Le destin de Sulayman après l'assassinat de Kléber.

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril »

Quelques mots de Napoléon sur le Strasbourgeois :

"La sagacité des Egyptiens leur avait fait deviner qu'il n'était pas Français. En effet, quoique Alsacien, il avait d'abord servi dans l'armée prussienne, et pouvait passer pour un pur Allemand.
[...]
Nullement national, il eût pu, sans effort, servir l'étranger : il avait commencé dans sa jeunesse sous les Prussiens, dont il demeurait fort engoué."
(Las Cases, Le Mémorial)
"Tiaple! Ces pricands se pattent pien!".......

Bastet

Message par Bastet »

Si j'en crois mes lectures, il a porté l'habit blanc,le pantalon bleu à liseré blanc, les bottes à la hongroise et même été nommé lieutenant dans le régiment de Kaunitz, 1777-1785, mais peu d'autres honneurs et point d'argent.... Kléber, je pense , s'est comporté en honnête homme en Vendée, par exemple, face au comédien-général Rossignol.....et fut révolté du plan du Comité de Salut Public que Turreau allait appliquer avec le succès que l'on connaît, même s'il déteste les Vendéens il les estime, surtout après Torfou, du moins c'est ce qu'il a écrit.

Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril »

Kléber, je pense , s'est comporté en honnête homme en Vendée
N'oublions tout de même pas que l'armée de Mayence à laquelle il appartenait (il en commandait l'avant-garde) arriva en Vendée avec le terrible décret du 1er août en poche.
Décret qui connut un commencement d'application durant les campagnes militaires menées en Vendée par les Mayençais avant la campagne d'Outre-Loire.

Pour l'accent, Napoléon confia à Bertrand :
"Il avait l'accent et les moeurs allemandes"

Marmont s'en est aussi fait l'écho :
"Un accent alsacien très-marqué, des phrases souvent imprégnées de germanismes, donnaient à son langage une énergie particulière."

L'âne

Message par L'âne »

Les moeurs allemandes ne gênaient pas nos soldats, en ce qui concerne les soldats de l'armée française. Ces dernières avaient été élues et de loin les maîtresses les plus accortes, amènes... enfin, comme ont voudra.

Des soldats qui, habitués à recevoir des marques de sympathie prononcées en Allemagne et surtout à y répondre favorablement, ont été destabilisés en Espagne... et encore c'est un doux euphémisme...

L'âne

Message par L'âne »

Une idée qui m'est venue en tête alors que je lisais "il (Kleber) avait les moeurs allemandes". Cela m'a fait penser qu'en ce qui concerne les moeurs allemandes, nos soldats s'en accomodaient très bien. En effet l'accueil qui leurs était fait généralement était des plus chaleureux. Les allemandes étaient réputées pour avoir des moeurs assez libérés, ce qui ne gênait pas notre armée. Ensuite, en Espagne, les soldats ont eu une autre vision des femmes car elles étaient plus farouche moins libérées.

Saviez vous par exemple qu'à un moment donné (je ne me souviens plus exactement de la période) mais il y avait selon un recensement, presque autant de femmes qui suivaient l'armée que son effectif ? C'est incroyable mais ça ne doit pas être totalement faux.

Richard

Message par Richard »

Kléber laissé au commandement en Egypte est présenté comme une "garantie" d'efficacité mais... absent de France, c'est aussi une garantie de "concurrence en moins" et un républicain absent lors de la prise du pouvoir par coup d'état...
La prise de pouvoir commence peut-être par... laisser Kléber en Egypte...

Cordialement,

Richard

Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril »

Il me semble difficile de démontrer la jalousie de l’un ou de l’autre. Encore pouvons-nous nous référer aux sentiments des contemporains des deux hommes.
Plus haut, nous avons lu l’opinion de Bourrienne. Voici celle du général Mathieu Dumas (Précis des évènements militaires ou essai historique sur les campagnes de 1797 à 1814) :

« Le général Kléber, l'un des plus habiles, des plus valeureux et des plus prudents capitaines qu'aient formés les guerres de la révolution, resta chargé du fardeau du commandement en chef [de l'armée d'Orient]. Ses talents, qui n'étaient inférieurs à aucune élévation, avaient excité la jalousie de Bonaparte. »


A Sainte-Hélène, Napoléon annota cet ouvrage :

« Quand le général en chef prit le parti d'accourir en Europe au secours de la République, il pensa d'abord à laisser le commandement à Desaix, ensuite à amener avec lui en France Desaix et Kléber, et enfin il résolut d'emmener le premier et d’investir le second du commandement. Ce serait une singulière marque de jalousie que d'élever un général de division au poste de général en chef ! Il est fâcheux de lire une telle assertion dans un ouvrage estimable; car, enfin, de quoi aurait pu être jaloux le vainqueur de tant de batailles ? et quelle preuve de jalousie a-t-il donnée ? »

Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril »

Quand je parlais de l'attitude de l'attitude de Kléber en Vendée je ne pensais pas aux Mayençais qui ont commis leur lot d'atrocités; viols, pillages, incendies
Vous pensiez à quoi alors ? Kléber n'y a pas servi en dehors de son commandement au sein de l'armée de Mayence.
et Charette ce héros à Torfou
Mouais... Il a connu des moments plus glorieux. Sans parler de son attitude dans les jours qui ont suivi la victoire torfousienne.
j'ignorais que les Allemandes étaient de moeurs si légères faisant ainsi le bonheur du soldat.
Un mot de Napoléon après sa nuit de Compiègne : "Epousez une Allemande. Ce sont les meilleures femmes du monde, douces, bonnes, naïves, fraîches comme des roses."
(Constant, Mémoires)

Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril »

Je pensais qu'il ne fallait peut-être pas confondre le chef avec ceux qui semaient ruines et cadavres sur leur chemin
Kléber en tant qu'officier général a pourtant une indéniable responsablité dans les exactions qui accompagnèrent la marche des Mayençais. Pourtant, il ne faut pas confondre les crimes commis par les Mayençais avec ceux des colonnes de Turreau.

O.Godeille

Message par O.Godeille »

Un détail peut-être apocryphe :

Kléber était connu pour son langage et il aurait explosé de colère en apprenant, par lettre, le départ pour la France du général en chef. Il aurait parlé de "désertion" et aurait prononcé la phrase "ils nous ont laissé ici les culottes pleines. Nous allons rentrer et les leur jeter à la figure".

De quoi perdre le droit à une statue.

Par contre, êtes vous sûr de la malle ? Sur le guide distribué au chateau d'if, ils parlent d'un cercueil déposé dans la chapelle du fort.

Cordialement,

O.Godeille

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Assassinat plénipotentiaires français
    par Jeff M. » 10 sept. 2018, 11:50 » dans Espace visiteurs
    5 Réponses
    461 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    11 sept. 2018, 10:36
  • La tentative d'assassinat par Friedrich Staps
    par L'âne » 20 juin 2018, 13:16 » dans L'actualité napoléonienne
    5 Réponses
    385 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    22 juin 2018, 10:29
  • Un jour, un destin
    par Joker » 28 juil. 2015, 19:54 » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    1060 Vues
    Dernier message par Joker
    29 juil. 2015, 12:42
  • Ajaccio : le destin impérial de la « maison Bonaparte »
    par Joker » 14 août 2019, 20:15 » dans Livres - Revues - Magazines
    0 Réponses
    739 Vues
    Dernier message par Joker
    14 août 2019, 20:15