SAINTE-HÉLÈNE : Napoléon architecte-paysagiste

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Albertuk

Message par Albertuk »

Cher Joker
Ces rumeurs avaient été rapportées à Longwood par Piontkowski auquel il faut reconnaître qu'il est difficile d'accorder beaucoup de crédit... (dixit Ganière)
Je ne sais pas dans quelle source Ganière est parti chercher une histoire pareille. L'a-t-il indiqué? Sinon je serais tenter de mettre cette anecdote au compte de l'entêtement des historiens français à voir en Piontkowski rien d'autre qu'un rien de rien. Il n'y a rien de vrai dans le caractère d'espion de Piontkowski. Il était profondément attaché à la cause de Napoléon, certainement voyant en lui un héros défenseur de la cause polonaise comme beaucoup d'autres Polonais le pensaient à cette époque. Il y a suffisamment matière dans les sources pour contredire les historiens tel que Aubry qui, en voulant trop prendre le parti de Gourgaud par exemple, ont forcément dû charger le personnage Piontkowski et l'accuser à tort. Il serait aisé de démollir leurs critiques et, de surcroît, retourner les attaques contre leur "héros".

Joker

Message par Joker »

Je ne sais pas dans quelle source Ganière est parti chercher une histoire pareille. L'a-t-il indiqué?
Malheureusement, il n'en fait pas mention. :?
Ganière laisse juste entendre que Napoléon se méfiait quelque peu de Piontkowski.
En témoigne ce court passage qui se situe au moment du départ du Polonais de Sainte-Hélène :

A Piontkowski, en dépit de la méfiance qui lui a toujours été témoignée, l'Empereur confère le rang de chef d'escadron ainsi que deux années de solde.
(...)
De même, alors qu'il (l'Empereur) reçoit dans sa chambre les trois domestiques en larmes venus lui adresser leurs adieux (Santini, Rousseau et Archambault fils), Piontkowski est déjà sur la route de Jamestown en compagnie de Betrand à qui il exhale sa mauvaise humeur.
Le Grand-Maréchal a fort à faire pour le convaincre que l'Empereur était certainement étranger à ces maladresses et avait renoncé à le recevoir en raison du caractère trop émouvant d'une telle rencontre.

Albertuk

Message par Albertuk »

Cher général Bertrand (ou grand maréchal?)

Il est vrai que Napoléon soupçonnait que madame Bertrand (qu'il surnommait Mme "Martin" sans doute pour rappeler son côté créole... Martin = Martinique?) fricotait avec les officiers anglais qui lui faisaient des galanteries. Gourgaud note cette conversation avec l'empereur puis le grand maréchal qui laisse peu d'équivoque, je crois, sur le bien fondé des soupçons de Napoléon (qui devait avoir des oreilles un peu partout pour se le faire confirmer):

Je monte à cheval à 7 heures avec Sa Majesté, qui me parle toute la promenade du ridicule de Mme Bertrand d’aller ainsi coucher et courir dehors et déclare qu’Elle va écrire à Bertrand de ne plus venir dîner [chez Elle] comme à l’auberge. Je prends le parti de Bertrand et tâche de calmer l’empereur. Montholon ni Las Cases ne soufflent mot. […] Le grand maréchal vient m’y voir ; je lui parle de la conversation de Sa Majesté, la veille ; il me répond que cela lui est égal, qu’il fait ce qu’il doit et qu’il se moque du reste.
Sa Majesté me parle encore de Mme Bertrand […]. Cette dame a grand tort d’aller si souvent chez l’amiral [Cockburn]. Ne pas dîner à Longwood est manquer à Sa Majesté. Il m’ordonne d’aller lui dire que si elle tient à l’estime de Sa Majesté, elle doit changer de conduite.

Source: le journal de Gourgaud, 6 avril 1816

Mme Montholon admirait aussi Cockburn et avait eu le devant quelques mois auparavant... Les deux dames se disputaient-elles le privilège d'être la préférée de l'amiral lors des dîners et des bals où elles s'amusaient toute la nuit? Gourgaud avait aussi écrit:

Il y a une grande querelle entre MMmes de Montholon et Bertrand. Elles se traitent réciproquement de catins. Mme Bertrand a querellé la Montholon parce que son mari avait fait l’espion de Sa Majesté. […]
Mme de Montholon est toujours amoureuse de l’amiral. […]
Sa Majesté me dit que Montholon est un coquin : « Qu’il soit cocu tant qu’il voudra, mais qu’il ne soit pas espion ! »

Source: le journal de Gourgaud, 3 novembre 1815

Entre ces deux dates, il semble que Mme Montholon ait perdu sa position auprès de Cockburn. Nor,al vu qu'elle était alors plutôt bien enceinte. Elle accoucha le jour anniversaire de Waterloo, comme on le sait.

Bref, Napoléon avait bien eu du mal à mettre de l'ordre dans sa maison lorsque les restrictions anglaises étaient peu sévères, ou peu appliquées. Les choses changeront lorsque Hudson Lowe viendra en place. Napoléon perdra en liberté mais gagnera ailleurs...

Général BERTRAND

Message par Général BERTRAND »

Bonsoir Albertluk,
Mais ce n'était qu'une boutade, croyez-moi...
Vous lire est très agréable et intéressant même si on ne partage pas toujours vos opinions. C'est ce qui fait l'utilité d'un tel échange, partager parfois des avis différents...
Il semble pourtant que malgré un "départ difficile" Henri Gatien et Fanny furent un couple exemplaire pour l'époque...
Pour la petite histoire, Fanny appelait familièrement son mari "le grand singe"!
:)
Heureusement que Henri Gatien n'appelait pas son épouse "la sirène" parce qu'on ne serait par sorti de l'auberge n'est-ce pas cher Joker?
:fou: :roll: :fou:

Joker

Message par Joker »

Les relations quelque peu tendues entre Napoléon et Mme Bertrand perdurèrent cependant si l'on en juge par ceci :

A la naissance du fils du général Bertrand, l'enfant reçut les prénoms d'Arthur, François, Alexandre.
L'absence du nom de Napoléon fut commentée par les milieux britanniques qui voulurent y voir une marque d'indépendance des Bertrand à l'égard de l'Empereur.
D'autre part, on fit volontiers remarquer dans l'entourage du gouverneur que les parents avaient choisi pour prénoms ceux du duc de Wellington, de l'empereur d'Autriche et du tsar de Russie.
On se refusait à admettre à ce sujet une coïncidence trois fois répétée et on en concluait sans doute un peu hâtivement que le désir de Mme Bertrand de séparer le sort de sa famille de celui du proscrit s'étalait ainsi au grand jour.

Albertuk

Message par Albertuk »

Cher Joker

Ganière nous fait du roman. C'est facile quand on ne mentionne aucune source. Mais la réalité est toute autre. Piontkowski a été expulsé de Ste Hélène par Bathurst et par Lowe pour deux raisons distinctes qui prouvaient son attachement inconditionnel à Napoléon. Pour Bathurst, Piontkowski avait osé signer une déclaration qui, sans l'ombre d'un doute, avait été dictée par Napoléon lui-même. Cette déclaration, à l'inverse des autres officiers, avait un ton politique qui rappelait la lettre de remontrances d'août 1816. Quant à Lowe, il avait décidé d'expulser Piontkowski car celui-ci, en bonne relation avec un des officiers du 53è, avait réussi à lui faire passer une copie de cette lettre de remontrance. Mais le Polonais s'était fait dénoncé par un autre officier, Nagle, qui craignait le gouverneur... Bref, c'est par son attachement à Napoléon, et non par son supposé rôle "d'espion anglais" que Piontkowski doit quitter Longwood. Au Cap, il sera mis sous surveillance dans la citadelle en attendant son retour en Europe.
A son départ, il a réussi néanmoins à prendre des lettres pour la famille Bonaparte ainsi que des présents dont une mèche de cheveux de Napoléon destinée à Capel Lofft, le juriste qui avait tenté d'extraire Napoléon des griffes du gouvernement en faisant jouer une vieille loi d'Habeus Corpus ! Ce même Lofft, après son échec, s'était juré d'aider Piontkowski à clamer son désir de rejoindre Napoléon à Ste Hélène et avait eu gain de cause cette fois-là puisque Bathurst avait cédé et envoyé le Polonais dans l'île.
A son retour à Londres Piontkoswki ne cessera d'aider la cause de Napoléon. En voyageant en Europe, il se fait arrêter par la police autrichienne et incarcéré pendant pas mal de temps. Tout ceci pour son attachement reconnu, et public, à Napoléon. Rien à voir avec le départ de Gourgaud de Ste Hélène !!!

Joker

Message par Joker »

Manifestement, Ganière ne semble pas être de votre avis.
En annexe de son ouvrage, il a publié une note explicative consacrée à Piontkowski et à la piètre estime dans laquelle le tenaient ses compagnons de captivité.
Mais vu sa relative longueur et l'heure tardive, je me réserve de la mettre en ligne plus tard dans la journée.
Je vous demande donc quelques heures de patience... :)

Albertuk

Message par Albertuk »

Cher Joker
A la naissance du fils du général Bertrand, l'enfant reçut les prénoms d'Arthur, François, Alexandre.
Etes-vous certain des prénoms d'Arthur Bertrand? A Ste Hélène, le seul enregistré a été Arthur. Mais ailleurs j'ai trouvé Henry Arthur. Arthur était un prénom très courant en Angleterre, sans doute du fait du "roi Arthur", donc aussi courant que Louis, dérivé de Clovis, en France. C'était aussi le prénom du père de Fanny, le général Arthur Dillon, guillotiné en même temps que ses amis le couple Desmoulins.

Joker

Message par Joker »

Etes-vous certain des prénoms d'Arthur Bertrand?
Une fois encore, c'est dans le livre du Dr Ganière que j'ai puisé cette information.
Elle figure en notice explicative des différents chapitres de l'ouvrage, mais n'est guère référencée.

Joker

Piontkowski selon Ganière

Message par Joker »

Curieux personnage que ce Piontkowski, certainement assez peu sympathique et qui de plus joua de malchance durant son séjour à Sainte-Hélène. Mythomane, il énervait tout le monde par le récit de ses prouesses imaginaires et se faisait vertement rabrouer pour ses "craques" (Gougaud). Cette fâcheuse tendance le poursuivra même après son départ de l'île. Il racontera que l'Empereur l'avait fait comte, colonel, et s'était séparé de lui "de la manière la plus touchante" et après l'avoir "embrassé avec effusion". Il parlera d'instructions secrètes écrites de la propre main de Napoléon et montrera complaisamment une chaîne de montre offerte par son bienfaiteur, mais en réalité donnée par Mme Bertrand à la veille de son départ. Il se prétendra aussi en possession d'une assiette du fameux service dit des Quartiers Généraux, alors que Marchand affirme que deux seulement furent données par l'Empereur, l'une à Mme Bertrand et l'autre à Mme de Montholon.
Montholon et Gourgaud se montrèrent particulièrement sévères pour le Polonais. Le premier pour des motifs bien futiles. Lui voyant sur la tête un magnifique chapeau, le général l'avait contraint à lui en faire cadeau. L'affaire était parvenue aux oreilles de l'Empereur, le coupable avait été obligé de restituer le couvre-chef et avait gardé de cet incident une rancoeur qui ne devait pas s'effacer.
L'antipathie réelle de Gourgaud se doublait d'une rivalité sur le plan des conquêtes féminines. Il semble bien qu'après avoir acquis la certitude que l'Empereur se désintéressait de la Nymphe, Gourgaud s'était plu à lui faire la cour. Or Piontkowski, de son côté, voulut tenter sa chance et il n'est pas sûr qu'il n'ait pas été plus favorablement accueilli.
D'ailleurs, le Polonais passait à Sainte-Hélène pour un véritable Don Juan, et malgré les lettres pleines de tendresse que lui adressait sa femme, ne se privait pas de nouer des idylles nombreuses. Peu avant son départ, il fut le héros indirect d'un procès qui devait faire scandale. Mme Younghusband, épouse d'un capitaine du 53ème, fut traînée devant le tribunal et condamnée à une amende de 250 livres pour avoir traité de p... la femme du lieutenant Nagle qu'elle avait vu sortir à deux heures du matin de la chambre du Polonais.
On se représente cependant mal la scène si l'on songe que Piontkowski occupait alors un modeste réduit de deux mètres sur quatre qui se prêtait peu aux rendez-vous galants.

Info ou intox ? La question reste posée... :)

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • De Napoléon à Sainte-Hélène
    par Joker » 03 avr. 2019, 19:51 » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    628 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    03 avr. 2019, 21:52
  • Sainte-Hélène, l'exil de napoleon
    par d'hautpoul » 01 nov. 2015, 20:43 » dans L'actualité napoléonienne
    4 Réponses
    1641 Vues
    Dernier message par d'hautpoul
    13 nov. 2015, 16:34
  • L’athénienne de Napoléon à Sainte-Hélène.
    par Joker » 13 avr. 2020, 19:57 » dans Napoléon à travers les Arts
    0 Réponses
    45 Vues
    Dernier message par Joker
    13 avr. 2020, 19:57
  • Napoléon confiné à Sainte-Hélène.
    par Joker » 23 avr. 2020, 19:02 » dans Livres - Revues - Magazines
    0 Réponses
    56 Vues
    Dernier message par Joker
    23 avr. 2020, 19:02
  • Sainte-Hélène a son nouveau Napoléon
    par Joker » 17 oct. 2019, 19:41 » dans L'actualité napoléonienne
    3 Réponses
    477 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    17 oct. 2019, 20:40