20 mars 1815

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Drouet Cyril

CENT JOURS : Les puissances Européennes face aux cents jours

Message par Drouet Cyril »

Bonsoir,

Nous avons vu comment le 20 mars 1815 a été vécu à Paris. Voici ce que l’on écrivit ce jour là à Vienne, loin de la liesse :


(Lettre écrite ce jour là au baron François Hager)
La Martinière [secrétaire à l’Ambassade de France à Vienne] m’a dit que Talleyrand, malgré l’air tranquille qu’il affecte, est en réalité fort inquiet des suites du débarquement de Napoléon qui doit certainement disposer d’un fort parti. Autrement, il n’aurait évidemment pas tenté l’aventure.


(Le conseiller d’Etat russe Buhler au général Kankrin)
Pas de nouvelles précises de France à vous transmettre. Wellington doit partir dès demain pour les Pays-Bas pour entrer en France à la tête d’une armée. On ne sait pas s’il y a eu des combats entre les troupes royales et celles du Zigeuner.
On a cru nécessaire de faire venir le roi de Rome de Schönbrunn à la Burg. On dit qu’on voulait l’enlever et le conduire à son père.
La Suisse arme pour garantir sa neutralité. La Bavière, le Wurtemberg, Bade et la Hesse mettent 90 000 hommes sur pied. L’Autriche envoie de suite 30 000 hommes sur le Rhin.


(Le duc de Dalberg à son épouse)
Je t’invite bien, ma chère amie, à ne pas quitter dans ce moment l’Italie [la duchesse résidait à Parme] qui, je crois, restera le pays le plus tranquille. L’événement, qui a lieu en France, n’est pas à calculer dans ses chances. 840 000 hommes se mettent de tous côtés en mouvement pour combattre cette nouvelle révolution, et la France sera, ou forcée à suivre le chemin de l’ordre et de l’honneur, ou à succomber, et elle le méritera, si elle ne sait se tirer des chaînes que ce malheureux homme forge pour elle.
Si tout le monde se rend au Quartier Général, nous suivrons pour y être comme ministre du Roi.
Mon avis est que tu restes tranquillement avec Nina, ou que tu ailles à Gênes, jusqu’à ce que cet orage soit passé.
L’Allemagne va être un champ de la plus horrible dévastation et toutes les armées s’y rencontreront.
Que deviendra notre fortune si ce malheureux homme parvient à se replacer à Paris ? Mon esprit est fort alarmé. On écrit en date du 11 qu’il y a tout à craindre pour Paris.
Sois au reste bien tranquille, chère amie, et bien confiante dans le sort. Les apparences sont peut-être plus effrayantes que ne le sera la réalité.
Mme de Montesquiou [la gouvernante du roi de Rome] a été renvoyée de Schönbrunn pour les mauvais propos qu’elle y tenait. Son fils [Ambroise-Anatole-Augustin comte de Montesquiou-Fezensac] était arrivé de Paris, et nous croyons tous que c’était avec le projet d’enlever le petit prince. On l’a fait habiter depuis, le château en ville et on a ordonné à M. Anatole de s’en aller.
La révolution militaire, qui s’est faite en France, est ourdie par Flahaut, La Bédoyère, Ornano, Girardin, Lefebvre-Desnouettes et tout ce monde qui, entre la perte d’un pays et le bâton de maréchal, ne sait pas trouver de différence. Il est plus que probable que la guerre extérieure purgera ce malheureux pays de toutes les mauvaises têtes.
Dis à Bonne qu’à Paris on crie beaucoup contre M… à Livourne [Mariotti, consul français à Livourne chargé de la surveillance de l’île d’Elbe]. Je ne sais s’il pouvait mieux faire.



Sources : Weil, Les dessous du Congrès de Vienne, T. 2

Salutations respectueuses.

Joker

CENT JOURS : Les puissances Européennes face aux cents jours

Message par Joker »

Paris en fête et qui s'enthousiasme en se pressant aux abords des Tuileries.
Vienne qui s'émeut et s'alarme.
L'Europe qui s'arme et se met en marche.
Les prémisses de la tragédie se mettent progressivement en place...
On sait hélas trop bien comment cela s'est terminé. :cry:

Joker

CENT JOURS : Les puissances Européennes face aux cents jours

Message par Joker »

Voici donc pour votre information quelles furent les réactions dans les deux autres grandes capitales européennes.

A Berlin règne la consternation.
Basil Jackson, chargé d'affaires anglais dans la capitale prussienne écrit ceci à sa mère :
"La première annonce du retour de Bonaparte a généralement été considérée comme une fausse nouvelle par les Berlinois; ils la prétendent même d'origine saxonne (la Saxe étant restée fidèle à ses alliances napoléoniennes). Mais lorsque, le même soir, arriva la confirmation, la ville entière entre en état d'alarme et d'agitation. On avait cru que l'Europe unie était réellement venue à bout de l'invincible, que la Prusse était définitivement libérée du joug de son oppresseur, et voilà qu'il revenait, et qu'il allait falloir refaire le même effort que l'année précédente. Qui pouvait se hasarder à en prédire les résultats ?
Par des lettres de Vienne, nous apprenons que lorsque les visiteurs royaux de cette ville ne l'honoreront plus de leur présence, que se seront retirés, à la suite des derniers hommes d'Etat en renom, tous les ordres européens, les uniformes et les costumes qui ont ces derniers mois rendu Vienne si brillante, alors, les dames viennoises ont l'intention de se livrer à la pénitence. Au lieu de parader couvertes de velours, de dentelles et de bijoux, elles se proposent de ne porter, jusqu'au retour de la paix, qu'un vêtement taillé dans une étoffe simple : je suppose qu'il doit s'agir d'une sorte de toile pour personnes de distinction."

En Angleterre, une autre sorte d'agitation se manifeste. On s'y réfugie préventivement de toutes parts et le capitaine Cavalié Mercer (celui-là même qui s'illustrera à Waterloo) signale que "la ville de Colchester offrait le spectacle d'une agitation et d'une crainte rarement égalées. Des courriers allaient et venaient sans cesse; de nombreux voyageurs, anglais et étrangers, arrivaient nuit et jour du continent; beaucoup d'entre eux voyageaient avec une hâte fébrile, comme s'ils redoutaient, même ici, les envoyés de Napoléon."

Drouet Cyril

CENT JOURS : Les puissances Européennes face aux cents jours

Message par Drouet Cyril »

Bonjour,

Voici ce qu’on peut lire dans les lettres adressées à Hager en mars 1815 :

8 mars 1815
« Les Polonais nagent dans la joie, les Bavarois sont au contraire très préoccupés. »

8 mars 1815
« Mais le public [à Vienne] ne voit pas la chose d’une manière rassurante. A ce que j’en puis savoir dans le peu de temps qui s’est passé depuis l’arrivée du courrier et la diffusion de la nouvelle, le public en est très agité. »

9 mars 1815
« Les Suisses ne sont pas tranquilles. »

12 mars 1815
« Les Polonais sont dans la joie. »

13 mars 1815
« La comtesse Lichnowska a dit : « L’Empereur ne se doute peut-être pas, mais tous les Polonais sont de nouveau enthousiastes de Napoléon, depuis qu’ils ont appris son retour en France. »

15 mars 1815
« Les Polonais, au contraire, croient se trouver au lever du soleil de leur bonheur, Mme Zielinska qui, pour cause de sa liaison avec Griffith, est, ou au moins affecte, d’être anglaise dans l’âme, m’a dit que tout ce qu’il y a de Polonais et principalement le prince Henri, avec tout ce qui l’entoure, s’abandonne aux plus doux espoirs pour la réussite de l’entreprise de Napoléon. »

23 mars 1815
« Le comte Magawly vient de m’affirmer que des lettres, qu’il a reçues de Parme, l’informent qu’en Italie ce n’est qu’un cri général en faveur de Bonaparte. »


Salutations respectueuses.

la remonte

CENT JOURS

Message par la remonte »

Le bilan des cent jours..

Je reprends simplement la page Culture des Echos , où la conclusion on s'en serait douté n'est pas très positive: le bilan est même catastrophique .certes indispensable pour que Napoléon devienne une légende , une légende écrite par son propre héros , dictant son Mérorial à Sainte-Héléne c'est l'opération géniale du vaincu qui écrit l'Histoire.
Piètre consolation pour ses contemporains . Alors que Talleyrand avait en partie réussi à berner le congrès de Vienne et à obtenir des conditions acceptables pour la France vaincue de 1814.
Mais le pire n'est pas là, la France paiera longtemps et paie encore les séquelles des cents jours : "les Cent-Jours ont tué le Libéralisme et le Réformisme en France " .La Constitution d'inspiration libérale conçue par Benjamin Constant rallié à Napoléon est rejetée !
Waterloo déclenche une chasse aux bonapartistes " la culture de la confrontation en France est née là " !!!

la remonte

Re: CENT JOURS

Message par la remonte »

Villepin :
J'avoue n'avoir pas fini son livre, on peut rappeler que pour lui le génie français s'exprime dans la défaite (cfr la Garde ) et qu'avec un peu de patience juin 40 transfigure la France ou que le choix de Londres pour les jeux Olympiques ;" cette défaite brille d'une aura digne d'une victoire ",ou encore " Le sublime sacrifice de la garde et sa bravoure rachétent la débâcle pour la postérité "...sacré Villepin de l'audace de la flamme !

Route Napoleon

Re: CENT JOURS

Message par Route Napoleon »

J'imagine que dans l'ensemble la période des Cent-Jours reste décévante à bien des égards.
Dès le 21 mars ça commence à aller mal, Napoléon étant face à un quiproquo : accueilli, par le peuple tout au long de la Route Napoléon puis par l' armée ensuite, il est toujours mal accepté par les classes dirigeantes.
On a vu comme les Préfets se refilent le bébé, de Draguignan à Digne; puis Gap, Grenoble, Lyon etc...
Le 21 mars l' Empereur retrouvé a quelque mal à former son gouvernement alors qu'il est acclamé comme un libérateur...

Pour moi qui m'intéresse plus au destins des personnages de cette époque épique plus qu'aux batailles, je trouve beaucoup de matériaux dans cette période riche en retournement de fracs et d'habit-vestes...Cette période sert de révélateur pour beaucoup.

C'est une occasion manquée et du temps perdu, mais on ne le sait qu'à la lumière des événements qui restent les maîtres du jeu.
Pour la conclusion je dirai que la Révolution du 20 mars 1815 appelle celle de 1830 et corollaire, celle de 1848.
Modifié en dernier par Route Napoleon le 09 sept. 2005, 18:44, modifié 1 fois.

Joséphine

Re: CENT JOURS

Message par Joséphine »

C'est l'aventure la plus extraordinaire de cette vie extraordinaire durant laquelle l'Empereur aura gardé intacte cette puissance d'imaginer et d'agir qui le sépare du reste de l'humanité.
Lui qui avait, depuis si longtemps, tout risqué alors qu'il avait tout à perdre, pourquoi n'aurait-il pas encore tenté de tout regagner alors qu'il n'avait plus rien à perdre ?...

Certes, sa tentative n'avait guère de chance de durer, dans ce contexte d'hostilité internationale, mais elle a réussi en France, et ainsi l'Empire, ce régime sans tradition, lié à la victoire, lui fût restauré, même après sa défaite.

Et, même si le retour de l'Empereur ne fut pas totalement triomphal ainsi que l'a voulu la légende bonapartiste, il fut toutefois accepté. :)



:salut:

Joker

Re: CENT JOURS

Message par Joker »

Les Cent-Jours furent une parenthèse glorieuse mais hélas vouée à l'échec à terme.
L'hostilité des classes dirigeants à l'intérieur et la coalition aux frontières constituèrent des obstacles contre lesquels un pouvoir impérial reconquis, mais néanmoins affaibli, ne pouvait lutter à armes égales.
Mais je rejoins la Route lorsqu'il voit en cette période, l'ébauche des révolutions à venir et des grands bouleversements sociaux de la seconde moitié du XIXème siècle. :)

pilayrou

Re: CENT JOURS

Message par pilayrou »

Je ne voudrais offusquer personne ici mais je pense que les Cent-Jours ont peut-être obligé Louis XVIII à appliquer une politique plus souple que celle prévue.

N'oublions pas qu'il ménage la chévre et le chou (les Ultras et l'Opposition) jusqu'à l'assassinat du duc de Berry (1820). Qu'en pensez-vous ?

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Souvenir de la revue du 24 mars 1815, passée à Paris…
    par G.PEYRUSSE » 23 mars 2019, 15:08 » dans Espace visiteurs
    0 Réponses
    252 Vues
    Dernier message par G.PEYRUSSE
    23 mars 2019, 15:08
  • 19 mars 1815 La fuite piteuse de Louis XVIII
    par Joker » 10 févr. 2020, 19:11 » dans Salon Ier Empire
    6 Réponses
    109 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    21 mars 2020, 14:50
  • 1815 : Campagne de 1815
    par Cyril Drouet » 24 juil. 2017, 10:13 » dans Salon Ier Empire
    64 Réponses
    2770 Vues
    Dernier message par Peyrusse
    22 juin 2018, 19:40
  • Mlle Mars...
    par Christophe » 31 mai 2015, 00:46 » dans Monuments Napoléoniens
    0 Réponses
    481 Vues
    Dernier message par Christophe
    31 mai 2015, 00:46
  • Décret du 17 mars 1808
    par C-J de Beauvau » 18 mars 2018, 08:19 » dans L'actualité napoléonienne
    3 Réponses
    510 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    15 sept. 2018, 13:48