convention et siège au centre parmi les modérés de la Plaine. Membre de la commission des secours publics, il se fit peu remarquer. Prudent et discret, il en devient cependant secrétaire le 23 novembre 1793. Il vote pour la mort de Louis XVI sans appel ni sursis :
- "J’ai déclaré Louis coupable de conspiration. J'ai ouvert le Code Pénal : il prononce la mort. Je vote donc la mort".
En Janvier 1794 il est élu président du club des Jacobins, mais ne prend aucune part aux événements de Thermidor et à la chute de Robespierre. De mars à août 1795, il est envoyé en Belgique avec mission d’observer l’armée et ses généraux et veiller à la réparation des dommages de guerre de l’occupation des troupes autrichiennes à Landrecies.
.Le 16 octobre 1795, il entre au Conseil des Anciens comme ex-conventionnel. Secrétaire de cette assemblée le 21 décembre, il en devient plus tard le président le 23 septembre 1796. Lors du coup d'État du 18 Fructidor, il est éliminé, avec 176 autres députés, et adhère à l'invalidation de sa propre élection, annulée comme entachée de jacobinisme (22 floréal an VI).Son mandat terminé, il reprend ses fonctions de président du tribunal criminel des Landes le 18 mai 1798, avant de tenter de revenir à Paris mais par deux fois les élections sont annulées.

Directeur cinq mois …
Le 19 juin 1799, il devient un des cinq directeurs du Directoire exécutif, en remplacement de Merlin de Douai, avec l’appui de son ami Barras qui l’a rappelé En réalité, Barras compte sur son insignifiance pour en faire sa créature, mais le public d'alors compare le nouveau directeur à Cincinnatus en louant sa vertu, son honnêteté et sa philanthropie.
Il s'attache à son collègue Sieyès pour se maintenir au pouvoir. Cela l’amène à participer à l’organisation et la réussite du coup d’Etat du 18 brumaire (9 novembre 1799) pour renverser le gouvernement directorial, dont il démissionne comme prévu.

Consul pendant un mois …
Une commission consulaire est crée, chargée de rétablir l’ordre, avec les pouvoirs du directoire. Ducos y est nommé en qualité de troisième consul provisoire, et prête serment à la République dans la nuit du 19 au 20 Brumaire, avant de s’installer au palais du Luxembourg.
Les trois consuls qui remplacent le Directoire sont chargés, avec deux commissions, de rédiger une nouvelle constitution. En théorie, Bonaparte, Sieyès et Roger Ducos sont égaux mais de fait, on lui attribue ces paroles à Sieyès lors de leur première réunion « Vous voyez bien que c’est le général qui préside » On a dit aussi qu’à cette occasion Ducos et Sieyès se seraient partagé ce qui restait dans les caisses secrètes du Directoire.
La Constitution de l'an VIII une fois élaborée, les consuls provisoires sont vite remplacés par Cambacérès et Lebrun.

Sénateur …
Après sa courte heure de gloire, Ducos est remercié et récompensé par une nomination au Sénat conservateur, avec la sénatorerie d’Amboise (avec 25 000 F par an). Il devient même vice président le 13 décembre 1799. Il est nommé à la sénatorerie d’Orléans le 28 septembre 1803
Devenu propriétaire du château d'Amboise, alors en mauvais état, il en fait détruire une grande partie dès 1805 (logis royaux du donjon, logis des Sept Vertus, collégiale Saint-Florentin, bâtiment abritant l'appartement du roi Henri II).Ne sont conservées que les ailes Charles VIII et François 1er, de la chapelle Saint-Hubert et des éléments de l'enceinte.
" le sénateur, comte d'Empire, entendait bien faire du château sa principale demeure, et d'autre part il avait été décidé que les travaux menés aux frais du Sénat devaient coûter le moins cher possible. Dès lors, il n'y avait qu'un seul parti à prendre (…) : détruire tous les bâtiments ruinés, ou simplement inutiles "

Comte d’Empire, traître à Napoléon et Pair de France …
Fait membre de la Légion d’honneur en 1803, et grand officier l’année suivante, puis créé comte de l’Empire le 28 mai 1808. Cela ne l’empêche pas, en avril 1814, de voter la déposition de Napoléon à qui il doit tout, et de signer l'acte constitutif d'un gouvernement provisoire. Maintenu dans ses fonctions et titres par la première Restauration, il accepte de faire partie de la Chambre des pairs sous les Cent jours (2 juin 1815).

Exilé …
Condamné à l’exil comme régicide par l’ordonnance du 12 janvier 1816, lors de la seconde restauration il doit quitter le territoire français et part à Stuttgart Expulsé aussitôt du grand duché de Bade et du royaume de Wurtemberg, il se rend en Autriche avec sa femme pour y fixer sa résidence, quand sa voiture verse près d’Ulm.
Alors qu’il veut en descendre, une roue lui passe sur le corps, et lui fracture le crâne. Il meurt quelque temps après, dans une auberge de la Croix d’Or, le 4 avril puis enterré le 7 avril.
L’église de Narosse, près de Dax comporte une dalle, découverte fortuitement en 1991, sous laquelle son cœur est déposé dans une urne. Par contre, sa tombe n’a pas été retrouvée…
De son remariage en 1775 avec Marthe Tachoires, il laisse deux enfants dont Jean-Jacques, Roger, comte Ducos (1784 - 1862)
Son frère Nicolas, né à Dax en 1756, général, a participé aux campagnes d'Allemagne et d’Espagne, avant de devenir baron d’Empire. Il meurt à Saint-Omer en 1823.
Un autre frère, Armand (1778-1851), est le père de Théodore Ducos (1801-1855), qui deviendra ministre de la Marine de Napoléon III).


Publié par Jean Michel Dupouy


« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Rigodon d'honneur
Colonel 3ème Hussard
Colonel 3ème Hussard
Messages : 499
Enregistré le : 05 févr. 2018, 23:02

Re: Ducos : une girouette révolutionnaire

Message par Rigodon d'honneur »

Jean Michel Dupouy a écrit : Son frère Nicolas, né à Dax en 1756, général, a participé aux campagnes d'Allemagne et d’Espagne, avant de devenir baron d’Empire. Il meurt à Saint-Omer en 1823.
le Gal Ducos est mort à Montfort-en-Chalosse (Landes) le 12 octobre 1823 (cf. Dico de G.Six :) , confirmé par les archives de l'état-civil).
on trouve dans certaines sources biographiques qu'il serait mort "à Saint-Omer près Dax" :?: :?: mais en tous cas certainement pas à Saint-Omer (Pas-de-Calais) comme on peut le lire sur la base de données des députés français sur le site de l'Assemblée nationale.

parmi ses actes militaires méritant d'être signalés, on notera tout particulièrement que, nommé commandant supérieur de Longwy le 3 mai 1815, il ne capitulera que le 15 septembre 1815, après avoir résisté à 18.000 Prussiens avec une garnison de seulement 300 hommes :) .
:salut:
"Ils grognaient, et le suivaient toujours..."
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Baïonnette 1777 révolutionnaire
    par le sabreur » 30 nov. 2016, 20:46 » dans Objets napoléoniens
    12 Réponses
    2536 Vues
    Dernier message par le sabreur
    08 déc. 2016, 17:53
  • PISTOLET 1763/66 RÉVOLUTIONNAIRE LIBREVILLE
    par Napoléon 1 » 20 août 2019, 14:21 » dans Objets napoléoniens
    1 Réponses
    615 Vues
    Dernier message par Napoléon 1
    20 août 2019, 14:22