Par 3 fois, Murat change le destin de Napoléon.

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Jonathan

Maréchaux : Joachim MURAT, roi de Naples

Message par Jonathan »

Salut mes ami(e)s : :salut:

1. Voici un portrait d'un jeune Murat, de 33 ans environ, par Girodet, probablement peint de la vie circa 1800. Très évocateur, n'est-ce pas?

Image


2. Il y a, énuméré dans le base Joconde, un portrait de Murat par Guérin, accompli en 1835. Le titre du travail indique que le futur roi et maréchal est montré dans l'uniforme d'un sous-lieutenant de 12e chasseurs a cheval en 1792. Cependant, selon l'epaulet lourd et la couleur distinctif - "aurore" vs. "crimson"- peut-être on peut voir un chef-de-escadron au 21e chasseurs (époque de 13 vendemaire?).

Cliquez ici pour la description :
Murat

Cliquez-vous l'image pour voir une version plus grande.

3. Question pour des champions ! Y a-t-il des portraits plus tôt du notre jeune Murat, peintures ou dessins, le montrant en tant que jeune officier, de préférence fait de la vie ?

Merci d'avance et bien amicalement,

-Jonathan
lukian54

Re: Maréchaux : Joachim MURAT, roi de Naples

Message par lukian54 »

:salut:
*Cher Jonathan.
J'ai déjà vu ce tableau de Murat Jeune.
Il a été exécuté en 1835, soit 20 ans après sa mort.
J'aurai préféré un portrait réalisé au temps de sa jeunesse, mais en ce temps là il n'était pas assez riche pour commander son image.
Jonathan

Re: Maréchaux : Joachim MURAT, roi de Naples

Message par Jonathan »

Bonjour cher Lukian : :salut:

Je suis d'accord avec vous. Le Guérin manque de l'intérêt pour moi, ni comme document de l'histoire ni comme oeuvre d'art. Il-y-a quelques de ces "jeunes de l'Empire" que sont fait dans les 1830's, des qq's artistes. Bien hommage, c'est vrai ; mais pas d'histoire.

Le Girodet est une étude pour la tête de Murat dans une plus grande peinture de l'Empereur acceptant les clefs de Vienne en 1805. L'oeuvre plus grand ont été accompli en 1808. Mais, Girodet était à Paris après son renvoi d'Italie en 1795. Le visage de Murat semble plus jeune que cela du maréchal de 1806-1808. Ainsi ici peut-être nous voyons un jeune Murat.



-Jonathan
Drouet Cyril

Re: Maréchaux : Joachim MURAT, roi de Naples

Message par Drouet Cyril »

Bonsoir,

Le « Joachim Murat en uniforme de sous-lieutenant au douzième régiment de chasseurs en 1792 (1767-1815) » n’a bien évidemment pas été peint en 1792 ; à cette date, l’artiste en question, Jean-Baptiste Guérin Paulin, n’était âgé que de neuf ans !

L’œuvre présentée par Jonathan est une huile sur toile de Jean-Baptiste-Joseph Wicar intitulée « le général Murat (1767-1815) » et exécutée aux alentours des années 1799-1801.

Je n’ai pas trouvé de portrait datant une époque plus ancienne.

Nous disposons cependant d’œuvres relatives à certains évènements où Murat joua un rôle. J’ai notamment sous les yeux « le 12 vendémiaire : investissement de la section Le Peletier par les troupes de la Convention ». Murat y est représenté, mais, malheureusement, le dessin en question n’est pas daté.

Salutations respectueuses.
Drouet Cyril

Re: Maréchaux : Joachim MURAT, roi de Naples

Message par Drouet Cyril »

Bien moins révérencieux que les artistes précédemment cités : Georges Cruikshank (1792-1878).

Voici une de ses caricatures :
« Murat Reviewing the Grand Army!!!!!! (1813) »
http://dl.lib.brown.edu/gifs/1048610699690270.gif

Salutations respectueuses.
Joséphine

Maréchaux : Joachim MURAT, roi de Naples

Message par Joséphine »

Deux petites citations pour commencer ... :)

Napoléon a dit, en parlant de Murat : "Avec moi, il était mon bras droit".

Et de Tulard :

"Malgré Brumaire, malgré son mariage, malgré ses richesses et ses compromissions, il reste un homme issu de 1789, un vétéran des guerres de cette Révolution qui entendait donner à l'Europe la liberté et l'égalité".




:salut:
Drouet Cyril

Re: Maréchaux : Joachim MURAT, roi de Naples

Message par Drouet Cyril »

Quelques citations de Napoléon :

"Si votre cavalerie légère prend ainsi des villes fortes [Stettin], il faudra que je licencie le génie et que je fasse fondre mes pièces."
. A noter que ces deux braves étaient à bonne école, comme en témoigne Lefebvre à propos de l'affaire de Gradisca (19 mars 1797) : "Ce fou de Murat, pendant que l'ennemi nous canonnait et nous fusillait du haut des remparts, n'allait-il pas frapper aux portes de cette ville avec la poignée de son sabre en sommant avec son accent gascon les bourgeois qu'il appelait pékins de lui ouvrir !" :fou: )

A Murat, dans l'enfer d'Eylau :
"Quelle audace ! Quelle audace ! Nous laisseras-tu dévorer par ces gens-là"

"Je suppose que vous n'êtes pas de ceux qui pensent que le lion est mort. Vous m'avez fait tout le mal que vous pouviez depuis mon départ de Vilna : le titre de roi vous a tourné la tête."

"Le voilà, le Bernadotte du Midi."

"Sa mort a été un assassinat car il était bien roi, ayant été reconnu par toutes les puissances."


Et à l'heure du bilan :

"Le roi de Naples était vraiment sublime au feu, le meilleur officier de cavalerie du monde. Au combat, c'était "un césar", mais, hors de là, "presque une femme"... Murat avait un très grand courage et fort peu d'esprit. La trop grande différence entre ces deux qualités l'explique en entier."

"A Waterloo, je manquai d'un général pour mener toute ma cavalerie ; si j'avais eu Murat, j'aurais gagné la bataille."

"Murat et Ney étaient les hommes les plus braves que j'aie jamais vus. Cependant Murat avait un caractère plus noble que Ney. Murat était généreux et franc ; Ney tenait de la canaille. Mais chose étrange, quoique Murat m'aimât, il m'a fait plus de mal que qui que ce soit au monde..."

"Ce qui m'a porté le dernier coup, c'est d'avoir fait Murat roi de Naples."
Joséphine

Re: Maréchaux : Joachim MURAT, roi de Naples

Message par Joséphine »

Murat et Ney se détestaient. Lors de la première bataille de la campagne d'Autriche, en 1805, Ney qui fut un instant subordonné à Murat, critiqua ses ordres qu'il déclarait "stupides".
Ney voulut même un duel au sabre avec son rival ...

L'intrépidité de Murat sur un champ de bataille avait un caractère qui semblait avoir un reflet de l'ancienne chevalerie.
Quand son "flair" l'avait mis en présence de l'ennemi, il le culbutait avec ses cavaliers.
Napoléon, aux combinaisons méthodiques, qui ne laissait rien au hasard, restait souvent éberlué devant certains résultats obtenus par son brillant beau-frère à la seule pointe de son sabre...

Cavalier de légende, sans cesse à l'avant-garde, il ignora le danger et la fatigue (à l'instar de son Chef suprême ! :) ).

Un jour qu'il arrive, vêtu de sa tenue étincelantedevant les murs de Moscou (en Octobre 1812), il s'étonne d'être reconnu par ses ennemis.
C'est alors qu'un officier qui parle le français, lui répond :

"Nous vous avons assez vu au feu pour vous connaître!".




:salut:
Drouet Cyril

Re: Maréchaux : Joachim MURAT, roi de Naples

Message par Drouet Cyril »

Murat, fait prisonnier alors qu'il tentait vainement de reprendre son royaume, fut condamné à mort par un tribunal militaire, sur ordre du roi Ferdinand IV.
Il fut passé par les armes au château du Pizzo, le 13 octobre 1815.
Joséphine

Re: Maréchaux : Joachim MURAT, roi de Naples

Message par Joséphine »

A noter qu'il fut fusillé sans même avoir été entendu.

Celui qui a défié la mort des centaines de fois sur un champ de bataille, mourut avec un courage extraordinaire, en gardant sa dernière pensée pour les siens ...

:salut:
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Le tableau qui change
    par C-J de Beauvau » » dans Salon Ier Empire
    0 Réponses
    487 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
  • Ajaccio : le destin impérial de la « maison Bonaparte »
    par Joker » » dans Livres - Revues - Magazines
    0 Réponses
    880 Vues
    Dernier message par Joker
  • Le destin de Sulayman après l'assassinat de Kléber.
    par Cyril Drouet » » dans Salon Ier Empire
    101 Réponses
    16425 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet