Le destin de Sulayman après l'assassinat de Kléber.

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril »

la soi disant petitesse de son sexe .
C’est en effet ce qu’affirment les chirurgiens assistants Henry et Rutledge dans leurs notes respectives relatives à l’autopsie de l’Empereur :
ce qui est rassurant quelque part dans l'impudeur de l'Empereur
Outre les Mémoires de Mme de Rémusat, on peut aussi citer les Souvenirs militaires de Girod de l'Ain :
« L'Empereur avait mis pied à terre, au beau milieu d'un champ, pour satisfaire certain besoin, quand la colonne que je suivais lui vint directement dessus..., il ne se dérangea pas le moins du monde , et, laissant complètement à découvert ce que, d'ordinaire, on met quelque soin à dissimuler, se laissant coudoyer successivement depuis la tête jusqu'à la queue de cette épaisse colonne, par les hommes sur le chemin desquels il se trouvait, il acheva tranquillement son affaire ; témoin involontaire de ce tableau, je restai là à cheval en face de lui et jusqu'après le défilé de toute la colonne. »

On peut également se souvenir de l’amusante anecdote datée du 10 mars 1820, où, dans le but de rire de la réaction du capitaine Engelbert Lutyens, Napoléon et Montholon, entièrement nus, s’étaient tranquillement promenés dans les jardins de Longwood avant d’aller prendre un bain dans un bassin.
Lutyens écrivit :
« Vers six heures hier soir, le général Bonaparte s’est déshabillé et a plongé dans le réservoir de pierre dans le jardin. Le comte Montholon était avec lui, et deux serviteurs attendaient pour essuyer et aider le général. »
(Letters of Captain Engelbert Lutyens)

Comme quoi, Napoléon ne faisait pas des gamineries qu’avec Betzy… :)
Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril »

Et puis, comme disait Napoléon :
"Si je fusse mort sur le trône, dans les nuages de ma toute puissance, je serais demeuré un problème pour bien des gens ; aujourd'hui, grâce au malheur, on pourra me juger à nu ! » :lol:
(Las Cases, Mémorial)
Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril »

Sous la Restauration, la ville de Strasbourg réclama les restes de Kléber reposant encore sur l’île d’If. Ils furent ainsi transportés en 1818 en la cathédrale de la ville.
Le 13 décembre 1838, le corps de Kléber, renfermé dans un cercueil de plomb, lui-même entouré d’un autre cercueil de chêne, le tout placé dans un sarcophage de pierre de taille, fut déposé dans un caveau situé au centre de la place des Cordeliers, débaptisée pour l’occasion place Kléber.
Ledit caveau ne tarda pas à être surmonté d’un monument à la hauteur du Lion alsacien.
La statue, œuvre de M.P. Grass, sculpteur strasbourgeois, représente Kléber au moment où il reçoit les offres de capitulation de Keith et auxquelles il répondit par un vibrant : « Soldats ! On ne répond à une telle insolence que par des victoires. Préparez-vous à combattre. »
Haute de 3 m 10, la statue (coulée par le fondeur Honoré à Paris), repose sur un piédestal en granit rose du ballon de Guebwiller, exécuté par l’architecte Roethlisberger, à partir des dessins de Fries.
On peut y voir deux bas-reliefs représentant les batailles d’Héliopolis et d’Altenkirchen.
Sur la face antérieure, on peut lire :
"J.B. Kléber
Né à Strasbourg le 6 mars 1753.
Adjudant général à l’armée de Mayence.
Général de brigade à l’armée de la Vendée.
Général de division à l’armée de Sambre-et-Meuse.
Général en chef en Egypte.
Mort au Caire le 14 juin 1800."


Et sur la face postérieure :
« A Kléber,
ses frères d’armes,
ses concitoyens,
la patrie.
1840.
Ici reposent ses restes. »


Le monument fut inauguré le jour anniversaire de la mort de Kléber, le 14 juin 1840.
J-B Laborde

Message par J-B Laborde »

Merci Cher Cyril de ces précisions, et pour être tout à fait complet, la transformation de la Place Kléber il y quelques années, à vu naitre en dessous un parking souterrain, mais le cercueil de Kléber est resté à sa place, et mis en valeur en pénétrant dans le parking...
Sur le dessus de cette place s'y tient chaque hiver le célèbre Marché de Noël de Strasbourg, c'est dire que des milliers de personnes venus des quatre coins de la planète "piétinent" notre intrépide Général...

:salut:
Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril »

Sur le dessus de cette place s'y tient chaque hiver le célèbre Marché de Noël de Strasbourg, c'est dire que des milliers de personnes venus des quatre coins de la planète "piétinent" notre intrépide Général...
Ca me fait penser à ce qu’écrivait Louis Veuillot au milieu du 19e :
« Mais voici qui ne fait plus rire. L'une des inscriptions du piédestal nous apprend que Kléber est enterré là. Le pauvre homme, ses admirateurs l'ont fourré en terre sous son monument, en pleine place publique; que dis-je ? sur un marché ! On y vend des légumes, et je crois aussi du bétail ! Une douzaine de revendeuses en guenilles stationnent autour de la statue. L'ombre du héros a pour champs Elysées un champ de foire. »
Veuillot oublait tout de même de dire que la place était aussi l’endroit où se déroulaient toutes les plus grandes manifestations militaires organisées dans la ville.

Pour mémoire, en 1940, les Allemands avaient déjà enlevé la statue et l’avaient remisée au musée. L’heure n’était plus à honorer le grand général de la République. L’ennemi avait en effet débaptisé la place en Karl Roos platz, du nom d’un autonomiste alsacien, proche des nazis, fusillé comme espion en 1940.
La statue de Kléber fut remise en place en 1945.

La place Kléber sous l’occupation nazie :
http://i11.servimg.com/u/f11/11/09/26/89/image014.jpg
http://i11.servimg.com/u/f11/11/09/26/89/image013.jpg
Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril »

c'est qu'il était bel homme, dit-on, ce Kléber
C’est ce que l’on lit sous la plume de Miot (Mémoires pour servir à l'histoire des expéditions en Égypte et en Syrie) :
« Kléber était grand et bel homme, il avait une tournure militaire, imposante ; sa figure était noble et fière, ses yeux vifs et perçants ; ses traits inspiraient le respect. »

Avis de Napoléon (Guerre d'Orient : Campagnes de Égypte et de Syrie, 1798-1799. Mémoires pour servir à l'histoire de Napoléon, dictés par lui-mème à Sainte-Hélène, et publiés par le général Bertrand) :
« Kléber était le plus bel homme de l’armée. »
Lepic34

Message par Lepic34 »

:salut:
Une aquarelle du général par Ansiaux.

http://www.cosmovisions.com/images/Kleber.jpg
Modifié en dernier par Lepic34 le 05 sept. 2009, 12:01, modifié 1 fois.
la remonte

Message par la remonte »

pauvre cheval :) le garrot lui arrive au nombril !
Lepic34

Cadeau empoisonné.

Message par Lepic34 »

:salut:
De Bonaparte au général Kléber, le 5 fructidor an VII (22 août 1799).

"Vous trouverez ci-joint, citoyen général, un ordre pour prendre le commandement en chef de l'armée. La crainte que la croisière anglaise ne reparaisse d'un moment à l'autre me fait précipiter mon départ de deux ou trois jours. Je mène avec moi les généraux Berthier, Lannes, Murat, Andréossy et Marmont, les citoyens Monge et Berthollet. Vous trouverez ci-joint les papiers anglais et de francfort jusqu'au 10 juin; vous y verrez que nous avons perdu l'Italie; que Mantoue, Turin et Tortone sont bloqués. J'ai lieu d'espérer que la première de ces places tiendra jusqu'à la fin de novembre. J'ai l'espérance, si la fortune me sourit, d'arriver en Europe avant le commencement d'octobre. Vous trouverez ci-joint un chiffre pour correspondre avec le gouvernement et un autre pour correspondre avec moi. Je vous prie de faire partir, dans le courant d'octobre, Junot ainsi que les effets que j'ai laissés au Caire et mes domestiques. Cependant je ne trouverais pas mauvais que vous engageassiez à votre service ceux qui vous conviendraient. L'intention du gouvernement est que le général Desaix parte pour l'Europe dans le courant novembre, à moins d'événements majeurs. La commission des arts passera en France sur un parlementaire que vous demanderez à cet effet, conformément au cartel d'échange, dans le courant de novembre, immédiatement après qu'ils auront achevé leur mission. Ils sont, dans ce moment-ci, occupés à ce qui reste à faire, à visiter la Haute-Egypte. Cependant, ceux que vous jugeriez pouvoir vous être utiles, vous les mettriez en réquisition sans difficulté. L'effendi fait prisonnier à Aboukir est parti pour se rendre à Damiette. Je vous ai écrit de l'envoyer à Chypre. Il est porteur, pour le Grand Vizir, de la lettre dont vous trouverez ci-joint la copie. L'arrivée de notre escadre de Brest à Toulon et de l'escadre espagnole à Carthagène ne laisse aucune espèce de doute sur la possibilité de faire passer en Egypte les fusils, les sabres, pistolets, fers coulés dont vous avez besoin et dont j'ai l'état le plus exact, avec une quantité de recrues suffisante pour réparer les pertes de deux campagnes. Le Gouvernement vous fera connaître alors, lui-même, ses intentions, et moi-même, comme homme public et comme particulier, je prendrai des mesures pour vous faire avoir fréquemment des nouvelles. Si, par des événements incalculables, toutes les tentatives étaient infructueuses, et qu'au mois de mai vous n'ayez reçu aucun secours ni nouvelles de France, et si, cette année, malgré toutes les précautions, la peste était en Egypte et vous tuait plus de 1500 hommes, perte considérable, puisqu'elle serait en sus de celle que les événements de la guerre vous occasionneraient journellement, je pense que, dans ce cas, vous ne devez point vous hasarder à soutenir la campagne prochaine, et que vous êtes autorisé à conclure la paix avec la porte ottomane, quand bien même l'évacuation de l'Egypte devrait en être la condition principale. Il faudrait simplement éloigner l'exécution de cette condition, si cela était possible, jusqu'à la paix générale. Vous savez apprécier aussi bien que personne, citoyen général, combien la possession de l'Egypte est importante à la France. Cet empire turc, qui menace ruine de tous les côtés, s'écroule aujourd'hui, et l'évacuation de l'Egypte par la France serait un malheur d'autant plus grand que nous verrions, de nos jours, cette belle province en d'autres mains européennes. Les nouvelles des succés ou des revres qu'aurait la République e Europe doivent aussi entrer puissamment dans vous calculs. Si la Porte répondait aux ouvertures de paix que je lui ai faites, avant que vous n'eussiez reçu de mes nouvelles de France, vous devez déclarer que vous avez tous les pouvoirs que j'avias, entamer la négociatioon, persister toujours dans l'assertion que j'ai avancée que l'intention de la France n'a jamais été d'enlever l'Egypte à la Porte, demander que la Porte sorte de la coalition et nous accorde le commerce de la mer Noire, et enfin six mois de suspension d'hostilités, afin que, pendant ce temps-là, l'échange des ratifications puisse avoir lieu. Supposant que les circonstances soient telles que vous croyiez devor conclure ce traité avec la Porte, vous ferez sentir que vous ne pouvez pas le mettre à exécution qu'il ne soit ratifié; et, selon l'usage de toutes les nations, l'intervalle entre la signature d'un traité et sa ratification doit toujours être une suspension d'hostilités".
A suivre.
:salut:
Lepic34

La suite.

Message par Lepic34 »

" Vous connaissez, citoyen général, quelle est ma manière de voir sur la politique intérieure de l'Egypte; quelque chose que vous fassiez, les chrétiens seront toujours nos amis. Il faut les empêcher d'être trop insolents, afin que les turcs n'aient pas contre nous le même fanatisme que contre les chrétiens, ce qui nous les rendrait irréconciliables. Il faut endormir le fanatisme en attendant qu'on puisse le déraciner. En captivant l'opinion des grands cheiks du Caire, on a l'opinion de toute l'Egypte et de tous les chefs que ce peuple peut avoir. Il n'y en a aucun moins dangereux pour nous que des cheiks qui sont peureux, ne savent pas se battre, et qui, comme tous les prêtres, inspirent le fanatisme sans être fanatiques. Quant aux fortifications, Alexandrie et El-Arich, voilà les deux clefs de l'Egypte. j'avais le projet de faire établir, cet hiver, des redoutes de palmiers : deux depuis Salheyeh à Katieh, deux de Katieh à El-Arich; une de ces dernières se serait trouvée à l'endroit où le général Menou a trouvé de l'eau potable. Le général de brigade Sanson, commandant le génie, et le général de brigade Songis, commandant l'artillerie de l'armée, vous mettront au fait chacun de ce qui regarde son arme. Le citoyen Poussielgue a été exclusivement chargé des finances; je l'ai reconnu travailleur et homme de mérite. Il commence à avoir quelques renseignements sur le chaos de l'administration de ce pays. j'avais le projet, si aucun événement ne survenait, de tâcher d'établir, cet hiver, un nouveau système d'impositions, ce qui aurait permis de se passer, à peu près, des coptes. Cependant, avant de l'entreprendre, je vous conseille d'y réfléchir longtemps; il vaut mieux entreprendre cette opération un peu trop tard qu'un peu trop tôt. Des vaisseaux de guerre français paraîtront indubitablement cet hiver à Alexandrie ou à Burlos ou à Damiette. Faites construire une batterie ou une tour à Burlos. Tâchez de réunir 5 ou 600 mamelouks que, lorsque les vaisseaux français seront arrivés, vous ferez arrêter dans un jour au Caire ou dans les autres provinces et embarquer pour la France. Au défaut des mamelouks, des otages d'arabes, des cheik-el-beled qui, par une raison quelconque, se trouveraient arrêtés, pourraient y suppléer. Ces individus, arrivés en France, y seraient retenus un ou deux ans, verraient la grandeur de la nation, prendraient de nos moeurs et de notre langue, et, de retour en Egypte, nous formeraint autant de partisans. J'avais déjà demandé à plusieurs fois une troupe de comédiens; je prendrai un soin particulier de vous en envoyer. Cet article est trés important pour l'armée et pour commencer à changer les moeurs du pays. La place importante que vous allez occuper en chef va vous mettre à même de déployer les talents que la nature vous a donnés; l'intérêt de ce qui se passe ici est vif, et les résultats en seront immenses sur le commerce et la civilisation; ce sera l'époque d'où dateront de grandes révolutions. Accoutumé à voir la récompense des peines et des travaux de la vie dans l'opinion de la postérité, j'abandonne l'Egypte avec le plus grand regret. l'intérêt de la patrie, sa gloire, l'obéissance, les événements extraordinaires qui viennet de s'y passer, me décident seuls à passer au milieu des escadres ennemies pour me rendre en Europe. Je serai d'esprit et de coeur avec vous; vos succès me seront aussi chers que ceux où je me trouverais moi-même, et je regarderai comme mal employés tous les jours de ma vie où je ne ferai pas quleque chose pour l'armée dont je vous laisse le commandement, et pour consolider le magnifique établissement dont les fondements viennent d'être jetés. L'armée que je vous confie est toute composée de mes enfants; j'ai eu, dans tous les temps, même au milieu de leurs plus grandes peines, des marques de leur attachement; entretenez-les dans ces sentiments; vous le devez par l'estime et l'amitié toute particulière que j'ai pour vous, et pour l'attachement vrai que je leur porte".

Bonaparte avait demandé à Kléber de le rejoindre pour conférer avec lui d'affaires importantes. En arrivant sur place, Kléber trouve seulement Menou qui lui remet cette lettre. Apprenant le départ de son chef et probablemnt vexé de ne pas avoir été mis dans la confidence des préparatifs, l'alsacien entre dans une colère noire.

:salut:
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Assassinat plénipotentiaires français
    par Jeff M. » » dans Espace visiteurs
    5 Réponses
    657 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
  • La tentative d'assassinat par Friedrich Staps
    par L'âne » » dans L'actualité napoléonienne
    5 Réponses
    640 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
  • 9 mars 1753 : Naissance de Kléber
    par Joker » » dans Salon Ier Empire
    0 Réponses
    187 Vues
    Dernier message par Joker
  • Ajaccio : le destin impérial de la « maison Bonaparte »
    par Joker » » dans Livres - Revues - Magazines
    0 Réponses
    898 Vues
    Dernier message par Joker
  • Médecin oublié au destin exceptionnel , François Girardot (1773-1831)
    par Joker » » dans Salon Ier Empire
    4 Réponses
    268 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet