Quand Jérôme Bonaparte était capitaine de vaisseau...

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Route Napoleon

JÉRÔME BONAPARTE

Message par Route Napoleon »

JEROME BONAPARTE

Dernier enfant de Charles et Letizia, Jérôme est né à Ajaccio le 15 novembre 1784.
Il a 9 ans quand il vient en France avec sa famille qui fuit la Corse.
Il va peu à l’école jusqu’au jour où, en décembre 1797, Napoléon décide de le mettre chez les Oratoriens à Juilly où le père Priolau a réouvert l’établissement où ont étudié Muiron et Duphot, ainsi que quelques Beauharnais.
C’est peut-être l’amitié portée à Muiron qui a fixé le choix, et Bonaparte s’inscrit comme correspondant sur le registre d’entrée : " S’adresser au général Bonaparte et à son épouse rue Chantereine, n°6 "
Jérôme a beaucoup de retard, mais léger et étourdi, il montre peu de goût pour les études.

Au retour d’Egypte, il est en vacances lorsque Bonaparte débarque à Fréjus. Il a quinze ans et il est gâté par Joséphine qui se plaît de sa désinvolture précoce.
Jérôme saura profiter de la Malmaison de son ambiance féminine où ses séjours dans le salon de sa belle-soeur ont répandu sur toute sa vie ce goût d ‘élégance et comme une odeur de femme : il sait leur plaire, leur parler avec des façons de politesse naturelle qui ne laissent personne indifférent. Il apprend le goût du beau et la prodigalité.

Après Brumaire il habite au Tuileries ce qui n’est pas lui déplaire.
Un jour qu’il s’est échappé il passe rue Saint-Honoré entre chez le bijoutier Biennais et demande à voir des nécessaires et les fait livrer aux Tuileries précisant " L’aide de camp de service paiera…"
Duroc, de service, croit que c’est pour le Consul paie la facture 16.000 francs.
Après enquête, Bonaparte attrape l’acheteur par les deux oreilles
" c’est donc vous monsieur Jérôme qui vous permettez d’acheter des nécessaires de 16.000 francs !
- Ah moi je n’aime que les belles choses !
Le Consul rie de bon cœur et Jérôme garde les objets.

On lui donne Eugène comme exemple ce qui a la don de l’exaspérer. Au retour de Marengo, comme il boude Bonaparte lui demande :
- Veux-tu me faire la paix à la fin, je te donnerai quelque chose !
- Quoi ?
- Ce que tu voudras !
- Donnez-moi le sabre que vous portiez à Marengo…
Et Bonaparte lui tend le sabre…

Comme il faut bien l’occuper et que l’uniforme lui va bien il fait un essai chez les hussards volontaires. Sans jamais être de service il peut croire qu’il commence son éducation militaire. Comme on est pas soldat tant qu’on a pas son duel, il se prend de querelle avec un jeune nommé Davout…
Rendez-vous est pris au bois de Vincennes, chacun avec un pistolet d’arçon et un paquet de cartouches.
Au cinquième feu Jérôme reçoit en pleine poitrine une balle qui s’aplatit sur le sternum et s’y enchâsse.
On la retrouvera soixante ans plus tard à son autopsie.



Le Premier Consul expédie l’adolescent dans la marine et le matelot Jérôme est conduit par Savary à Brest, en novembre 1800, à l’amiral Gantheaume :
" Je vous envoie le citoyen Jérôme Bonaparte pour faire son apprentissage dans la marine. Vous savez qu’il a besoin d’être tenu sévèrement ? Exigez qu’il remplisse avec exactitude toutes les fonctions de l’état qu’il embrasse.".
La division navale vient mouiller à Toulon après huit mois de mer..
Le Premier Consul écrit à son jeune frère :
" J’apprends avec plaisir que vous vous faites à la mer. Montez dans les mâts, apprenez à étudier les différentes parties du vaisseau, qu’à votre retour on me rende compte que vous êtes aussi agile qu’un bon mousse. J’espère qu’à présent vous savez faire votre quart et votre point "
Bonaparte ignore que mouillant devant l’île d’Elbe, Jérôme a débarqué et poussé jusqu’à Florence où il va voir son beau-frère Murat…

De Toulon, Jérôme prend la poste pour Paris où chacun s’empresse de le fêter.
Chez Elisa, le chevalier de Boufflers lui fait des vers :
Sur le front de ce jeune vainqueur
J’admire ce qu’ont fait deux à trois de guerre.
Je l’avais vu partir ressemblant à sa sœur
Je le vois revenir ressemblant à son frère


Le Premier Consul fait en sorte qu’il reste le moins possible à paris et l’envoie à Boulogne et Dunkerque, puis à Rochefort avec ordre d’embarque sur le Foudroyant où flotte le pavillon de l’amiral Latouche-Tréville.
1802, cette escadre fait voile sur les Antilles...

Route Napoleon

Re: JÉRÔME BONAPARTE

Message par Route Napoleon »

Jérôme, du reste assez méconnu, aura une vie bien remplie....

N'oublions pas qu'il est l'ancêtre de la Famille impériale d'aujourd'hui

Jérôme est lieutenant de vaisseau sur le brick l’Épervier.
Il a embarqué le 29 août 1802, à Nantes, où il fait sensation en prenant la place du postillon, déboulant en ville au triple galop.
Un lieutenant de vaisseau conduisant une voiture en arrivant au port avait fait grand bruit.
C’est là qu’il fait connaissance de Maubreuil qui lui fait connaître le Quai de la Fosse…

Aux Antilles, bloqué par la flotte anglaise, il quitte le bord, sans ordre, pour visiter l’Amérique et arrive à Baltimore, "l’Athènes des Etats-Unis", où il fait la connaissance d’Elisabeth Patterson, fille d’un riche négociant qu’il épouse le 24 décembre 1803.
Il a alors 19 ans et oublie de demander l’autorisation parentale pour ce mariage, qui de toutes façons lui aurait été refusée.
Pris de colère en l’apprenant Bonaparte le fait rentrer au plus vite et seul !

Septembre 1804, sur l’injonction de Decrès, il répond : " Je n’ai d’ordres à recevoir de personne, je suis ici en mission" ...
Puis sur un navire de son beau-père, Monsieur Jérôme traverse l’océan avec sa jeune épouse enceinte et accoste près de Lisbonne, où il laisse Elisabeth prendre la route pour Amsterdam. Elle mettra au monde un fils à Londres en juillet 1805.

Pendant ce temps, Jérôme se dirige sur l’Italie, rejoindre son frère devenu Empereur.
A Alexandrie, sermonné par Napoléon et sommé de se séparer, Jérôme accepte de reconnaître la nullité de son mariage.

Il doit reprendre la mer pour apprendre son métier.
La faiblesse de Napoléon envers sa famille est sans exemple : Jérôme, en quatre mois est promu capitaine de vaisseau !

Route Napoleon

Re: JÉRÔME BONAPARTE

Message par Route Napoleon »

Je recherche en même temps dans les livres de Frédéric Masson, Bernardine Melchior-Bonnet, François Piétri, Jules Bertaud et autres car la Campagne de Russie va être gratinée.

Son descendant le Prince Napoléon, nous avait fait l'honneur de dédicacer son livre, il y a trois ans, aux Journées Napoléon de Golfe-Juan et nous avions ainsi pu l'approcher.

Route Napoleon

Re: JÉRÔME BONAPARTE

Message par Route Napoleon »

Et bon vent, car nous prenons la mer...

La descendance de Monsieur Jérôme :
http://lesapn.forumactif.fr/viewtopic.forum?t=1131


... " Mon intention, écrit le 17 septembre 1805, l’Empereur Napoléon 1er au ministre de la marine Denis Decrès, (un Lorrain...) est que Monsieur Jérôme commande un vaisseau de la première expédition."
Philibert Willaumez, né à Belle-Isle dans le Morbihan, n’est guère enchanté d’avoir ce trublion près de lui, néanmoins il lui écrit pour le féliciter

A Brest sous les ordres de l’amiral Willaumez, Monsieur Jérome prend le commandement du Vétéran avec un bon second, le futur amiral Halgan qui commande en fait et des officiers supérieurs qui deviendront des amiraux Mackau et Duperré…
Philibert Willaumez a reçu une dépêche secrète sur la conduite à tenir vis-à-vis de M. Jérôme…" Pas d’adulation, etc…"

Fort bien mais ce jeune capitaine de vaisseau a deux années d’expérience alors que les autres capitaines de vaisseau ont en moyenne vingt-cinq ans dont une quinzaine en temps de guerre….

Il fait mettre sous voiles le 20 novembre 1805, au reçu d’un ordre télégraphique de Paris. M. Jérôme est toujours absent.
Il arrive le 26, étonné de n’avoir pas d’appartement prêt à le recevoir, il part coucher à la Préfecture maritime, hébergé par le Préfet Caffarelli qui a donné son nom à cette célèbre porte au bas de la rue de Siam, comme pourra le confirmer notre amiral Pilayrou…
Les jours passent sous le crachin et des vents pas favorables.
M. Jérôme s’en veut repartir pour Paris.
Enfin, le 12 décembre, le vent se met au nord en même temps que des nouvelles arrivées d’Austerlitz ...

pilayrou

Re: JÉRÔME BONAPARTE

Message par pilayrou »

Bouquiniste-des-Alpes-Bretonnes, la porte Caffarelli se trouve à Recouvrance ! Pour les lecteurs du forum, vous descendez à pied la rue de Siam, vous passez le pont de Recouvrance qui enjambe la Penfeld et cinq minutes plus tard, vous êtes à la porte Caffarelli. Aprés 15 minutes de marche dans l'Arsenal, vous atteindrez le Clémenceau ! :?

Route Napoleon

Re: JÉRÔME BONAPARTE

Message par Route Napoleon »

Août 1806, profitant d’un fort coup de vent qui a dispersé l’escadre en opérations au large de Terre-Neuve, Jérôme fait mettre les voiles sur la France et pour échapper à quelques navires anglais le Vétéran s' approche de l’archipel des Glénans...

Gast ! Par chance un matelot, Jean-Marie Furic, connaît bien les passes pour être natif de Concarneau et après avoir allégé en délestant, le vaisseau passant le Cabellou, ancre près de la Ville Close où il restera bloqué trois ans !…

Qu’importe, rentré à Paris, Monsieur Jérôme va être comblé d’honneurs : il devient Prince français avec une rente de un million, retrouve sa place dans l’ordre de l’hérédité familiale, il est promu contre-amiral et décoré du Grand-Aigle de la légion d’Honneur !

Les choses sérieuses commencent...

Route Napoleon

Re: JÉRÔME BONAPARTE

Message par Route Napoleon »

...La chance de sa vie, il doit épouser Catherine de Wurtemberg dont le père le Grand électeur Frédéric vient d’être nommé roi par la grâce de Napoléon.
Son union américaine a été déclarée nulle pour absence d’autorisation maternelle et pour clandestinité…

La Prusse est entrée en guerre.
Jérôme va guerroyer sous les ordres du général Vandamme en Silésie, et après le Traité de Tilsitt, le mariage avec la princesse Catherine est célébré le 27 août 1807 aux Tuileries.

Napoléon taille un royaume dans les territoires pris à la Prusse : Electorat de Hesse-Cassel, duché de Brunswick, Wolfenbüttel, Nassau-Orange, quelques territoires Hanovriens (Gottingen et Osnabrück) : La Westphalie, pour Jérôme, qui devient roi à Cassel, avec une Constitution rédigée par Regnault de Saint Jean d’Angély et Cambacérès et la forteresse de Magdebourg occupée provisoirement par des troupes françaises.
Etat tampon pour se protéger de la Prusse, sur le modèle des Républiques soeurs…

Le nouveau roi va gouverner avec une secrétairerie d’état dirigée par Johannes von Muller et quatre ministres. Beugnot ancien secrétaire de Voltaire et député à la législative qui va organiser les Finances du royaume, Jollivet, Siméon le juriste et Reinhart, Wurtembourgeois très francisé et charger de surveiller le nouveau souverain envoyant régulièrement des rapports à Paris.

Jérôme et Catherine s’installe au Château de Wilhemshöhe qui devient Napoleonshöhe. Jérôme constitue sa maison. Il y a un grand maréchal du palais, deux préfets, trois maréchaux du palais, un grand chambellan, quatorze chambellans, un grand maître des cérémonies avec six sous-maîtres, un grand écuyer et six écuyers d’honneur, un grand aumônier avec une nuée de chapelains, un maître de chapelle avec quatre-vingt musiciens, un directeur des concerts, un grand veneur et un bibliothécaire "qui n’avait pas de bibliothèque pour un roi qui n’aimait pas les livres" . C’était Pigault-Lebrun ancien comédien qui lui aussi avait trouvé une sinécure en Westphalie
On y retrouve Maubreuil, ancien Chouan converti, qui devient écuyer de la reine et son capitaine de chasses…

Le roi Jérôme a 24 ans, dépense sans compter, faisant de somptueux uniformes à sa Garde royale qu’il déguise en soldats d’opérette. Lui-même à un habit de soie blanche, un manteau de pourpre, des souliers à talons rouges et rosettes blanches et coiffé d’une toque enrichie de diamants et surmontée de plumes
Il va multipliant les maîtresses. Catherine ferme les yeux : elle adore son époux qui est si beau…

ThiNap

Re: JÉRÔME BONAPARTE

Message par ThiNap »

... la porte Caffarelli est bien à Recouvrance qu'il ne faut pas confondre avec l' Harteloire...
Bonjour cher Route-Napoléon.
Précision utile en effet, surtout qu'il n'y a pas de porte de l'arsenal à proximité de l'Harteloire. Juste un petit passage près de Pontaniou.
La porte Caffarelli est plus proche de la caserne de la Pointe, c'est la porte Jean Bart qui est plutôt à Recouvrance.

Route Napoleon

Re: JÉRÔME BONAPARTE

Message par Route Napoleon »

J'ai souvent passé ces portes, au siècle dernier, mais c'est un fait qu' il y avait de la brume...

Puisqu'on nous sommes sur la coupée, une précision avant de repartir pour la Westphalie.
Le jeune capitaine de vaisseau Bonaparte faisant voiles sur Le Vétéran, dans l'escadre de l'amiral Willaumez, remontant des côtes africaines où il avait arraisonné un négrier anglais, est passé près de l'île de Sainte-Hélène...

Route Napoleon

Re: JÉRÔME BONAPARTE

Message par Route Napoleon »

1809 – Campagne d’Autriche :

Le 2 avril un commando venu de Prusse sous les ordres du major von Kalt tente par surprise de prendre Magdebourg qui résiste. L’Autriche entre temps entre en guerre et les conjurés doivent se retirer.
Jérôme est chargé de défendre son propre territoire pendant que l’Empereur revenu d’Espagne entre en campagne, en Autriche.
Un nouveau complot dirigé par un ancien favori du roi le colonel Hessois Doernberg a failli réussir.
Ce n’est pas fini : le major Schill, un Prussien haïssant la France passe la frontière avec un petit commando et occupe plusieurs villes westphaliennes avant de s’enfuir vers Stralsund.
Voici que se présente un autre adversaire de taille le propre oncle de la reine Catherine, le duc de Brunswick chassé de ses terres par Napoléon.Il se lance avec 10.000 hommes sur la Saxe et occupe Dresde. Jérôme se met à sa poursuite mais si lentement que Brunswick a le temps de faire une incursion en Westphalie et de passer une nuit sans être inquiéter dans son ancienne capitale…

La veille de Wagram, L’Empereur donne l’ordre à Jérôme d’aller soutenir Junot en Bohême. Une fois de plus le roi perd du temps en préparatifs.
Napoléon le lui fera savoir :
" J’ai vu de vous un ordre du jour qui vous rend la risée de l’Allemagne et de la France ; vous faites la guerre comme un satrape. Vous avez été constamment dans une campagne où l’ennemi n’y était pas. Vous vous sauvez honteusement et vous déshonorez mes armes et votre jeune réputation "

Fin 1809, Jérôme 1er est toutefois invité à Paris avec la reine Catherine pour le divorce…
Avril 1810 : Ce sera bientôt le mariage avec Marie-Louise.
Jean-Baptiste Jollivet, ministre du trésor westphalien va en voir des vertes des pas mûres. Jollivet, ancien élu de l’Assemblée législative est considéré comme un spécialiste des problèmes allemands. Il a été préfet du Mont-Tonnerre et a écrit en 1801 "Du Thalweg du Rhin considéré comme limite entre la France et l’ Allemagne "

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Conférence : "Le roi Jérôme"
    par Joker » 10 juin 2018, 19:22 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    329 Vues
    Dernier message par Joker
    10 juin 2018, 19:22
  • 1814. Deux lettres du capitaine Faré.
    par Peyrusse » 30 janv. 2018, 21:47 » dans Salon Ier Empire
    2 Réponses
    251 Vues
    Dernier message par Peyrusse
    03 févr. 2018, 17:41
  • Re: Le plus grand capitaine de tous les temps
    par Cyril Drouet » 13 nov. 2017, 21:05 » dans Salon Ier Empire
    10 Réponses
    327 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    15 nov. 2017, 17:39
  • Le capitaine Marbot sauve l'Aigle du 14ème de ligne
    par fanacyr » 27 mars 2015, 16:15 » dans Napoléon à travers les Arts
    15 Réponses
    6088 Vues
    Dernier message par L'ARCHEONAUTE
    15 juil. 2017, 12:54