La terrible retraite de Russie de Louise Fusil

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

kaspy

le séjour de Moscou trop long

Message par kaspy »

c'est facile de prétendre une fois que l'on connaît l'histoire que le séjour à Moscou était trop long.
Napoléon pour la campagne de Russie plus que pour n'importe quelle autre campagne avait tout étudié, il avait consulté les données météorologiques sur plusieurs années, et jamais un hiver ne fût aussi précoce et vigoureux. Quand il a quitté Moscou il y avait encore des beaux jours, ce n'est qu'après le combat de Médyne jusqu'à la bataille de Wiazma que le temps est devenu très froid, et que la mortalité des chevaux a grimpé en flèche.
Le séjour à Moscou, les 35 jours étaient nécessaire, ayant traversé l'Allemagne, la Pologne, la Lituanie puis la Russie jusqu'à Moscou n'importe quel athlète contemporain aurait besoin de plusieurs semaine pour s'en remettre. Surtout dans les conditions de l'époque avec des chaussures de médiocre qualité, sur des chemins poussiéreux. De plus malgré le séjour à Moscou, les hommes ne sont pas restés à se reposer ils avaient des corvées, ils devaient aller chercher des vivres autour de Moscou. Ils devaient assurer l'escorte des convois, chasser les cosaques et les partisans. Une partie des troupes a suivi Koutousov.
Quant à savoir si c'est ce séjour qui est la cause de la défaite on ne peut pas l'affirmer car malgré les combats de Wiazma et de Krasnoïe les russes n'étaient pas décidés à engager une bataille générale.
La vraie cause du désastre, la raison pour laquelle Tchitchakoff était à Borisov, c'est la trahison de l'Autriche. L'Autriche a trahi en ne couvrant pas la ville de Minsk, elle a fait des faux mouvements pour compromettre l'armée française, elle n'est jamais venue l'aider quand elle le pouvait. Dès le début de la campagne, elle a traîné les pieds pour venir en ligne. L'armée du général Reuss en Galicie n'a jamais bougé pour empêcher les armées russes de longer la frontière et de se compromettre au nord des marais du Pripet. A la bataille de Gorodeczna, les autrichiens ont laissés les saxons prendre les risques, et après la bataille alors qu'ils auraient pu détruire l'armée russe, ils l'ont laissés s'échapper. Les autrichiens le long de la frontière polonaise ont même placé les bornes pour marquer leur frontière pour que les russes respectent leur frontière en cas d'invasion de la Pologne. L'empereur d'Autriche avait garanti le tsar que les autrichiens lui feraient le moins de mal possible. Le reste de la campagne ainsi que la conduite en 1813 sont explicites. Les autrichiens ont toujours pris des positions qui désavantageaient les français, les polonais et les saxons.
Les autrichiens ont trahi, au point de vu pénal si vous êtes témoin d'une noyade et que vous n'intervenez pas vous êtes coupable pour votre passivité. De la même manière l'Autriche a planté un coup de couteau dans le dos de Napoléon.
Lodi

Itinéraire de la retraite de Russie

Message par Lodi »

Bonsoir,
Le contenu de votre message confirme l'argumentation de se rapprocher les lignes de communication après l'incendie de MOSCOU. Ma these n'est pas seulement une opinion émise à posteriori, en connaissant l'histoire, puisque des contemporains de NAPOLEON (je pense à COULAINCOURT)avait attire l'attention de l'Empereur sur un retour sur des bases plus proches (certains évoquant une retraite au moins sur SMOLENSK). Ce fut une erreur stratégique de NAPOLEON de rester inactif loin de ses reserves et ses depôts.
Je suis d'accord avec vous qu'il ne fallait pas donner sa confiance à l'Empereur d'AUTRICHE (pourquoi ne pas l'avoir divisée en 1809 après une première trahison et s'appuyer advantage sur des états comme la PRUSSE et la SUEDE). NAPOLEON pouvait très bien imposer (il en avait l'autorité et les moyens) que le contingent autrichien de 30 000 hommes soient positionnés plus à l'intérieur du territoire russe et le remplacer dans sa mission par des troupes allemandes plus sûres. Cette erreur de positionnement se retrouve lors de la retraite de RIGA pour les troupes prussiennes qui se trouvaient dans la deuxième partie du corps d'armée de MACDONALD (cela leur a permis une trahison plus facile alors que se trouvant dans la première partie des troupes, ce contingent aurait eu un intérêt supplémentaire de protéger des zones géographiques proches de leur frontiere).
Pourquoi le corps de MACDONALD a-il reçu l'ordre de retraite qu'à compter du 8 décembre 1812 par le Maréchal MURAT de VILNA alors qu'il aurait été plus tacticien de le réaliser dès la mi novembre, même s'il était suivi par des forces russes, d'ailleurs assez faibles, protégeant ainsi la retraite à VILNA.
kaspy

le corps autrichien

Message par kaspy »

Bonjour,
Je trouve très intéressantes vos remarques.
A l'origine le corps autrichien devait combattre en entier sous les ordres directes de Napoléon, ce n'est que par une suite d'évènement que Napoléon a été contraint de le laisser sur son aile droite. Les autrichiens contrôlaient les débouchés du marais du Pripet entre Brest-Litovsk et Pinsk. Napoléon avait ordonné aux saxons de relever les autrichiens et de faire avancer les autrichiens sur Minsk pour le rejoindre. Les autrichiens n'ont pas attendu d'être relevé par les saxons pour quitter certains postes, ce qui a obligé les saxons a pressé le pas pour ne pas que ces postes importants tombent aux mains des russes. La brigade Klengel a donc été contraintes de se dépêcher pour arriver à Kobryn, où elle s'est faite capturée par les russes, avec le régiment du roi de Saxe (équivalent pour lui de la garde impériale). Les russes étaient venus en longeant la frontière autrichienne dans un défilé avec les marais du Pripet, si l'armée autrichienne de Reuss avait agit s'en était fini de l'armée russe.
Napoléon a donc été contraint de faire rétrograder l'armée autrichienne de Schwarzenberg, la plus proche des saxons pour les aider. Le général polonais Soltyk dans ses mémoires dit qu'il aurait mieux fallu que ce soit le corps polonais qui soit charger de cette tâche avec les saxons qui avaient l'habitude de combattre ensemble. De plus cette partie de la Russie faisait partie de l'ancienne grande Pologne. Les polonais auraient pu plus facilement avoir des renseignements et sympathiser avec la population, obtenir des vivres.
En ce qui concerne la position de Smolensk, je suis tout à fait d'accord avec vous, c'était la meilleur position pour tenir l'hiver. Mais quand on lit la correspondance de Napoléon quand il était à Moscou, il a tout le corps de Victor et de très nombreuses unités à Smolensk. La route de Smolensk à Moscou et quand même bien contrôler malgré quelques coup de main des cosaques et des partisans, ils ne s'emparent que de quelques caissons et quelques centaines de prisonniers (malheureusement l'effet psychologique de la capture des dragons de la Garde impériale est mauvais). Napoléon ordonne que les convois soient protéger au minimum par 1.500 h. Tous les blessés sont évacués vers l'arrière. A ce moment Napoléon peut aller où il veut et quand il veut avec son armée, c'est lui qui a les blancs, les russes subissent.

Au plaisir de vous lire, cordialement
kaspy

les prussiens

Message par kaspy »

Excusez moi
j'ai oublié de vous répondre concernant les prussiens. Je suis d'accord avec vous sur le fait qu'on a perdu beaucoup de temps avant de rappeler le corps de Mac Donald. Au moins la division Grandjean aurait pu être utile pour essayer de tenir à Wilna (qu'il aurait fallu conserver). La trahison des prussiens est à mon avis le deuxième facteur de la perte de la campagne après la trahison des autrichiens, au moins les prussiens ont été plus francs, et ils se sont tenus en dehors des combats.
Je vous conseille très fortement de lire le campagne de 1812 eu Russie, Bérézina de Chapuis capitaine de grenadiers à l'ancien 85ème de ligne. Vous pouvez trouver son ouvrage en pdf sur google books ou sur la bibliothèque gallica.
Un autre comportement étrange est celui des bavarois de De Wrede après la deuxième bataille de Polotsk, il n'obéit plus aux ordres, il reste hors jeu en prétendant défendre Wilna.
Pour ma part il y a un mystère que je n'arrive pas à comprendre c'est le sort de la division Wurtembergeoise, on dirait qu'elle a quasiment disparu, sur le chemin du retour des westphaliens aussi on quasiment disparus des effectifs, les uhlans prussiens de la division Subervie aussi. Y a-t-il eu de la désertion chez les alliés allemands ? Ont-ils rejoint la légion germanique qui combattait avec les russes? Faisaient-ils partis des débandés?
A+
kaspy

le mystère

Message par kaspy »

cher la remonte,
j'ai lu votre article
"des éléments de réponses dans cet article .
pour moi la route du sud passe par Minsk et Brest Litovsk , à Borisov , Napoléon devra rentrer par le nord d'où il est venu .

http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=l ... uz6i1mtQ4A :salut:"
je pense que tout le mystère de l'effondrement de la campagne de Russie se passe dans ce moment fatal entre Moscou et Smolensk. Dans l'article il est dit que Napoléon quitte Moscou avec 100.000 h auquel il faut ajouter les forces de Murat 20.000 h Mortier avait 10.000 h, Junot contrôlait la route avec 10.000 h.
Il est dit que Napoléon a 40.000 h à Smolensk et 40.000 débandés. A Smolensk Napoléon a rejoint l'ex division Baragey d'Hilliers, 1000 h de la Garde 1565 h du 1er corps 500 h du 3ème corps, le bataillon de Neuchâtel, 3 bataillons de la légion de la Vistule. Comment malgré les batailles de Malo-yaroslavetz, Wiazma, du Vop expliquer une telle différence? Certains corps comme celui des westphaliens a quasiment cessé d'exister. Quant à penser qu'ils seraient mort de faim, je n'y crois pas car il y avait quand même des vivres et du cheval tout le long du chemin.
Où sont-ils passés?
la remonte

Message par la remonte »

Un comportement de la part des Autrichiens qui expliquera certainement le commandement suprême a la reprise des hostilités en août avec Schwarzenberg et non un Russe ou un Prussien . On pourrait se pencher un peu sur les 2 types de commandement , extrêmement centralisé côté français et très complexe côté allie . Avec des transfuges de l'été comme Jomini ou mieux Moreau rappelé par Alexandre , imaginons un peu la tête des Autrichiens lors de réunions d'état major face au vainqueur d'Hohenlinden :idea:
Mais cela relève plus du sujet sur 1813 .
kaspy

mouvements des autrichiens

Message par kaspy »

Il suffit de suivre les mouvements des autrichiens sur une carte aussi bien en 1812 qu'en 1813
pour se rendre compte de la trahison. Ce qui est fort c'est que certains historiens prétendent que Napoléon aurait pu faire la paix en 1813, quand on se rend compte de la mauvaise des autrichiens qui ont fait le retournement de veste le plus rapide de l'histoire en 1813, et tout ça en prétendant faire une "médiation armée". Comme disait Napoléon "les faits parlent, ils brillent comme le soleil".
En ce qui concerne Jomini et Moreau, j'ai l'impression qu'on a toujours essayer de trouver des personnes exceptionnelles à mettre en comparaison avec Napoléon. On a essayé de nous faire croire que le traître de Talleyrand était un grand politicien, alors que les faits seuls permettent de voir qu'il a servi sous tous les régimes même celui du frère de qui il avait voté la mort, il a touché de l'argent et ne penser qu'à sa fortune, "une immense fortune, je vais faire une immense fortune".
Pour Jomini, quel stratège était-il? Comme Marmont il était très prolixe quand il fallait déchiffrer les mouvements des uns et des autres? Mais dans les faits quel mouvement génial a-t-il initié? Pendant la campagne de Russie, il est resté sur la ligne de communication, bien loin du génial souffleur qui disait à Napoléon quoi faire.
Pour Moreau, je ne connais pas assez ses mouvements mais je me rappelle d'une critique de Napoléon pour l'inciter à passer le Rhin. Napoléon montrait toute les erreurs de son opération. Je serai curieux de savoir ce qu'une rencontre aurait pu produire. Mais malheureusement tous les meilleurs calculs ne sont rien devant les aléas inhérents à la guerre.
Ainsi donc pendant la campagne de Russie, le mois de novembre fut fatal par une suite d'évènements, l'abandon par les autrichiens de la route qui couvre Minsk, la non poursuite de Tchitchakoff sur cette route, l'envoi par Bronikovski du général Kossecki à Novoi-Swerjen puis la tentative pour tenir à Koidanov, la perte de Minsk et la perte de Borissov, le renfort de la division de Dombrovski qu'avec une partie réduite de ses forces. Dans le même temps la perte de la brigade Augereau, la perte de Witebsk, les faux mouvements de Victor et Oudinot devant Wittgenstein, la mise hors jeu des bavarois de De Wrede. ça fait beaucoup d'évènements qui seul n'avait pas beaucoup d'influence mais qui ensemble rendez la situation critique.
Lodi

Itinéraire de la retraite de Russie

Message par Lodi »

Bonjour,

Je suis désireux de connaître si Napoleon aurait pu réagir plus tôt pour préparer davantage cette retraite au cours de la fin du mois de septembre et de la première quinzaine d'octobre 1812 . Même si l'empereur espérait encore convaincre le Tsar Alexandre 1er, il lui était possible d'envisager une seconde option en préparant en meme temps un retour vers Smolensk voire Vilna . Ces deux villes avec celle de Minsk restaient les lieux obligatoires pour réussir sa retraite sans trop de pertes humaines .
En fait, c'est le mois de septembre voire la première quinzaine du mois d'octobre qui sont les périodes essentielles pour permettre son repli dans de bien meilleures conditions .
Pourquoi ne pas avoir demandé, dès le début novembre (au plus tard) au Maréchal MACDONALD de revenir vers KOWNO pour protéger VILNA ?
Pourquoi ne pas metre plus de moyens humains dès le mois d'octobre pour protéger MINSK que NAPOLEON a considéré comme un dépôt important et essential sur le chemin de retour par l'envoi dès la fin septembre d'un corps d'armée vers cette ville ?
HWLG Guillaume

Message par HWLG Guillaume »

Toute proportion gardée, on peut aussi discuter du manque de précaution de Napoléon dans les grands moments décisifs, comme Leipzig ou Waterloo... Deux ponts sur l'Elster auraient par exemple peut être sauvés des milliers de français...

Pour la campagne de Russie, l'immensité du territoire à couvrir et les moyens de communications limités ont probablement empêché d'organiser au mieux la retraite. Cette campagne exigeait d'avantage de méthode et de prudence, au détriment de la vitesse d'exécution... et quand bien même Napoléon aurait anticipé et donné des consignes précises, il fallait un organisateur de talent pour préparer en un temps record le passage de l'armée dans ces villes et les remettre en état de défense...

A lire, l'étude très intéressante de Jean François Brun sur la retraite de l'armée française de la Bérézina à la campagne de Saxe :

http://rha.revues.org/7447
la remonte

Message par la remonte »

curieusement , le mot retraite sera banni , il faudra attendre des décennies pour que les Français prennent la mesure du désastre :idea:
en 1813 , certes Napoléon n'a pas battu Alexandre mais il repart avec une armée aussi nombreuse qu'un an avant et continue à faire la guerre . le 29°Bulletin clôt l'incident russe . :roll:
la retraite se fait réellement après Liepzig , la défaite de Napoléon à ce moment là est consommée face à la coalition des Russes , Autrichiens et Prussiens .
la retraite et la débâcle ne seront mises en avant qu'avec la littérature du XIX°siècle , la Bérézina fera rêver avec un Balzac dans Adieu de même Chateaubriand et Stendhal qui participe à la campagne comme intendant .
aujourd'hui encore , on a tendance a arrêter la campagne de 1812 au Niemen , alors que l'histoire racontée par un Lieven raconte une retraite de Moscou jusqu'à Paris sans faire de distinguo comme nous le faisons avec les Campagnes de 1813 et de 1814 :idea:
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • La Retraite de Russie – L’incroyable échappée
    par Eric LM » 16 sept. 2017, 11:51 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    3 Réponses
    349 Vues
    Dernier message par Joker
    17 sept. 2017, 19:29
  • lettres de Russie : Après la campagne de Russie. Lettre du général Drouot.
    par Peyrusse » 17 nov. 2017, 19:48 » dans Livres - Revues - Magazines
    8 Réponses
    2034 Vues
    Dernier message par Christophe
    18 avr. 2011, 22:58
  • Fusil d'honneur
    par L'âne » 22 sept. 2018, 08:30 » dans Objets napoléoniens
    5 Réponses
    812 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    07 oct. 2018, 11:46
  • Fusil 1777 an IX
    par alexandre12 » 09 juil. 2016, 18:27 » dans Objets napoléoniens
    2 Réponses
    1222 Vues
    Dernier message par alexandre12
    12 juil. 2016, 08:03