Le destin de Sulayman après l'assassinat de Kléber.

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril »

En arrivant sur place, Kléber trouve seulement Menou qui lui remet cette lettre.
Plus exactement, ce fut Eyssautier, commandant de la 69e demi-brigade, de la part de Menou (alors à Alexandrie) qui remit la lettre, et autres documents, à Kléber, à Rosette.
Apprenant le départ de son chef et probablemnt vexé de ne pas avoir été mis dans la confidence des préparatifs, l'alsacien entre dans une colère noire.
Disons que le véritable ressentiment vint plus tard. Il faut bien préciser, ce que l'on ne fait pas toujours, que Kléber (je ne parle pas de la méthode) approuvait le départ de Bonaparte.
Mais il est vrai que "l'oiseau déniché" lui avait laissé un fardeau bien pesant. Et Kléber ne tarda pas à s'en plaindre.
Lettre au Directoire (26 septembre 1799) :

« Le général en chef Bonaparte est parti pour France le 6 fructidor, au matin, sans en avoir prévenu personne. Il m'avait donné rendez-vous à Rosette le 7. Je n'y ai trouvé que ses dépêches. Dans l'incertitude si le général a eu le bonheur de passer, je crois devoir vous envoyer copie et de la lettre par laquelle il me donne le commandement de l'armée, et de celle qu'il adressa au Grand-Vizir à Constantinople, quoiqu'il sût parfaitement que ce Pacha était déjà arrivé à Damas.
Mon premier soin a été de prendre une connaissance exacte de la situation actuelle de l'armée.
Vous savez, citoyens Directeurs, et vous êtes à même de vous faire représenter l'état de sa force, lors de son arrivée en Egypte. Elle est réduite de moitié ; et nous occupons tous les points capitaux du triangle des Cataractes à El-Arich, d'El-Arich à Alexandrie, et d'Alexandrie aux Cataractes. Cependant, il ne s'agit plus aujourd'hui, comme autrefois, de lutter contre quelques hordes de Mamelouks découragés; mais de combattre et de résister aux efforts réunis de trois grandes puissances : la Porte, les Anglais et les Russes.
Le dénuement d'armes, de poudre de guerre, de fer coulé, et de plomb, présente un tableau tout aussi alarmant que la grande et subite diminution d'hommes dont je viens de parler. Les essais de fonderie faits n'ont point réussi ; la manufacture de poudre établie à Roudah n'a pas encore donné, et ne donnera probablement pas le résultat qu'on se flattait d'en obtenir ; enfin la réparation des armes à feu est lente, et il faudrait, pour activer tous ces établissements, des moyens et des fonds que nous n'avons pas.
Les troupes sont nues, et cette absence de vêtement est d'autant plus fâcheuse, qu'il est reconnu que dans ce pays elle est une des causes les plus actives des dysenteries et des ophtalmies qui sont les maladies constamment régnantes; la première surtout a agi cette année puissamment sur des corps affaiblis et épuisés par les fatigues. Les officiers de santé remarquent, et le rapportent constamment, que quoique l'armée soit si considérablement diminuée, il y a cette année un nombre beaucoup plus grand de malades qu'il n'y en avait l'année dernière à la même époque.
Le général Bonaparte, avant son départ, avait à la vérité donné des ordres pour habiller l'armée en drap, mais pour cet objet, comme pour beaucoup d'autres, il s'en est tenu là et la pénurie des finances, qui est un nouvel obstacle à combattre, l'eût mis dans la nécessité, sans doute, d'ajourner l'exécution de cet utile projet.
Il faut en parler, de cette pénurie.
Le général Bonaparte a épuisé les ressources extraordinaires dans les premiers mois de notre arrivée : il a levé alors autant de contributions de guerre que le pays pouvait en supporter. Revenir aujourd'hui à ces moyens, alors que nous sommes au dehors entourés d'ennemis, serait préparer un soulèvement à la première occasion favorable.
Et cependant Bonaparte, à son départ, n'a pas laissé un sol en caisse, ni aucun autre objet équivalent. Il a laissé au contraire un arriéré de près de dix millions ; c'est plus que le revenu d'une année dans la circonstance. La solde arriérée pour toute l'armée se monte seule à quatre millions.
L'inondation actuelle rend impossible le recouvrement de ce qui reste dû sur l'année qui vient d'expirer, et qui suffirait à peine pour la dépense d'un mois. Ce ne sera donc qu'au mois de frimaire qu'on pourra en recommencer la perception ; et alors il n'en faut pas douter, on ne pourra pas s'y livrer, parce qu'il faudra combattre. Enfin, le Nil étant cette année très mauvais, plusieurs provinces, faute d'inondation, offriront des non-valeurs auxquelles on ne pourra se dispenser d'avoir égard.
Tout ce que j'avance ici, citoyens Directeurs, je puis le prouver, et par des procès verbaux, et par des états certifiés des différents services.
Quoique l'Egypte soit tranquille en apparence, elle n'est rien moins que soumise. Le peuple est inquiet, et ne voit en nous, quelque chose que l’on puisse faire, que des ennemis de sa propriété ; son cœur est sans cesse ouvert à l’espoir d'un changement favorable.
Les Mamelouks sont dispersés, mais ils ne sont pas détruits. Mourad-Bey est toujours dans la Haute-Egypte avec assez de monde pour occuper sans cesse une partie considérable de nos forces. Si on l'abandonnerait un moment, sa troupe se grossirait bien vite, et il viendrait nous inquiéter jusque dans cette capitale, qui, malgré la plus grande surveillance, n'a cessé jusqu'à ce jour de lui procurer des secours en argent et en armes.
Ibrahim-Bey est à Gaza, avec environ deux mille Mamelouks; et je suis informé que trente mille hommes de l'armée du Grand-Vizir et de Djezzar Pacha y sont déjà arrivés. Le Grand-Vizir est parti de Damas il y a environ vingt jours. Il est actuellement campé auprès d'Acre. Enfin, les Anglais sont maîtres de la mer Rouge.
Telle est, citoyens Directeurs, la situation dans laquelle le général Bonaparte m'a laissé l'énorme fardeau de commandement de l'armée d'Orient. Il voyait la crise fatale s’approcher : vos ordres ne lui ont pas permis de la surmonter ; que cette crise existe, ses lettres, ses instructions, sa négociation entamée en font foi ; elle est de notoriété publique, et nos ennemis semblent aussi peu l'ignorer que les Français qui se trouvent en Egypte.
« Si cette année, me dit le général Bonaparte, et malgré toutes nos précautions, la peste est en Egypte, et vous tuait plus de quinze cents soldats, etc., je pense que dans ce cas vous ne devez point hasarder à soutenir la campagne prochaine, et que vous êtes autorisé à conclure la paix avec la Porte Ottomane, quand même l'évacuation de l'Egypte devrait être la condition principale, etc. »
Je vous fais remarquer ce passage, citoyens Directeurs, parce qu’il est caractéristique sous plus d'un rapport, et qu'il indique surtout la situation réelle dans laquelle je me trouve. Que peuvent être quinze cents hommes de plus ou de moins dans l'immensité de terrain que j'ai à défendre et aussi journellement à combattre.
Le général dit ailleurs : « Alexandrie et El-Arich, voilà les deux clefs de l'Egypte. » El-Arich est un méchant fort à quatre journées dans le désert. La grande difficulté de l'approvisionner ne permet pas d’y jeter une garnison de plus de deux cent cinquante hommes. Six cents Mamelouks et Arabes pourront, quand ils le voudront, intercepter sa communication avec Katieh, et comme, lors du départ de Bonaparte, cette garnison n'avait pas pour quinze jours de vivres en avance, il ne faudrait pas plus de temps pour l'obliger à se rendre sans coup férir. Les Arabes seuls étaient dans le cas de faire des convois soutenus dans les brûlants déserts, mais d'un côté ils sont été tant de fois trompés, que loin de nous offrir leurs services, ils s'éloignent et se cachent ; d'un autre côté l'arrivée du Grand-Vizir, qui enflamme leur fanatisme et leur prodigue des dons, contribue tout autant à nous en faire abandonner
Alexandrie n'est point une place, c'est une vaste camp retranché ; il était à la vérité assez bien défendu par une nombreuse artillerie de siège, mais depuis que nous l'avons perdue, cette artillerie, dans la désastreuse campagne de Syrie, depuis que le Général Bonaparte a retiré toutes les pièces de marine pour armer au complet les deux frégates avec lesquelles il est parti, ce camp ne peut plus offrir qu'une faible résistance.
Le général Bonaparte enfin s'était fait illusion sur l'effet que devait produire le succès qu'il a obtenu au poste d'Aboukir. Il a en effet détruit la presque totalité des neuf mille Turcs qui avaient débarqué. Mais, qu'est-ce qu'une perte pareille pour une grande nation, à laquelle on a ravi la plus belle portion de son empire, et à qui la religion, l'honneur et l'intérêt, prescrivent également de se venger et de reconquérir ce qu'on avait pu lui enlever ? Aussi cette victoire n'a-t-elle pas retardé un instant ni les préparatifs ni la marche du Grand-Vizir.
Dans cet état de choses, que puis-je et que dois-je faire ? Je pense, citoyens Directeurs, que c'est de continuer les négociations entamées par Bonaparte ; quand elles ne donneraient d'autre résultat que celui de gagner du temps, j'aurais déjà lieu d'en être satisfait. Vous trouverez ci-joint la lettre que j'écris en conséquence au Grand-Vizir ; en lui envoyant duplicata de celle de Bonaparte.
Si ce ministre répond à ces avances, je lui proposerai la restitution de l'Egypte aux conditions suivantes :
Le Grand-Seigneur y établirait un Pacha comme par le passé ;
On lui abandonnerait le miri que la Porte a toujours perçu de droit et jamais de fait ;
Le commerce serait ouvert réciproquement entre l'Egypte et la Syrie ;
Les Français demeureraient dans le pays, occuperaient les places et les forts, et percevraient tous les autres droits avec ceux des douanes, jusqu'à ce que le Gouvernement français eût conclu la paix avec l'Angleterre.
Si ces conditions préliminaires et sommaires étaient acceptées, je croirais avoir fait pour la patrie, plus qu'en obtenant la plus éclatante victoire. Mais je doute que l'on veuille prêter l'oreille à ces propositions ; si l'orgueil des Turcs ne s'y opposait point, j’aurais à combattre l'influence de l'or des Anglais. Dans tous les cas, je me guiderai d'après les circonstances.
Je connais toute l'importance de la possession de l'Egypte. Je disais en Europe qu'elle était pour la France le point d'appui par lequel elle pourrait remuer le système du commerce des quatre parties du monde ; mais pour cela il faut un puissant levier ; ce levier, c'est la marine. La nôtre a existé ; depuis lors, tout a changé, et la paix avec la Porte peut seule, ce me semble, nous offrir une voie honorable pour nous tirer d’une entreprise qui ne peut plus atteindre l'objet qu'on avait pu s'en proposer.
Je n'entrerai point, citoyens Directeurs, dans les détails de toutes les combinaisons diplomatiques, que la situation actuelle de l'Europe peut offrir. Ils ne sont point de mon ressort. Dans la détresse où je me trouve, et trop éloigné du centre des événements, je ne puis guère m'occuper que du salut et de l'honneur de l'armée que je commande : heureux si dans mes sollicitudes, je réussis à remplir vos vœux. Plus rapproché de vous, je mettrais toute ma gloire à vous obéir.
Je joins ici, citoyens Directeurs, un état exact de ce qui nous manque en matériel pour l'artillerie, et un tableau sommaire de la dette contractée et laissée par le général Bonaparte.
Salut et respect. »
Lepic34

Message par Lepic34 »

:salut:
Drouet Cyril a écrit : de la part de Menou (alors à Alexandrie) qui remit la lettre, et autres documents, à Kléber, à Rosette.
En effet, voici la lettre de Bonaparte à Menou le 5 fructidor an VII :
"Vous vous rendrez de suite à Alexandrie, citoyen général; vous prendrez le commandement d'Alexandrie, de Rosette et du Bahireh. Je pars ce soir pour la France. Le général Kléber doit être rendu, dans deux ou trois jours à Rosette. Vous lui ferez passer le pli ci-joint, dont je vous envoie un double que vous lui ferez passer par une occasion très sûre..."

:salut:
Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril »

Bonaparte avait écrit le 19 août à Kléber afin qu’il se rende « sur le champ » à Rosette, où attendu pour le 24 du même mois, il devait l’entretenir « d’affaires extrêmement importantes. »
Kléber reçut la missive le 22 au soir. Au matin du lendemain, Bonaparte faisait voile vers la France. Kléber n’arriva à Rosette que le 24, à 22 heures. Il écrivit dès le lendemain à Menou pour en savoir plus sur le départ du général en chef de l’armée d’Orient. Missive dans un ton bien particulier :
« J’arrive à Rosette le 7, à dix heures du soir, mais l’oiseau était déniché et n’avait pas même passé par ici […] J’espère que vous aurez la complaisance de me donner des détails sur le départ de notre héros et de ses dignes compagnons. »
Menou avertit du départ de Bonaparte par la lettre du 22 août, annonça la nouvelle à Kléber le 24, par l’intermédiaire du chef de brigade Eyssautier. Le nouveau général en chef de l’armée d’Orient, de Rosette, répondit à Menou, le 25, en ces termes :
« J'ai reçu le paquet que vous m'avez fait passer par le chef de brigade de la 69e, mon cher général. J'aurais bien désiré que vous vous fussiez rendu vous-même ici. Ma présence me semble très nécessaire au Caire : cependant je vous attendrai jusqu'au 10 [27 août], neuf heures du matin. Hâtez-vous donc d'arriver, afin que nous puissions amplement conférer ensemble. Non seulement je vous maintiendrai dans le commandement du deuxième arrondissement, qui n'aurait jamais dû vous être ôté, mais je ferai encore et toujours tout ce qui pourra contribuer à votre satisfaction, persuadé que vous mettrez toujours en première ligne le bien de la chose, qui est notre bien commun, et d'où seulement peut découler le bien public. Si j'approuve le motif du départ de Bonaparte [Menou, dans sa lettre du 24, avait émis le même avis] , du moins me reste-t-il quelque chose à dire sur la forme.
Adieu, ou plutôt au plaisir de vous voir bientôt. »
Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril »

A noter qu’un autre mort passa lui aussi à Marseille, et ne connut pas le même sort que l’illustre oublié de l’île d’If : le général Leclerc.

Terrassé par la fièvre jaune à Saint-Domingue, la cité phocéenne accueillit en effet la dépouille du beau-frère de Bonaparte (ce dernier avait ordonné un deuil de dix jours) déposée dans un char funéraire escortés de cinquante jeunes hommes vêtus de blanc, avec des crêpes à la ceinture et aux bras, portant des palmes, des branches de cyprès, des couronnes de laurier, des guirlandes de fleurs, des tiges de bananiers, des vases de parfums et des enseignes frappées des inscriptions suivantes : "Campagne du Nord", "Campagne du Rhin", "Campagne d’Italie", "Expédition du Portugal", "Expédition de Saint-Domingue", "Il commanda la place de Marseille, et maintint le calme et l’harmonie", "Il mettait toute sa gloire à ne quitter Saint-Domingue qu’après avoir rétabli le commerce et assuré le bonheur des colons", "Il mourut à Saint-Domingue victime de son dévouement et de son courage".

Arrivé en grandes pompes à Toulon, le corps de Leclerc poursuivit sa route jusqu’au château de Montgobert où il fut mis en terre le 9 mars 1803.
Drouet Cyril

Re: L'assassin de Kléber

Message par Drouet Cyril »

Drouet Cyril

Re: L'assassin de Kléber

Message par Drouet Cyril »

Drouet Cyril

Re: L'assassin de Kléber

Message par Drouet Cyril »

On retrouve trace dans le Mémorial des calomnies colportées sur l’assassinat de Kléber :
« Bertrand se trouva un des juges qui condamnèrent l'assassin, et il nous l'observait un jour à dîner, ce qui fit dire à l'Empereur : « Si les libellistes, qui veulent que ce soit moi qui ai fait périr Kléber, le savaient, ils ne manqueraient pas de vous dire l'assassin ou le complice, et concluraient que votre titre de Grand-Maréchal et votre séjour à Sainte-Hélène en ont été la récompense et le châtiment.»

Même son de cloche chez Bourrienne (Mémoires) :
« La connaissance que Bonaparte avait des talents et de la capacité de Kléber, le commandement de l'armée qu'il lui avait confié, les secours qu'il s'était toujours efforcé de lui faire passer par toutes sortes de moyens, repousseraient non seulement l'horrible soupçon de la plus légère participation à ce crime, mais même la pensée qu'il ait vu avec plaisir la mort de Kléber, ou qu'il l'ait désirée. »


Le pamphlétaire Lewis Goldsmith (« le fieffé vaurien » dixit Napoléon) dans son brûlot Histoire secrète du cabinet de Napoléon Buonaparté et de la cour de Saint-Cloud, s’est fait l’écho (parmi bien d'autres élucubrations) de pareilles sornettes :
« Kléber se proposait, en arrivant en France, d'accuser Buonaparté de tous les crimes dont il s'était rendu coupable en Egypte.
Tallien était propriétaire d'un journal français qui se publiait en Egypte , intitulé le Courrier d'Egypte ; il y inséra la liste des atrocités commises par Buonaparté, afin de le faire connaître à l'armée qu'il venait de déserter.
Menou rendait compte à Buonaparté de tout ce qui se passait : Kléber fut assassiné. On a attribué sa mort au patriotisme d'un Arabe. L'assassinat fut conçu et ordonné par Buonaparté. Menou avait reçu ses instructions à ce sujet, soit au départ de Buonaparté, soit en réponse aux avis qu'il lui donna de ce qui se passait depuis son départ. Si le patriotisme eût armé le bras d'un patriote Egyptien, il eût dirigé le poignard sur Buonaparté lorsqu'il était en Egypte, et non sur Kléber qui dans ces contrées, comme dans toutes celles où il a fait la guerre, était connu pour un homme bon, honnête et bienveillant.
L'Arabe fut cependant victime de son patriotisme; il fut jugé, à l'ordinaire, par un tribunal secret, et on n'a pas plus connu ce qui s'y passa qu'on ne connaît ce qui se passe aux assassinats nocturnes qui se commettent dans les prisons de Buonaparté. »
Drouet Cyril

Re: L'assassin de Kléber

Message par Drouet Cyril »

Mon dernier post est plutôt une mise en lumière des mensonges de Goldsmith ; mensonges qui ne visaient qu'à salir malhonnêtement la mémoire de l'Empereur.
dracir

Re: L'assassin de Kléber

Message par dracir »

:salut:

Je viens de lire le poste du mois de mars 2004 , c'est très interessant , comment peut-on supporter la douleur comme ça sans rien dire , c'est incroyable

:salut:

:cheval:
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Assassinat plénipotentiaires français
    par Jeff M. » 10 sept. 2018, 11:50 » dans Espace visiteurs
    5 Réponses
    550 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    11 sept. 2018, 10:36
  • La tentative d'assassinat par Friedrich Staps
    par L'âne » 20 juin 2018, 13:16 » dans L'actualité napoléonienne
    5 Réponses
    492 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    22 juin 2018, 10:29
  • Ajaccio : le destin impérial de la « maison Bonaparte »
    par Joker » 14 août 2019, 20:15 » dans Livres - Revues - Magazines
    0 Réponses
    837 Vues
    Dernier message par Joker
    14 août 2019, 20:15
  • Médecin oublié au destin exceptionnel , François Girardot (1773-1831)
    par Joker » 04 sept. 2020, 20:07 » dans Salon Ier Empire
    4 Réponses
    181 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    05 sept. 2020, 09:47
  • Franck Favier : " Malheur, malédiction, la vie de Marmont semble marquée par le destin "
    par Martin Guerre » 17 janv. 2021, 13:22 » dans Espace visiteurs
    0 Réponses
    11 Vues
    Dernier message par Martin Guerre
    17 janv. 2021, 13:22